About blog coordinator

See website

HAS THE CULTURE OF WAR CHANGED? IS IT STILL THE MONOPOLY OF THE STATE?

Featured

(Une version française suit en dessous)


I stand by the following conclusion of my 2009 book, “The History of the Culture of War”, but there have been important changes as I will discuss below.

Here is what I wrote in 2009:

“From the beginning of recorded history until the present time the culture of war has become more and more monopolized by the state, retaining the three functions: conquest, defense and internal control. Internal war has been and continues to be a taboo topic. The involvement of the state with the culture of war has become stronger over the course of history as the state has prevented the development of warfare by other social structures.

“In recent history, the culture of war at the level of the state has been further reinforced by the development of the military-industrial-complex in which a major section of the newly developed capitalist class has joined its forces with the state. Simultaneously, although in secret, the culture of war has come to include the trade of drugs and guns. Internal military intervention has been put at the service of the capitalist class for the suppression of the labor movement and revolts by the unemployed. Racism and nationalism have been added as essential components that justify and support all other aspects of the culture of war.

“The greatest change in the culture of war has been the enormous expansion of control of information including control of the mass media, overtly or covertly, by state power and its allies in the military-industrial complex. Other than these changes, however, the fundamental nature of the culture of war has remained remarkably stable; it has become increasingly a monopoly of the state, essential to the maintenance of state power.

“The internal functions of the culture of war explain why state power cannot allow a culture of peace. Perhaps the nation-states would be able to devise a new international system through the United Nations that would protect them from external invasion and conquest, but there is no indication that they are willing to abandon their “right” to use force internally, nor are they even willing to discuss the topic which remains, for the most part, a taboo, i.e. forbidden discussion. Under normal conditions, the authoritarian control exerted through the electoral process of so-called democratic governance at the national level, and the control of information through the mass media, religious instruction and educational systems ensure the power of the state.

“Of course, there are great differences between states at any given moment in the extent to which their culture of war is evident. The rich states of the North, for example Scandinavia, are in a better position to hide their internal culture of war through provisions of the welfare state and more liberal systems of electoral participation and education while the poorer states of the South are often less able to accomplish this. But this difference itself is a function of the culture of war, as it rests upon the neo-colonial exploitation whereby the Global North continues to get richer at the expense of the Global South. The United Nations system helps to maintain this exploitation through the policies of the UN Security Council which maintains nuclear and political superiority and the World Bank, International Monetary Fund and World Trade Organization which maintain the economic superiority of the North.”

In the course of 14 years since 2009 when I wrote the above, there have been a number of very important developments that require discussion.

1) As discussed in several of my blogs, most recently “The BRICS Summit” of September 2023, the global south, led by China, is increasingly posing a challenge to the neo-colonial exploitation by which the Global North continues to get richer at the expense of the Global South. In the meantime, however, the worst wars such as those of Ukraine and Israel against Palestine continue to be fueled, directly or indirectly, by the American Empire.

Maybe the Global South will eventually replace the power of the Global North and its American Empire, but that will not necessarily put an end to the culture of war. BRICS remain a power of nation-states, which does not change the fundamental situation that the culture of war is in the hands of nation-states. Leading the BRICS countries, China continues to menace Taiwan with military force and Russia remains at war in the Ukraine. In my blog, “What next after the end of the American Empire,” I raise the question of whether China will continue to promote equitable economic relations with other countries, or will it turn to the exploitation that has always been the motor of the culture of war? As for the fundamental function of the culture of war for internal control, China continues to rely on its Red Army and Russia continues to suppress any opposition to its military. Nowhere in the world is there a serious challenge to the culture of war as the state’s ultimate means of internal control.

2) Also in recent blogs, most recently last month, I have continued to emphasize the importance of the control of the mass media, overtly or covertly, by state power and its allies in the military-industrial complex to justify its culture of war. “As democracy gained around the world, national governments were forced to convince their citizens that they were threatened by an enemy. Otherwise they could not justify their military preparations and wars. And since usually there was no real enemy, they had to control and manipulate information, especially the mass media, to convince voters that they were under attack. Usually the governments’ control of the media is kept hidden, but at one point it came out following the American War in Vietnam” (the 1976 Church hearings in the US Senate).

Ironically, the control of information may now become less important, because the advance of “democracy” may be coming to an end. What we have called “democracy” is better described as “bourgeois democracy”, since it has always been “the best possible political shell for capitalism,” But voters around the world are in revolt against the continuing enrichment of capitalists through their control of elections, and they are increasingly electing populist candidates such as Trump, Erdogan, Bolsonaro, Orban, Milei, Meloni and Wilders who promise policies that move away from bourgeois democracy and towards fascism.

3) In recent years there are an increasing number of local wars in “failed states” of Africa. These wars seem to contradict the long-term tendency of the state as a monopoly of the culture of war. But failed states are not the cause of war but rather the consequence of the global culture of war in the hands of nation-states. Like the election of populists opposed to “bourgeois democracy”, these states are faced with revolts against the exploitation by the capitalists from the Global North and the allies of this exploitation that have been installed in their African governments. To the extent that this exploitation continues, these local wars may multiply.

A special case of wars in failed states is that of Mexico, where the state is unable to suppress the violence of the drug cartels. This, too, should be understood as a consequence, rather than a cause of the culture of war, since the drug trade has been part and parcel (though mostly secret) of the American Empire since the Vietnam War, the Contra War in Central America and the war in Afghanistan. Fortunately, it seems that Colombia, long plagued by drug violence, is escaping from this fate with help from its newly progressive government.

4) Some may argue that the failed states of Africa reveal that religion is a cause of war. It is true that the revolts in these countries are clothed in Islamic extremism. But, as argued above, the deep roots of these revolts must be traced to the capitalist exploitation from the North rather than religion.

Of course, religion is not always neutral. When religion becomes the religion of the state, it becomes part of the culture of war. This is especially evident in Israel and Iran.

5) Some may argue that wars are now caused by the scarcity of resources, water, food, etc. Certainly these are the causes of the mass migrations towards Europe and the United States. But again, this should be understood as a consequence rather a cause. While global warming may be part of the cause of scarcity, the most important cause of scarcity continues to be the unequal economic relations imposed by capitalist exploitation from the North. My blog “The Facts about Neo-Colonialism“, cites figures that when one includes secret and illegal transactions, the net flow of resources from Global South to the Global North is 24 times greater than the humanitarian aid furnished from the North.

Where are we headed? Will the American Empire finish its time without destroying the planet with a nuclear war? Will it be succeeded by a new culture of war based in the Global South and led by China? Or will we be able to take advantage of a window of opportunity to reform the United Nations to be based finally on We the People instead of the nation-states of the world? As I have argued in many of my blogs, such a United Nations could make the transition from a global culture of war to a global culture of peace.

* * * * *

LA CULTURE DE LA GUERRE A-T-ELLE CHANGÉ ? EST-CE TOUJOURS LE MONOPOLE DE L’ÉTAT ?

Je maintiens la conclusion suivante de mon livre de 2009, « L’histoire de la culture de la guerre », mais il y a eu des changements importants comme je l’expliquerai ci-dessous.

Voici ce que j’ai écrit en 2009 :

“Depuis le début de l’histoire jusqu’à nos jours, la culture de la guerre est devenue de plus en plus monopolisée par l’État, conservant les trois fonctions : conquête, défense et contrôle intérieur. La guerre intérieure a été et continue d’être un sujet tabou. L’implication de l’État dans la culture de la guerre s’est renforcée au cours de l’histoire, à mesure que l’État a empêché le développement de la guerre par d’autres structures sociales.

“Dans l’histoire récente, la culture de guerre au niveau de l’État a été encore renforcée par le développement du complexe militaro-industriel dans lequel une partie importante de la classe capitaliste nouvellement développée a uni ses forces à celles de l’État. Simultanément, bien qu’en secret, la culture de la guerre est venue à inclure le commerce de la drogue et des armes à feu. L’intervention militaire interne a été mise au service de la classe capitaliste pour réprimer le mouvement ouvrier et les révoltes des chômeurs. Le racisme et le nationalisme ont été mis au service de la classe capitaliste. ajoutés en tant qu’éléments essentiels qui justifient et soutiennent tous les autres aspects de la culture de guerre.

« Le plus grand changement dans la culture de guerre a été l’énorme expansion du contrôle de l’information, y compris le contrôle des médias de masse, ouvertement ou secrètement, par le pouvoir de l’État et ses alliés dans le complexe militaro-industriel. La nature fondamentale de la culture de guerre est restée remarquablement stable ; elle est devenue de plus en plus un monopole d’État, essentiel au maintien du son pouvoir.

