THE UKRAINE WAR COULD HAVE BEEN AVOIDED

Featured

(Une version française suit en dessous)

As described in the first blog for this month, the Ukraine war is the result of mistaken policy decisions by the United States and NATO in 1997 which led to the expansion of NATO up to the borders of Russia.

Already, back in 1997, when I was working for UNESCO, we were warned that the eastward expansion of NATO was a serious mistake.

On my mission for UNESCO to Moscow at that time in order to develop a national culture of peace program in Russia, our team was told by the President of the Duma, as well as others with whom we spoke, that this would unleash a “typhoon”, restarting the Cold War and creating an overwhelming demand by the Russian people for rearmament instead of social programs.

All this could have been avoided. In my 1997 mission report to the UNESCO Director-General I proposed the following solution.

UNESCO should propose, as an example of the new concept of security, that NATO itself be “converted” to an organization primarily concerned with economic conversion from military to civilian industrial production. UNESCO’s responsibility for the role of science for peace gives it a special Constitutional role in this matter, since scientists should take the lead in this process.

Such a solution would have satisfied Russian demands by removing the military threat posed by the expansion of NATO at the same time as helping them with the problem of economic conversion which requires major capital investment. At the same time, it would allow NATO to be kept intact as an institution with an enlargement of its member states. The key was to convince Western Europe and the United States that in this era, the new concept of security consists of economic conversion rather than increased armament. This is a central tenet of the culture of peace.

Certain aspects of this conversion were already in place. NATO already had a “third dimension” programme involving scientists in disarmament technology, conversion of high technology for peaceful uses, and environmental security. I learned about this in discussions with one of NATO scientists involved, Dr Paul Rambaut, at the forum of the Olof Palme Foundation in 1995. Furthermore, the UNESCO Venice office, working with the Landau Network in Physics (Moscow and Como, Italy), were engaged in technical work on economic conversion and discussing how this can be related effectively to the culture of peace.

The proposed culture of peace program in the Russian Federation could have provided a synergistic contribution to economic conversion. As indicated in our meeting with Academician Petrov, Russian natural scientists are ready to contribute to peace and could do so in this way. In addition, my own experience with economic conversion in the USA from 1989-1992 before coming to UNESCO, demonstrated that the key is participation by all parties in the local communities involved – and therefore this could be one of the essential “action components” of the proposed National Culture of Peace Program.

(Unfortunately, the proposal for the conversion of NATO was never adopted, and the Russian National Culture of Peace Program was abandoned after a few years. The Ukraine war could have been avoided.)

* * * * *

LA GUERRE D’UKRAINE AURAIT PU ÊTRE ÉVITÉE

Comme décrit dans un autre blog de ce mois-ci, la guerre en Ukraine est le résultat de décisions politiques erronées des États-Unis et de l’OTAN en 1997 qui ont conduit à l’expansion de l’OTAN jusqu’aux frontières de la Russie.

Déjà, en 1997, lorsque je travaillais pour l’UNESCO, on nous avait prévenus que l’élargissement vers l’Est de l’OTAN était une grave erreur.

Lors de ma mission pour l’UNESCO à Moscou à l’époque afin de développer un programme national de culture de la paix en Russie, notre équipe a été informée par le président de la Douma, ainsi que par d’autres avec qui nous avons parlé, que cela déclencherait un « typhon », relançant la guerre froide et créant une écrasante demande de la part du peuple russe pour un réarmement au lieu de programmes sociaux.

Tout cela aurait pu être évité. Dans mon rapport de mission de 1997 au Directeur général de l’UNESCO, j’ai proposé la solution suivante.

L’UNESCO devrait proposer, comme exemple du nouveau concept de sécurité, que l’OTAN elle-même soit « convertie » en une organisation principalement concernée par la conversion économique de la production industrielle militaire à la production industrielle civile. La responsabilité de l’UNESCO quant au rôle de la science au service de la paix lui confère un rôle constitutionnel particulier en la matière, puisque les scientifiques doivent prendre la tête de ce processus.

Une telle solution aurait satisfait les exigences russes en supprimant la menace militaire posée par l’élargissement de l’OTAN tout en les aidant à résoudre le problème de la reconversion économique qui nécessite d’importants investissements en capital. En même temps, cela permettrait à l’OTAN de rester intacte en tant qu’institution avec un élargissement de ses États membres. L’essentiel était de convaincre l’Europe de l’Ouest et les États-Unis qu’à cette époque, le nouveau concept de sécurité consiste en une conversion économique plutôt qu’en un accroissement de l’armement. C’est un principe central de la culture de la paix.

Certains aspects de cette conversion étaient déjà en place. L’OTAN avait déjà un programme de « troisième dimension » impliquant des scientifiques dans les technologies de désarmement, la conversion de la haute technologie à des fins pacifiques et la sécurité environnementale. J’ai appris cela lors de discussions avec l’un des scientifiques de l’OTAN impliqués, le Dr Paul Rambaut, lors du forum de la Fondation Olof Palme en 1995. En outre, le bureau de l’UNESCO à Venise, en collaboration avec le réseau Landau en physique (Moscou et Côme, Italie), ont été engagés dans un travail technique sur la conversion économique et ont discuté de la manière dont cela peut être efficacement lié à la culture de la paix.

Le programme proposé pour la culture de la paix dans la Fédération de Russie aurait pu apporter une contribution synergique à la reconversion économique. Comme indiqué lors de notre rencontre avec l’académicien Petrov, les naturalistes russes sont prêts à contribuer à la paix et pourraient le faire de cette manière. De plus, ma propre expérience de reconversion économique aux États-Unis de 1989 à 1992 avant de venir à l’UNESCO, a démontré que la clé est la participation des communautés locales concernées – et donc cela pourrait être l’une des “composantes d’action” essentielles de le programme national proposé pour la culture de la paix.

(Malheureusement, la proposition de conversion de l’OTAN n’a jamais été adoptée et le programme russe de culture de la paix a été abandonné après quelques années. La guerre en Ukraine aurait pu être évitée.)

HOW THE UNITED STATES CREATED VLADIMIR PUTIN

Featured

(Une version française suit en dessous)

This is the first of two blogs for April, 2022. The other one is entitled THE UKRAINE WAR COULD HAVE BEEN AVOIDED

The title of this blog comes from a speech by Vladimir Posner at Yale Sept 27, 2018. Posner was the spokesman for Mikhail Gorbachev in the latter years of the 1980’s and has continued over the years to provide independent, informed journalism from his base in Russia.

In addition to providing an important background for the present war in the Ukraine, Posner illustrates two of the most important conclusions of the studies that led to my publication of the History of the Culture of War.

First, the culture of war needs an enemy, and will invent one if necessary, in order to justify the profits of the military-industrial complex and its exploitation of workers and countries of the global South. Without an enemy, the culture of war cannot obtain the consent of its voters.`

Second, the control of information has become the main arm of the culture of war, as it is needed to convince people they have an enemy.

Here are excerpts from Posner’s speech with explanatory additions in brackets.

“We are at an extremely dangerous moment. . . . At the height of the Cold War the Russians were not anti-American. . . But today Russians are anti-American at the grassroots level. . . And neither side seems to be afraid of using nuclear weapons.”

“Why are we at the point where we are today?”

[Following the dissolution of the Soviet Union in February 1992, Russian president] Yeltsin came to the United States and he addressed a joint session of Congress. And he said the people of Russia are offering their hand to the people of the United States in friendship, to build a better world, a world without war, and this was exactly what the vast majority of Russians wanted. And I would even say that today, the vast majority of Russians would like to have, if not a friendship with the United States, at least a partnership. There’s no doubt to my mind that that’s the case. . . And what kind of response did he get? What kind of response did Russia get?” [Nothing.]

[When Gorbachev was asked about reuniting Germany at the end of the Cold War,] “he was told by the US Secretary of State James Baker, if this happens, NATO will not move one inch eastward [See February blog]. . . . But it’s not only Baker who said that to him, there were several people there, including the West German leadership . . . And NATO stayed put in those days. It stayed put under Bush Senior. It stayed put during the first four years of Clinton. But in the next four years, in 1996, approximately, a decision was taken to enlarge NATO to three countries, Poland, Czech Republic and Hungary.”

[May 2, 1998. NY Times interview by Thomas Friedman with George Kennan] “He called him up and asked him what did he think about this decision to enlarge NATO? ‘I think it is the beginning of a new Cold War, ” said Mr Kennan from his Princeton home. I think the Russians will gradually react quite adversely, and it will affect their policies. I think it is a tragic mistake. There was no reason for this whatsoever. . . . That’s where it all began, because the Russian reaction . . . was ‘you promised not to do this. So, how do we trust you, if you make a promise?'”

[During the 22 years from Gorbachev until Putin in 2007] “Nothing, not one thing during that period” was done by the Soviet Union or Russia to justify such a decision.

[In the year 2000, Vladimir Putin became President.] And one of the first things he does is to ask for Russia to become a member of NATO. Why not be a member of NATO? NATO was created to defend Europe and perhaps not only Europe from Soviet aggression, from a country that you couldn’t predict. But there is no more Soviet Union and there is no more Warsaw Pact. ‘Why can’t we create an organization where we are part of it,’ said Mr. Putin, “and act together to protect from some kind of aggression?’ He was told, basically, go take a walk!”

“As soon as 911 happens Putin calls up Bush Jr and offers his help. And yes, and does help in Afghanistan. . . .we want to fight terrorism together. . . . And he gets nothing in exchange.”

“So finally in February 10, 2007, in Munich speaking to the group of 20, Putin says this, ‘I think it is obvious that NATO expansion does not have any relation with the modernization of the Alliance itself or with ensuring security in Europe. On the contrary, it represents a serious provocation that reduces the level of mutual trust. And we have the right to ask against whom is this expansion intended? And what happened to the assurance or our Western partners made after the dissolution of the Warsaw Pact? Where are those declarations today? I would like to quote the speech of General Secretary Mr. Berner of Brussels on May 17, 1990. He said at the time, quote, the fact that we are not ready to place a NATO army outside of German territory gives the Soviet Union a firm security guarantee.’ Where are these guarantees? And you know what the answer was? The answer was ‘Yes, but those were guarantees given to the Soviet Union, and you’re Russia.”

“Last year, I think it was, making a foreign policy speech, Putin said, ‘Our mistake was that we trusted you too much. And your mistake was that you tried to take advantage of that.” That is the situation today. Now it may seem to you that I’m blaming the United States, I don’t want the word blame used. It was a mistaken political decision. . . . that’s why I say that US policy created Putin the way he is today. . . . So now we are in a new arms race, which is terrible. We are in a new Cold War which threatens all of us. . . . ”

“And finally, as someone who works in media, I would like to say that Russian mainstream media paints America black. Russian mainstream media, controlled directly or indirectly by the government, shows an extremely negative picture of the United States, US policy and so on. And much to my surprise, mainstream American media does exactly the same thing vis-a-vis Russia. Which to me is amazing because this is supposed to be a free media that’s differing from the Russian one. As someone who works in Russian media, I can say it’s hard to call it a free media. There are some opposition newspapers and radio, but that’s not mainstream. They address a very small number of people. So there we are, I think people who call themselves journalists, in my book they’re not journalists. But those people have played and are playing a destructive role in creating the fear, the dislike, the distrust that the people in both countries have vis-a-vis each other. And the fact that we don’t seem to question our media is really quite interesting. But there it is, nonetheless, we just take it.”

“So I’d like to wind up with a quote from . . . Herman Goering . . . Hitler’s right hand man . . . interviewed by an American journalist shortly before he committed suicide. Here’s what he said, and I think this is something that we should all remember. ‘Naturally, the common people don’t want war. Neither in Russia nor in England, nor for that matter in Germany. That is understood. But after all, it is the leaders of the country who determine the policy and it is always a simple matter to drag the people along, whether it is a democracy or a fascist dictatorship, or a parliament, or a communist dictatorship. Voice or no voice, the people can always be brought to the bidding of the leaders. That is easy. All you have to do is to tell them they are being attacked and denounce the peacemakers for a lack of patriotism and exposing the country to danger. It works the same in any country,’ said Mr Goering and I think he was absolutely right. And we are being led by our media, by our politicians, in that direction in both countries. . . . We’re being manipulated.”

* * * * *

COMMENT LES ÉTATS-UNIS ONT CRÉÉ VLADIMIR POUTINE

Ceci est le premier de deux blogs pour avril 2022. L’autre s’intitule LA GUERRE D’UKRAINE AURAIT PU ÊTRE ÉVITÉE

Le titre de ce blog vient d’un discours de Vladimir Posner à Yale le 27 septembre 2018. Posner était le porte-parole de Mikhaïl Gorbatchev dans les dernières années des années 1980 et a continué au fil des ans à fournir un journalisme indépendant et informé depuis sa base en Russie. .

En plus de fournir un contexte important pour la guerre actuelle en Ukraine, Posner illustre deux des conclusions les plus importantes des études qui ont conduit à ma publication de l’Histoire de la culture de la guerre.

Premièrement, la culture de guerre a besoin d’un ennemi, et s’en inventera si nécessaire, pour justifier les profits du complexe militaro-industriel et son exploitation des travailleurs et des pays du Sud global. Sans ennemi, la culture de la guerre ne peut obtenir le consentement de ses électeurs.

Deuxièmement, le contrôle de l’information est devenu l’arme principale de la culture de guerre, car il est nécessaire pour convaincre les gens qu’ils ont un ennemi.

Voici des extraits du discours de Posner avec des ajouts explicatifs entre parenthèses.

“Nous sommes à un moment extrêmement dangereux… Au plus fort de la guerre froide, les Russes n’étaient pas anti-américains… Mais aujourd’hui, les Russes sont anti-américains au niveau de la base… Et aucune des deux parties ne semble avoir peur d’utiliser des armes nucléaires.”

« Pourquoi en sommes-nous au point où nous en sommes aujourd’hui ? »

[Après la dissolution de l’Union soviétique en février 1992, le président russe] Eltsine est venu aux États-Unis et il s’est adressé à une session du Congrès. Et il a dit que le peuple russe tendait la main au peuple des États-Unis dans l’amitié, pour construire un monde meilleur, un monde sans guerre, et c’était exactement ce que voulait la grande majorité des Russes. Et je dirais même qu’aujourd’hui, la grande majorité des Russes aimeraient avoir, sinon une amitié avec les États-Unis, du moins un partenariat. Il ne fait aucun doute dans mon esprit que c’est le cas. . . Et quel genre de réponse Eltsine a-t-il reçu ? Quel genre de réponse la Russie a-t-elle reçue?” [Rien.]

[Lorsque Gorbatchev a été interrogé sur la réunification de l’Allemagne à la fin de la guerre froide] “, le secrétaire d’État américain James Baker lui a dit que si cela se produisait, l’OTAN ne se déplacerait pas d’un pouce vers l’est [voir blog de fevrier]. . . Mais ce n’est pas seulement Baker qui lui a dit cela, il y avait plusieurs personnes là-bas, y compris les dirigeants ouest-allemands… Et l’OTAN est restée en place à cette époque. Elle est restée en place sous Bush père. Elle est restée en place pendant les quatre premières années de Clinton. Mais au cours des quatre années suivantes, en 1996 environ, la décision a été prise d’élargir l’OTAN à trois pays, la Pologne, la République tchèque et la Hongrie.

[2 mai 1998. Interview du NY Times par Thomas Friedman avec George Kennan] “Il l’a appelé et lui a demandé ce qu’il pensait de cette décision d’élargir l’OTAN ? ‘Je pense que c’est le début d’une nouvelle guerre froide’, a déclaré M. Kennan de sa maison de Princeton. “Je pense que les Russes vont progressivement réagir assez négativement, et cela affectera leur politique. Je pense que c’est une erreur tragique. Il n’y avait aucune raison à cela ». . . . C’est là que tout a commencé, car la réaction russe . . . était ‘vous avez promis de ne pas faire cela. Alors, comment pouvons-nous vous faire confiance, si vous faites une promesse ? »

[Pendant les 22 années de Gorbatchev jusqu’à Poutine en 2007] “Rien, pas une seule chose pendant cette période” n’a été fait par l’Union soviétique ou la Russie pour justifier une telle décision.

[En l’an 2000, Vladimir Poutine est devenu président.] Et l’une des premières choses qu’il fait est de demander à la Russie de devenir membre de l’OTAN. Pourquoi ne pas être membre de l’OTAN ? L’OTAN a été créée pour défendre l’Europe et peut-être pas seulement l’Europe de l’agression soviétique, d’un pays que vous ne pouviez pas prévoir. Mais il n’y a plus d’Union soviétique et il n’y a plus de Pacte de Varsovie. “Pourquoi ne pouvons-nous pas créer une organisation dont nous faisons partie”, a déclaré M. Poutine, “et agir ensemble pour nous protéger d’une sorte d’agression?” On lui a dit, en gros, va faire un tour !”

“Après les attentats du World Trade Center en 2001, Poutine appelle Bush Jr et offre son aide. Et oui, et aide en Afghanistan. . . . nous voulons combattre le terrorisme ensemble. . . . Et il n’obtient rien en échange.”

“Donc, finalement, le 10 février 2007, à Munich, s’adressant au groupe des 20, Poutine a déclaré ceci : ‘Je pense qu’il est évident que l’élargissement de l’OTAN n’a aucun rapport avec la modernisation de l’Alliance elle-même ou avec la garantie de la sécurité en Europe. Au contraire, il représente une grave provocation qui réduit le niveau de confiance mutuelle. Et nous sommes en droit de nous demander contre qui est destiné cet élargissement ? Et qu’est-il advenu de l’assurance de nos partenaires occidentaux après la dissolution du Pacte de Varsovie ? Où sont ces déclarations aujourd’hui? Je voudrais citer le discours du secrétaire général, M. Berner, de Bruxelles, le 17 mai 1990. Il a dit à l’époque, je cite, le fait que nous ne sommes pas prêts à placer une armée de l’OTAN en dehors de l’Allemagne doit donner à l’Union soviétique une garantie de sécurité ferme. Où sont ces garanties ? Et vous savez quelle était la réponse ? La réponse a été “Oui, mais c’étaient des garanties données à l’Union soviétique, et vous êtes la Russie”.

« L’année dernière, je pense que c’était le cas, lors d’un discours de politique étrangère, Poutine a déclaré : “Notre erreur a été que nous vous faisions trop confiance. Et votre erreur a été que vous avez essayé d’en profiter.” Telle est la situation aujourd’hui. Maintenant, il peut vous sembler que je blâme les États-Unis, je ne veux pas que le mot blâme soit utilisé. C’était une décision politique erronée. . . . c’est pourquoi je dis que la politique américaine a créé Poutine tel qu’il est aujourd’hui. . . . Nous sommes donc maintenant dans une nouvelle course aux armements, ce qui est terrible. Nous sommes dans une nouvelle guerre froide qui nous menace tous. . . . ”

“Et enfin, en tant que personne qui travaille dans les médias, je voudrais dire que les grands médias russes peignent l’Amérique en noir. Les grands médias russes, contrôlés directement ou indirectement par le gouvernement, montrent une image extrêmement négative des États-Unis, de la politique américaine, etc. Et à ma grande surprise, les grands médias américains font exactement la même chose vis-à-vis de la Russie. Ce qui pour moi est incroyable parce que c’est censé être un média libre qui diffère du média russe. En tant que personne qui travaille en russe médias, je peux dire que c’est difficile d’appeler cela un média libre. Il y a des journaux et des radios d’opposition, mais ce n’est pas grand public. Ils s’adressent à un très petit nombre de personnes. Donc voilà, je pense que des gens qui se disent journalistes, dans mon livre, ce ne sont pas des journalistes. Mais ces gens ont joué et jouent un rôle destructeur en créant la peur, l’aversion, la méfiance que les gens des deux pays ont l’un envers l’autre. Et le fait que nous ne contestions pas nos médias est vraiment très curieux. Mais c’est ainsi, néanmoins, nous acceptons ce qu’ils disent.”

“Donc, j’aimerais conclure avec une citation de… Herman Goering… le bras droit d’Hitler… interviewé par un journaliste américain peu de temps avant qu’il ne se suicide. Voici ce qu’il a dit, et je pense que c’est quelque chose que nous devrions tous nous rappeler. “Naturellement, les gens du commun ne veulent pas la guerre. Ni en Russie ni en Angleterre, ni d’ailleurs en Allemagne. C’est entendu. Mais après tout, ce sont les dirigeants du pays qui le déterminent, qu’il s’agisse d’une démocratie ou d’une dictature fasciste, d’un parlement ou d’une dictature communiste. Voix ou non voix, le peuple peut toujours être amené aux ordres des dirigeants. . C’est facile. Tout ce que vous avez à faire, c’est de leur dire qu’ils sont attaqués et de dénoncer les artisans de la paix pour leur manque de patriotisme et leur mise en danger du pays. Cela fonctionne de la même manière dans n’importe quel pays”, a déclaré M. Goering et je pense qu’il avait tout à fait raison. Et nous sommes guidés par nos médias, par o nos politiciens, dans cette direction dans les deux pays. . . . Nous sommes manipulés.”

THE FALL OF PUTIN – A DEJA VU

Featured

(To read the discussion, click on title and scroll down to the end of the topic.)

(Une version française suit en dessous)

Deja vu – I’ve seen it before.

I worked on and off in the Soviet Union during the 1970’s and 1980’s and I watched the crash of the Soviet Empire – from inside.

There were three main causes of the crash: the loss of value of the ruble, the loss of the war in Afghanistan and the loss of confidence of the people.

The value of the ruble fell because the economy was over-militarized. Those who had money had to import their television sets and good clothes from Western Europe because all of the good electronics went to the military and you could not buy a good television made in Russia. Similarly all of the leather went into military boots and the shoes available to Russian consumers were made of cardboard. I couldn’t outfit a lab with good electronics, while a friend was able to equip his lab because “I have friends in the military.”

The war in Afghanistan was lost, well for the same reasons that the British lost in Afghanistan in the 19th Century and the United States lost in the 21st Century.

And the people’s confidence was lost because the Russian government tried unsuccessfully to control information. Russians used to tell me “you can find the truth anywhere but in Pravda and the news anywhere except in Izvestia” (Pravda, one of the two main Russian newspapers at the time, means truth in Russian, Izvestia, the other one, means news.) Realizing that these newspapers were heavily censored, people listened to the clandestine broadcasts of Radio Free Europe controlled by the American culture of war.

Putin is repeating history.

The war against Ukraine has cut off a failing Russian economy from all trade with the West and the ruble is crashing.

The war in Ukraine will bog down the Russian military as it was bogged down in Afghanistan. It is not a winnable war.

And now the Russian government is trying to control information and once again, this is bound to fail. Media that dare to challenge the war in the Ukraine are labeled as foreign agents. And the official announcement of censorship is patently ridiculous; prohibiting “information about the shelling of Ukrainian cities and the death of civilians in Ukraine as a result of the actions of the Russian Army, as well as content in which the ongoing operation is called an attack, invasion or a declaration of war.”

Tens of thousands of Russians are protesting the war and their voices cannot be silenced. We have recently published on CPNN thousands of signatures on anti-war petitions by Russian scientists, by Russian cultural figures, and by other Russian activists. (As of March 4 this list is expanded to include IT workers, teachers, the directors of LUKOIL, the largest private company in Russia, mathematicians and chess champions.)

Putin’s days are numbered with a crashing economy, an unwinnable war and the loss of confidence of the Russian people.

I continue to believe that the American empire will crash soon because of its over-militarization of the economy and the entire American culture. But it seems that Putin’s rule in Russia will crash even sooner.

The day of reckoning of the culture of war is arriving.

* * * * *

LA CHUTE DE POUTINE – UN DÉJÀ-VU

J’ai travaillé par intermittence en Union soviétique dans les années 1970 et 1980 et j’ai observé le crash de l’Empire soviétique – de l’intérieur.

Il y avait trois causes principales du crash : la perte de valeur du rouble, la perte de la guerre en Afghanistan et la perte de confiance du peuple.

La valeur du rouble a chuté parce que l’économie était trop militarisée. Ceux qui avaient de l’argent devaient importer leurs téléviseurs et leurs bons vêtements d’Europe occidentale parce que tous les bons appareils électroniques allaient à l’armée et qu’on ne pouvait pas acheter un bon téléviseur fabriqué en Russie. De même, tout le cuir est entré dans les bottes militaires et les chaussures disponibles pour les consommateurs russes étaient en carton. Je ne pouvais pas équiper un labo avec une bonne électronique, alors qu’un ami a pu équiper son labo parce que “j’ai des amis dans l’armée”.

La guerre en Afghanistan a été perdue, bien pour les mêmes raisons que les Britanniques ont perdues en Afghanistan au 19e siècle et que les États-Unis ont perdues au 21e siècle.

Et la confiance du peuple a été perdue parce que le gouvernement a essayé sans succès de contrôler l’information. Les Russes me disaient “vous pouvez trouver la vérité partout sauf dans la Pravda et les nouvelles partout sauf dans l’Izvestia” (Pravda, l’un des deux principaux journaux russes de l’époque, signifie vérité en russe; Izvestia, l’autre, signifie nouvelles .) Réalisant que ces journaux étaient fortement censurés, les gens ont écouté les émissions clandestines de Radio Free Europe contrôlées par la culture de guerre américaine.

Poutine répète l’histoire.

La guerre contre l’Ukraine a coupé une économie russe défaillante de tout commerce avec l’Occident et le rouble s’effondre.

La guerre en Ukraine va enliser l’armée russe comme elle s’enlisait en Afghanistan. Ce n’est pas une guerre gagnable.

Et maintenant, le gouvernement russe essaie de contrôler l’information et encore une fois, cela est voué à l’échec. Les médias qui osent contester la guerre en Ukraine sont qualifiés d’agents étrangers. Et l’annonce officielle de la censure est manifestement ridicule ; interdisant “les informations sur le bombardement de villes ukrainiennes et la mort de civils en Ukraine à la suite des actions de l’armée russe, ainsi que les contenus dans lesquels l’opération en cours est qualifiée d’attaque, d’invasion ou de déclaration de guerre”.

Des dizaines de milliers de Russes protestent contre la guerre et leurs voix ne peuvent être réduites au silence. Nous avons récemment publié sur CPNN des milliers de signatures sur des pétitions anti-guerre par des
scientifiques russes, par des artistes russes , et par d’autres militants russes. (Depuis le 4 mars, cette liste est élargie pour inclure des informaticiens, des enseignants, les directeurs de LUKOIL, la plus grande entreprise privée de Russie, des mathématiciens et des champions d’échecs.)

Les jours de Poutine sont comptés avec une économie qui s’effondre, une guerre impossible à gagner et la perte de confiance du peuple russe.

Je continue de croire que l’empire américain s’effondrera bientôt à cause de sa sur-militarisation de l’économie et de toute la culture américaine. Mais il semble que le règne de Poutine en Russie s’effondrera encore plus vite.

La crise de la culture de guerre arrive.

THE BIENNALE OF LUANDA: PAST AND FUTURE OF THE CULTURE OF PEACE IN AFRICA

Featured

(Une version française suit en dessous)

The Biennale of Luanda, as described in this month’s CPNN bulletin, is a process unique in the world.

Nowhere else on earth can you imagine a process that involves all of the countries of a continent in collaboration with the United Nations working together with a coordinating state to develop a culture of peace.

As for the past of this process, I was privileged to take part on December 20 in a video conference to celebrate its architect, Enzo Fazzino, as he took his retirement from UNESCO.

In one sense, it was the end of an era that began with the Culture of Peace Progamme of UNESCO. Taking part in the programme was Federico Mayor, who was Director-General of UNESCO from 1987 to 1999. Early in his mandate, he directed the Conference of 1989 in Yamoussoukro, Côte d’Ivoire that first called for a culture of peace at UNESCO. One can say that the culture of peace was born in Africa. Then in 1993, Mayor established the UNESCO Culture of Peace Programme.

Taking part in the video conference on December 20 was Firmin Edouard Matoko, now Assistant Director-General of UNESCO for Priority Africa and External Relations. Along with Leslie Atherley and myself, he was named to the first senior staff of the Culture of Peace Programme which developed national programmes from 1993 to 1999.

One of the first national programmes was in Africa.

Taking part in the December 20 programme was Ana Elisa Santana Afonso who was the UNESCO liaison officer with the African Union before her retirement. She was the director of the National Commision for UNESCO in Mozambique when I worked on the national culture of peace programme there from 1994 to 1996. Our boss at that time, the President of the National Commission of UNESCO, was none other than Graça Machel.
.
Enzo and I began to work together when were named by Mayor to develop the United Nations International Year for the Culture of Peace for the year 2000. We mobilized 75 million people to sign the Manifesto 2000 for the culture of peace. The first country to collect one million signatures was in Africa, Algeria, where the Manifesto was sung from the Mosques while signatures were collected on the streets by the scout movement.

Enzo went on to work for UNESCO in Africa where he developed the Biennale process.

Chairing the videoconference was Salah Khaled the UNESCO regional director for Central Africa. It was he who worked most closely with Enzo to establish the Biennale process.

Speaking eloquently about Enzo’s leadership was Yvonne Matuturu, who was in charge of the development of the Biennale youth engagement.

The results of their work, the 2021 Luanda Biennale – Pan-African Forum for the Culture of Peace, is described in this month’s CPNN. It is a work in progress as the next Biennale is scheduled to take place in 2023.

Enzo and his colleagues had the foresight to organize this year’s Biennale as an inter-generational dialogue, including 118 young leaders from Africa and the Diaspora, as described in another CPNN article.

As for the future, there was a young woman who was present at the video conference on December 20, but who did not speak while I was listening. Her name is Irene Aragona. Along with another young woman named Mariana Serrano Silvério, she is working on the followup to the youth programme that was developed for the Biennale with the goal of promoting youth-led, multi-level pan-African movements for a culture of peace.

I had the privilege to speak with Irene and Mariana in another video conference on December 19, in which they explained the challenge they are facing. Yes, there are 118 young leaders who took part in the Biennale, but how can their involvement become youth-led, multi-level pan-African movements for a culture of peace?

UNESCO, the African Union, and Angola have agreed to continue the Biennale process (see their speeches at the Biennale as reprinted in CPNN). They should support the youth to give substance to this process.

The movement for a Pan-African Culture of Peace has a rich history going back to 1897 and the work of W.E.B. Dubois in the Pan-African Congresses of the 1920’s and 1945, as well as the establishment by Dubois under Kwame Nkrumah in Ghana of the Africana Encyclopedia in 1962.

Now the future of the Pan-African Culture of Peace is where it should be, in the hands of the youth of Africa and the Diaspora. A new day is dawning. It needs our support.

* * * * *

LA BIENNALE DE LUANDA : PASSÉ ET AVENIR DE LA CULTURE DE LA PAIX EN AFRIQUE

La Biennale de Luanda, telle que décrite dans le bulletin CPNN de ce mois-ci, est un processus unique au monde.

Nulle part ailleurs sur terre, vous ne pouvez imaginer un processus impliquant tous les pays du continent en collaboration avec les Nations Unies et un seul État parrain travaillant ensemble pour une culture de la paix.

Quant à son passé, j’ai eu le privilège de participer le 20 décembre à une visioconférence pour célébrer l’architecte de ce processus, Enzo Fazzino, alors qu’il prenait sa retraite de l’UNESCO.

Dans un sens, c’était la fin d’une ère qui a commencé avec le programme Culture de la paix de l’UNESCO. Au visioconférence figurait Federico Mayor, directeur général de l’UNESCO de 1987 à 1999. Au début de son mandat, il a dirigé la Conférence de Yamoussoukro de 1989 qui a d’abord appelé à une culture de la paix à l’UNESCO. On peut dire que la culture de la paix a été née en Afrique. Puis, en 1993, Mayor a créé le programme Culture de la paix de l’UNESCO.

Le 20 décembre, Firmin Edouard Matoko, aujourd’hui Sous-Directeur général de l’UNESCO pour la Priorité Afrique et Relations extérieures, a participé à la visioconférence. Avec Leslie Atherley et moi-même, il a été nommé parmi les premiers cadres supérieurs du programme Culture de la paix qui a développé des programmes nationaux de 1993 à 1999.

L’un des premiers programmes nationaux a eu lieu en Afrique.

Ana Elisa Santana Afonso, ancien liaison de l’UNESCO avec l’Union africaine, a participé au programme du 20 décembre. Elle était directrice de la Commission nationale pour l’UNESCO au Mozambique lorsque j’y ai travaillé sur le programme national de culture de la paix de 1994 à 1996. Notre patron à l’époque, la présidente de la Commission nationale de l’UNESCO, n’était autre que Graça Machel.
.
Enzo et moi avons commencé à travailler ensemble lorsque nous avons été nommés par Mayor pour développer l’Année internationale des Nations Unies pour la culture de la paix pour l’an 2000. Nous avons mobilisé 75 millions de personnes pour signer le Manifeste 2000 pour la culture de la paix. Le premier pays à recueillir un million de signatures a été en Afrique, l’Algérie, où le Manifeste a été chanté depuis les mosquées tandis que les signatures ont été recueillies dans les rues par le mouvement scout.

Enzo a ensuite travaillé pour l’UNESCO en Afrique où il a développé le processus de la Biennale.

La visioconférence était présidée par Salah Khaled, directeur régional de l’UNESCO pour l’Afrique centrale. C’est lui qui a le plus collaboré avec Enzo pour mettre en place le processus de la Biennale.

Yvonne Matuturu, qui était en charge du développement de l’engagement des jeunes, a parlé avec éloquence du leadership d’Enzo.

Les résultats de leur travail, la Biennale de Luanda 2021 – Forum panafricain pour la culture de la paix, sont décrits dans le CPNN de ce mois-ci. C’est un travail en cours puisque la prochaine Biennale est prévue en 2023.

Enzo et ses collègues ont eu la prévoyance d’organiser la Biennale de cette année comme un dialogue intergénérationnel, comprenant 118 jeunes leaders d’Afrique et de la diaspora, comme décrit dans un autre article de CPNN.

Quant à l’avenir, il y avait une jeune femme qui était présente à la visioconférence le 20 décembre, mais qui n’a pas pris la parole pendant que j’écoutais. Elle s’appelle Irène Aragona. Avec une autre jeune femme nommée Mariana Serrano Silvério, elle travaille dans le suivi du programme jeunesse développé pour la Biennale à promouvoir des mouvements panafricains à plusieurs niveaux dirigés par des jeunes pour une culture de la paix.

J’ai eu le privilège de parler avec Irene et Mariana lors d’une autre vidéoconférence le 19 décembre, au cours de laquelle elles ont expliqué le défi auquel elles sont confrontées. Oui, il y a 118 jeunes leaders qui ont participé à la Biennale, mais comment leur implication peut-elle devenir des mouvements panafricains multi-niveaux dirigés par des jeunes pour une culture de la paix?

L’UNESCO, l’Union africaine et l’Angola ont convenu de poursuivre le processus de la Biennale (voir leurs discours à la Biennale tels que réimprimés dans CPNN). Ils doivent accompagner les jeunes pour donner corps à ce processus.

Le mouvement pour une culture panafricaine de la paix a une riche histoire remontant à 1897 et les travaux de W.E.B. Dubois dans les congrès panafricains des années 1920 et 1945, ainsi que la création par Dubois sous Kwame Nkrumah au Ghana de l’Africana Encyclopedia en 1962.

Maintenant, l’avenir de la culture panafricaine de la paix est là où il devrait être, entre les mains de la jeunesse africaine et de la diaspora. Un nouveau jour se lève. Il a besoin de notre soutien.

UPDATING DIRE WARNINGS

Featured

(Une version française suit en dessous)

A little over a year ago, I wrote in this blog that we are at a turning point in human history, that the American Empire is crashing and that there is a serious risk of a new American Civil War. The blog was illustrated by automatic weapons being accumulated by millions of American citizens and by the following map of the United States showing the states in red expected to vote for Trump and those in blue to vote against him. The results turned out to be more or less as predicted.


I pointed out in a later blog that the map corresponds, for the most part to the division between urban and rural.


Trump supporters feel, with good reason that rural areas are impoverished by rich capitalists. As I stated in the blog, in the United States, as in the rest of the capitalist world, “the modern capitalist state also serves the interests of industrial agriculture instead of the small farmer, despite the fact that small farms still produce the majority of the food on the planet. For almost a century now, the small farmer continues to be driven out of business by industrial agriculture. The people in rural areas that should gain a good living from agriculture continue to work hard for ever-decreasing income, while those who profit from industrial agriculture sit behind the desks in banks and bribe the legislatures to pass laws in their favor.”

Factors continue to develop that may lead to the crash of the American Empire. In particular, the US government, now led by Democrats, continues to pour its resources down the rat-hole of military spending (see January blog this year) and raise tensions that could lead to wars with China, Russia, Iran, etc. And the impoverishment of rural areas continues.

Civil war did not break out on January 6 of this year when Trump supporters stormed the US Capitol and the Empire has not yet crashed. But the tensions between the different regions of the United States that I described at that time continue to develop, as shown by the following new maps.

First is a map of states, showing in red those that are likely to ban abortion if the US Supreme Court decides next summer, as expected, to allow the states to do so. Those needing an abortion in those states, if they have enough money, will have to move to another state in order to get an abortion. Note the resemblance to the maps above.


Second is a map of states showing the blue and purple those with many weapons possessed by citizens. Again, those who voted for Trump are more likely to have accumulated weapons that could be used in a civil war.


In another blog, written one months later than the one mentioned above, I wrote that “in the face of pessimistic predictions for the United States, to the point of civil war, there are many progressive initiatives advancing.” I mentioned progressive initiatives by trade unions, universities, civil rights organizations, climate activists, peace activists, city governments and progressive members of congress. These also continue to develop.

It’s the dialectics of history in action, raising hopes that the crash of the empire will have a soft landing.

Where is all this leading? Only time will tell.

* * * * *

MISE À JOUR DES AVERTISSEMENTS

Il y a un peu plus d’un an, j’écrivais dans ce blog que nous étions à un tournant de l’Histoire de l’humanité, que l’empire américain s’effonderait et qu’il existe un risque sérieux d’une nouvelle guerre civile aux USA. Le blog était illustré par les armes automatiques accumulées par des millions de citoyens américains et par la carte suivante des États-Unis montrant les États (en rouge) censés voter pour Trump et ceux( en bleu) pour voter contre lui.


J’ai fait remarquer dans un blog ultérieur que la carte correspondait, pour l’essentiel, à la division entre l’espaces urbains et la ruralité.


Les partisans de Trump estiment, à juste titre, que les zones rurales sont appauvries par les riches capitalistes. Aux États-Unis, comme dans le reste du monde capitaliste, « l’État capitaliste moderne sert les intérêts de l’agriculture industrielle au lieu de celles du petit agriculteur, malgré le fait que les petites fermes produisent toujours la majorité de la nourriture sur la planète. Depuis près d’un siècle maintenant, le petit agriculteur continue d’être chassé des affaires par l’agriculture industrielle. Les habitants des zones rurales, qui devraient bien vivre de l’agriculture, continuent à travailler dur pour obtenir des revenus en baisse constante, tandis que ceux qui profitent de l’agriculture industrielle s’assoient derrière les bureaux des banques et soudoient les législateurs pour qu’ils adoptent des lois en leur faveur..”

Ces facteurs continuent à se développer et pourraient conduire à l’effondrement de l’empire américain. En particulier, le gouvernement américain, désormais dirigé par les démocrates, continue de déverser ses ressources dans le gouffre des dépenses militaires (voir le blog de janvier cet année) et de faire monter des tensions qui pourraient conduire à des guerres avec la Chine, la Russie, l’Iran, etc. Et pendant ce temps, l’appauvrissement des zones rurales se poursuit.

La guerre civile n’a pas éclaté le 6 janvier de cette année lorsque les partisans de Trump ont pris d’assaut le Capitole américain. Et l’Empire ne s’est pas encore écrasé. Mais les tensions entre les différentes régions des États-Unis que j’ai décrites à l’époque continuent de se développer, comme le montrent les nouvelles cartes suivantes.

La première est une carte des États, montrant en rouge ceux qui sont susceptibles d’interdire l’avortement si la Cour suprême des États-Unis décide l’été prochain, comme prévu, d’autoriser les États à le faire. Celles qui ont besoin d’un avortement dans ces États, si elles ont assez d’argent, devront se rendre dans un autre État pour se faire avorter. Notez la ressemblance avec les cartes ci-dessus.


Deuxièmement, une carte des États montrent en bleu et en violet, ceux ou les citoyens. possèdent de nombreuses armes. Les États qui ont voté pour Trump sont plus susceptibles d’avoir accumulé des armes qui pourraient être utilisées dans une guerre civile.