« Les fonctions internes de la culture de guerre expliquent pourquoi le pouvoir de l’État ne peut pas permettre une culture de paix. Peut-être que les États-nations seraient capables de concevoir un nouveau système international par l’intermédiaire des Nations Unies qui les protégerait d’une invasion et d’une conquête extérieures, mais cela n’indique pas qu’ils soient disposés à abandonner leur « droit » à recourir à la force en interne, ni même à discuter d’un sujet qui reste, pour l’essentiel, un tabou, c’est-à-dire une discussion interdite. Dans des conditions normales, le contrôle autoritaire exercé à travers le processus électoral de gouvernance dite démocratique au niveau national et le contrôle de l’information à travers les médias, l’instruction religieuse et les systèmes éducatifs garantissent le pouvoir de l’État.

“Bien sûr, il existe à tout moment de grandes différences entre les États quant à la mesure dans laquelle leur culture de guerre est évidente. Les États riches du Nord, par exemple la Scandinavie, sont mieux placés pour cacher leur culture de guerre interne en les dispositions de prospérité et des systèmes plus libéraux de participation électorale et d’éducation, alors que les États les plus pauvres du Sud sont souvent moins capables d’y parvenir. Mais cette différence elle-même est fonction de la culture de la guerre, car elle repose sur l’exploitation néo-colonial par laquelle le Nord continue de s’enrichir aux dépens du Sud. Le système des Nations Unies contribue à maintenir cette exploitation à travers le Conseil de sécurité de l’ONU qui maintient la supériorité nucléaire et politique et à travers la Banque mondiale, du Fonds monétaire international et de l’organisation de commerce mondial qui entretiennent la supériorité économique du Nord.”

Au cours des 14 années écoulées depuis 2009, date à laquelle j’ai écrit ce qui précède, un certain nombre de développements très importants se sont produits qui méritent d’être discutés.

1) Comme je l’ai évoqué dans plusieurs de mes blogs, le plus récemment dans le « Sommet des BRICS  » de septembre 2023, le Sud global, dirigé par la Chine, pose de plus en plus un défi à l’exploitation néo-coloniale par laquelle le Nord continue de s’enrichir. aux dépens du Sud global. Entre temps, quand même, les pires guerres, comme celles de l’Ukraine et d’Israël contre la Palestine, continuent d’être alimentées, directement ou indirectement, par l’Empire américain.

Peut-être que le Sud finira par remplacer la puissance du Nord et son empire américain, mais cela ne mettra pas nécessairement fin à la culture de la guerre. Les BRICS restent une puissance d’États-nations, ce qui ne change rien à la situation fondamentale selon laquelle la culture de la guerre est entre les mains des États-nations. À la tête des pays BRICS, la Chine continue de menacer Taïwan avec sa force militaire et la Russie reste en guerre en Ukraine. Dans mon blog, « Et après la fin de l’Empire américain », je soulève la question de savoir si la Chine continuera à promouvoir des relations économiques équitables avec d’autres pays, ou si elle se tournera vers l’exploitation qui a toujours été le moteur de la culture de guerre? Quant à la fonction fondamentale de la culture de guerre en matière de contrôle interne, la Chine continue de s’appuyer sur son Armée rouge et la Russie continue de supprimer toute opposition à ses guerres. Nulle part dans le monde la culture de la guerre en tant que moyen ultime de contrôle interne de l’État n’est sérieusement remise en question.

2) Également dans des blogs récents, le plus récemment le mois dernier, j’ai continué à souligner l’importance du contrôle des médias de masse, ouvertement ou secrètement, par d’État et ses alliés du complexe militaro-industriel pour justifier leur culture de guerre. “Au fur et à mesure que la démocratie gagnait du terrain dans le monde, les gouvernements nationaux étaient obligés de convaincre leurs citoyens qu’ils étaient menacés par un ennemi. Autrement, ils ne pourraient pas justifier leurs préparatifs militaires et leurs guerres. Et comme il n’y avait généralement pas de véritable ennemi, ils devaient contrôler et manipuler l’information, en particulier les médias, pour convaincre les électeurs qu’ils étaient attaqués. Habituellement, le contrôle des gouvernements sur les médias reste caché, mais à un moment donné, il est apparu après la guerre américaine au Vietnam » (les réunions du Senat des États-Unis en 1976 menés par le Senateur Church).

Ironiquement, le contrôle de l’information pourrait désormais perdre de son importance, car les avancées de la « démocratie » pourraient toucher à leur fin. Ce que nous avons appelé « démocratie » est mieux décrit comme « démocratie bourgeoise », car elle a toujours été « la meilleure enveloppe politique possible pour le capitalisme ». Mais les électeurs du monde entier sont en révolte contre l’enrichissement continu des capitalistes à travers leur contrôle des élections, et ils élisent de plus en plus de candidats populistes tels que Trump, Erdogan, Bolsonaro, Orban, Milei, Meloni et Wilders qui promettent des politiques qui s’éloignent de la démocratie bourgeoise et se dirigent vers le fascisme.

3) Ces dernières années, il y a eu un nombre croissant de guerres locales dans les « États en faillite » d’Afrique. Ces guerres semblent contredire la tendance à long terme de l’État à monopoliser la culture de la guerre. Mais les États défaillants ne sont pas la cause de la guerre mais plutôt la conséquence de la culture de guerre mondiale aux mains des États-nations du Nord. Dans la même façon, que les populistes sont élus en révolte contre la « démocratie bourgeoise », ces États sont confrontés à des révoltes contre l’exploitation par les capitalistes du Nord avec leurs alliés de cette exploitation installés dans leurs gouvernements africains. À mesure que cette exploitation continue, ces guerres locales pourraient se multiplier.

Un cas particulier de guerre dans des États en faillite est celui du Mexique, où l’État est incapable de supprimer la violence des cartels de la drogue. Cela aussi doit être compris comme une conséquence plutôt que comme une cause de la culture de guerre, puisque le trafic de drogue fait partie intégrante (bien que secret) de l’Empire américain depuis la guerre du Vietnam et la guerre des Contras en Amérique centrale. ainsi que la guerre en Afghanistan. Heureusement, il semble que la Colombie, longtemps en proie à la violence liée à la drogue, échappe à ce sort grâce à l’aide de son nouveau gouvernement progressiste.

4) Certains diront peut-être que les États défaillants d’Afrique révèlent que la religion est une cause de guerre. Il est vrai que les révoltes dans ces pays sont habillées d’extrémisme islamique. Mais, comme indiqué ci-dessus, les racines profondes de ces révoltes doivent être attribuées à l’exploitation capitaliste du Nord et pas à la religion.

Bien entendu, la religion n’est pas toujours neutre. Lorsque la religion devient la religion de l’État, elle devient partie intégrante de la culture de guerre. Cela est particulièrement évident en Israël et en Iran.

5) Certains diront que les guerres sont aujourd’hui causées par la rareté des ressources, de l’eau, de la nourriture, etc. Ce sont certainement les causes des migrations massives vers l’Europe et les États-Unis. Mais là encore, il faut comprendre cela comme une conséquence plutôt que comme une cause. Même si le réchauffement climatique peut être en partie responsable de la pénurie, la cause la plus importante de la pénurie reste sur les relations économiques inégales imposées par l’exploitation capitaliste du Nord. Mon blog « Les faits sur le néo-colonialisme » cite des chiffres selon lesquels, si l’on inclut les transactions secrètes et illégales, le flux net de ressources du Sud vers le Nord est 24 fois supérieur à l’aide humanitaire fournie par le Nord.

Où allons-nous ? L’Empire américain finira-t-il son temps sans détruire la planète par une guerre nucléaire ? Une nouvelle culture de guerre basée dans les pays du Sud et dirigée par la Chine lui succédera-t-elle ? Ou pourrons-nous profiter d’une fenêtre d’opportunité pour réformer les Nations Unies afin qu’elles soient finalement fondées sur Nous, le Peuple, plutôt que sur les États-nations du monde ? Comme je l’ai soutenu dans nombre de mes blogs, une telle ONU pourrait faire la transition d’une culture mondiale de guerre à une culture mondiale de paix.

FOR MINISTRIES AND INFRASTRUCTURES OF PEACE

Featured

(Une version française suit en dessous)


In a world torn by the wars in Ukraine and Palestine, and threatened by the Bidens, Putins and Netanyahus, we must not forget the slow, patient work of those who cultivate peace.

In this regard, I said the following in a video conference of the Global Alliance for Ministries and Infrastructures for Peace that was organized by Vijay Mehta.

People don’t want war, so the warriors must claim they are working for peace.
But this is a sham. I learned this from my experience during ten years at UNESCO.

I was warned of this back in 1993 when we first started the Culture of Peace Program at UNESCO. We invited the United Nations to send a representative to our first international meeting which was preparing national culture of peace programs to follow up the peace accords in El Salvador and in Mozambique. Secretary-General Boutros-Ghali could not come but he send Alvaro de Soto who had negotiated the Chapultepec Accords that put an end to the civil war in El Salvador that had been fueled by the United States and its allies. De Soto told us that we should not expect support for national culture of peace programs, since the US and Europe refused to fulfill the aid that they had promised when signing the Chapultapec Accords.