Dans un autre blog, écrit un mois plus tard que celui mentionné ci-dessus, j’ai écrit que “face aux prédictions pessimistes pour les États-Unis, pouvant arriver à la guerre civile, de nombreuses initiatives progressistes avancent”. J’ai mentionné les initiatives progressistes des syndicats, des universités, des organisations de défense des droits civiques, des militants pour le climat, des militants pour la paix, des gouvernements municipaux et des membres progressistes du congrès. Ceux-ci continuent également à se développer.

C’est la dialectique de l’Histoire en action, faisant naître l’espoir que le krach de l’empire aura un atterrissage en douceur.

Où tout cela mènera-t-il ? Seul le temps nous le dira.

Speech to Mayors for Peace

Featured

(Une version française suit en dessous)

Here is the text that I provided to first national forum of the AFCDRP (Association of Mayors for Peace, France) that took place October 13 in Montpelier.

First of all, I would like to thank Loréna Schlicht who invited me here and who has done a tremendous work to organize this conference.

Back in the year 2000, I was responsible, with Enzo Fazzino, who has just spoken, for the organization of the United Nations International Year for the Culture of Peace. We mobilized seventy-five million people to sign the Manifesto 2000 with the commitment to work for a culture of peace in family, work, community and country. So we were responsible for writing the Declaration and Program of Action on a Culture of Peace which was adopted by the United Nations General Assembly.

`The Declaration provided a definition of the culture of peace which lays a basis for everything we do in this regard.

1) strengthening a culture of peace through education;
2) promote sustainable economic and social development;
3) promote respect for all human rights;
4) advance understanding, tolerance and solidarity;
5) ensure equality between women and men;
6) promote democratic participation;
7) support participatory communication and the free flow of information and knowledge;
8) promote international peace and security.

But the 1999 declaration is not enough. It has taken for granted the current structure of world governance, that is, power in the hands of the Great Powers, the countries that run the United Nations Security Council. At that time we could not expect that a declaration by the United Nations could call into question its own structure.

Today, the Great Powers continue to cling to the nuclear weapons that threaten the existence of mankind and their decisions in the Security Council continue to support the culture of war, continuing to profit from the sale of armaments.

Now it is clear that we cannot make the transition to a culture of peace with this system of global governance. We need another structure.

The ideal would be a new democratically elected structure. This is our project: The United Nations and its Security Council made up of representatives of mayors from all regions of the world. Mayors and their cities do not have a culture of war. No interest in nuclear weapons. They have no enemies, no army, no military-industrial complex, no borders to defend. They are elected to promote education, health, respect for human rights, and the security of all citizens on an equal basis, that is, a culture of peace !

With this perspective, we have proposed a new Declaration, the Declaration for the Transition to a Culture of Peace in the 21st Century.

According to the Declaration, the role of cities is key. They can and should:

Promote and support peace education projects in public institutions and in non-formal contexts. Share with communities and neighborhoods, the history of world cultures and their actions in favor of peace, recognizing our unity with other peoples; knowing their symbols; and creating new shared symbols that promote the acceptance of others, solidarity, respect and cooperation.

Promote transparency and the free flow of information: avoiding the secrecy of the State; promoting, supporting and giving freedom to the imagination and the creation of new vocabularies, languages and narratives about peace; and transforming the negative and violent portrayal of conflict in the mass media.

Publicize the knowledge and actions of organized civil society: enabling participatory democracy; training citizens, teachers, journalists, activists, social and religious leaders, policemen, students, professionals, politicians and scientists to participate in the exercise of their human rights, monitoring guarantees of all human rights including housing, health, sanitation, education and public safety.

Establish spaces for reflection, listening and dialogue between people of different ages, different physical, affective, cognitive and socioeconomic needs, and different ethnic, linguistic and gender identities, and welcome with generosity and fraternity the refugees and immigrants who have fled wars and injustices for which we are all responsible.

Promote democratic participation through equitable representation mechanisms for ethnic and gender diversities, free from the influence of military industry, financial monopoly corporations, and institutions that influence national politics.

Prioritize agriculture, manufacturing, consumption, local and sustainable development that depend less on oil and corporate monopolies, that respect the diversity of regional species to help combat climate change and environmental problems, and that promote the creation of cooperatives that work for a social and solidarity economy focused on fair trade and the well-being of the families and groups that comprise them.

Ensure equality between women and men through the integration of a gender perspective in the application of all economic, social and political decision-making; through measures for the elimination of all forms of discrimination and violence against women; and through support and assistance to women who are victims of all forms of violence.

Guarantee the peace and security of citizens by the control of firearms, by public institutions for conflict resolution and restorative justice and by local police forces trained in these procedures.

The city can become a vector of the culture of peace by institutionalizing and disseminating these actions. It can and should establish a city culture of peace commission that measures and reports on progress in each of these areas. It can and should share this process with other cities through networks such as Mayors for Peace, through twinning with cities from other continents and through advocacy for the role of cities at the United Nations.

The invitation to become partners with the Biennale of Luanda – “Pan-African Forum for the Culture of Peace” is a golden opportunity to implement this approach. Yes ! it would be a big step forward for Africa. But at the same time it would be a big step forward for France and the rest of the world who are in dire need of hope and vision in this time of turmoil.

As the Declaration for the Transition to a Culture of Peace in the 21st Century concludes:

We hold that history is in our hands and that another world is possible.

A global culture of peace is possible.

Let’s not mourn, but organize!

* * * * *

DISCOURS POUR L’ASSOCIATION “MAIRES POUR LA PAIX”

Tout d’abord, je veux remercier Loréna Schlicht qui m’a invitée ici et qui a fait un travail formidable pour organiser cette conférence.

Il y a longtemps, en l’an 2000, j’étais responsable, avec Enzo Fazzino, qui vient de parler, de l’organisation de l’Année internationale des Nations Unies pour la culture de la paix. Nous avons mobilisé soixante-quinze millions de personne pour signer le Manifeste 2000 avec l’engagement de travailler pour une culture de la paix dans la famille, le travail, la communauté et le pays. Aussi nous étions résponsable d’écrire la Déclaration et Programme d’action sur une culture de la paix qui a été adoptée par l’Assemblee générale des Nations Unies.

`La Declaration a donné une definition de la culture de la paix qui pose une base pour tout que nous faisons à cet égard.

1) renforcer une culture de la paix par l’éducation;
2) promouvoir le développement économique et social durable;
3) promouvoir le respect de tous les droits de l’Homme;
4) faire progresser la compréhension, la tolérance et la solidarité;
5) assurer l’égalité entre les femmes et les hommes;
6) favoriser la participation démocratique;
7) soutenir la communication participative et la libre circulation de l’information et des connaissances;
8) promouvoir la paix et la sécurité internationales.

Mais la declaration de 1999 ne suffit pas. Elle a pris pour acquis la structure actuelle de la gouvernance mondiale, c’est à dire, le pouvoir dans les mains des pays de grande puissance, les pays qui dirige la Conseil de Securité des Nations Unis. À cette époque nous n’avons pas pu éviter qu’une déclaration par les Nations Unis ne remette pas en question sa propre structure.

Aujourd’hui, les Grandes Puissances continuent de s’accrocher aux armes nucléaires qui menacent l’existence de l’humanité et leur décisions au Conseil de Sécurité continuent d’appuyer la culture de la guerre, en continuant les ventes d’armes.

Maintenant il est clair que nous ne pouvons pas faire la transition vers une culture de la paix avec ce systeme de gouvernance globale. Nous avons besoin d’une autre structure.

L’ideal serait une nouvelle structure elue democratiquement. Voilà notre projet : Des Nations Unis et son Conseil de Securité composée des representants des maires des toutes les regions de monde. Les maires et leurs villes n’ont pas de culture de la guerre. Pas interêt dans les armes nucléaires. Ils n’ont pas d’enemies, pas d’armeé, pas de complex militairo-industriel, pas de frontières à défendre. Ils sont élus pour promouvoir l’éducation, la santé, le respect des droits de l’Homme, et la sécurité de tous les citoyens et ciyoyennes en égalité, c’est à dire une culture de la paix !

Avec cette perspective, nous avons proposé une nouvelle Déclaration, la Déclaration pour la Transition vers une Culture de la Paix au XXI Siècle.

Selon la Déclaration, le rôle des villes est clé. Elles peuvent et doivent :
Promouvoir et soutenir des projets d’éducation à la paix dans les institutions publiques et dans des contextes non formels. Partager avec les communautés et les quartiers, l’histoire des cultures du monde et de leurs actions en faveur de la paix, pour se reconnaître dans les actions des autres, pour connaître leurs symboles et pour créer de nouveaux symboles communs qui favorisent l’acceptation des autres, la solidarité, le respect et la coopération.

Promouvoir la transparence et la libre circulation de l’information pour éviter le secret de l’État et pour favoriser, soutenir et donner la liberté à l’imagination et à la création de nouveaux vocabulaires, langues et récits faisant référence à la paix et changer la manière morbide dont sont relatés les conflits dans les médias de masse.

Prendre en compte les connaissances et les actions de la société civile organisée, pour permettre à tout le monde de participer à l’exercice de leur droits de l’Homme, dans l’évaluation des progrès de la culture de la paix dans leur communauté et dans le suivi des garanties, telles que le logement, la santé, l’assainissement, l’éducation et la sécurité publique.

Créer des espaces de réflexion, d’écoute et de dialogue pour la tolerance et la solidarité entre des personnes d’âges différents, de besoins physiques, émotionnels, cognitifs et socio-économiques différents et d’identités ethniques, linguistiques et de genre différents et acceuillir avec generosité et fraternité les réfugiés et immigrés qui ont fuit des guerres et des injustices dont nous sommes tous responsables.

Promouvoir la participation démocratique grâce à des mécanismes de représentation équitable pour les diversités ethniques et de genre, loin de l’influence de l’industrie militaire, des sociétés de monopole financier et des institutions qui influencent la politique nationale.

Donner la priorité à une agriculture, une fabrication, un consommation, un developpement local et durable qui dépendent de moins en moins du pétrole et des monopoles d’entreprises, qui respectent la diversité des espèces régionales pour aider à lutter contre le changement climatique et les problèmes environnementaux, et qui favorisent la création de coopératives travaillant pour un économie sociale et solidaire axée sur le commerce équitable et le bien-être des familles et des groupes qui les composent.

Assurer l’égalité entre les femmes et les hommes par l’intégration d’une perspective sexospécifique dans l’application de toutes les prises de décisions économiques, sociales et politiques; par les mesures pour l’élimination de toutes les formes de discrimination et de violence contre les femmes; et par un appui et une aide aux femmes qui sont victimes de toutes les formes de violence.

Garantir la paix et la sécurité des citoyens et des citoyennes par le contrôle des armes à feu, par des institutions publiques de résolution des conflits et de justice réparatrice et par des polices de proximité formées à ces procédures.

La ville peut devenir un vecteur de la culture de la paix en institutionnalisant et en diffusant ces actions. Elle peut et doit établir une commission de la culture de la paix de la ville qui mesure et publie les progrès dans chacun de ces domaines. Elle peut et doit partager ce processus avec d’autres villes par le moyen des réseaux tels que Maires pour la paix, par des jumelages avec des villes d’autres continents et par le plaidoyer pour le rôle des villes aux Nations Unies.

L’invitation de devenir partenaires avec le Biennale of Luanda – “Pan-African Forum for the Culture of Peace” est est une occasion en or de mettre en œuvre cette approche. Oui ! cela serait un grand pas en avant pour l’Afrique. Mais en même temps ce serait un grand pas en avant pour la France et le reste du monde qui ont grand besoin d’espoir et de vision en cette période de troubles.

Comme conclut la Déclaration pour la Transition vers une Culture de la Paix au XXI Siècle :

Nous sommes convaincus que l’histoire est entre nos mains et qu’un autre monde est possible.

Une culture mondiale de la paix est possible.

Pas de lamentation, organisons-nous!

AFGHANISTAN IS NOT THE END

Featured

(Une version française suit en dessous)

The loss of the war of the war launched by the Americans in Afghanistan is the latest in a long list beginning with the loss of Germany and Japan in World War II and extending through the failure of the American wars in Korea and Vietnam. It is no longer profitable to launch a war.

Times have changed since the middle of the 20th Century. Before then, with the exception of World War I, war was a profitable business. It provided the colonies that enriched the European countries and ensured the neo-colonial domination of the United States over Latin America. The violence by which the colonial powers subjugated their colonies was so one-sided that they were not even recognized as wars.

In my previous blog, entiled Update on the Culture of War, I pointed out that the culture of war is now on the defensive. The progress of democracy and the rejection of war by the citizenry has forced countries, especially the American Empire, to avoid open warfare and to attack other countries by secret means or after invented and false provocations.

But Afghanistan is not the end. the culture of war continues to dominate human history. The great powers continue to increase their military spending, establish foreign military bases and prepare for nuclear war that risks the total destruction of the planet.

Can this be sustained?

It certainly cannot be sustained if there is a nuclear war: As Albert Einstein warned us in 1946, The unleashed power of the atom has changed everything save our modes of thinking and we thus drift toward unparalleled catastrophe.

But even if there is not a nuclear war, it cannot be sustained forever. As Karl Marx put it, spending money on the military is like throwing money into the sea. It produces nothing of value. And eventually an economy that produces nothing of value will crash from its own internal contradiction. This is the contradiction that produced the crash of the Soviet Empire in 1989. And this is one of the contradictions that led Johan Galtung to predict the end of the American Empire in the year 2020.

The crash of the global system in World War I set the stage for the first attempt at a new system of governance in the League of Nations.`

The crash of World War II set the stage for another attempt in the United Nations.

A crash of nuclear war would produced “unparalleled catastrophe.”

But a global economic crash would prepare a window of opportunity to produce a new system of global governance capable of promoting a culture of peace.

The window of opportunity may be very brief, so we must prepare now to take advantage of it.

The Declaration for the Transition to a Culture of Peace in the XXI Century is a first step in the preparation that is needed. It is being disseminated widely in Latin America and we need to extend this to the rest of the world.

Go here for more information and to add your signature.

* * * * *

L’AFGHANISTAN N’EST PAS LA FIN

La perte de la guerre lancées par les Américains en Afghanistan est la dernière d’une longue à commençer par celles à l’initiative de l’Allemagne et du Japon, lors de la Seconde Guerre mondiale et se prolongeant par l’échec américain en Corée et au Vietnam. Il n’est plus rentable de financer une guerre !

Les temps ont changé depuis le milieu du 20e siècle. Avant cela, à l’exception de la Première Guerre mondiale, la guerre était une entreprise rentable. Elle a fourni les colonies qui ont enrichi les pays européens et assuré la domination néo-coloniale des États-Unis sur l’Amérique latine. La violence par laquelle les puissances coloniales ont soumis leurs colonies était si unilatérale qu’elles n’étaient même pas reconnues comme des guerres !

Dans mon précédent blog, intitulé Mise à jour sur la culture de la guerre, j’ai souligné que la culture de la guerre est désormais sur la défensive. Les progrès de la démocratie et le rejet de la guerre par les citoyens ont contraint des pays, en particulier l’Empire américain, à éviter la guerre ouverte et à attaquer d’autres pays par des moyens secrets ou après de fausses provocations inventées.

Mais l’Afghanistan n’est pas la fin. la culture de la guerre continue de dominer l’histoire humaine. Les grandes puissances continuent d’augmenter leurs dépenses militaires, d’établir des bases militaires étrangères et à se préparer à une guerre nucléaire qui risque la destruction totale de la planète.

Cela peut-il continuer ?

Certainement pas s’il y a une guerre nucléaire !! Comme nous l’avait prévenu Albert Einstein en 1946, la puissance déchaînée de l’atome a tout changé, sauf nos modes de pensée et nous dérivons ainsi vers une catastrophe sans précédent.

Mais même s’il n’y a pas de guerre nucléaire, elle ne peut pas continuer indéfiniment. Comme l’a dit Karl Marx, dépenser de l’argent pour l’armée, c’est comme jeter de l’argent à la mer. Il ne produit pas de valeur. Et finalement, une économie qui ne produit pas de valeur s’effondrera à cause de sa propre contradiction interne. C’est la contradiction qui a produit le krach de l’empire soviétique en 1989. Et c’est l’une des contradictions qui ont conduit Johan Galtung à prédire la fin de l’empire américain en 2020.

L’effondrement du système mondial pendant la Première Guerre mondiale a ouvert la voie à la première tentative d’un nouveau système de gouvernance au sein de la Société des Nations.

Le crash de la Seconde Guerre mondiale a ouvert la voie à une autre tentative aux Nations Unies.

Un effondrement de la guerre nucléaire produirait une “catastrophe sans précédent”.

Mais un krach économique mondial préparerait une fenêtre d’opportunité pour produire un nouveau système de gouvernance mondiale capable de promouvoir une culture de la paix.

La fenêtre d’opportunité peut être très brève, nous devons donc nous préparer dès maintenant à en profiter.

La Déclaration pour la transition vers une culture de la paix au XXIe siècle est un premier pas dans la préparation qui s’impose. Il est largement diffusé en Amérique latine et nous devons l’étendre au reste du monde.

Allez ici pour plus d’informations et pour ajouter votre signature.

CULTURE OF WAR UPDATE

Featured

(Une version française suit en dessous)

Two years ago in this blog, I wrote the following:

“There has been so much advance in both democracy and anti-war consciousness over the past few centuries that the state has found it increasingly difficult to get popular support for its wars, overt and covert, and its threats of war. People no longer will vote for this. To get around this problem and to continue its culture of war, the state has increasingly resorted to secret war, secret threats, and outright lies in order to justify its overt warfare. The war against Vietnam was justified by an invented attack in the Gulf of Tonkin. The war against Iraq was justified by the invented “weapons of mass destruction.” The control of information has become a crucial means for the culture of war – without this control it cannot be sustained.”

Recent events confirm this analysis. Their presentation in the commercial mass media has been controlled to mask the covert warfare of the American empire.

Cuba. As described on the website of FAIR: “A wave of protests in Cuba became the somewhat unlikely focus of global attention earlier this week, the events becoming the worldwide No. 1 trend on Twitter for over 24 hours, as celebrities, politicians and even the president of the United States weighed in on the action. . . . However, while giving the protests a great deal of coverage, the corporate press across the political spectrum consistently downplayed one of the primary causes of unrest: the increasingly punitive US blockade.” In other words, the US carries out an economic war against Cuba and then uses the press to justify it.

Nicaragua. A similar covert war has been carried out against Nicaragua. Here is the description reported in Prensa Latina: “The Cuban ambassador to Nicaragua, Juan Carlos Hernández), said today that Sunday’s events in his country follow the same script as what happened in Nicaragua with the failed coup attempt in 2018. We are in the presence of a preconceived script that Nicaragua is not strange to, such as the use of vandalism by the ‘Protesters’, the diplomat stated in his appearance in Live magazine of Channel Four on Nicaraguan television. He explained the use of social networks from abroad to encourage violence and take advantage of the difficult conditions imposed by the Covid-19 pandemic in order to provoke protests.”

Venezuela: Two years ago we reprinted an article in CPNN concerning the US economic war against Venezuela and the control of media reports in order to justify the aggression. The author,  Eric Zuesse, writing in Transcend Media Service compared this to many other similar interventions by the US: “Over the past sixty years, non-conventional economic wars have been waged against Cuba, Chile, Nicaragua, the Syrian Arab Republic and the Bolivarian Republic of Venezuela in order to make their economies fail, facilitate regime change and impose a neo-liberal socioeconomic model. In order to discredit selected governments, failures in the field of human rights are maximized so as to make violent overthrow more palatable. . . . . Other than readers of that single newspaper, where has the public been able to find these facts? If the public can have these facts hidden from them, then how much trust should the public reasonably have in the government, and in the news-media?”

Bolivia: More recently in another article by Eric Zuesse reprinted in CPNN , he states that “Without a doubt, the coup d’état in Bolivia is part of the tradition of the old military coups sponsored by the United States since the end of World War II. However, this practice dates back even further, as the history books show us. That means that the soft coup that was applied against Manuel Zelaya in Honduras, Lugo in Paraguay and Dilma Rousseff in Brazil, has been abandoned and the old formulas have returned. In Bolivia, the old formulas were applied, because in reality there was no possible propagandistic basis for the coup.”

A recent revelation supports the American role in the coup in Bolivia. It is reported by the website TV Mundus: “The coup general who demanded the resignation of President Evo Morales went to live in the United States. Just 72 hours after the coup, Williams Kaliman went to live in the United States without knowing exactly in which state he will hide after having collected a million dollars. The Charge d’Affaires of the US Embassy in La Paz was in charge of giving one million dollars to each military chief and five hundred thousand of the same currency to each police chief. Between the mutiny of the policemen that allowed the vindictive chaos against the socialists and indigenous people and the inaction of the Army, the coup was implemented. . . . . Kaliman was immediately replaced by the self-proclaimed President Janine Añez and in this way, together with the other military chiefs, they left for the United States, safe from any immediate investigation by the local and international community.” This information, like other analyses of the Bolivian coup, has never been reprinted by the mainstream media.

Brazil: The arrest and jailing of former Brazilian President Lula da Silva in April 2018 opened the door to far-right candidate Jair Bolsonaro, who came to power with the support of the United States and powerful corporate interests. New information indicates that the US was involved as in the countries listed above. According to an article in the Brazil Wire Newsletter, in 2019 the US Department of Justice attempted to pay the Lava Jato task force a $682 million dollar kickback. This was the task force that produced the false evidence used to convict Lula. As they remark, “Over the past 4 years, as most Anglo media completely ignored the issue, Brasil Wire has extensively covered US government involvement in the Lava Jato corruption investigation.”

Syria. American secret wars and media control is not confined to Latin America. In Syria, the United States and its allies funded the White Helmets organization which provided false propaganda to justify US military intervention against the Syrian government. This was exposed by Swedish Doctors for Human Rights, but the mainstream media continued to carry the White Helmets propaganda.

Xinjiang, China. The most recent example of secret intervention and media control comes in the context of Biden’s renewal of a Cold War with China. As described on the website Yilan, “Recently, there has been a flood of posts on various other social media platforms, decrying outrage over alleged abuse of Uyghur Muslims in Xinjiang. These posts claim that Uyghur Muslims are being skinned alive, tortured, starved, and raped in Nazi Germany style concentration camps. According to these posts, the camps seek to indoctrinate Uyghur Muslims into abandoning their Uyghur and Muslim culture. Essentially, these posts are stating that China is engaging in a genocide of Uyghur Muslims.”

Indeed, Uyghur Muslims have been relocated to camps in Xinjiang. But why? Here is where the media fails to give full information. For a long time, the Central Intelligence Agency has financed an organization called ETIM to promote Uyghur independence from China. This is important in the context of the new Cold War because Xinjiang is a key transportation region for the Chinese economic venture, the belt and road initiative, for trade with the Middle East and Europe. The Uyghur camps have been established in response to the CIA-funded terrorist operations.

As described in Yilan, “The ETIM is designated a terrorist organization by many countries for good reason. To quote from a report by the United Nations Security Council, ‘In recent years, ETIM has set up bases outside China to train terrorists and has dispatched its members to China to plot and execute terrorist acts including bombing buses, cinemas, department stores, markets and hotels.” There have been fewer attacks since the camps were established by the Chinese government as a response to these interventions.

As for the media coverage, according to Yilan, “The two main sources that are pushing the narrative of these centers being torture sites include Radio Free Asia, which is unsurprisingly also funded by the CIA, and a man named Adrien Zenz.” (See this analysis of Zenz).

None of this is to defend violations of human rights in the context of the culture of war by the opponents of the United States, but at the present time, it is the American empire that is dominating the culture of war.

That is the bad news, but there is good news as well. Returning to our point of departure, it is “the advance in both democracy and anti-war consciousness over the past few centuries that [explains why] the state has found it increasingly difficult to get popular support for its wars.”

In fact, by disseminating the above information, we contribute to further democracy and further increase in anti-war consciousness.

It does not seem likely that the advance in democracy and anti-war consciousness can overthrow the American Empire and its culture of war, but this empire, like its predecessor, the Soviet Empire, will eventually collapse from its own contradictions. At that point, there will be a window of opportunity. And at that point, the development of democracy and anti-war consciousness will be essential if we are to make a radical change in global governance, a United Nations based directly on the people and promoting a culture of peace.

* * * * *

MISE À JOUR SUR LA CULTURE DE LA GUERRE

Il y a deux ans dans ce blog, j’ai écrit ce qui suit :

“Il y a eu tellement de progrès dans la démocratie et la conscience anti-guerre au cours des derniers siècles que l’État a de plus en plus de mal à obtenir le soutien populaire pour ses guerres, ouvertes et secrètes, et ses menaces de guerre. Les gens ne le feront plus votez pour cela. Pour contourner ce problème et pour continuer sa culture de guerre, l’État a de plus en plus recours à la guerre secrète, aux menaces secrètes et au mensonge pur et simple afin de justifier sa guerre ouverte. La guerre contre le Vietnam a été justifiée par une attaque inventée dans le golfe du Tonkin. La guerre contre l’Irak a été justifiée par les “armes de destruction massive” inventées. Le contrôle de l’information est devenu un moyen crucial pour la culture de la guerre – sans ce contrôle, il ne peut pas être maintenu”.

Les événements récents confirment cette analyse. Leur présentation dans les médias commerciaux a été contrôlée pour masquer la guerre secrète de l’empire américain.

Cuba. Comme décrit sur le site Web de FAIR : « Une vague de manifestations à Cuba est devenue le centre d’attention mondial cette semaine, les événements devenant la tendance n ° 1 sur Twitter pendant plus de 24 heures; célébrités, politiciens et même le président des États-Unis ont pesé sur l’action. . . Cependant, tout en donnant une large couverture aux manifestations, la presse commerciale à travers l’éventail politique ,a constamment minimisé l’une des principales causes de troubles : le blocus américain de plus en plus punitif. » En d’autres termes, les États-Unis mènent une guerre économique contre Cuba et utilisent ensuite la presse pour la justifier.

Nicaragua. Une guerre secrète similaire a été menée contre le Nicaragua. Voici la description rapportée dans Prensa Latina : « L’ambassadeur de Cuba au Nicaragua, Juan Carlos Hernández, a déclaré aujourd’hui que les événements de dimanche dans son pays suivent le même scénario que ce qui s’est passé au Nicaragua avec la tentative de coup d’État ratée en 2018. Nous sommes dans le présence d’un scénario préconçu auquel le Nicaragua n’est pas étranger, comme l’utilisation du vandalisme par les « manifestants », a déclaré le diplomate lors de son apparition dans le magazine Live de Channel Four à la télévision nicaraguayenne. Il a expliqué l’utilisation des réseaux sociaux de l’étranger pour encourager la violence et profiter des conditions difficiles imposées par la pandémie de Covid-19 pour provoquer des protestations. »

Venezuela : Il y a deux ans, nous avons réimprimé un article dans CPNN concernant la guerre économique des États-Unis contre le Venezuela et le contrôle des reportages des médias afin de justifier l’agression. L’auteur, Eric Zuesse, écrivant dans Transcend Media Service, a comparé cela à de nombreuses autres interventions similaires des États-Unis : « Au cours des soixante dernières années, des guerres économiques non conventionnelles ont été menées contre Cuba, le Chili, le Nicaragua, la République arabe syrienne et le République bolivarienne du Venezuela afin de faire échouer leur économie, de faciliter le changement de régime et d’imposer un modèle socio-économique néolibéral. Afin de discréditer certains gouvernements, les échecs dans le domaine des droits de l’Homme sont maximisés afin de rendre les renversements violents plus acceptables. . (…) À part les lecteurs de ce seul journal, où le public a-t-il pu trouver ces faits ? Si les faits peuvent être cachés du public, alors quelle confiance le public devrait-il raisonnablement avoir dans le gouvernement et dans les médias?”

Bolivie : Plus récemment, dans un autre article d’Eric Zuesse réimprimé dans CPNN, il déclare que « Sans aucun doute, le coup d’État en Bolivie fait partie de la tradition des vieux coups d’État militaires parrainés par les États-Unis depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Cependant, cette pratique remonte encore plus loin, comme nous le montrent les livres d’histoire. Cela signifie que le coup d’État en douceur qui a été appliqué contre Manuel Zelaya au Honduras, Lugo au Paraguay et Dilma Rousseff au Brésil, a été abandonné et les anciennes formules sont revenues. En Bolivie, les anciennes formules ont été appliquées, car en réalité il n’y avait aucune base propagandiste possible pour un coup d’État. »

Une révélation récente soutient le rôle américain dans le coup d’État en Bolivie. Il est rapporté par le site TV Mundus : « Le leader du coup d’État qui a demandé la démission du président Evo Morales est parti aux États-Unis. 72 heures seulement après. Williams Kaliman, c’est son nom, est allé vivre aux États-Unis sans savoir exactement dans quel état il allait pouvoir se cacher après avoir collecté un million de dollars! Le chargé d’affaires de l’ambassade des États-Unis à La Paz était chargé de remettre un million de dollars à chaque chef militaire et cinq cent mille de la même monnaie à chaque chef de police. Entre le mutinerie des policiers qui a permis le chaos vindicatif contre les socialistes et les indigènes et l’inaction de l’armée, le coup d’État a pu être mis en œuvre. . . . . Kaliman a été immédiatement remplacé par la présidente autoproclamée Janine Añez et ainsi, avec les autres chefs militaires, ils sont partis pour les États-Unis, à l’abri de toute enquête immédiate de la communauté locale et internationale.” Cette information, comme d’autres analyses du coup d’État bolivien, n’a jamais été réimprimée par les médias grand public.

Brésil : L’arrestation et l’emprisonnement de l’ancien président brésilien Lula da Silva en avril 2018 ont ouvert la porte au candidat d’extrême droite Jair Bolsonaro, arrivé au pouvoir avec le soutien des États-Unis et de puissants intérêts commerciaux. De nouvelles informations indiquent que les États-Unis étaient impliqués comme dans les pays énumérés ci-dessus. Selon un article du Brazil Wire Newsletter en 2019, le ministère américain de la Justice a tenté de payer au groupe de travail Lava Jato un pot-de-vin de 682 millions de dollars. C’est le groupe de travail qui a produit les fausses preuves utilisées pour condamner Lula. Comme ils le font remarquer, “Au cours des 4 dernières années, comme la plupart des médias anglophones qui ont complètement ignoré le problème, Brasil Wire a largement couvert l’implication du gouvernement américain dans l’enquête sur la corruption de Lava Jato.”

Syrie. Les guerres secrètes américaines et le contrôle des médias ne se limitent pas à l’Amérique latine. En Syrie, les États-Unis et leurs alliés ont financé l’organisation des Casques blancs qui a fourni une fausse propagande pour justifier l’intervention militaire américaine contre le gouvernement syrien. Cela a été révélé par Médecins suédois pour les droits de l’Homme, mais les médias grand public ont continué à diffuser la propagande des Casques blancs.

Xinjiang, Chine. L’exemple le plus récent d’intervention secrète et de contrôle des médias survient dans le contexte du renouvellement par Biden d’une guerre froide avec la Chine. Comme décrit sur le site Web Yilan, « Récemment, il y a eu un flot de messages sur diverses autres plateformes de médias sociaux, décriant l’indignation face aux allégations d’abus de musulmans ouïghours au Xinjiang. et violées dans des camps de concentration de style allemand nazi. Selon ces messages, les camps cherchent à endoctriner les musulmans ouïghours pour qu’ils abandonnent leur culture ouïghoure et musulmane. Essentiellement, ces messages déclarent que la Chine se livre à un génocide des musulmans ouïghours. ”

En effet, les musulmans ouïghours ont été relogés dans des camps au Xinjiang. Mais pourquoi? C’est ici que les médias ne parviennent pas à donner des informations complètes. Pendant longtemps, la Central Intelligence Agency a financé une organisation appelée ETIM pour promouvoir l’indépendance des Ouïghours vis-à-vis de la Chine. Ceci est important dans le contexte de la nouvelle guerre froide, car le Xinjiang est une région de transport clé pour l’entreprise économique Chinoise, l’initiative  « Une ceinture, une route », pour le commerce Chinois avec le Moyen-Orient et l’Europe. Les camps ouïghours ont été créés en réponse aux opérations terroristes financées par la CIA.

Comme décrit dans Yilan, « L’ETIM est désignée organisation terroriste par de nombreux pays pour une bonne raison. Pour citer un rapport du Conseil de sécurité des Nations Unies, « Ces dernières années, l’ETIM a établi des bases en dehors de la Chine pour former des terroristes et a envoyé ses membres en Chine pour comploter et exécuter des actes terroristes, notamment des attentats à la bombe dans des bus, des cinémas, des grands magasins, des marchés et des hôtels. » Il y a eu moins d’attaques depuis que les camps ont été créés par le gouvernement Chinois en réponse à ces interventions.

Quant à la couverture médiatique, selon Yilan, “Les deux principales sources qui poussent le récit de ces centres comme des sites de torture sont Radio Free Asia, qui est sans surprise également financée par la CIA, et un homme nommé Adrien Zenz.” (Voir cette analyse de Zenz).

Rien de tout cela n’est pour défendre les violations des droits de l’Homme dans le cadre de la culture de la guerre par les opposants aux États-Unis, mais à l’heure actuelle, c’est l’empire américain qui domine la culture de la guerre.

C’est une mauvaise nouvelle, mais il y a aussi une bonne nouvelle. Pour en revenir à notre point de départ, c’est « l’avancée de la démocratie et de la conscience anti-guerre au cours des derniers siècles qui [explique pourquoi] l’État a de plus en plus de mal à obtenir le soutien populaire pour ses guerres ».

En fait, en diffusant les informations ci-dessus, nous contribuons à faire avancer la démocratie et à accroître encore la conscience anti-guerre.

Il ne semble pas probable que l’avancée de la démocratie et de la conscience anti-guerre puisse renverser l’empire américain et sa culture de guerre, mais cet empire, comme son prédécesseur, l’empire soviétique, finira par s’effondrer à cause de ses propres contradictions. Il y aura une fenêtre d’opportunité. Et à ce point lá, le développement de la démocratie et de la conscience anti-guerre sera essentiel si on peut faire un changement radical dans la gouvernance mondiale, une Organisation des Nations Unies basée directement sur le peuple et promouvant une culture de paix.

UN SECURITY COUNCIL: KEY REFORM FOR A CULTURE OF PEACE

Featured

(Une version française suit en dessous)

In last month’s blog, we presented a utopian vision for Jerusalam as a turning point in the transition to a culture of peace. It was taken from my novella, “I have seen the promised land.”

Looking further into the novella, we find a second turning point in the transition, the achievement of universal nuclear disarmament.

And the key to both of these turning points is the reform of the United Nations Security Council, which, at the present time, is controlled by the nuclear powers and unable to act in the Middle East because of alliances with the State of Israel.

Here is how the novella imagines the reform of the Security Council, as of the year 2026:

“When we all got started on the Transition a few years ago . . . the United Nations was still a disaster. It is hard to overestimate the extent to which the UN was paralyzed following the Crash of ’20 and the Davos Coup. Its stock, like that of Wall Street, had fallen to the point that it was essentially worthless. Many said that its day was over, like that of its predecessor, the League of Nations. The old order, established after World War II, that the “Allies” should run the Security Council, had been disintegrating for many years since the turn of the Century, but all attempts at reform were unsuccessful. . . .

The first breakthrough here in New York came when the permanent members of the Security Council, Britain, France, US, China and Russia, agreed to stand down and to suspend, at least temporarily, the functions of the Council. This enabled negotiations to go forward for a new representational system in the Council. We will probably never know all the details of the negotiations that went on between the Nobel Group and the five great powers. . . . .

It was the Nobel Peace Laureates who cut the Gordian Knot, and they did it through a year of mediation, not by a single stroke of the sword. To me this symbolizes in a single image the transition to a culture of peace! It cannot be achieved overnight. There is no single decisive battle, but only the long patient process of dialogue, listening, and negotiation. As my African friends have always said, “A culture of peace is not built. It is cultivated.”

In the end, the agreement was reached. Those regional organizations previously based on state power, that could reorganize themselves on the basis of local and provincial representation were granted a seat in the new Security Council. . . .

In a few weeks, we will mark the first anniversary of the Transition Security Council, and what a year it has been! In only one year, the Transition Council has revitalized the disarmament process. Already, the International Atomic Energy Commission has announced a schedule of nuclear disarmament that should be completed within the year. And, most dramatic of all, they have succeeded where a Century of efforts by the nation-states failed; they have brought a viable peace plan to the Middle East. It was one thing when the Wall came down in 2021, but that was only a beginning. In a few months we will have the reunification of Jerusalem, and it will be cause for great celebration. The culture of peace has come of age!”

The preceding vision of a reformed Security Council has led me in recent years to call for the establishment of a new initiative, an alternative Security Council, independent of the nation-states.

At the present time, the Security Council of the United Nations does not not represent the interests of ordinary people, but rather the influence of lobbies, such as arms manufacturing companies, that determine the policies of the nation-states. On the other hand, a new institution should represent the people more directly. It should be democratically elected and should be close to the interests of the people.

For this reason, a good option is to establish a Mayors Security Council, composed of a rotating group of democratically-elected mayors from all the regions of the world. They tend to be close to the interests of ordinary citizens, concerned with the day-to-day problems of education, with citizen safety, and quality of life in general. Cities have no enemies, no need to prepare for war !

Mayors have no use for nuclear weapons and a Mayors Security Council would quickly decide to take serious steps towards their abolition.

Mayors have no reason to intervene in the Middle East, unlike the interventions by the United States and its allies in Iraq, Syria, Afghanistan, Libya, etc. And probably they would agree on effective steps towards peace between Israel and Palestine.

At first, such a Council would not have any power of action, but it would publish regular press-releases about what they would do if they were faced with the questions before the actual UN Security Council. The press releases would help develop the consciousness that “another world is possible”.

And, if some of us are correct that the world is on the verge of radical transformations, the time may come when a Mayors Security Council can become the real United Nations Security Council.

In any case, what we have now is not promoting a culture of peace. What we need is radical change, and the UN Security Council is a key point to be changed.

* * * * *

CONSEIL DE SÉCURITÉ DE L’ONU : UNE RÉFORME CLÉ POUR UNE CULTURE DE LA PAIX

Dans le blog du mois dernier, nous avons présenté une vision utopique de Jérusalem comme un point tournant dans la transition vers une culture de paix. Il a été tiré de ma nouvelle, “J’ai vu la terre promise.”

En lisant la nouvelle, nous trouvons un deuxième tournant dans la transition, la réalisation du désarmement nucléaire universel.

Et la clé de ces deux points tournants est la réforme du Conseil de sécurité des Nations unies, qui, à l’heure actuelle, est contrôlé par les puissances nucléaires et incapable d’agir au Moyen-Orient en raison d’alliances avec l’État d’Israël.

Voici comment la nouvelle imagine la réforme du Conseil de sécurité, à partir de l’année 2026 :

Quand on s’est lancé sur la Transition il y a quelques années . . . “les Nations Unies restaient un désastre. Il est difficile d’estimer la mesure dans laquelle elles ont été paralysées après la crise de 2020 et le coup d’État de Davos. Leur stock, comme celui de Wall Street, avait tellement baissé qu’il n’avait pratiquement aucune valeur. Beaucoup ont dit que ses jours étaient révolus, comme ceux de son prédécesseur, la Ligue des Nations . Le vieil ordre, établi après la Seconde Guerre mondiale et dans lequel les “alliés” devaient diriger le Conseil de sécurité, avait été désintégré bien des années auparavant, au début du siècle, mais toutes les tentatives de réforme ont échoué.. . . .

La première percée est survenue à New York lorsque les membres permanents du Conseil de sécurité, la Grande-Bretagne, la France, les États-Unis, la Chine et la Russie, ont convenu de réduire et de suspendre, au moins temporairement, les fonctions du Conseil. Cela a permis aux négociations d’avancer vers un nouveau système de représentation. Nous ne connaîtrons probablement jamais tous les détails des négociations entre le groupe Nobel et les cinq grandes puissances.. . . . .

Ce sont les lauréats du prix Nobel de la paix qui ont coupé le nœud gordien, et s’ils l’ont fait pendant une année de médiation ce ne fut pas d’un seul coup d’épée. Pour moi, cela symbolise une image de la transition vers une Culture de la Paix! Cela ne peut pas se faire du jour au lendemain. Il n’y a pas de bataille décisive, mais seulement le long et patient processus de dialogue, d’écoute et de négociation. Comme mes amis africains me l’ont toujours dit, “une culture de paix ne se construit pas, elle se cultive.”