De Soto was correct. With great effort and patient diplomacy we were able to get the former enemies in El Salvador and Mozambique to develop joint project proposals in education, culture and communication, but when it came time for financing them, the US and Europeans, with one exception, refused to give support. The US ambassador to Mozambique told me personally that their only aid packages were simply to fund the political parties of Renamo and Frelimo, the political parties representing the two sides of the previous civil war. Funds from the US Republican Party went to Renamo and funds from the US Democratic Party went to Frelimo in order to corrupt them and reproduce an American-style corrupt two-party system. There was no money for peace.

Eventually we had to abandon all the national culture of peace programs developed by UNESCO because we could not obtain the needed finance. By the way, one of them was an extensive culture of peace program in the Russian Federation.

Instead, we developed civil society and individual involvement in the International Year for the Culture of Peace decided by the UN system for the Year 2000. 75 million people signed the Manifesto 2000, promising to develop a culture of peace “in my daily life, in my family, my work, my community, my country and my region.” That’s one percent of the planet! And despite persistent opposition by the US and Europeans, thanks to the work of the Bangladesh ambassador, Anwarul Chowdury, the UN General Assembly adopted the landmark Declaration and Programme of Action for a Culture of Peace that we had proposed from UNESCO.

All of the above was a accomplished at UNESCO thanks to the commitment of its Director-General Federico Mayor. But once his mandate expired, he was replaced by Director-General under the influence of the United States. He installed a new program director who told me bluntly, “part of my task is to get rid of you and to bury your program.” He even wrote a memo to the New York office forbidding them to allow me to enter the office once I retired to the United States.

After leaving UNESCO, in order to understand what had happened, I researched and wrote the book, The History of the Culture of War.

There are many histories of war, but this is the first history that deals with the culture that underlies war, that prepares for it and sustains it.

There are two main conclusions to the History of the Culture of War.

The first conclusion is that over the course of history the nation-state has come to monopolize the culture of war. Only the state can make war. Only the state can kill. Indigenous peoples, cities, private companies and criminal syndicates that had previously made war were now prevented from doing so, i.e. “pacified.” As the great sociologist Max Weber explained, the very definition of the state became the social organization with a monopoly of violence on its territory.

The second conclusion comes from my first remark that people do not want war. Because of this, as democracy gained around the world, national governments were forced to convince their citizens that they were threatened by an enemy. Otherwise they could not justify their military preparations and wars. And since usually there was no real enemy, they had to control and manipulate information, especially the mass media, to convince voters that they were under attack.

Usually the governments’ control of the media is kept hidden, but at one point it came out following the American War in Vietnam. Senator Frank Church (from the unlikely state of Idaho) held hearings in the Senate about government control of the media to support the war. The hearings revealed that all the major mass media were controlled and manipulated by the Central Intelligence Agency in order to manufacture support for the war. But when they got down to details, the hearings were made secret. The great American journalist Carl Bernstein attended the hearings and wrote a detailed account. But all of the major media refused to print his account, and eventually he published it in, of all places, Rolling Stone Magazine. Fortunately, his article is still available on the internet.

When we look at the media accounts of the Ukraine War, we see that all of the major media simply blame the war on Russia and take the side of NATO, cheering on their furnishing arms to expand the war. Clearly, the mass media are controlled and manipulated by the governments of NATO, just as they were during the Vietnam War. In the United States, not only the media, but also arts institutions, charities, churches, and universities receive funds from the military-industrial complex in order to buy their compliance.

For this reason, beginning when I was still at UNESCO in 1998, I have developed and maintained the Culture of Peace News Network that provides independent news on the internet about the culture of peace. Fortunately, we are not alone. There are other independent media as well that are not controlled by governments, although they sometimes come under attack, as Julian Assange came to experience when he published the culture of war secrets of the American government.

Can the culture of war of governments be changed?

That is clearly the goal of those who struggle to develop government ministries and infrastructures of peace.

It is not an easy task, since it is opposed by the military-industrial complex and others who profit from war.

Take, for example, the US Institute of Peace, established in 1984 as the result of a long struggle by peace activists, including my good friend Paul Kimmel. It was clearly intended to be an infrastructure for peace. But when it was established by the US Congress, they gave control of the Institute to the Pentagon, the US military. Hence, when the US decided to invade Afghanistan in October, 2001, and the Program Officer and Senior Trainer of United States Institute of Peace, Barbara Wien, spoke out against the invasion, she was forced to resign.

Does that mean that the struggle is impossible? Only time will tell.

Does it mean that the struggle is useless? Not at all!

In fact, the struggle itself is very important: it forces the nation-state to abandon its sham promotion of peace, and to reveal itself as the true source of the culture of war. It reveals that the struggle for a culture of peace is a political struggle! It raises our consciousness. It calls forth the righteous indignation that is the psychological fuel that we need to fight for peace.

Peace cannot be attained by meditation, by nonviolent communication, by yoga, by seeking “inner peace.” These forms of so-called “peace activism” can serve as a diversion from the true struggle, which is political!

Is the political struggle dangerous? Ask Julian Assange and Mordecai Vanunu. Ask what happened to Mahatma Gandhi, to Nelson Mandela, to Martin Luther King Jr.

But there is no greater task, no task more noble, than to work for the transition from a culture of war to a culture of peace. The future of the world depends on it.

* * * * *

POUR LES MINISTERES ET INFRASTRUCTURES DE PAIX

Dans un monde déchiré par les guerres en Ukraine et en Palestine, et menacé par les Biden, Poutine et Netanyahu, nous ne devons pas oublier le travail lent et patient de ceux qui cultivent la paix.

À cet égard, j’ai dit ce qui suit lors d’une vidéoconférence de l’Alliance globale pour les ministères et les infrastructures pour la paix organisée par Vijay Mehta.

Les gens ne voulent pas la guerre, les pays militaristes doivent prétendre qu’ils travaillent pour la paix.

Mais c’est une imposture. C’est ce que j’ai appris de mon expérience pendant dix ans à l’UNESCO !

J’en ai été averti en 1993, lorsque nous avons lancé pour la première fois le programme Culture de la paix à l’UNESCO. Nous avons invité les Nations Unies à envoyer un représentant à notre première réunion internationale qui préparait les programmes nationaux de culture de paix pour donner suite aux accords de paix au Salvador et au Mozambique. Le secrétaire général Boutros-Ghali n’a pas pu venir mais il a envoyé Álvaro de Soto, qui avait négocié les accords de Chapultepec qui ont mis fin à la guerre civile au Salvador (une guerre alimentée par les États-Unis et leurs alliés). De Soto nous a dit qu’il ne fallait pas s’attendre à un soutien aux programmes nationaux de culture de paix, puisque les États-Unis et l’Europe ont refusé de fournir l’aide qu’ils avaient promise lors de la signature des accords de Chapultapec.

De Soto avait raison. Grâce à de grands efforts et à une diplomatie patiente, nous avons réussi à amener les anciens ennemis du Salvador et du Mozambique à développer des propositions de projets communs dans les domaines de l’éducation, de la culture et de la communication, mais quand est venu le temps de les financer, les États-Unis et les Européens, à une exception près, ont refusé d’apporter leur soutien. L’ambassadeur américain au Mozambique m’a dit personnellement que leurs seules aides consistaient simplement à financer les partis politiques de la Renamo et du Frelimo, les partis politiques représentant les deux côtés de la guerre civile précédente. Les fonds du Parti républicain américain sont allés à la Renamo et les fonds du Parti démocrate américain au Frelimo afin de les corrompre et de reproduire un système bipartite corrompu à l’américaine. Il n’y avait pas d’argent pour la paix. . .

Finalement, nous avons dû abandonner tous les programmes nationaux de culture de la paix développés par l’UNESCO à cause de manque de financement. À propos, l’un d’eux était un vaste programme de culture de la paix en Fédération de Russie.

Au lieu de cela, nous avons développé l’implication de la société civile et des individus dans l’Année internationale de la culture de la paix décidée par le système des Nations Unies pour l’an 2000. 75 millions de personnes ont signé le Manifeste 2000, promettant de développer une culture de la paix « dans ma vie quotidienne, dans ma famille, mon travail, ma communauté, mon pays et ma région.” Cela représente un pour cent de la planète ! Et malgré l’opposition persistante des États-Unis et des Européens, grâce au travail de l’ambassadeur du Bangladesh, Anwarul Chowdhury, l’Assemblée générale des Nations Unies a adopté la Déclaration et le Programme d’action pour une culture de la paix que nous avions proposés de l’UNESCO.

Tout cela a été réalisé à l’UNESCO grâce à l’engagement de son Directeur général Federico Mayor. Mais une fois son mandat expiré, il a été remplacé par un Directeur général sous l’influence des États-Unis. Il a nommé un nouveau directeur de programme qui m’a dit sans ambages : « Une partie de ma tâche consiste à se débarrasser de vous et à enterrer votre programme ». Il a même écrit un memo au bureau de New York leur interdisant de me permettre d’entrer dans le bureau une fois que j’aurais pris ma retraite aux États-Unis.

Après avoir quitté l’UNESCO, afin de comprendre ce qui s’était passé, j’ai fait des recherches et écrit le livre L’histoire de la culture de la guerre.
Il existe de nombreuses histoires de guerre, mais celle-ci est la première histoire qui traite de la culture qui sous-tend la guerre, qui la prépare et la soutient.

Il y a deux conclusions principales à l’Histoire de la culture de la guerre.

La première conclusion est qu’au cours de l’histoire, l’État-nation en est venu à monopoliser la culture de la guerre. Seul l’État peut faire la guerre. Seul l’État peut tuer. Les peuples autochtones, les villes, les entreprises privées et les syndicats du crime qui auparavant faisaient la guerre étaient désormais empêchés de le faire, c’est-à-dire « pacifiés ». Comme l’expliquait le grand sociologue Max Weber, la définition même de l’État est devenue l’organisation sociale détenant le monopole de la violence sur son territoire.

La deuxième conclusion vient de ma première remarque selon laquelle les gens ne veulent pas de guerre. Pour cette raison, à mesure que la démocratie progressait dans le monde, les gouvernements nationaux ont été contraints de convaincre leurs citoyens qu’ils étaient menacés par un ennemi. Autrement, ils ne pourraient pas justifier leurs préparatifs militaires et leurs guerres. Et comme il n’y avait généralement pas de véritable ennemi, ils ont dû contrôler et manipuler l’information, notamment les médias, pour convaincre les électeurs qu’ils étaient attaqués.

Habituellement, le contrôle des gouvernements sur les médias reste caché, mais il est apparu à un moment donné après la guerre américaine au Vietnam. Le sénateur Frank Church (de l’état improbable de l’Idaho) a tenu une commission au Sénat concernant le contrôle du gouvernement sur les médias pour soutenir la guerre. La commission a révélé que tous les grands médias étaient controlés et manipulés par la Central Intelligence Agency afin de fabriquer un soutien à la guerre. Mais quand ils sont entrés dans les détails, la commission a été rendue secrète. Le grand journaliste américain Carl Bernstein assista à la commission et rédigea un compte rendu détaillé. Mais tous les grands médias ont refusé de publier son récit et il l’a finalement publié dans le magazine Rolling Stone. Heureusement, son article est toujours disponible sur Internet.

Lorsque nous examinons les comptes rendus médiatiques de la guerre en Ukraine, nous constatons que tous les grands médias imputent simplement la guerre à la Russie et prennent le parti de l’OTAN, encourageant leur fourniture d’armes pour étendre la guerre. De toute évidence, les médias sont contrôlés et manipulés par les gouvernements de l’OTAN, tout comme ils l’étaient pendant la guerre du Vietnam. Aux États-Unis, non seulement les médias, mais aussi les institutions artistiques, les associations caritatives, les églises et les universités reçoivent des fonds du complexe militaro-industriel afin d’acheter leur conformité.

Pour cette raison, alors que j’étais encore à l’UNESCO en 1998, j’ai développé et maintenu le Culture of Peace News Network , qui fournit des informations indépendantes sur Internet sur la culture de la paix. Heureusement, nous ne sommes pas seuls. Il existe également d’autres médias indépendants qui ne sont pas contrôlés par les gouvernements, même s’ils sont parfois attaqués, comme Julian Assange en a fait l’expérience lorsqu’il a publié la culture des secrets de guerre du gouvernement américain.

La culture de guerre des gouvernements peut-elle être changée ? C’est clairement l’objectif de ceux qui luttent pour développer des ministères gouvernementaux et des infrastructures de paix.

Ce n’est pas une tâche facile, car elle se heurte à l’opposition du complexe militaro-industriel et d’autres qui profitent de la guerre.

Prenez, par exemple, l’US Institute of Peace, créé en 1984 à la suite d’une longue lutte de militants pacifistes, dont mon bon ami Paul Kimmel. Il était clairement destiné à être une infrastructure pour la paix. Mais lorsqu’il a été créé par le Congrès américain, celui-ci a confié le contrôle de l’Institut au Pentagone, l’armée américaine. Ainsi, lorsque les États-Unis ont décidé d’envahir l’Afghanistan en octobre 2001 et que la chargée de programme et formatrice principale de l’Institut, Barbara Wien, s’est prononcée contre l’invasion, elle a été forcé de démissionner.

Cela signifie-t-il que la lutte est impossible ? Seul le temps nous le dira.

Cela signifie-t-il que la lutte est inutile ? Pas du tout!

En fait, la lutte elle-même est très importante : elle oblige l’État-nation à abandonner sa fausse promotion de la paix et à se révéler comme la véritable source de la culture de guerre. Cela révèle que la lutte pour une culture de paix est une lutte politique ! Cela élève notre conscience. Cela suscite la juste indignation qui est le carburant psychologique dont nous avons besoin pour lutter pour la paix.

La paix ne peut être atteinte par la méditation, par la communication non-violente, par le yoga, par la recherche de la « paix intérieure ». Ces formes de soi-disant « activisme pour la paix » peuvent servir à détourner l’attention de la véritable lutte, qui est politique !

La lutte politique est-elle dangereuse ? Demandez à Julian Assange et Mordecai Vanunu. Demandez ce qui est arrivé au Mahatma Gandhi, à Nelson Mandela, à Martin Luther King Jr.

Mais il n’y a pas de tâche plus grande ni de tâche plus noble que d’œuvrer à la transition d’une culture de guerre à une culture de paix. L’avenir du monde est en jeu.

WHAT NEXT AFTER THE END OF THE AMERICAN EMPIRE?

Featured

(Une version française suit en dessous)


In the short term, as we discussed last month, there is not an effective means to stop the Israeli genocide of Palestine. Perhaps in the long term Israel can be stopped by boycotts, divestment and sanctions, much as overcame South African Apartheid. But there is another factor we did not discuss: Israel depends completely on the support it receives as part of the American Empire. With the end of that Empire, Israel will not be able to survive.

The American Empire is not yet dead, as shown by the votes on decisions November 7 at the United Nations General Assembly’s Third Committee. In its three-hour session, its countries supported the tactics of mercenaries and economic sanctions, while opposing resolutions to promote democracy, human rights and cultural diversity. The map showing these countries (shown above) is a delimitation of the Empire: USA and Canada, Europe, Japan, South Korea, Australia, New Zealand and Israel.

All of these countries support NATO’s war against Russia in the Ukraine and Israel’s war against Palestine.

Signs are mounting that the Empire is coming to an end. For example, an analysis by CNN on December 5 suggests that the flow of weapons and equipment to Ukraine is being cut off by the US Congress. The CNN analysis concludes that “While Ukraine’s survival is at stake, so is the reputation of the United States as a global leader.  . .  the shift in the GOP’s worldview – away from its internationalist roots and toward an isolationist “America First” stance favored by Trump – has changed assumptions about US power. The political forces that could reshape the world in a Trump second term are already at play. . . ” Behind this political shift, according to the analysis is an economic crisis in the USA: “Biden’s crumbling approval ratings are limiting his capacity to sell continued massive aid to Ukraine to a public that is becoming more skeptical amid daily struggles in the US, including over high food prices.”

As we have previously discussed in this blog, the economic crisis in the United States puts the country at risk of civil war. This, of course, would clearly mark the end of the Empire.

An essential aspect of the conflict in the UN General Assembly Third Committee on November 7 was the fact that the resolutions on mercenaries, sanctions, democracy, and human rights and cultural diversity were introduced by Cuba on behalf of the Non-Aligned Movement. Cuba has taken a leadership position in this movement. In October of this year, Cuba hosted the meeting of the Group of 77 of the Non-Aligned Movement which was attended by heads of state from Latin America, Africa, and Asia including Brazilian President Luiz Inácio Lula da Silva, Venezuelan President Nicolás Maduro, Colombian President Gustavo Petro, as well as United Nations Secretary-General Antonio Guterres, and diplomats and delegations from more than 100 countries. They called for reform of the international economic system. See map shown above for the Group of 77, which is clearly the mirror image of the American Empire.

Another evidence of the decline of the American Empire was the annual vote at the United Nations that condemns the American economic sanctions against Cuba. This year the only countries voting agains the resolution were the US and Israel, whereas in earlier years the US was joined by its allies in the Empire.

As the American Empire declines, what will come after? It is clear that the American Empire is a culture of war, but will we then have a culture of peace?

As we have discussed previously in this blog, the BRICS coalition is likely to become dominant after the decline of the American Empire. Their summit in August 2023 included not only the original members, Brazil, Russia, India, China and South Africa, but also admitted as new members Argentina, Egypt, Ethiopia, Iran,Saudi Arabia and the United Arab Emirates.

But would a world dominated by BRICS be a culture of peace? Since the BRICS is dominated by China, much depends on the future of their policies. This is what we wrote previously in this blog.