En fin de compte, un accord a été conclu: les organisations régionales, auparavant basées sur un pouvoir d’État qui pouvait se réorganiser sur la base d’une représentation locale et provinciale, ont obtenu un siège au nouveau Conseil de sécurité. . . . .

Dans quelques semaines, nous marquerons le premier anniversaire du Conseil de sécurité de la transition, et quelle année cela a été ! Un an seulement, depuis que le Conseil de transition a relancé le processus de désarmement. Déjà, la Commission internationale de l’énergie atomique a annoncé un calendrier de désarmement nucléaire qui devrait être achevé dans l’année. Et, le plus remarquable, c’est d’avoir réussi là où un siècle d’efforts des états-nations a échoué; ils ont apporté un plan de paix viable au Moyen-Orient. La chute du mur en 2021 était un événement, mais ce n’était que le début. Dans quelques mois, nous verrons la réunification de Jérusalem et ce sera une grande fête. L’ère de la culture de la paix est arrivée!”

La vision précédente d’un Conseil de sécurité réformé m’a conduit ces dernières années à appeler à la mise en place d’une nouvelle initiative, un Conseil de sécurité alternatif, indépendant des États-nations.

Actuellement le Conseil de sécurité des Nations Unies ne représente pas les intérêts des citoyens et citoyennes du monde, mais plutôt l’influence de lobbies, tels que les entreprises de fabrication d’armes, qui déterminent les politiques des États-nation. Par contre, une nouvelle institution devrait représenter les intérêts des des peuples. Il doit être élu démocratiquement et doit être proche du peuple.

Pour cette raison, une bonne option consisterait à établir un Conseil de sécurité des maires, composé d’un groupe tournant de maires élus démocratiquement, de toutes les régions du monde. Ces maires seraient plus proches des intérêts des citoyens, soucieux des problèmes quotidiens liés à l’éducation, à la sécurité, et à la qualité de vie en général. Les villes n’ont pas d’ennemis, donc pas besoin de se préparer à la guerre !

En effet, ils n’ont aucun interêt pour les armes nucléaires et un Conseil de sécurité des maires déciderait rapidement de prendre des mesures sérieuses en vue de leur abolition.

Ils n’ont donc aucune raison à intervenir au Moyen-Orient, contrairement aux interventions des états, les États-Unis et leurs alliés en Irak, en Syrie, en Afghanistan, en Libye, etc. Et ils seraient probablement d’accord sur des mesures efficaces vers la paix entre Israël et la Palestine.

Dans un premier temps, un tel Conseil n’aurait aucun pouvoir d’action, mais publierait des communiqués de presse réguliers sur ce qu’ils feraient s’ils étaient confrontés aux questions soumises au Conseil de sécurité de l’ONU. Les communiqués de presse aideraient à développer la conscience qu’un “autre monde est possible”.

Si certains d’entre nous ont raison de dire que le monde est au bord de transformations radicales, peut-être qu’un Conseil de sécurité des maires pourrait, dans un second temps, pourrait devenir le véritable Conseil de sécurité des Nations Unies.

En tout cas, ce que nous avons maintenant, ce n’est pas la promotion d’une culture de la paix. Ce dont nous avons besoin, c’est d’un changement radical, et le Conseil de sécurité de l’ONU est un point clé à changer.

A UTOPIAN VISION FOR JERUSALEM

Featured

(Une version française suit en dessous)

We have over five years remaining before the events I imagined as follows in my novella, “I have seen the promised land.” More than ever, I think that this is an essential turning point in the road we need to follow to achieve the transition from the culture of war to a culture of peace.

January 1, 2027

I can’t remember the last time that I stayed up all night for something. But that’s what we did last night at the assembly hall of the University for Peace. And there were millions of others like us who did the same in their churches and their meeting halls and in their homes. The broadcast was live from Jerusalem where the hour is 7 hours ahead of us.

Jerusalem is now a City of Peace. The ceremony was incredible!

Everyone was there. The Pope, the highest rabbis of the Jewish faith, the leaders from all Islamic orders, the Copts, the Russian Orthodox, the Greek Orthodox, dozens of different Protestant leaders, the Baha’i, even the Georgian Christians, all in their colorful robes and gowns. Even Buddhists and other Eastern religions and indigenous shamans got their turn to speak. Never before in history has there been such a gathering of all religions. I did not even see a single policeman or soldier in evidence, at least not on the Internet projection screen.

For me the most amazing moment was the appearance of Desmond Tutu, now 96 years old! It was he who first declared that the Palestinians were victims of Apartheid and that like the South Africans, they would eventually gain their freedom. Over the years he has come to symbolize, perhaps more than anyone else, the nonviolent struggle for a solution in the Middle East, and now the new Jerusalem is its shining symbol! He spoke for only a moment, but the old sparkle was still in his eye as he gave up a prayer of thanks. Around the world, our eyes were filled with tears.

Then came the dancing and singing. As if they had been dammed up over the years and now burst forth in an explosion of rhythm and color! I was proud of the role of the Culture of Peace Tourism Board, which has worked for decades now behind the scenes to produce the agreement, understanding that Jerusalem is part of our common human heritage, regardless of religion, and that it will be the greatest of all tourist attractions now that it is shared in peace. And I am proud of the new United Nations, without which this would never have been possible!

Last night was the first time that the mass media has given priority to the culture of peace. I had thought that all the internet publicity over the past few years would have forced the media to talk about it sooner. But it took the Jerusalem accords and the ceremonies last night to finally get their full attention.

* * * * *

Is this vision realistic? It is utopian, but it is possible, as indicated by the title of my books translated into Spanish, “Cultura de paz: una utopía posible“. For one thing, within the next five years, we can expect to see the crash of the American empire, of which Israel has been one of its most important outposts, sustained annually by billions of American dollars, American weapons and American vetoes in the UN Security Council.

But most important, the recent Israeli war against the Palestinians has united the Palestinian people and increased support for them around the world, as indicated in this month’s CPNN bulletin. Just as South African apartheid was defeated by a combination of struggle within the country and support from the international community, so, too, the Israeli apartheid can be overcome. Let us hope that the Palestinians will have their equivalent of Nelson Mandela to lead the way to peace.

* * * * *

UNE VISION UTOPIQUE POUR JÉRUSALEM

Il nous reste cinq ans avant les événements que j’imaginais dans ma nouvelle, “j’ai vu la terre promise.” Plus que jamais, je pense qu’il s’agit d’un tournant essentiel dans la voie que nous devons suivre pour passer de la culture de la guerre à une culture de la paix.

1 janvier 2027

Je ne me souviens pas de la dernière fois où je suis resté debout toute la nuit pour quelque chose. Mais c’est ce que nous avons fait hier soir dans la salle de réunion de l’Université pour la paix. Et il y avait des millions d’autres comme nous qui ont fait de même dans leur église et leur salle de réunion et dans leur maison. L’émission était en direct de Jérusalem où le décalage horaire est de 7 heures.
 
Jérusalem est maintenant une ville de paix ! La cérémonie a été incroyable !

Tout le monde était là. Le pape, les plus hauts rabbins de la foi juive, les chefs de tous les ordres islamiques, les coptes, les orthodoxes russes, les grecs orthodoxes, des dizaines de chefs protestants différents, les baha’is, même les chrétiens géorgiens, tous dans leurs robes et costumes colorés. Même les bouddhistes et autres religions orientales et les chamans indigènes ont eu leur temps de parole. Jamais auparavant dans l’Histoire il n’y a eu un tel rassemblement de toutes les religions. Je n’ai même pas vu un seul policier ou soldat, au moins pas sur l’écran de projection Internet.

Pour moi, le moment le plus étonnant a été l’apparition de Desmond Tutu, maintenant âgé de 96 ans! C’est lui qui a déclaré pour la première fois que les Palestiniens étaient victimes de l’apartheid et que, comme les Sud-Africains, ils finiraient par gagner leur liberté. Au fil des ans, il est venu pour symboliser, peut-être plus que quiconque, la lutte non violente pour une solution au Moyen-Orient, et maintenant la nouvelle Jérusalem est son symbole brillant ! Il parla brièvement, mais l’étincelle était toujours dans son œil lorsqu’il offrit une prière de remerciement. Nos yeux se sont remplis de larmes à travers le monde

Sont venus ensuite les danses et les chants. Comme s’ils se retenaient depuis des années et explosaient maintenant dans des éclats de rythmes et de couleurs!

J’étais fier du rôle du Conseil du tourisme de la culture de la paix, qui travaille depuis des décennies dans les coulisses pour élaborer l’accord, sachant que Jérusalem fait partie de notre patrimoine commun de l’humanité. Quelle que soit la religion, ce sera la plus grande de toutes les attractions touristiques, maintenant que la ville est partagée en toute tranquillité. Et je suis fier des nouvelles Nations Unies, sans lesquelles cela n’aurait jamais été possible!

Hier soir, c’était la première fois que les médias commerciales accordaient la priorité à la culture de la paix. J’avais pensé que toute la publicité sur Internet au cours des dernières années les aurait forcé à en parler plus tôt. Mais il a fallu les accords de Jérusalem et les cérémonies de la nuit dernière pour enfin obtenir toute leur attention.

* * * *

Cette vision est-elle réaliste? C’est utopique, mais c’est possible, comme l’indique le titre de mes livres traduits en espagnol, “Cultura de paz: una utopía posible“. D’une part, dans les cinq prochaines années, nous pouvons attendre le crash de l’empire américain, dont Israël a été l’un des avant-postes les plus importants, soutenu chaque année par des milliards de dollars américains, des armes américaines et des veto américains au Conseil de sécurité de l’ONU.

Mais le plus important, la récente guerre israélienne contre les Palestiniens a uni le peuple palestinien et accru son soutien dans le monde entier, comme indiqué dans le bulletin de CPNN de ce mois-ci. Tout comme l’apartheid sud-africain a été vaincu par une combinaison de luttes à l’intérieur du pays et de soutien de la communauté internationale, l’apartheid israélien peut également être vaincu. Espérons que les Palestiniens auront leur équivalent de Nelson Mandela pour ouvrir la voie à la paix !

DECLARATION FOR THE TRANSITION TO A CULTURE OF PEACE IN THE XXI CENTURY

Featured

As we entered the year 2021, I wrote as follows to conclude the January bulletin: “a crash of the global system of governance will give us a window of opportunity for the radical change that is needed from the culture of war to a culture of peace. But such a change requires advance preparation. We need to work on this now, and I hope to address this question in my next blogs.”

I am pleased to say that we now have a new project that can help us prepare for this great challenge. It is called the DECLARATION FOR THE TRANSITION TO A CULTURE OF PEACE IN THE XXI CENTURY, prepared by Roberto Mercadillo in Mexico with inputs from myself and from Federico Mayor Zaragoza.

We will be circulating the Declaration as widely as possible for signatures and dissemination, and a website is in preparation for this.

Below is the short English version of the Declaration.

Brief versions are available on the Internet in Spanish and in French.

The full versions are also available in English, in Spanish and in French.

* * * * *

DECLARATION FOR THE TRANSITION TO A CULTURE OF PEACE IN THE XXI CENTURY

In 1997, the United Nations General Assembly proclaimed the year 2000 as the International Year for the Culture of Peace. In 1999 it adopted the Declaration and Programme of Action on a Culture of Peace, and in the years since then the General Assembly has continued to call for its implementation. Twenty years later, we recognize that the transition from the culture of war and violence to a Culture of Peace is a possible utopia.

We also recognize that in recent decades, human beings have been able to express themselves freely, and we hope that, now, “we the peoples” will be able to participate in the consolidation of democratic multilateralism. As never before, humanity is aware that “change” is the essence of life and that, as living beings capable of reflection and change, we can and must change the course of history and that of all humanity.

We recognize that changes emanating from individuals can guide us in the search for that which links us with other humans and with all of life. But, we also recognize that individual change is not enough and that the transition to a Culture of Peace requires profound changes and reforms of institutions and policies to make possible a collective transformation.

In view of the above we propose locally. . .

A global Culture of Peace that can be cultivated locally with various expressions . . . promoted and favored by the authorities of our cities, enabling citizens around the world to organize peace education and to propose public policies that:

Guarantee budgetary investment to improve and enrich the physical and social environments of cities, so that our brains are nourished from an early age with experiences of well-being and awareness of the conditions that need to be transformed in our communities.

Promote and support peace education programs in public institutions and in non-formal settings through community initiatives that go beyond schools and universities that operate as a business.

Share broad and transdisciplinary scientific knowledge with communities and neighborhoods: so that people can question and think about the relevance of our beliefs and values; so that we become aware of our position in the world and our relationship with other species; so that we understand that biology and previous history does not determine our destiny; and so that we can learn conflict resolution based on non-violence.

Share with communities and neighborhoods the history of world cultures and their actions in favor of peace: recognizing our unity with other peoples; knowing their symbols; and creating new shared symbols that promote the acceptance of others, solidarity, respect and cooperation.

Promote transparency and the free flow of information: avoiding the secrecy of the State; promoting, supporting and giving freedom to the imagination and the creation of new vocabularies, languages ​​and narratives about peace; and transforming the negative and violent portrayal of conflict in the mass media.

Publicize the knowledge and actions of organized civil society: enabling participatory democracy; training citizens, teachers, journalists, activists, social and religious leaders, policemen, students, professionals, politicians and scientists to participate in the exercise of their human rights, monitoring guarantees of all human rights including housing, health, sanitation, education and public safety; and thus evaluating the progress of the culture of peace in their communities.

Establish spaces for reflection, listening and dialogue between people of different ages, different physical, affective, cognitive and socioeconomic needs, and different ethnic, linguistic and gender identities.

Promote democratic participation through equitable representation mechanisms for ethnic and gender diversities, free from the influence of military industry, financial monopoly corporations, and institutions that influence national politics.

Prioritize local and sustainable agriculture, manufacturing and consumption that depend less on oil and corporate monopolies, that respect the diversity of regional species to help combat climate change and environmental problems, and that promote the creation of cooperatives that work for a social and solidarity economy focused on fair trade and the well-being of the families and groups that comprise them.

… and we propose globally

The creation of a “Mayors Security Council” made up of representatives of the principal cities from all regions of the world. This Council can increase awareness that another world is possible. It can be created immediately since its formation does not require agreements or approval from the United Nations Member States. It can meet virtually through modern forms of communication and display in the press and mass media its own agreements on global security issues on the agenda of the actual Security Council, including issues that the current Security Council has failed to address, for example, the abolition of nuclear weapons.

The creation of a Council for Socioeconomic Affairs and a Council for Environmental Affairs in the United Nations, whose decisions represent the global balance of powers and favor the adoption of agreements on these matters by the Member States.

The prompt re-founding of the United Nations System, with a General Assembly composed of 50% representatives of the Member States and another 50% of institutions, academies and civil society organizations from around the world that represent “We, the peoples…”; this will allow the redirection of present policies by means of democratic multilateralism.

“The peoples” already have their own voice.

We hold that history is in our hands and that another world is possible.

A global culture of peace is possible. Let’s not mourn, but organize!

* * *
Signatories
David Adams. Director of the UNESCO task force for the International Year for the Culture of Peace.
Federico Mayor Zaragoza. President of Fundación Cultura de Paz
Roberto Emmanuele Mercadillo Caballero. Researcher at the National Council of Science and Technology, Mexico; Secretary of Transitional Justice and Peace, CSO.

LISTEN TO THE WOMEN

Featured

(Une version française suit en dessous)

It’s been difficult this year to find positive news for the blog. One thing is for certain: that we need radical change in the world.

This month, however, the women of the world give us reason to hope for the future, as we see from the CPNN bulletin. Around the world millions of women risked the covid pandemic and took to the streets to demand radical change.

Here were some of the demands and slogans on the signs they held.

ABORTO LEGAL
HUELGA FEMINISTA
REBEL WITH A CAUSE
She is not half-world. She is the whole world.
#NeverAgain to a fascist dictatorship
#ME TOO

The following interview tells us where the change will come from. It was recorded by Alcinda Honwana with Quitéria Guirengane, a Mozambican female activist and the President of the Mozambican Young Women Leaders’ Network.

“There are many youth groups and associations, formal and informal, fighting for what they believe is a better and fair society. For me, it was important to establish closer links with those other groups or individuals, especially at district level. This led me to create the Young Women Leaders’ Network, an informal network that brings together young women from different backgrounds from all over the country; we are currently building a database of young female leaders from different fields – activists, artists, community organizers, entrepreneurs, scholars, athletes and the like . . .

“I am a member of various Pan-African networks and organizations such as: the Pan-African Youth Forum for the Promotion of a Culture of Peace in Africa; the Southern Africa Platform for Young Women Leaders; the African Network for the Right to Protest; and the Solidarity Network for Political Prisoners in Africa; and the Global Network of Young Women Leaders. Through these various continental and international networks, I have learned that well-structured continental-wide action can be very effective, when it engages the right players, defends coherent messages, values community knowledge, and stands-up for fair causes. . . .

“We keep close links with our counterparts in other African countries, such as Angola, DRC, Tunisia, South Africa, and Zimbabwe. . . .

“Despite the lack of support, young Africans continue to fight. Bobi Wine continues to fight; the Angolan activists, even after spending months in prison, remain active, as do the Mozambican activists who are routinely intimidated and attacked by the authorities. I have a lot of hope in our Pan-African networks such as Afrikiki Mwinda and others.

“Change will come from within, from us. The revolution will have to be done by the African activists, by ourselves, without waiting for the support of the international community, and beyond our corrupt national institutions. All this time, we have been playing by the rules, constituting ourselves in formal organizations, getting all the permissions to protest peacefully, running for elections and putting across our ideas; but the rules of the game, as established, are fundamentally flawed and unjust.

“Every time we played by their rules, we have been duped, side-lined, maimed and sometimes killed. We are getting tired and we are saying enough! The world should not be surprised if one day young people resolve to take power by force, with violence.”

We’ve said it before and we say it again: Listen to the women !

* * * * *

ÉCOUTER LES FEMMES

Il a été difficile cette année de trouver des nouvelles positives pour le blog. Une chose est sûre: nous avons besoin d’un changement radical dans le monde.

Ce mois-ci, cependant, les femmes du monde nous donnent des raisons d’espérer pour l’avenir, comme nous le voyons dans le bulletin de CPNN. Partout dans le monde, des millions de femmes ont risqué la pandémie de covid et sont descendues dans la rue pour exiger un changement radical.

Voici quelques-unes des demandes et des slogans sur les pancartes qu’elles tenaient.

ABORTO LEGAL
HUELGA FEMINISTA
REBEL WITH A CAUSE
She is not half-world. She is the whole world.
#NeverAgain to a fascist dictatorship
#ME TOO

L’interview suivante nous dit d’où viendra le changement. Il a été enregistré par Alcinda Honwana avec Quitéria Guirengane, une militante mozambicaine et présidente du Réseau des jeunes leaders mozambicaines.

“De nombreux groupes et associations de jeunes, formels et informels, se battent pour une société meilleure et juste. Pour moi, il était important d’établir des liens plus étroits avec ces autres groupes ou individus, en particulier au niveau du district. Cela m’a conduit à créer le Young Women Leaders ‘Network, un réseau informel qui rassemble des jeunes femmes d’horizons différents de partout dans le pays; nous construisons actuellement une base de données de jeunes femmes leaders dans différents domaines : activistes, artistes, organisatrices communautaires, entrepreneures, universitaires , athlètes et autres.

“Je suis membre de divers réseaux et organisations panafricains tels que: le Forum panafricain de la jeunesse pour la promotion d’une culture de la paix en Afrique; la Plateforme d’Afrique australe pour les jeunes femmes leaders; le Réseau africain pour le droit de manifester ; le Réseau de solidarité pour les prisonnières politiques en Afrique; et le Réseau mondial des jeunes femmes leaders.

“Grâce à ces différents réseaux continentaux et internationaux, j’ai appris qu’une action bien structurée à l’échelle du continent peut être très efficace, lorsqu’elle implique les bons acteurs, qu’elle défend des messages cohérents, qu’elle valorise le savoir communautaire et qu’elle défend des causes justes.

“Nous gardons des liens étroits avec nos homologues d’autres pays africains, tels que l’Angola, la RDC, la Tunisie, l’Afrique du Sud et le Zimbabwe.

“Malgré le manque de soutien, les jeunes Africains continuent de se battre. Bobi Wine continue de se battre; les militants angolais, même après avoir passé des mois en prison, restent actifs, tout comme les militants mozambicains qui sont régulièrement intimidés et attaqués par les autorités. Il y a beaucoup d’espoir dans nos réseaux panafricains comme Afrikiki Mwinda et d’autres.