“Will the Chinese be able to resist peacefully the provocations of the American Empire such as those connected with Taiwan? Faced with such provocations in the Ukraine, the Russians fell into the trap of war: we must hope that the Chinese will not do so in Taiwan.”

(On the deepest level, over the course of world history, the culture of war has been maintained because it enables economic exploitation via slavery, colonialism and neocolonialism.)

Continuing from the previous blog: “Will China really promote a culture of peace in their economic relations with other countries, or will they end up exploiting them? . . . the New Development Bank, established this year in China by the BRICS countries, may help countries of the South to escape from economic sanctions. And trade with China has now outstripped trade with Europe and North America for the countries of South America. Will these new trade relations independent of Europe and North America enable the countries of the South to escape from exploitation? We hope so, but only time will tell.”


WHAT FUTURE FOR DEMOCRACY?

Taking a long view of history, I suggest that the vote at the UN Third Commission on the resolution entitled “promotion of a democratic and equitable international order” marks the beginning of the end of bourgeouis democracy. As mentioned above, all countries of the American Empire voted against it.

Bourgeois democracy was precisely described a century ago by Vladimir Lenin: “A democratic republic is the best possible political shell for capitalism, and, therefore, once capital has gained possession of this very best shell … it establishes its power so securely, so firmly, that no change of persons, institutions or parties in the bourgeois-democratic republic can shake it.”

Bourgeois democracy reached its zenith in the British and American Empires, which, of course, were very profitable for capitalists. The list of billionaires grows each year at an obscene rate!

But the British Empire is past and the American Empire is crumbling. And with this, bourgeois democracy is crumbling. Erdogan, Bolsonaro, Trump, Orban in Hungary, now Javier Milei in Argentina, Giorgia Meloni in Italy and  Geert Wilders in the Netherlands. On the horizon, Le Pen in France. People are voting against the bourgeoisie and voting instead for fascism. Trump has said that when he is elected he will establish concentration camps for immigrants and leftists.

Why are people voting against the bourgeoisie? The analysis is simple; it is economic! They are sick and tired of watching the rich get richer and the poor get poorer. As Lenin reminds us, this is the essential purpose of bourgeois democracy.

But will Cuba and the Group of 77 develop a new form of democracy?

It seems unlikely. Think of the Democratic Republic of Korea or the Democratic Republic of the Congo! Most of the non-aligned countries are turning towards alignment with the BRICS alliance. And what is their approach? China has reverted to a perpetual ruler. Russia has returned to the equivalent of Tsarism. India’s politics could best be described as “tribal.” South Africa is corrupt. The exception is Brazil. Like other countries in Latin America, Brazil is developing a culture of peace which can support a true democracy, but the government of Brazil with President Lula has not yet firmly recovered from the regime of Bolsonaro; the legislature remains in the hands of right-wing forces, and the army waits in the wings for a possible return to military dictatorship.

Is this the end of democracy? Yes, if that means democracy tied to the state and its culture of war.

But there are still democratic elections for local authorities. And Mayors for Peace boasts thousands of members around the world dedicated to the culture of peace.

If there is a future for democracy, it is not linked to the nation-state which has come to monopolize the culture of war. Instead, it could be developed with a culture of peace managed by a United Nations in the hands of the mayors of the world instead of member states.

I have imagined such a future here in many previous blogs as well as in my little utopian novella, “I have seen the promised land.”

It’s not easy to imagine a world without the nation-state, a world governed instad by a United Nations in the hands of mayors, but we can try, at least in theory. Here is what I wrote in this blog on March of 2018:

The construction of walls, the defense of borders and the demand for visas are among the very few functions of the state that cannot be done better by local authorities, on the one hand, and by a renewed United Nations and regional organizations, on the other hand. Walls, borders and visas go along with the most intensive function of the state which is war and war preparations, along with the taxation that supports them. Other than these, we could do without the state. Management of justice, agriculture, commerce, education, energy, labor, healthcare, transportation and communication which extend beyond the local level can already, for the most part, be managed by the various agencies of the United Nations and regional organizations.

We should not take for granted that organizations already exist that manage effectively on a global level: World Health Organization, International Civil Aviation Organization, International Maritime Organization, International Telecommunication Union, Universal Postal Union. Others may not yet be effective, but with a democratic United Nations, they could become functional: International Court of Justice, United Nations Industrial Development Organization, United Nations Educational, Scientific and Cultural Organization, Food and Agriculture Organization, International Atomic Energy Agency, World Trade Organization, International Labour Organization. This list exhausts the replaceable state functions listed above.

Will human civilization still be alive in the 22nd Century? And will it have achieved a new democracy without the nation-state? Time will tell. Too bad we will not be there to see!

* * * * *

ET APRÈS LA FIN DE L’EMPIRE AMÉRICAIN?

À court terme, comme nous en avons discuté le mois dernier, il n’existe aucun moyen efficace pour mettre fin au génocide israélien de la Palestine. Peut-être qu’à long terme, Israël pourra être stoppé par des boycotts, des désinvestissements et des sanctions, tout comme ce qui a vaincu l’apartheid sud-africain. Mais il y a un autre facteur dont nous n’avons pas parlé : Israël dépend entièrement du soutien qu’il reçoit en tant que membre de l’Empire américain. Avec la fin de cet Empire, Israël ne pourra plus survivre.

L’Empire américain n’est pas encore mort, comme le montrent les décisions du 7 novembre de la Troisième Commission de l’Assemblée générale des Nations Unies. Au cours de sa session de trois heures, les pays membres de l’Empire ont soutenu les tactiques des mercenaires et les sanctions économiques, tout en s’opposant aux résolutions visant à promouvoir la démocratie, les droits de l’Homme et la diversité culturelle. La carte montrant ces pays (présentée ci-dessus) est une délimitation de l’Empire : USA et Canada, Europe, Japon, Corée du Sud, Australie, Nouvelle-Zélande et Israël.

Ce sont ces pays qui soutiennent la guerre de l’OTAN contre la Russie en Ukraine et la guerre d’Israël contre la Palestine.

Les signes de plus en plus nombreux indiquent que l’Empire touche à sa fin. Par exemple, une analyse par CNN du 5 décembre suggère que le Congrès américain a interrompu le flux d’armes et d’équipements vers l’Ukraine. L’analyse de CNN conclut que « si la survie de l’Ukraine est en jeu, la réputation des États-Unis en tant que leader mondial l’est également. . . Les forces politiques qui pourraient remodeler le monde lors d’un deuxième mandat de Trump sont déjà en jeu. . . ” Derrière ce changement politique, selon l’analyse, il y a une crise économique aux États-Unis : ” Les taux d’approbation en baisse limitent sa capacité à vendre une aide massive et continue à l’Ukraine à un public qui devient de plus en plus sceptique au milieu des luttes quotidiennes aux États-Unis, notamment à propos des prix élevés des denrées alimentaires.”

Comme nous l’avons déjà évoqué dans ce blog, la crise économique aux États-Unis expose le pays au risque d’une guerre civile. Bien entendu, cela marquerait clairement la fin de l’Empire.

Un aspect essentiel du conflit à la Troisième Commission de l’Assemblée générale des Nations Unies le 7 novembre a été le fait que les résolutions sur les mercenaires, les sanctions, la démocratie, les droits de l’Homme et la diversité culturelle ont été présentées par Cuba au nom du Mouvement des non-alignés. Cuba a pris une position de leader dans ce mouvement. En octobre de cette année, Cuba a accueilli la réunion du Groupe des 77 du Mouvement des non-alignés, à laquelle ont participé des chefs d’État d’Amérique latine, d’Afrique et d’Asie, dont le Président brésilien Luiz Inácio Lula da Silva, le Président vénézuélien Nicolás Maduro, Le président colombien Gustavo Petro, ainsi que le secrétaire général des Nations Unies Antonio Guterres, ainsi que des diplomates et des délégations de plus de 100 pays. Ils ont appelé à une réforme du système économique international. Voir la carte ci-dessus pour le Groupe des 77, qui est clairement le reflet de l’Empire américain.

Un autre signe du déclin de l’Empire américain a été le vote annuel aux Nations Unies condamnant les sanctions économiques américaines contre Cuba. Cette année, les seuls pays qui ont voté contre la résolution étaient les États-Unis et Israël, alors que les années précédentes, les États-Unis avaient été rejoints par leurs alliés au sein de l’Empire.

Alors que l’Empire américain décline, que se passera-t-il après ? Il est clair que l’Empire américain est une culture de guerre, mais aurons-nous alors une culture de paix ?

Comme nous l’avons évoqué précédemment dans ce blog, la coalition des BRICS est susceptible de devenir dominante après le déclin de l’Empire américain. Leur sommet d’août 2023 comprenait non seulement les membres originaux, le Brésil, la Russie, l’Inde, la Chine et l’Afrique du Sud, mais a également admis comme nouveaux membres l’Argentine, l’Égypte, l’Éthiopie, l’Iran, l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis.

Mais un monde dominé par les BRICS serait-il une culture de paix ? Puisque les BRICS sont dominés par la Chine, beaucoup dépend de l’avenir de leurs politiques. En cet égard, voici ce que nous avons écrit précédemment dans ce blog.

“Les Chinois seront-ils capables de résister pacifiquement aux provocations de l’Empire américain comme celles liées à Taiwan ? Face à de telles provocations en Ukraine, les Russes sont tombés dans le piège de la guerre : il faut espérer que les Chinois ne le feront pas en Taïwan.”

(Au niveau le plus profond, au cours de l’histoire mondiale, la culture de la guerre a été maintenue parce qu’elle permet l’exploitation économique via l’esclavage, le colonialisme et le néocolonialisme.)

Suite du blog précédent : « La Chine va-t-elle vraiment promouvoir une culture de paix dans ses relations économiques avec d’autres pays, ou finira-t-elle par les exploiter ? . . . la Nouvelle Banque de Développement, créée cette année en Chine par les pays des BRICS, pourrait aider les pays du Sud à échapper aux sanctions économiques. Et les échanges avec la Chine ont désormais dépassé les échanges avec l’Europe et l’Amérique du Nord pour les pays d’Amérique du Sud. Ces nouvelles relations commerciales indépendantes de l’Europe et de l’Amérique du Nord permettront-elles aux pays du Sud d’échapper à l’exploitation ? Nous l’espérons, mais seul le temps nous le dira. »

QUEL AVENIR POUR LA DÉMOCRATIE ?

En adoptant une vision longue de l’histoire, je suggère que le vote à la Troisième Commission de l’ONU sur la résolution intitulée « promotion d’un ordre international démocratique et équitable » marque le début de la fin de la démocratie bourgeoise. Comme mentionné ci-dessus, tous les pays de l’Amérique Empire a voté contre.

La démocratie bourgeoise a été décrite avec précision il y a un siècle par Vladimir Lénine : « Une république démocratique est la meilleure coquille politique possible pour le capitalisme et, par conséquent, une fois que le capital a pris possession de cette meilleure coquille… il établit son pouvoir de manière si sûre qu’il s’assure qu’aucun changement de personnes, d’institutions ou de partis dans la république démocratique bourgeoise ne pourra l’ébranler.

La démocratie bourgeoise a atteint son apogée dans les empires britannique et américain, qui, bien entendu, étaient très rentables pour les capitalistes. La liste des milliardaires s’allonge chaque année à un rythme obscène !

Mais l’Empire britannique est révolu et l’Empire américain s’effondre. Et avec cela, la démocratie bourgeoise s’effondre. Erdogan, Bolsonaro, Trump, Orban en Hongrie, maintenant Javier Milei en Argentine, Giorgia Meloni en Italie et Geert Wilders aux Pays-Bas. A l’horizon, Le Pen en France? Les gens votent contre la bourgeoisie et votent pour le fascisme. Trump a déclaré que lorsqu’il serait élu, il établirait des camps de concentration pour les immigrés et les gauchistes.

Pourquoi les gens votent-ils contre la bourgeoisie ? L’analyse est simple ; c’est economique. Ils en ont assez de voir les riches s’enrichir et les pauvres s’appauvrir. Comme nous le rappelle Lénine, c’est le but essentiel de la démocratie bourgeoise.

Mais Cuba et le Groupe des 77 développeront-ils une nouvelle forme de démocratie ?

Cela semble peu probable. Pensez à la République Démocratique de Corée ou à la République Démocratique du Congo ! La plupart des pays non alignés se tournent vers l’alignement sur l’alliance des pays BRICS. Et quelle est leur approche ? La Chine est redevenue un régime perpétuel. La Russie est revenue à l’équivalent du tsarisme. La politique indienne pourrait être, au mieux, décrite comme « tribale ». L’Afrique du Sud est corrompue. L’exception est le Brésil. Comme d’autres pays d’Amérique latine, le Brésil développe une culture de paix qui peut soutenir une véritable démocratie, mais le gouvernement brésilien dirigé par le président Lula ne s’est pas encore fermement remis du régime de Bolsonaro ; le pouvoir législatif reste aux mains des forces de droite et l’armée attend en coulisse la possibilité d’un éventuel retour à la dictature militaire.

Est-ce la fin de la démocratie ? Oui, si cela signifie une démocratie liée à l’État et à sa culture de guerre.

Mais il existe encore des élections démocratiques pour les autorités locales. Et Maires pour la Paix compte des milliers de membres à travers le monde qui se consacrent à la culture de la paix.

S’il y a un avenir pour la démocratie, il n’est pas lié à l’État-nation qui en est venu à monopoliser la culture de la guerre. Au lieu de cela, elle pourrait être développée avec une culture de paix gérée par une ONU entre les mains des maires du monde plutôt que des États membres.

J’ai imaginé un tel avenir ici dans de nombreux blogs précédents ainsi que dans ma petite nouvelle utopique « J’ai vu la terre promise ».

Il n’est pas facile d’imaginer un monde sans État-nation, un monde gouverné par une ONU aux mains des maires, mais nous pouvons essayer, du moins en théorie. Voici ce que j’ai écrit sur ce blog en mars 2018 :

La construction des murs, la défense des frontières et la demande de visas sont parmi les très peu de fonctions étatiques qui pouraient être facilement réalisées par les autorités locales, ou par les organisations régionales et une Organisation des Nations Unies reformée. Les murs, les frontières et les visas sont liés aux fonctions les plus intense de l’Etat, à savoir la guerre et ces préparatifs, ainsi que la fiscalité qui les soutient. A part cela, nous pourrions bien vivre sans Etat. La gestion de la justice, de l’agriculture, du commerce, de l’éducation, de l’énergie, du travail, des soins de santé, des transports et de la communication peut déjà être gérée par les différentes agences des Nations Unies et par les organisations régionales.

Nous ne devons pas tenir pour acquis qu’il existe déjà des organisations qui gèrent efficacement au niveau mondial : Organisation mondiale de la santé, Organisation de l’aviation civile internationale, Organisation maritime internationale, Union internationale des télécommunications, Union postale universelle. D’autres ne sont peut-être pas encore efficaces, mais avec une ONU démocratique, elles pourraient devenir fonctionnels : Cour internationale de Justice, Organisation des Nations Unies pour le développement industriel, Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture, Organisation pour l’alimentation et l’agriculture, Agence internationale de l’énergie atomique, Organisation Mondiale du Commerce, Organisation internationale du Travail. Cette liste épuise les fonctions d’état remplaçables énumérées ci-dessus.

La civilisation humaine sera-t-elle encore vivante au 22e siècle ? Et aura-t-elle atteint une nouvelle démocratie sans l’État-nation ? Le temps nous le dira. Dommage que nous ne serons plus là pour voir !

HOW CAN WAR CRIMES BE STOPPED?

Featured

(Une version française suit en dessous)


Recent events make us question more than ever: why can’t something be done to stop and prevent the crimes of war?

Julian Assange languishes in prison, and may eventually die in prison, for having documented the war crimes of the American Empire. And all the relevant institutions, the United Nations, Amnesty International, Human Rights Watch, etc., agree that we are witnessing daily war crimes by Israel against the people of Gaza, crimes that are financed and supplied by the United States and its allies.

There are demands for justice from the International Criminal Court, but even if it condemns these war crimes, has no power of enforcement. None of the Great Powers even belongs to it.

In principle, the International Court of Justice could make a ruling according to the genocide convention, but again it has no enforcement powers.

As for enforcement powers, the UN Security Council, in theory, would be the proper jurisdiction. But its actions are vetoed by those who are committing the war crimes.

The countries of BRICS (Brazil, Russia, India, China and South Africa) have added their condemnation, but they have no enforcement powers and, in addition, two of it members have themselves been accused of war crimes: the Russians in the Ukraine and Saudi Arabia in Yemen.

Several options for enforcement are proposed by the Movement for Boycott, Divestment and Sanctions. They have called for a Global Day of Action on November 29th: “Millions of you have taken to the streets for the largest protests the world has seen in the last 20 years! We are grateful to each one of you who, through your voices and creative actions, have built up unprecedented grassroots power to end Israel’s genocidal war against 2.3 million Palestinians in the besieged and occupied Gaza Strip.” The Movement calls for Intensifying all strategic economic boycott and divestment campaigns against complicit corporations, and escalating campaigns to cut all ties to apartheid Israel and its complicit academic and cultural institutions as well as sports teams.

Unfortunately, there is another reaction to the war crimes, which will lead to more rather than less violence in world. For example the Guardian news service has removed from its website the letter written by Osama Bin Laden to the United States, condemning the American support for Israel, its placement of military bases in Islamic countries, and its participation in or support of other military actions or economic sanctions against people in the Islamic world.  Why? Because over a million people have gone to the letter since the Israel attack on Gaza, many of them saying that now they understand that Bin Laden was correct.