“Le changement viendra de l’intérieur, de nous. La révolution devra être faite par les militants africains, par nous-mêmes, sans attendre le soutien de la communauté internationale, et au-delà de nos institutions nationales corrompues.

“Pendant tout ce temps, nous avons respecté les règles, nous constituant en organisations formelles, obtenant toutes les autorisations pour manifester pacifiquement, nous présentant aux élections afin de faire passer nos idées. Mais les règles du jeu, comme elles sont établies actuellement, sont fondamentalement défectueuses et injustes. Chaque fois que nous avons joué selon leurs règles, nous avons été dupés, mis de côté, mutilés et parfois tués. Nous sommes fatigués et nous disons assez! Le monde ne devrait pas être surpris si un jour, les jeunes décident de prendre le pouvoir par la force, avec violence.”

Nous l’avons déjà dit et nous le répétons: écoutez les femmes!

BAD NEWS FOR 2021

Featured

(Une version française suit en dessous)

The news is not good for the coming year of 2021.

During 2020, the news about the global covid pandemic and the drama of Donald Trump have over-shadowed the most dangerous trend : the ever-increasing waste of public funds in the form of military spending.

As we enter the year 2021, the United States congress has just voted the largest military budget in American history, and governments around the world have increased the arms trade by another 8.5 percent.

This comes at the same time as governments are forced to borrow massively in order to cover the increased spending in the face of the covid virus.

This is a recipe for financial disaster! It may begin with a crash of the US dollar with drastic consequences for the American empire as well as the global economy which is linked to the dollar.

Can a crash be avoided? In my June blog, I said that “Yes, America can escape from its disastrous medical, social and economic situation, if it converts the military budget to a vast program of rebuilding America’s failing infrastructure . . . like Roosevelt’s WPA . . . But no, the American empire cannot escape. The military budget must be totally converted in order to save the country. Its military bases around the world must be dismantled and the soldiers brought home and put to useful work. . .”

But there is no sign that this will happen. Incoming President Biden has never questioned the military priority any more than did his predecessors, Bush, Obama and Trump.

As I wrote in the blog last February, for me it is “dejà vu.” I’ve seen it before.

“The arms race of the Cold War destroyed the Soviet empire, not by war itself, but by bankrupting their economy. By matching the West’s military budgets ruble for dollar, but based on an economy only half as great, the Soviet Union was forced to divert almost all of its resources to the military. For example, in the West about 40% of scientists and engineers were engaged directly or indirectly with the military, but in the Soviet Union it was closer to 90%. There was nothing left for economic development or for the needs of the people. . .

I experienced this when working in a scientific lab doing brain research in Moscow. When I couldn’t get decent electronics or a good electronics engineer, I asked a Russian colleague doing cardiovascular research how he got his good equipment. “I have friends in the military,” he replied. Yes, there were lines at the stores for meat, but the longest lines I saw were to buy gold or diamonds because people feared that the ruble would crash.”

Indeed the Russians who invested in gold and diamonds were smart. In the years after the crash of the Soviet economy, the ruble was devalued by a factor of almost 10,000!

In 1991, two years after the Soviet economic crash, I wrote an analysis which is applicable now to the American empire. Quoting Shafik Jorge Handal at the time, “democracy, respect for human rights and, above all, economic developments are all incompatible with militarism.”

A crash of the global economic system would inevitably produce a crash of the system of global governance. And as I have often said in this blog (for example December 2018, a crash of the global system of governance will give us a window of opportunity for the radical change that is needed from the culture of war to a culture of peace. But such a change requires advance preparation. We need to work on this now, and I hope to address this question in my next blogs.

* * * * *

MAUVAISES NOUVELLES POUR 2021

Les nouvelles ne sont pas bonnes pour l’année à venir 2021.

En 2020, les nouvelles concernant la pandémie mondiale de covid-19 et le drame de Donald Trump ont éclipsé une tendance encore plus dangereuse: le gaspillage toujours croissant des fonds publics sous forme de dépenses militaires.

Alors que nous entrons dans l’année 2021, le Congrès américain vient de voter lle plus gros budget militaire de l’histoire américaine, et les gouvernements du monde entier ont augmenté le commerce des armes encore de 8,5%.

Cela survient en même temps que les gouvernements sont obligés d’emprunter massivement afin de couvrir l’augmentation des dépenses face au virus covid.

C’est la recette pour un désastre financier qui peut commencer par un crash du dollar américain avec des conséquences dramatiques pour l’empire américain ainsi que pour l’économie mondiale qui y est liée.

Un crash peut-il être évité? Dans mon blog de juin, j’ai dit: “Oui, l’Amérique peut sortir de sa situation médicale, sociale et économique désastreuse, si elle convertit le budget militaire en un vaste programme de reconstruction de l’infrastructure défaillante de l’Amérique… Comme le WPA de Roosevelt… Mais non! L’empire américain ne peut pas y échapper. Le budget militaire doit être totalement reconverti pour sauver le pays. Ses bases militaires dans le monde doivent être démantelées et les soldats ramenés chez eux et embauchés dans un travail utile.

Helas !! Rien n’indique que cela se produira. Le nouveau président Biden n’a jamais remis en question la priorité militaire de ses prédécesseurs, Bush, Obama et Trump.

Comme je l’ai écrit dans le blog en février dernier, pour moi c’est du “dejà vu”.

“La course aux armements de la guerre froide qui a détruit l’empire soviétique, non pas par la guerre elle-même, mais en forçant la faillite de leur économie. En faisant correspondre les budgets militaires de l’Occident au rouble pour un dollar, mais sur la base d’une économie moitié moins grande, l’Union soviétique a été obligée de détourner la quasi-totalité de ses ressources vers les forces armées. Par exemple, en Occident, environ 40% des scientifiques et ingénieurs étaient engagés directement ou indirectement dans l’armée, mais en Union soviétique, ils étaient plus proches de 90%. Il ne restait plus rien pour le développement économique ou pour les besoins de la population.

J’ai vécu cela en travaillant dans un laboratoire scientifique lors de mes recherches sur le cerveau à Moscou. Quand je ne pouvais pas obtenir d’appareils électroniques ni un bon ingénieur en électronique, je demandais à un collègue russe effectuant des recherches cardiovasculaires comment il avait obtenu son bon équipement. “J’ai des amis dans l’armée”, a-t-il répondu. Oui, il y avait des files d’attente devant les magasins pour la viande, mais les plus longues que j’ai vues étaient pour acheter de l’or ou des diamants parce que les gens craignaient que le rouble ne s’effondre.”

En effet, les Russes qui ont investi dans l’or et les diamants avaient raison. Dans les années qui ont suivi le crash de l’économie soviétique, le rouble a été dévalué d’un facteur de près de 10 000 !

En 1991, deux ans après le crash économique soviétique, j’ai rédigé une analyse que nous pouvons maintenant appliquer au cas de l’empire américain. Citant Shafik Jorge Handal à l’époque, «la démocratie, le respect des droits de l’Homme et, surtout, les développements économiques sont tous incompatibles avec le militarisme».

Un effondrement du système économique mondial entraînerait inévitablement un effondrement des systèmes de gouvernance. Et comme je l’ai souvent dit dans ce blog (par exemple en décembre 2018), un crash du système mondial de gouvernance nous donnera une fenêtre d’opportunité pour le changement radical qui est nécessaire pour la transition de la culture de guerre à une culture de paix. Mais un tel changement nécessite une préparation préalable. Nous devons travailler là-dessus maintenant, et je vais aborder cette question dans mes prochains blogs.

A new level, an historic step forward

Featured

(Une version française suit en dessous)

We have advanced to a new level, an historic step forward, in the struggle for a culture of peace.

For the first time there are so many virtual events for the culture of peace free and open to the public that we have begun listing them on CPNN. Now there are two faces of CPNN : the old face of articles about events that have already taken place; and a new face – events that have not yet occurred in which CPNN readers can participate.

This makes possible a new step forward in the development of a global movement for the culture of peace.

In the past, activists had to travel physically to take part in meetings. This required great planning and expense. For example, the meeting in Seville that formulated the Seville Statement on Violence in 1986 took a year to plan and required fund-raising and long-range travel for the international participants. Now such a meeting can take place without great expense or travel. Of course, there is still the need for careful planning!

Another example from my experience comes to mind, the meeting sponsored in Yamoussoukro, Cote d’Ivoire in 1989 that laid the base for the Culture of Peace Program of UNESCO. In that case, the planning was done by UNESCO, under the direction of Federico Mayor and the hard work of George Kutukdjian. UNESCO was able to attract and pay for the travel of its world-wide network of contacts which made for a rich exchange of ideas, including the idea coming from Father Felipe MacGregor of Peru for a culture of peace program. Now, UNESCO and the UN are able to plan for such meetings on a global scale without the expense of past meetings. Again, of course, there is still the need for careful planning.

In the resume on CPNN of virtual meetings last month (November), we may note several important aspects that indicate the global scope of this progress.

1) The events dealt with the full range of culture of peace domains, ranging from human rights and democratic participation to sustainable development and international peace and security.

2) The events were global, coming from organizations in most regions, including the Goi Foundation in Japan, the African Union, an organization of mediators in Mexico, as well as organizations in the United States, Canada, France and Spain.

3) Several of the November virtual events were sponsored by organizations that already have a global scope, including the International Peace Bureau, the Global Campaign for Peace Education, UNFOLD ZERO, and Parliamentarians for Nuclear Non-proliferation and Disarmament, And there are upcoming events in December sponsored by the United Nations Research Institute for Social Development, Mayors for Peace European Chapter and ICAN, the International Campaign to Abolish Nuclear Weapons.

In addition to virtual meetings open to the public, virtual meetings may be restricted to the membership of organizations. This is necessary if the meeting is to take votes committing the organization to action. Such an example occurred this month in the annual meeting of the Global Alliance for Ministries and Infrastructures of Peace (GAMIP). Having been invited to address the meeting, I was able to propose that GAMIP work on the idea of a Mayors Security Council such as I have previously suggested in this blog.

In addition to the above two options, there are now more virtual meetings that require payment in order to participate. In my opinion this is not a good direction. It limits the range of participation to those with money and those with easy access to the currency required. And it excludes many whose participation is vitally needed at this moment of history.

We need both open and closed virtual meetings in order to advance. Open meetings can enlarge participation and encourage visitors to join the organizations involved. Closed meetings can make decisions and take action. I don’t think it’s a good idea to charge money for admission.

Of course, the closed virtual meetings have already been taking place for several years now What is new is the other side, the open meetings to enlarge participation.

As was the case in Seville and Yamoussoukro, we need to develop methods of careful planning for virtual meetings. It is obvious in the case of closed, decision-making meetings that we need a detailed agenda, adept chairing and clearly-formed propositions to be voted on. But we need good planning for the open meetings as well, if they are to succeed to educate new participants and to convince them to join in our organizations.

At CPNN we hope to advance all aspects of this progress.

In my futuristic and utopian vision for the culture of peace written in 2009, I imagined a meeting of cities from around the world coming by plane to Porto Alegre in Brazil and issuing a declaration that would lay the base for a radical reform of the United Nations. The imagined declaration begins:

When in the course of history it becomes evident that the old order has failed and it becomes possible through the development and sharing of a new vision that power be transferred from the nation-state with its culture of war to a new order based on the culture of peace, it is the right and duty of those who have been elected to represent the people on the local and regional level to take up the higher responsibility of world governance.

Now it is possible to imagine such a meeting of cities and such a declaration that does not require the participants to travel.

Yes, another world is becoming possible!

* * * * *

Un nouveau niveau, une étape historique

Nous avons atteint un nouveau niveau, une étape historique, dans la lutte pour une culture de la paix.

Pour la première fois, il y a tellement d’événements virtuels pour la culture de la paix, gratuits et ouverts au public, que nous avons commencé à les lister sur CPNN. Maintenant, CPNN a deux visages : l’ancien visage pour des articles sur des événements qui ont déjà eu lieu; et un nouveau visage – des événements qui n’ont pas encore pris place et auxquels les lecteurs de CPNN peuvent participer.

Cela rend possible un nouveau pas en avant dans le développement d’un mouvement mondial pour la culture de la paix.

Dans le passé, les militants devaient se déplacer physiquement pour participer à des réunions. Cela a nécessité une planification et des dépenses importantes. Par exemple, la réunion de Séville qui a formulé la Déclaration de Séville sur la violence en 1986 a pris un an pour planifier et a nécessité une collecte de fonds et des voyages à longue distance pour les participants internationaux. Désormais, une telle réunion peut avoir lieu sans grands frais ni déplacements. Bien sûr, il faut encore une bonne planification !

Un autre exemple me vient à l’esprit, la réunion à Yamoussoukro, en Côte d’Ivoire en 1989, qui a jeté les bases du programme Culture de paix de l’UNESCO. Dans ce cas, la planification a été réalisée par l’UNESCO, sous la direction de Federico Mayor et le travail acharné de George Kutukdjian. L’UNESCO a pu attirer et payer les voyages de son réseau mondial de contacts, ce qui a permis de riches échanges. C’est la que l’idée venant du Père Felipe MacGregor du Pérou pour un programme de culture de la paix est exprimee pour la premiere fois. Actuellement, l’UNESCO et l’ONU sont en mesure de planifier de telles réunions à l’échelle mondiale, sans les frais des réunions passées. Encore une fois, bien entendu, une bonne planification est nécessaire.

Dans le résumé sur CPNN concernant les réunions virtuelles du mois dernier (novembre), on peut noter plusieurs aspects importants qui indiquent la portée globale de ces progrès.

1) Les événements ont porté sur l’ensemble des domaines de la culture de la paix, allant des droits de l’Homme et de la participation démocratique au développement durable et à la paix et à la sécurité internationales.

2) Les événements étaient mondiaux, venant d’organisations dans la plupart des régions, y compris la Fondation Goi au Japon, l’Union africaine, une organisation de médiateurs au Mexique, ainsi que des organisations aux États-Unis, au Canada, en France et en Espagne.

3) Plusieurs des événements virtuels de novembre ont été parrainés par des organisations qui ont déjà une portée mondiale, notamment le Bureau international de la paix, la Campagne mondiale pour l’éducation à la paix, UNFOLD ZERO et les parlementaires pour la non-prolifération et le désarmement nucléaires, et il y a des événements à venir en décembre, parrainés par l’Institut de recherche des Nations Unies pour le développement social, la section européenne des maires pour la paix et l’ICAN, la Campagne internationale pour l’abolition des armes nucléaires.

En plus des réunions virtuelles ouvertes au public, elles peuvent être réservées aux membres d’organisations. Cela est nécessaire si la réunion doit prendre des decisions engageant l’organisation à agir. Un tel exemple s’est produit ce mois-ci lors de la réunion annuelle de l’Alliance mondiale pour les ministères et infrastructures de la paix (GAMIP). Ayant été invité à prendre la parole lors de la réunion, j’ai pu proposer que le GAMIP travaille sur l’idée d’un Conseil de sécurité des maires comme je l’ai suggéré précédemment dans ce blog.

En plus des deux options ci-dessus, il y a maintenant plus de réunions virtuelles qui nécessitent un paiement pour participer. À mon avis, ce n’est pas une bonne direction. Il limite la gamme de participation à ceux qui ont de l’argent et ceux qui ont un accès facile à la monnaie requise. Et cela exclut de nombreuses personnes dont la participation est vitale à ce moment de l’histoire.

Nous avons besoin de tous les deux, réunions virtuelles ouvertes et réunions virtuelles fermées pour avancer: des réunions ouvertes pour élargir la participation et encourager les visiteurs à rejoindre les organisations concernées; des réunions à huis clos pour prendre des décisions et agir. Je ne pense pas que ce soit une bonne idée de facturer de l’argent pour l’admission.

Bien entendu, les réunions virtuelles à huis clos ont déjà lieu depuis plusieurs années. Ce qui est nouveau, c’est l’autre côté, les réunions ouvertes pour élargir la participation.

Comme ce fut le cas à Séville et à Yamoussoukro, nous devons développer des méthodes de planification minutieuse de réunions virtuelles. Il est évident que dans le cas de réunions de prise de décision à huis clos, nous avons besoin d’un ordre du jour détaillé, d’une présidence habile et de propositions clairement formées pour être votées. Mais nous avons également besoin d’une bonne planification pour les réunions ouvertes, si elles veulent réussir à éduquer les nouveaux participants et à les convaincre de se joindre à nos organisations.

Au CPNN, nous espérons faire progresser tous les aspects de ces progrès.

Dans ma vision futuriste et utopique de la culture de la paix écrite en 2009, j’imaginais une réunion de villes du monde entier venant par avion à Porto Alegre au Brésil et émettant une déclaration qui jetterait les bases d’une réforme radicale des Nations Unies. La déclaration imaginée commence:

Lorsqu’au cours de l’histoire, il devient évident que l’ancien ordre a échoué et qu’il devient possible grâce au développement et au partage d’une nouvelle vision que le pouvoir soit transféré de l’État-nation avec sa culture de la guerre à un nouvel ordre basé sur la culture de paix, c’est le droit et le devoir de ceux qui ont été élus pour représenter le peuple aux niveaux local et régional, d’assumer la responsabilité supérieure de la gouvernance mondiale.

Maintenant, il est possible d’imaginer une telle réunion de villes et une telle déclaration qui n’oblige pas les participants à voyager.

Oui, un autre monde devient possible!

FURTHER ANALYSIS OF US ELECTION

Featured

(Une version française suit en dessous)

In order to understand the deep meaning of the US election results, and to compare them to the electoral situation in France, I have downloaded a series of maps from the Internet showing the relation between voting patterns, poverty and urbanization.

Here are the maps for the United States, beginning with the electoral map showing states that voted for Trump in red. (click on maps to enlarge)



As you see, with only 4 or 5 exceptions among the 50 states, Trump won in the states that were poorer and more rural.

Having recently compared the appeal of Trump to that of Le Pen in France, I decided to make a similar set of maps for France. Here they are. (Again, click on maps to enlarge)


In the case of France, there is a relationship between the vote for Le Pen and the poverty and rural nature of the department concerned, but the relationship is overridden in the rich departments along the Mediterranean and in the traditional catholic conservative departments of Alsace Lorraine.

Of course, there are poor people in cities as well as in the countryside. However, the poor in cities are mostly Afro-Americans in the USA and the descendants of immigrants in the suburbs of French cities. Since Trump and Le Pen are racist and anti-immigrant, they do not join in the vote for them.

Without going into an analysis of the exceptions mentioned above, let us consider the meaning of the relationship between the electoral appeal of Trump and Le Pen and the poor, rural voter. As described in the earlier blog this month, their electoral appeal comes from the anger and alienation of voters who feel that their interests are not served by the national government and who believe that Trump and Le Pen are “on their side.”

Of course, the poor in cities are angry and alienated as well, which can be expressed in other ways.

In one sense, the supporters of Trump and Le Pen are correct. The modern capitalist state continues to serve the interests of the rich, and if there is one fact clear for more than a century now, the rich continue to get richer and the poor to get poorer. As Oxfam calculated earlier this year, “The world’s 2,153 billionaires have more wealth than the 4.6 billion people who make up 60 percent of the planet’s population.”

The modern capitalist state also serves the interests of industrial agriculture instead of the small farmer, despite the fact that small farms still produce the majority of the food on the planet. For almost a century now, the small farmer continues to be driven out of business by industrial agriculture. The people in rural areas that should gain a good living from agriculture continue to work hard for ever-decreasing income, while those who profit from industrial agriculture sit behind the desks in banks and bribe the legislatures to pass laws in their favor.

On this basis we can make a prediction. Even if Trump and Le Pen leave the scene, the cause of their appeal will continue to gather force. Presidents like Biden and Macron are not going to change the fundamental dynamic. The rural poor will continue to get poorer and they will vote more and more for candidates that claim to oppose the system. Of course, candidates like Trump and Le Pen have no intention to do so, but they claim they will change the system in favor of rural areas and the poor. Angry and alienated, the rural poor want to believe their rhetoric.

It is not just the days of the American empire that are numbered, as we have often stressed, but to quote Marx, by continuing to enrich the rich and impoverish the poor, capitalism continues to make the noose that will eventually hang it.