We have long said that each time the Americans kill someone with a drone attack, they sow the seeds for dozens of warriors against the American empire. And the same can be said today about how the Israeli genocide against Palestine is sowing the seeds for warriors against Israel and its supporters in the US and Europe.

So, violence begets violence.

For peace, we must change the world so that is governed justly and is able to enforce its decisions. More than ever, we are led to demand a revolutionary change in the governance of the United Nations. The UN Security Council, instead of being run by the governments with their culture of war, should be taken over by the direct representatives of the people of the world.

The people of the world do not want war. And their most direct representatives, the mayors of the world, do not want war. They have no nuclear weapons. They have no armies, no military-industrial complex.

Dear reader, if you have any influence with Mayors for Peace, based in Hiroshima, please suggest to them that they establish an alternative Security Council that issues regular press releases saying what mayors would do if they ran the UN Council. At least, in that way, we could raise the consciousness of people that another world is possible!

* * * * *

COMMENT ARRÊTER LES CRIMES DE GUERRE?

Les événements récents nous amènent plus que jamais à nous demander : pourquoi ne peut-on pas faire quelque chose pour arrêter et prévenir les crimes de guerre ?

Julian Assange croupit en prison, et pourrait éventuellement y mourir, pour avoir documenté les crimes de guerre de l’Empire américain. Et toutes les institutions compétentes, les Nations Unies, Amnesty International, Human Rights Watch, etc., conviennent que nous sommes témoins quotidiennement de crimes de guerre commis par Israël contre la population de Gaza, crimes financés et fournis par les États-Unis et leurs alliés.

Il y a des demandes de justice de la part de la Cour pénale internationale, mais même si elle condamne ces crimes de guerre, elle n’a aucun pouvoir d’application. Aucune des grandes puissances n’en fait partie.

En principe, la Cour internationale de Justice pourrait rendre une décision conformément à la convention sur le génocide, mais là encore, elle n’a aucun pouvoir d’exécution.

En ce qui concerne les pouvoirs coercitifs, le Conseil de sécurité de l’ONU serait, en théorie, la juridiction appropriée. Mais ses actions font l’objet du veto de ceux qui commettent des crimes de guerre.

Les pays des BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud) ont ajouté leur condamnation, mais ils n’ont aucun pouvoir coercitif et, en outre, deux de leurs membres ont eux-mêmes été accusés de crimes de guerre : les Russes en Ukraine et L’Arabie Saoudite au Yémen.

Plusieurs options d’application sont proposées par le Mouvement pour le Boycott, le Désinvestissement et les Sanctions. Ils ont appelé à une journée d’action mondiale le 29 novembre : « Des millions d’entre vous sont descendus dans la rue pour les plus grandes manifestations que le monde ait connues au cours des 20 dernières années ! Nous sommes reconnaissants à chacun d’entre vous qui, par sa voix et des actions créatives, ont construit un pouvoir populaire sans précédent pour mettre fin à la guerre génocidaire menée par Israël contre 2,3 millions de Palestiniens dans la bande de Gaza assiégée et occupée. » Le Mouvement appelle à intensifier toutes les campagnes stratégiques de boycott économique et de désinvestissement contre les entreprises complices, et à intensifier les campagnes pour couper tous les liens avec l’apartheid israélien et ses institutions universitaires et culturelles complices ainsi qu’avec les équipes sportives.

Malheureusement, il existe une autre réaction aux crimes de guerre, qui conduira à plus de violence plutôt qu’à moins de violence dans le monde. Par exemple, le service de presse Guardian a supprimé de son site Internet la lettre écrite par Oussama Ben Laden aux États-Unis, condamnant le soutien américain à Israël, l’implantation de bases militaires dans les pays islamiques et sa participation ou son soutien à d’autres actions militaires ou sanctions économiques contre les peuples du monde islamique. Pourquoi? Parce que plus d’un million de personnes ont été en accord avec la lettre depuis l’attaque israélienne sur Gaza, beaucoup d’entre elles affirmant qu’elles comprennent désormais que Ben Laden avait raison.

Nous disons depuis longtemps que chaque fois que les Américains tuent quelqu’un avec une attaque de drone, ils sèment la graine de dizaines de guerriers contre l’empire américain. Et la même chose peut être dite aujourd’hui sur la façon dont le génocide israélien contre la Palestine sème les graines de guerriers contre Israël et ses partisans aux États-Unis et en Europe.

Ainsi, la violence engendre la violence.

Pour la paix, nous devons changer le monde afin qu’il soit gouverné avec justice et qu’il soit capable de faire respecter ses décisions. Plus que jamais, nous sommes amenés à exiger un changement révolutionnaire dans la gouvernance des Nations Unies. Le Conseil de sécurité de l’ONU, au lieu d’être dirigé par les gouvernements avec leur culture de guerre, devrait être repris par les représentants directs des peuples du monde.

Les peuples du monde ne veulent pas de guerre. Et leurs représentants les plus directs, les maires du monde, ne veulent pas de guerre. Ils n’ont pas d’armes nucléaires. Ils n’ont ni armée, ni complexe militaro-industriel.

Cher lecteur, si vous avez une quelconque influence auprès de Maires pour la Paix, basés à Hiroshima, suggérez-leur de créer un Conseil de sécurité alternatif qui publie régulièrement des communiqués de presse expliquant ce que les maires feraient s’ils dirigeaient le Conseil de l’ONU. Au moins, de cette façon, nous pourrions faire prendre conscience aux gens qu’un autre monde est possible !

SOME DOCUMENTS OF HOPE

Featured

(Une version française suit en dessous)


Thanks to Roland Nivet of Mouvement de la Paix and Jean-Marc Cléry of the trade union FSU, I had to chance to speak to a hundred school teachers represented by the FSU in Bretagne. The blog this month is based on my remarks.

Your students, like all young people today are pushed towards pessimism by the mass media and the pronouncements of their national governments. Is there some way that we can give them hope for the future?

I want to give you four documents of hope. However, your students need to know that they will not be found by listening to the mass media or government. In fact, the media and government want to prevent them from knowing about these documents. Let me tell you something about their history.

The first is the Seville Statement. In 1986, the United Nations International Year for Peace, I was one of twenty scientists who met in Seville, Spain, to answer the question, “Does modern biology and social science know of any biological factors that constitute an insurmountable or serious obstacle to the goal of world peace ?” The scientists came from all regions of the world and from all the relevant scientific disciplines, including the most prominent experts in animal behavior, brain research on aggression and behavior genetics. After examining the scientific data, we came to the conclusion that war is a social, not a biological construction, and quoting the great anthropologist Margaret Mead, the same species that invented war is capable of inventing peace.”

The Seville Statement was adopted as policy by UNESCO and by many scientific organizations, including the American Psychological Association, American Anthropological Association and American Sociological Association. I organized the press conference to announce this. When I called the major news agencies, they said they were not interested, and one even said, “but call us back when you find the gene for war.”

Even Science magazine, the official news magazine of American scientific associations, refused to come to the press conference. So we sent a letter to the editor, signed by the president of several scientific organizations, including the American Psychological Association, which was technically their boss, but they refused to publish it.

This was only a few years after the Commission of the American Senate on CIA infiltration of the mass media that found all major news agencies had at least one CIA agent to determine what they could print. Someday, when the CIA archives are opened, I think they will find that there was an agent in Science magazine.

Thanks to one of the signatories of the Seville Statement, I went to work for UNESCO. Federico Mayor, who helped draft the Statement in 1986, was chosen as the Director-General of UNESCO in 1987 and he invited me to come to UNESCO to publicize the Statement.

At UNESCO, I proposed the culture of peace program and became responsible for the United Nations International Year for the Culture of Peace. In that capacity, we produced two documents.

One was the the Declaration and Programme of Action on a Culture of Peace that we sent from UNESCO to the UN General Assembly where it was adopted in 1999. This is the document that describes a programme for the culture of peace with eight areas of action. This approach has been adopted by Mouvement de la Paix.

The adoption of the Declaration and Programme of Action was opposed at each stage in its development by the the United States and the European Union. First, they tried to stop the submission of the draft document by saying that it had not been approved by the UNESCO Executive Board. Then, they tried to stop its adoption process by the UN General Assemby which led to a record number of informal consultation sessions where they expressed their opposition. During this process they managed to remove all references to the culture of war, claiming that there is no culture of war in this world. I had developed the draft document by listing the characteristics of the culture of war and proposing their opposites for a culture of peace.

Fortunately, the process of informal consultations was managed by the courageous ambassador from Bangladesh, Anwarul Chowdhury, who was trusted by the UN Member States from Africa, Latin America and Asia, and as a result they were able to get the document adopted despite the opposition of Europe and North America.

It has been said that the Declaration and Programme of Action is the most important UN declaration since the Universal Declaration of Human Rights, but the budget for its distribution and implimentation was removed from the resolution by the US and European Union.