But here is the danger. 90 years ago when the economic systems collapsed in the Great Depression, powerful countries abandoned democracy and fell back on the extreme system of the culture of war – fascism. Make no mistake about it, fascism is based on force and violence first inside the country, and then preparing for external war. Indeed fascism is the culture of war in its purest manifestation. In order to avoid a repeat of the history of the 1930’s, it becomes more and more urgent to move forward on the transition from the culture of war to the culture of peace.

How to make such a transition? This blog has made proposals, such as a mayor’s security council, for several years now. The proposals have not yet obtained support, but perhaps the time is coming when we will have no choice but to move them forward.

 

* * * * *

 

ANALYSE APPROFONDIE DES ÉLECTIONS AMÉRICAINES

Afin de comprendre la signification profonde des résultats des élections américaines et de les comparer à la situation électorale en France, j’ai téléchargé une série de cartes sur Internet montrant la relation entre le choix des votes, la pauvreté et l’urbanisation.

Voici les cartes des États-Unis, en commençant par la carte électorale montrant les États qui ont voté pour Trump, en rouge. (Cliquez sur les cartes pour élargir.)



Comme vous le voyez, à seulement 4 ou 5 exceptions parmi les 50 États, Trump a gagné dans les États plus pauvres et plus ruraux.

Ayant récemment comparé l’attrait de Trump à celui de Le Pen en France, j’ai décidé de faire un jeu de cartes similaire pour la France. Les voici. (Cliquez sur les cartes pour élargir.)


Dans le cas de la France, s’il existe une relation entre le vote pour Le Pen et la pauvreté et le caractère rural du département concerné, ce constat est dépassé dans les départements riches de la Méditerranée et dans les départements conservateurs catholiques traditionnels d’Alsace Lorraine.

Bien sûr, il y a des pauvres dans les villes comme dans les campagnes. Cependant, les pauvres des villes sont majoritairement des Afro-Américains aux Etats-Unis et principalement des familles descendant d’immigrés dans les banlieues des villes françaises. Étant donné que Trump et Le Pen sont racistes et anti-immigrés, ils ne reçoivent pas leurs votes.

Sans entrer dans l’analyse des exceptions mentionnées ci-dessus, considérons la signification de la relation entre l’attrait électoral de Trump et Le Pen et l’électeur pauvre et rural. Comme décrit dans le blog précédent ce mois-ci, leur appel électoral vient de la colère et de l’aliénation des électeurs qui estiment que leurs intérêts ne sont pas servis par le gouvernement national et qui croient que Trump et Le Pen sont «de leur côté».

Bien sûr, les pauvres des villes sont également en colère et aliénés, ce qui peut s’exprimer de différentes manières.

Dans un sens, les partisans de Trump et Le Pen ont raison. L’Etat capitaliste moderne continue de servir les intérêts des riches, et s’il y a un fait clair depuis plus d’un siècle maintenant, les riches continuent de s’enrichir et les pauvres de s’appauvrir. Comme Oxfam l’a calculé plus tôt cette année, «les 2 153 milliardaires du monde ont plus de richesses que les 4,6 milliards de personnes qui représentent 60% de la population de la planète».

L’État capitaliste moderne sert également les intérêts de l’agriculture industrielle au lieu du petit agriculteur, malgré le fait que les petites fermes produisent toujours la majorité de la nourriture sur la planète. Depuis près d’un siècle maintenant, le petit agriculteur continue d’être chassé des affaires par l’agriculture industrielle. Les habitants des zones rurales qui devraient bien vivre de l’agriculture continuent de travailler dur pour obtenir des revenus en baisse constante, tandis que ceux qui profitent de l’agriculture industrielle s’assoient derrière les bureaux des banques et soudoient les législateurs pour qu’ils adoptent des lois en leur faveur.

Sur cette base, nous pouvons faire une prédiction. Même si Trump et Le Pen quittent la scène, la cause de leur appel continuera à prendre de l’ampleur. Les présidents comme Biden et Macron ne vont pas changer la dynamique fondamentale. Les ruraux pauvres continueront de s’appauvrir et ils voteront de plus en plus pour les candidats qui prétendent s’opposer au système. Bien sûr, des candidats comme Trump et Le Pen n’ont pas l’intention de le faire, mais ils affirment qu’ils changeront le système en faveur des zones rurales et des pauvres. En colère et aliénés, les ruraux pauvres veulent croire leur rhétorique.

Ce ne sont pas seulement les jours de l’empire américain qui sont comptés, comme nous l’avons souvent souligné, mais pour citer Marx, en continuant à enrichir les riches et à appauvrir les pauvres, le capitalisme continue de forger le nœud coulant pour les accrocher.

Mais voici le danger. Il y a 90 ans, lorsque les systèmes économiques se sont effondrés pendant la Grande Dépression, les pays puissants ont abandonné la démocratie et sont tournés vers le système extrême de la culture de la guerre – le fascisme. Ne vous y trompez pas, le fascisme est basé sur la force et la violence d’abord à l’intérieur du pays, puis sur la préparation à la guerre extérieure. En effet, le fascisme est la culture de la guerre dans sa plus pure manifestation. Afin d’éviter une répétition de l’histoire des années 30, il devient de plus en plus urgent de passer de la culture de la guerre à la culture de la paix.

Comment faire une telle transition? Les mensuels de ce blog font des propositions, comme un conseil de sécurité des maires, depuis plusieurs années maintenant. Les propositions n’ont pas encore obtenu de soutien, mais peut-être que le moment viendra où nous n’aurons pas d’autre choix que de les faire avancer.

Hope for a soft landing

Featured

(Une version française suit en dessous)

This month’s CPNN bulletin shows how, in the face of pessimistic predictions for the United States, to the point of civil war, there are many progressive initiatives advancing. It’s the dialectics of history in action: “when the going gets tough, the tough get going.” And it raises the hopes that the crash of the empire could have a soft landing.

After all, there is a rich history of progressive mobilizations in the United States. The bulletin lists initiatives in the following domains of action which we may consider in terms of their historical roots.

Unionization. When times get tough, the workers organize. The extensive union drives in factories in the 1870’s and 1880’s and of the railroads in the 1890’s were crushed by police and military violence that was directed by the major capitalists of the time. But in the 1930’s, despite attempts by the capitalists to forcibly prevent them, the CIO was able to organize the national trade unions in the United States in most of the major manufacturing companies. This gave popular support to the New Deal policies that saved the country from the worst ravages of the Great Depression and gave birth to the systems of social security.

Colleges and Universities. Progressive movements have long found support in American institutions of higher education. For example, the mass movement against the Vietnam War took root primarily in college campuses.

Civil rights. The most important mobilizations in recent months have taken place in the struggle against racism. This recalls the movement for civil rights of the 1960’s which provided leadership to the movement against the Vietnam War as exemplified by Martin Luther King.

Climate activism. The youth movement demanding action to address global warming has been a second major mobilization in the past few years. The roots of this movement go back almost 30 years to the 1992 Rio Summit on Environment and Development (the “Earth Summit”). At the time I was still teaching at Wesleyan University and the students sent representatives to the Rio Summit and mobilized teach-ins when they returned.

Peace movement. American Peace Movements have taken many forms over the years, as I documented 40 years ago in my book with that title. Many of them are working together in the United National AntiWar Coalition which has issued a Call to Action. In recent years the most important mobilizations have taken place around the International Day of Peace in September, led by Campaign Nonviolence which last September held over 3,300 actions, events and marches across the USA and in 20 countries.

City governments. In recent years city governments have taken more progressive stands as documented in a series of articles in The Nation and many articles in CPNN. The US Conference of Mayors exemplies this in its many resolutions, and most recently, its “Vision for America.” New Haven has long been a good example going back at least 30 years with the formation of its City Peace Commission.

Members of congress.
Although they are a minority, there have always been a few progressive candidates elected to the US Congress. There is not enough of them to change a system that is dominated by big money interests, but they provide a voice for progressive change which has traditionally inspired other activists

If the United States is to survive the crisis in which it is now engulfed, it will need massive mobilizations in all of these domains and their unity into a single solid progressive movement. And, as we have said before, it will require the dismantling of the US military empire. The military budget must be totally converted in order to save the country. Its military bases around the world must be dismantled and the soldiers brought home and put to useful work.

* * * * *

L’espoir d’un atterrissage en douceur

Le bulletin du CPNN de ce mois montre comment, face aux prévisions pessimistes pour les États-Unis, pouvant aller jusqu’a la guerre civile, de nombreuses initiatives progressistes avancent. C’est la dialectique de l’histoire en action: «when the going gets tough, the tough get going» (quand les temps deviennent durs, les durs avancent.). Et cela fait naître l’espoir que le crash de l’empire pourrait avoir un “atterrissage en douceur.”

Après tout, il existe une riche histoire de mobilisations progressistes aux États-Unis. Le bulletin liste les initiatives dans les domaines d’action suivants que nous pouvons considérer en fonction de leurs racines historiques.

Syndicalisation. Lorsque les temps deviennent durs, les travailleurs s’organisent. Les nombreuses campagnes de syndicalisation dans les usines des années 1870 et 1880 et des chemins de fer dans les années 1890 ont été écrasées par la violence policière et militaire dirigée par les principaux capitalistes de l’époque. Mais dans les années 1930, malgré les tentatives des capitalistes pour les empêcher de force, le CIO a pu organiser les syndicats nationaux aux États-Unis dans la plupart des grandes entreprises manufacturières. Cela a donné un soutien populaire aux politiques du New Deal qui ont sauvé le pays des pires ravages de la Grande Dépression et ont donné naissance aux systèmes de sécurité sociale.

Collèges et universités. Les mouvements progressistes ont depuis longtemps trouvé un soutien dans les établissements d’enseignement supérieur américains. Par exemple, le mouvement de masse contre la guerre au Vietnam a pris racine principalement dans les campus universitaires.

Droits civils. Les mobilisations les plus importantes de ces derniers mois ont eu lieu dans la lutte contre le racisme – le mouvement “Black Lives Matter.” Cela rappelle le mouvement pour les droits civils des années 1960 qui a soutenu le mouvement contre la guerre au Vietnam , comme en témoigne Martin Luther King.

Activisme climatique. Le mouvement de jeunesse exigeant une action pour lutter contre le réchauffement climatique a été une deuxième mobilisation majeure au cours des dernières années. Les racines de ce mouvement remontent à près de 30 ans, au Sommet de Rio de 1992 sur l’environnement et le développement (le «Sommet de la Terre»). À l’époque, j’enseignais encore à l’Université Wesleyan et les étudiants ont envoyé des représentants au Sommet de Rio et mobilisé des “teach-ins” à leur retour.

Mouvement pour la paix. Les mouvements de paix américains ont pris de nombreuses formes au fil des ans, comme je l’ai documenté il y a 40 ans dans mon livre avec ce titre. Beaucoup d’entre eux travaillent ensemble au sein de la United National AntiWar Coalition, qui a lancé un appel à l’action. Ces dernières années, les mobilisations les plus importantes ont eu lieu autour de la Journée internationale de la paix en septembre, surtout par la Campaign Nonviolence qui en septembre dernier a organisé plus de 3 300 actions, événements et manifs.

Gouvernements municipaux. Ces dernières années, les conseils municipaux ont adopté des positions plus progressistes, comme le montre une série d’articles dans The Nation et de nombreux articles dans CPNN. La Conférence des maires des États-Unis en est un exemple dans ses nombreuses résolutions et, plus récemment, dans sa «Vision pour l’Amérique». New Haven est depuis longtemps un bon exemple depuis au moins 30 ans avec la formation de sa City Peace Commission.

Membres du congrès. Bien qu’ils soient minoritaires, il y a toujours eu quelques candidats progressistes élus au Congrès américain. Il n’y en a pas assez pour changer un système dominé par de gros intérêts financiers, mais ils fournissent une voix pour un changement progressif qui a traditionnellement inspiré d’autres militants.

Si les États-Unis survivront à la crise dans laquelle ils sont maintenant engloutis, ils auront besoin de mobilisations massives dans tous ces domaines et de leur unité en un seul mouvement progressiste et solide. Et, comme nous l’avons déjà dit, cela nécessitera le démantèlement de l’empire militaire américain. Le budget militaire doit être totalement converti pour sauver le pays. Ses bases militaires à travers le monde doivent être démantelées et les soldats ramenés chez eux et engagés dans un vaste programme de reconstruction des infrastructures défaillantes des États-Unis.

The crash of the American empire

Featured

(Une version française suit en dessous)

The American empire is crashing. What will it be like. Let us look at recent precedents.

The last empire to crash was the Soviet empire 30 years ago. At the time it was led by Mikhail Gorbachev, a man of peace and harmony, its population was not seriously divided or heavily armed, and the army stayed in their barracks. As a result, there was very little physical violence when the empire collapsed, although in the ensuing years there was great economic suffering because of the devaluation of the ruble (by a factor of almost 10,000) and in subsequent years, there were armed conflicts with the Ukraine and Georgia. In the end, the oligarchs (Russian mafia, etc.) and the secret police (Putin had been head of the KGB) consolidated their power.

The American empire is dying in the hands of Donald Trump, and the situation is completely different.

In recent months, we have said that to survive the United States needs the resignation of Trump and a non-violent revolution, but that does not seem to be coming soon. Many city administrations are progressive and progressive Congressional candidates are being nominated, and some elected. However, that, by itself, will not change a system where the electoral process is mostly in the hands of big money. Progressive mayors and Congressional candidates would have to be supported by mass movements in city halls, town meetings and on the streets if the military priorities of American society can be transformed into a new national unity that puts the priorities on racial and economic equality and full employment.

What seems more likely in the short term is a risk of civil war, as discussed in this article in The Nation and this Youtube video. Here’s why this must be taken seriously.

Trump’s campaign was formally endorsed recently (July 16) by the National Rifle Association, which claims over 5 million members, and they are armed, not just with hunting rifles, but often with military-grade weapons designed to kill efficiently large numbers of people. They are mostly white males without higher education, a group that supports Trump according to the polls. I suppose it is safe to assume that they live more in rural areas than in the big cities. With increasing unemployment and impoverishment they are angy against the bankers of New York and the entrepreneurs of Silicon Valley who are gaining enormous wealth during this crisis, but they take out their anger on women, Blacks and Hispanics who are more accessible.

The American military, on the other hand, has not agreed with Trump’s attempts to engage it in his support. It is perhaps relevant that the proportion of active military personnel that is Black and Hispanic has been growing, and as of 2017 it was already 43%, not to mention a growing proportion of women. Their families are more urban than rural.

The Trump presidency has made racism a major tactic in its campaign strategy for re-election. And while Trump is trailing in the polls, there are serious suggestions circulating that he and his supporters may refuse to accept an election result that is not in his favor.

Meanwhile, the rate of unemployment and families being thrown into poverty has reached proportions in the United States not seen since the 1930’s, and it seems likely to grow further, given the continued need for shutdowns to counter the coronavirus epidemic.

When the Soviet Union collapsed, it reverted to its constituent republics where there were relatively unified cultures, nurtured over the decades by Soviet support for cultural development. There is no such history of culturally uniform states and regions in the United States. One suggestion, that of Johan Galtung, is that there will be an East-West divide with the West Coast linking to Asia and the East Coast linking to Europe. But Galtung does not consider what will happen with the rest of the country, the South and the Middle West. It is there that we may expect the greatest risk of violence, rural versus urban.

A civil war would be bloody, but hopefully not to the extent of the first American Civil War in the 1860’s when tens of thousands were slaughtered in terrible battles between two distinct armies.

Perhaps more relevant that the crash of the Soviet Empire was the crash of Syria. When a revolt broke out against the government, the Syrian military split with some supporting the government and some going to the opposition. The civil war was especially bloody because of external interventions. The opposition received major support, though covert, from the United States and several Arab States, while the government received support from the Lebanese Hezbollah, Iran and Russia.

Unlike Syria, it seems less likely that an American civil war at this moment will receive much external intervention, and it is more likely that it will be decided by the balance of forces in the US. The need for a nonviolent revolution would then become more evident than ever.

What would be the effects in the rest of the world in the face of an American civil war? Would it reinforce the idea and make possible the reformation of the United Nations into a force for the culture of peace? Or would it look more like the 1930’s with the rise of fascist governments and the threat of another World War? We are at a turning point in human history!

* * * * *

Le crash de l’empire américain

L’empire américain s’écroule. A quoi cela ressemblera-t-il?

Le dernier empire à s’effondrer était l’empire soviétique il y a 30 ans. À l’époque il était dirigé par Mikhail Gorbatchev, un homme de paix et d’harmonie, sa population n’était pas sérieusement divisée ou lourdement armée, et l’armée restait dans ses casernes. En conséquence, il y a eu très peu de violence physique lorsque l’empire s’est effondré, bien que dans les années qui ont suivi, il y ait eu de grandes souffrances économiques en raison de la dévaluation du rouble (par un facteur de près de 10000) et les années suivantes, il y a eu des conflits armés avec l’Ukraine et la Géorgie. Finalement, les oligarques (mafia russe, etc.) et la police secrète (Poutine avait été à la tête du KGB) ont consolidé leur pouvoir.

L’empire américain est en train de tomber entre les mains de Donald Trump, et la situation est complètement différente.

Dans les derniers mois, nous avions dit que pour survivre, les États-Unis avaient besoin de la démission de Trump et d’une révolution non violente, mais cela ne semble pas près d’arriver. Il y a beaucoup de conseils municipaux, ainsi que quelques membres au Congrés National et des candidates pour les elections de novembre qui sont progressistes. Cependant, cela ne changera pas un système où le processus électoral est principalement entre les mains des super-riches. Les maires progressistes et les candidats au Congrès devraient être soutenus par des mouvements de masse dans les mairies, dans les assemblées municipales et dans les rues pour que les priorités militaires de la société américaine puissent d’être transformées en une nouvelle forme d’unité nationale qui placerait les priorités sur l’égalité raciale et économique et le plein emploi .

Ce qui semble plus probable à court terme est un risque de guerre civile, comme cela est abordé dans cet article dans The Nation et cette video Youtube. Voici pourquoi cela doit être pris au sérieux.

La campagne de Trump a été officiellement approuvée récemment (16 juillet) par la National Rifle Association, qui revendique plus de 5 millions de membres, et ils sont armés, non seulement de fusils de chasse, mais souvent d’armes de qualité militaire conçues pour tuer efficacement un grand nombre de personnes. Ce sont pour la plupart des hommes blancs sans études supérieures, un groupe qui soutient Trump selon les sondages. Je suppose qu’on peut assumer qu’ils vivent davantage dans les zones rurales que dans les grandes villes. Avec l’augmentation du chômage et de l’appauvrissement, ils sont en colère contre les banquiers de New York et les entrepreneurs de la Silicon Valley qui gagnent énormément de richesse pendant cette crise, mais ils tournent cette colère contre les femmes, les Noirs et les Hispaniques les groupes les plus accessibles.

L’armée américaine, en revanche, n’a pas approuvé les tentatives de Trump de l’engager dans son soutien. Il est peut-être pertinent que la proportion du personnel militaire actif qui est noir et hispanique ait augmenté et qu’en 2017, elle était déjà de 43%, sans parler d’une proportion croissante de femmes. Leurs familles sont plus urbaines que rurales.

Le président Trump a fait du racisme une tactique majeure dans sa stratégie de campagne de réélection. Et bien que Trump perde dans les sondages, il y a de sérieuses suggestions qui circulent selon lesquelles lui et ses partisans pourraient refuser d’accepter un résultat électoral qui n’est pas en sa faveur.

Pendant ce temps, le taux de chômage et de familles jetées dans la pauvreté a atteint des proportions jamais vues aux États-Unis depuis les années 1930, et il semble susceptible de continuer à augmenter, étant donné le besoin continu de fermetures pour contrer l’épidémie de coronavirus.

Lorsque l’Union soviétique s’est effondrée, elle est revenue à ses républiques constituantes où il y avait des cultures relativement unifiées, nourries au fil des décennies par le soutien soviétique au développement culturel. Il n’existe pas d’états et de régions culturellement uniformes aux États-Unis. Une suggestion, celle de Johan Galtung, est qu’il y aura une division Est-Ouest avec la côte ouest reliant l’Asie et la côte Est reliant l’Europe. Mais Galtung ne considère pas ce qui va se passer avec le reste du pays, le Sud et le Moyen-Ouest. C’est là que l’on peut s’attendre au plus grand risque de violence, rurale versus urban.

Une guerre civile serait sanglante, mais, espérons-le, pas à la mesure de la première guerre civile américaine dans les années 1860, lorsque des dizaines de milliers de personnes ont été massacrées lors de terribles batailles entre deux armées distinctes.

Peut-être plus pertinent que le crash de l’Empire soviétique était le crash de la Syrie. Lorsqu’une révolte a éclaté contre le gouvernement, l’armée syrienne s’est séparée, certains soutenant le gouvernement et certains allant à l’opposition. La guerre civile a été particulièrement sanglante à cause des interventions extérieures. L’opposition a reçu un soutien majeur, bien que secret, des États-Unis et de plusieurs États arabes, tandis que le gouvernement a reçu le soutien du Hezbollah libanais, de l’Iran et de la Russie.

Contrairement à la Syrie, il semble moins probable qu’une guerre civile américaine en ce moment recevra beaucoup d’intervention extérieure, et il est plus probable qu’elle sera décidée par l’équilibre des forces aux États-Unis. La nécessité d’une révolution non-violente deviendrait alors plus évidente que jamais.

Quels seraient les effets dans le reste du monde face à une guerre civile américaine? Est-ce que cela renforcerait l’idée et rendrait possible la réforme de l’ONU en une force de culture de la paix? Ou est-ce que cela ressemblerait davantage aux années 1930 avec la montée des gouvernements fascistes et la menace d’une nouvelle guerre mondiale? Nous sommes à un point tournant de l’histoire humaine!

Racism and the Culture of War

Featured

(Une version française suit en dessous)

To succeed the struggle against racism needs to be understood in the context of the struggle against the culture of war.

In my history of the culture of war, I quote Malcolm X at length: “”Book after book showed me how the white man had brought upon the world’s black, brown, red, and yellow peoples every variety of the sufferings of exploitation. I saw how since the sixteenth century, the so-called “Christian trader” white man began to ply the seas in his lust for Asian and African empires, and plunder, and power . . First, always “religiously,” he branded “heathen” and “pagan” labels upon ancient non-white cultures and civilizations. The stage thus set, he then turned upon his non-white victims his weapons of war.” As examples, he describes the British conquest of India, the African slave trade and the Opium War against China.

As Malcolm X describes, racism was used to justify the slave trade from Africa to America, to justify the economic profits gained from slavery. It was used to justify colonialism. And it was used to justify the genocide of indigenous peoples to make way for the expansion of empires.

The institution of slavery goes back to the first empires at the dawn of history. From the beginning it was an expression of the culture of war. Slavery was the fruit of warfare; the vanquished were enslaved. This is clearly described in the narratives of ancient history, for example, in the the Old Testament of the Bible.

The only reason that the African slave trade is not included in the list of wars is that the slaves were rarely able to counter-attack. The same is true for the military conquest of lands inhabited by indigenous peoples. They were wars without names. For example, when I did the research for my study of internal military intervention in the United States, I was unable to find complete records for the use of the military to suppress slave rebellions and to massacre the indigenous people of North America. These were considered so routine that they were not worthy of news articles or historical records.

Legal systems perpetuate this racism in order to protect the power and property of the rich. How else can you explain the fact that people of color are locked up in American prisons far more than their percentage of the population.

And Hollywood has done its part. As described by the great Black activist and statesman, Kwame Nkrumah, “Even the cinema stories of fabulous Hollywood are loaded. One has only to listen to the cheers of an African audience as Hollywood’s heroes slaughter red Indians or Asiatics to understand the effectiveness of this weapon. For, in the developing continents, where the colonialist heritage has left a vast majority still illiterate, even the smallest child gets the message contained in the blood and thunder stories emanating from California. And along with murder and the Wild West goes an incessant barrage of anti-socialist propaganda, in which the trade union man, the revolutionary, or the man of dark skin is generally cast as the villain, while the policeman, the gum-shoe, the Federal agent – in a word, the CIA – type spy is ever the hero.”

Progress against racism depends on whether we can make progress against its root cause, the culture of war which, in turn, is maintained to increase the wealth of the rich and to protect their property. If there is one trend that is clear over the past few centuries, it is this: the rich get richer and the poor get poorer. This is maintained by the culture of war and its associated racism.

The recent uprisings against racist violence by the police is another step towards the radical transformation from the culture of war to a culture of peace

* * * * *

Racisme et culture de guerre

Pour réussir, la lutte contre le racisme doit être considérée dans le contexte de la lutte contre la culture de guerre.

Dans mon histoire de la culture de la guerre, je cite longuement Malcolm X : “Livre après livre m’a montré comment l’homme blanc avait amené sur les peuples noirs, bruns, rouges et jaunes du monde toutes sortes de souffrances d’exploitation. J’ai vu comment, depuis le XVIe siècle, l’homme blanc dit «marchand chrétien» a commencé à sillonner les mers dans sa soif d’empires asiatiques et africains, de pillage et de pouvoir. . Tout d’abord, toujours “religieusement”, il a marqué l’étiquette “païenne” sur les anciennes cultures et civilisations non blanches. Il a ensuite tourné vers ses victimes non blanches ses armes de guerre.” Commes exemples, Malcolm décrit la conquête britannique de l’Inde, la traite négrière africaine et la guerre de l’opium contre la Chine.

Comme il le décrit, le racisme a été utilisé pour justifier la traite des esclaves d’Afrique en Amérique, pour justifier les bénéfices économiques tirés de l’esclavage. Il a été utilisé pour justifier le colonialisme. Et il a été utilisé pour justifier le génocide des peuples autochtones pour faire place à l’expansion des empires.

L’institution de l’esclavage remonte aux premiers empires à l’aube de l’Histoire. Dès le début, c’était une expression de la culture de guerre. L’esclavage était le fruit de la guerre; les vaincus étaient asservis. Ceci est clairement décrit dans les récits de l’histoire ancienne, par exemple, dans l’Ancien Testament de la Bible.

La seule raison pour laquelle la traite des esclaves africains n’est pas incluse dans la liste des guerres est que les esclaves ont rarement pu contre-attaquer. Il en va de même pour la conquête militaire de terres habitées par des peuples autochtones. C’étaient des guerres sans noms. Par exemple, lorsque j’ai fait la recherche pour mon étude sur l’intervention militaire interne aux États-Unis, je n’ai pas pu trouver de documents complets sur l’utilisation de l’armée pour suprimer les rébellions d’esclaves et massacrer les peuples autochtones d’Amérique du Nord. Celles-ci étaient considérées comme si routinières qu’elles n’étaient pas dignes d’articles de presse ou de documents historiques.

Les systèmes juridiques perpétuent ce racisme afin de protéger le pouvoir et les biens des riches. Comment expliquer autrement le fait que les personnes de couleur sont enfermées dans des prisons américaines bien plus que leur pourcentage de la population.

Et Hollywood a fait sa part. Comme le décrit le grand activiste et homme d’État noir, Kwame Nkrumah, “Même les histoires de cinéma du fabuleux Hollywood sont chargées. Il suffit d’écouter les acclamations d’un public africain alors que les héros d’Hollywood massacrent des Indiens rouges ou des Asiatiques pour comprendre l’efficacité de cette arme. Car, dans les continents en développement, où l’héritage colonialiste a laissé une grande majorité encore analphabète, même le plus petit enfant reçoit le message contenu dans les histoires de sang et de tonnerre émanant de Californie. Et avec le meurtre et le Far West va un barrage incessant de propagande antisocialiste, dans lequel l’homme syndical, le révolutionnaire ou l’homme de peau foncée est généralement jeté comme le méchant, tandis que le policier, le détective, l’agent fédéral, l’espion de type CIA ,sont toujours le héros. ”

Les progrès contre le racisme dépendent de la possibilité de progresser contre sa cause profonde, la culture de guerre. Et la culture de guerre, à son tour, est maintenue pour accroître la richesse des riches et protéger leurs biens. S’il y a une tendance claire au cours des derniers siècles, c’est bien celle-ci: les riches s’enrichissent et les pauvres s’appauvrissent. Ceci est maintenu par la culture de la guerre et son racisme associé.

Les récents èmeutes contre la violence raciste par la police sont un autre pas vers la transformation radicale de la culture de la guerre à une culture de la paix.

Trump and America can escape, but the empire cannot

Featured

Trump is now trapped. His Republican presidential predecessor, George W. Bush, has called for the unification of America and that means that Trump has to go. The defense secretary that he named two years ago has denounced his call to militarize the response to American protests, and that means that Trump cannot call on the military to save him.

Yes, Trump can escape from his disastrous presidency. He can make the announcement that he will not seek a second term and the Republican Party should nominate someone else who promises the unify the country.

America is trapped. It is ravaged by the coronavirus with inadequate medical preparedness. It is torn apart by racist violence. And it now has an unemployment rate that rivals that of the Great Depression.

But yes, America can escape from its disastrous medical, social and economic situation. It can convert the military budget to a vast program of rebuilding America’s failing infrastructure, starting with its medical infrastructure and extending, like Roosevelt’s WPA, to all sectors of the domestic economy, thus putting everyone back to work, above all those who have been excluded by racism.

But no, the American empire cannot escape. The military budget must be totally converted in order to save the country. Its military bases around the world must be dismantled and the soldiers brought home and put to useful work.

Will this be done? And will it be done soon enough to save America if not the empire? We have entered one of those periods of history where change is accelerating (as described by dialectics). Ideas and solutions that seemed completely impossible and utopian yesterday suddenly become the orders of today.

The so-called “democratic process” of the United States is not equipped for such a change. It rests firmly in the hands of “big money” interests who pay the millions of dollars in television fees for election campaigns. Not surprisingly, these wealthy interests are almost exclusively in the hands of elderly white men, those who are least open to change. It is the youth, women and people of color who can change and who can save America.

If the American “democratic process” is not equipped, what, then is the way that America can change. Dust off the old word “revolution”. And take off the connotation of violence. Yes, nonviolent revolution is possible.

Once more we must return to the key distinction between culture of war and culture of peace. The violent revolutions of the past have been informed by and led to the culture of war. The revolutions of the future should be informed by and lead to the culture of peace. See the following website for details: SFR-21.org.

Invasion of Venezuela: Is it Operation Just Cause, Bay of Pigs or Wag the Dog?

Featured

(Une version française suit en dessous)

On April 1 (April Fools Day) President Trump announced that the United States will send a military force to Venezuela, claiming that it was needed to stop drug trafficking by their President Maduro. He was followed by US Defense Secretary Mark Esper, who said the task force included Navy destroyers and littoral combat ships, Coast Guard Cutters, P.A. patrol aircraft, and elements of an Army security force assistance brigade. General Mark Milley, Chairman of the Joint Chiefs of Staff, added that there are “thousands of sailors, Coast Guardsman, soldiers, airmen, Marines involved in this operation.”

What are the historical precedents for this?

Operation Just Cause. In 1989, the United States invaded Panama and arrested its President Noriega on drug charges, as described in detail by Wikipedia. According to a video by Telesur, over 2,000 people were killed and 20,000 displaced in the extensive military operation. Apparently there was little resistance by the Panamanian military. The United Nations General Assembly adopted a resolution stating that the U.S. invasion was a “flagrant violation of international law.

Bay of Pigs. In 1961, over 1400 paramilitaries invaded Cuba at a point called the Bay of Pigs. The operation, covertly financed and directed by the U.S. government, was a failure. The invading force were defeated within three days by the Cuban Revolutionary Armed Forces.

Wag the Dog In 1997, the film “Wag the Dog” portrays a “war” that is fabricated inside Hollywood sets to distract voters from a presidential sex scandal and  covered by the mass media as if true. In the film the trick works and the President is re-elected as a result.

Which of these precedents most resembles the present situation?

For the moment, it would seem most similar to Wag the Dog. One month after Trump’s announcement, Venezuela captured a small gang of mercenaries led by an American that tried to invade Venezuela. It seems that the invasion attempt was not a very serious attempt in the sense that it had no chance to succeed. However, it captured the attention of the mass media as if Trump was actually attacking Venezuela. And certainly the political problems of President Donald Trump are as great or greater than those of Bill Clinton that inspired the 1997 film. Trump has even more reason to stage a fake war in order to divert attention from his failures.

If there is going to be an invasion of Venezuela like that of Operation Just Cause, we should expect the approach of the US Navy’s warships in the region, especially the Aircraft Carrier Strike Group Truman and the Amphibious Assault Ship Iwo Jima. As of this moment (end of May), according to the internet fleet tracker, they have not moved towards Venezuela, and in fact they are hampered by the potential for an epidemic of coronavirus in their crew, according to the head of the Southern Command.

But there is a long time between now and the elections scheduled for November. And the threats continue. In addition to the invasion by mercenaries mentioned above, consider the following. If you search the internet for “Vigo cocaine”, you will find many articles dating from the beginning of May about the interception of a boat off the coast of Vigo, Portugal, that was loaded with cocaine said by some sources to be coming from Venezuela. But look carefully at the sources. The articles saying that the cocaine came from Venezuela quote unnamed US sources, or, in some cases, they quote James Story, director of the Venezuela Affairs Unit at the U.S. Embassy in Colombia. This information (misinformation?) seems designed to support the Trump administration’s claim that Venezuela is heavily involved in the drug trade which is their excuse for threatening military action, despite the fact that independent studies contradict Trump’s claim.

Finally, if Trump does order an invasion of Venezuela, it may resemble the Bay of Pigs more than Operation Just Cause. The Veneuzuelan military, aided by Russian equipment and advisors, and backed, at least verbally, by China, is a force more similar to the Cuban Revolutionary Armed Forces in 1961 than the Panamanian forces in 1989.

The Bay of Pigs preceded by a year the Cuban Missile Crisis which threatened a nuclear war between the United States and the Soviet Union. As for an invasion of Venezuela at this time, could it not also threaten escalation into a nuclear war even more dangerous that a nuclear war would have been in 1962!

At CPNN, following the April 1 announcement by Trump we sent an email to our mailing list saying the following in part: “The threat of Trump to make war against Venezuela demands a special and unique response from all of us. . . . If you are in a country that is in NATO or the UN Security Council, I suggest you contact your government with a message similar to the following: Please use your influence in the [UN Security Council] [direction of NATO] to prevent Trump from starting a war with Venezuela which could lead to World War III because of the support to Venezuela from Russia and China. Trump is trying to divert attention from the medical and economic crisis but he is producing a crisis that is even more dangerous.”

We don’t yet know if this is a case of Wag the Dog, or an April Fool’s joke, but the danger still exists that this could be a repeat of Operation Just Cause or the Bay of Pigs, which demands that we do all we can to prevent it.

* * * * *

Invasion du Venezuela: est-ce l’”Opération Just Cause”, la baie des Cochons ou “Wag the Dog”?

Le 1er avril (poissons d’avril), le président Trump a annoncé que les États-Unis enverraient une force militaire au Venezuela, faisant l’accusation qu’il était nécessaire parce que le trafic de drogue est organisé par leur président Maduro. Il a été suivi par le secrétaire américain à la Défense Mark Esper, qui a déclaré que le Groupe d’attaque comprenait des destroyers de la Marine et des navires de combat littoraux, Coast Guard Cutters, des avions de patrouille et des éléments d’une brigade d’assistance des forces de sécurité de l’armée. Le général Mark Milley, président des chefs d’état-major interarmées, a ajouté que «des milliers de marins, de gardes-côtes, de soldats, d’aviateurs et de marines sont impliqués dans cette opération».

Quels sont les précédents historiques à ce sujet?

Opération Just Cause. En 1989, les États-Unis ont envahi le Panama et arrêté son président Noriega sur des accusations de drogue, comme il l’est écrit dans Wikipedia. Selon une vidéo de Telesur, plus de 2 000 personnes ont été tuées et 20 000 déplacées dans le cadre de cette vaste opération militaire. Apparemment, il y avait peu de résistance de la part des militaires panaméens. L’Assemblée générale des Nations Unies a adopté une résolution déclarant que l’invasion américaine était une “violation flagrante du droit international”.

Baie des Cochons. En 1961, plus de 1400 paramilitaires ont envahi Cuba à un endroit appelé la baie des Cochons. L’opération, secrètement financée et dirigée par le gouvernement américain, a été un échec. La force d’invasion a été vaincue en trois jours par les Forces armées révolutionnaires cubaines.

Wag the Dog. En 1997, le film “Wag the Dog” dépeint une “guerre” qui est fabriquée à l’intérieur des décors hollywoodiens pour distraire les électeurs d’un scandale sexuel présidentiel et couverte par les médias comme si elle était vraie. Dans le film, l’astuce fonctionne et le président est réélu en conséquence.

Lequel de ces précédents ressemble le plus à la situation actuelle?

Pour le moment, cela semble plus similaire à “Wag the Dog”. Un mois après l’annonce de Trump, le Venezuela a capturé une petite bande de mercenaires dirigée par un Américain qui a tenté d’envahir le Venezuela. Il semble que la tentative d’invasion n’ait pas été une tentative très sérieuse dans le sens où elle n’avait aucune chance de réussir. Cependant, cela a attiré l’attention des médias de masse comme si Trump attaquait réellement le Venezuela. Et certainement les problèmes politiques du président Donald Trump sont aussi grands ou plus grands que ceux de Bill Clinton qui a inspiré le film de 1997. Trump a encore plus de raisons de déclencher une fausse guerre afin de détourner l’attention de ses échecs.

S’il doit y avoir une invasion du Venezuela comme celle de l’Opération Just Cause, nous devons nous attendre à l’approche des navires de guerre de la marine américaine dans la région, en particulier du groupe aéronaval Truman et du navire d’assaut amphibie Iwo Jima. Selon le chef du Southern Command, ils ne se sont pas déplacés vers le Venezuela et ils sont en fait gênés par le potentiel d’une épidémie de coronavirus dans leur équipage (fin mai). .

Mais il y a beaucoup de temps entre maintenant et les élections prévues pour novembre. Et les menaces continuent. En plus de l’invasion de mercenaires mentionnée ci-dessus, considérez ce qui suit. Si vous recherchez sur Internet “Vigo cocaïne”, vous trouverez de nombreux articles datant de début mai sur l’interception d’un bateau au large de Vigo, au Portugal, qui était chargé de cocaïne qui, selon certaines sources, proviendrait du Venezuela . Mais regardez attentivement les sources. Les articles disant que la cocaïne provenait du Venezuela citent des sources américaines anonymes ou, dans certains cas, citent James Story, directeur de l’Unité des affaires du Venezuela à l’ambassade des États-Unis en Colombie. Ces informations (désinformation?) semblent conçues pour soutenir l’affirmation de l’administration Trump selon laquelle le Venezuela est fortement impliqué dans le trafic de drogue, ce qui est leur excuse pour menacer une action militaire, malgré le fait que des études indépendantes contredisent l’affirmation de Trump.

Enfin, si Trump ordonne une invasion du Venezuela, cela pourrait ressembler davantage à la baie des Cochons qu’à l’Opération Just Cause. L’armée vénézuelienne, aidée par du matériel et des conseillers russes et appuyée, au moins verbalement, par la Chine, est une force plus similaire aux Forces armées révolutionnaires cubaines en 1961 qu’aux forces panaméennes en 1989.

La baie des Cochons a précédé d’un an la crise des missiles cubains qui menaçait une guerre nucléaire entre les États-Unis et l’Union soviétique. Quant à une invasion du Venezuela en ce moment, ne pourrait-elle pas aussi menacer l’escalade vers une guerre nucléaire encore plus dangereuse qu’une guerre nucléaire l’aurait été en 1962!

À CPNN, à la suite de l’annonce faite le 1er avril par Trump, nous avons envoyé un e-mail à notre liste de diffusion disant en partie : “La menace de Trump de faire la guerre au Venezuela exige une réponse spéciale et unique de nous tous … Si vous êtes dans un pays membre de l’OTAN ou du Conseil de sécurité des Nations Unies, je vous suggère de contacter votre gouvernement avec un message semblable au suivant: Veuillez utiliser votre influence au [Conseil de sécurité des Nations Unies] [direction de l’OTAN] pour empêcher Trump de commencer un guerre contre le Venezuela qui pourrait conduire à la troisième guerre mondiale en raison du soutien au Venezuela de la Russie et de la Chine. Trump essaie de détourner l’attention de la crise médicale et économique, mais il produit une crise encore plus dangereuse. ”

Nous ne savons pas encore s’il s’agit d’un cas de Wag the Dog ou d’un poisson d’avril, mais le danger existe toujours que ce soit une répétition de l’Opération Just Cause ou de la baie des Cochons, qui exige que nous fassions tout ce que nous pouvons pour l’empêcher.