The second document we developed at UNESCO is the Manifesto 2000. This is a popular version of the Declaration and Programme of Action, which individuals could sign, by which they promised to develop a culture of peace in their family, community and country. Their were six points in the Manifesto: Respect all life; Reject violence; Share with others; Listen to understand; Preserve the planet; and Rediscover solidarity.

The Manifesto 2000 was circulated in India by Brahma Kumaris. In Colombia by UNICEF. In Brazil by the UNESCO office. In Algeria it was sung from the minarets and distributed on the streets by the Scout Movement. In Japan by the National Federation of UNESCO Associations. In Korea by the National Commission for UNESCO. Overall, the Manifesto was signed by 75 million people, one of the largest peace mobilizations in all history.

What happened then? Federico Mayor had retired from UNESCO, and the United States installed a new director of programming who came from the Heritage Foundation. He told me bluntly that his tasks included getting rid of me and ending the culture of peace initiative. He even wrote a memo to the New York Office saying that I should not be allowed to enter it when I returned to the United States. There was a UN Decade for the Culture of Peace with UNESCO in charge, but they did nothing for it.

Once I left UNESCO, I developed the Culture of Peace News Network and did the research for two books, the History of the Culture of War and a utopian novel about how the world arrives at a culture of peace. The book is called “I have seen the promised land.” It imagines that after a global economic crash there is a window of opportunity to change the system of global governance by reforming the United Nations so that the Security Council is managed by representatives of the mayors of the world instead of nation-states with their culture of war.

I approached many book publishers but they told me they were not interested. Peace would not sell.

Despite l’opposition, these documents remain essential for the construction of a new world. If such a world is possible, it is the new generation who can achieve it. For this task they need to reactivate and use tools such as these.

All four documents are available online. Here are the links where you can read them.

Seville Statement on Violence

Declaration and Programme of Action on a Culture of Peace

Manifesto 2000

I have see the promised land

See also the Culture of Peace News Network

* * * * *

QUELQUES DOCUMENTS D’ESPOIR

Grâce à Roland Nivet du Mouvement de la Paix et à Jean-Marc Cléry du syndicat FSU, j’ai eu l’occasion de m’entretenir avec une centaine d’enseignants des écoles représentés par la FSU en Bretagne. Le blog de ce mois-ci s’appuie sur mes remarques.

Vos étudiants, comme tous les jeunes d’aujourd’hui, sont poussés au pessimisme par les médias et les déclarations de leurs gouvernements nationaux. Existe-t-il un moyen de leur donner de l’espoir pour l’avenir ?

Je veux vous donner quatre documents d’espoir. Cependant, vos étudiants doivent savoir qu’ils ne seront pas trouvés en écoutant les médias ou le gouvernement. En fait, les médias et le gouvernement veulent les empêcher de connaître ces documents. Laissez-moi vous raconter quelque chose sur leur histoire.

La première est la Déclaration de Séville. En 1986, Année internationale pour la paix des Nations Unies, j’étais l’un des vingt scientifiques réunis à Séville, en Espagne, pour répondre à la question suivante : « La biologie et les sciences sociales modernes connaissent-elles des facteurs biologiques qui constituent un obstacle insurmontable à la paix mondiale ?” Les scientifiques venaient de toutes les régions du monde et de toutes les disciplines scientifiques concernées, y compris les experts les plus éminents en matière de comportement animal, de recherche sur le cerveau sur l’agressivité et de génétique du comportement. Après avoir examiné les données scientifiques, nous sommes arrivés à la conclusion que la guerre est une construction sociale et non biologique, et, citant la grande anthropologue Margaret Mead, « la même espèce qui a inventé la guerre est capable d’inventer la paix. »

La Déclaration de Séville a été adoptée comme politique par l’UNESCO et par de nombreuses organisations scientifiques, notamment l’American Psychological Association, l’American Anthropological Association et l’American Sociological Association. J’ai organisé la conférence de presse pour l’annoncer. Lorsque j’ai appelé les principales agences de presse, elles m’ont dit qu’elles n’étaient pas intéressées, et l’une d’entre elles m’a même dit : « mais rappelez-nous quand vous aurez trouvé le gène de la guerre ».

Même le journal Science, le magazine d’information officiel des associations scientifiques américaines, a refusé de venir à la conférence de presse. Nous avons donc envoyé une lettre à l’éditeur, signée par le président de plusieurs organisations scientifiques, dont l’American Psychological Association, qui était techniquement leur patron, mais ils ont refusé de la publier.

C’était seulement quelques années avant, que le Sénat américain a crée une commission afin d’examiner l’infiltration des médias par la CIA. La commission a constaté que toutes les grandes agences de presse disposaient d’au moins un agent de la CIA pour déterminer ce qu’elles pouvaient imprimer. Un jour, quand les archives de la CIA seront ouvertes, je pense qu’ils découvriront qu’il y avait même un agent dans le journal Science.

Grâce à l’un des signataires de la Déclaration de Séville, Federico Mayor, je suis parti travailler pour l’UNESCO. Il a contribué à la rédaction de la Déclaration en 1986, et a été choisi comme Directeur général de l’UNESCO en 1987, à la suite de quoi, il m’a invité à venir à l’UNESCO pour diffuser la Déclaration.

À l’UNESCO, j’ai proposé le programme de culture de la paix et je suis devenu responsable de l’Année internationale des Nations Unies pour la culture de la paix, l’Année 2000. À ce titre, nous avons produit deux documents d’espoirs importants.

L’un d’entre eux était la Déclaration et le Programme d’action sur une culture de paix que nous avons envoyés par l’UNESCO à l’Assemblée générale des Nations Unies où il a été adopté en 1999. Le document décrit un programme pour la culture de la paix avec huit domaines d’action. Cette approche a été adoptée par le Mouvement de la Paix.

L’adoption de la Déclaration et du Programme d’action a rencontré des oppositions à chaque étape de son développement par les États-Unis et l’Union européenne. Premièrement, ils ont tenté d’empêcher la soumission du projet de document en affirmant qu’il n’avait pas été approuvé par le Conseil exécutif de l’UNESCO. Ils ont ensuite tenté d’arrêter le processus d’adoption par l’Assemblée générale des Nations Unies, ce qui a conduit à un nombre record de séances de consultations informelles au cours desquelles ils ont exprimé leur opposition. Au cours de ce processus, ils ont réussi à supprimer toute référence à la culture de guerre, insistant qu’il n’y a pas de culture de guerre dans le monde. Le projet de document avait été élaboré en énumérant les caractéristiques de la culture de guerre et en proposant leurs contraires pour une culture de paix.

Heureusement, le processus de consultations informelles a été géré par le courageux ambassadeur du Bangladesh, Anwarul Chowdhury, en qui les États membres de l’ONU d’Afrique, d’Amérique latine et d’Asie avaient la confiance, et qui ont ainsi réussi à faire adopter le document malgré l’opposition de l’Europe et de l’Amérique du Nord.

Certains disent que la Déclaration et le Programme d’action sont la déclaration de l’ONU la plus importante depuis la Déclaration universelle des droits de l’Homme, mais le budget pour sa distribution et sa mise en œuvre a été retiré de la résolution par les États-Unis et l’Union européenne.

Le deuxième document que nous avons élaboré à l’UNESCO est le Manifeste 2000. Il s’agit d’une version populaire de la Déclaration et du Programme d’action, que les individus pouvaient signer. En signant, ils se sont engagés à développer une culture de paix dans leur famille, leur communauté et leur pays. Il y avait six points dans le Manifeste : Respecter toutes les vies ; Rejeter la violence ; Libérer sa générosité ; Écoutez pour se comprendre ; Préserver la planète ; et Réinventer la solidarité.

Le Manifeste 2000 a été diffusé en Inde par Brahma Kumaris. En Colombie par l’UNICEF. Au Brésil par le bureau de l’UNESCO. En Algérie, il était chanté depuis les minarets et distribué dans les rues par le Mouvement Scout. Au Japon par la Fédération nationale des associations UNESCO. En Corée par la Commission nationale pour l’UNESCO. Au total, le Manifeste a été signé par 75 millions de personnes, ce qui constitue l’une des plus grandes mobilisations pour la paix de toute l’histoire.

Ce qui est arrivé ensuite? Federico Mayor a pris sa retraite de l’UNESCO et les États-Unis ont nommé un nouveau directeur de la programmation, un homme lié à la Heritage Foundation. Il m’a dit sans ambages que sa tâche, entre autres, consistait, à se débarrasser de moi et à mettre fin à l’initiative pour une culture de paix. Il a même écrit une memo au bureau de New York disant que je ne devrais pas être autorisé à y entrer à mon retour aux États-Unis. Même s’il y a eu une Décennie des Nations Unies pour la culture de la paix, sous la direction de l’UNESCO, ils n’ont rien fait pour cela.

Une fois que j’ai quitté l’UNESCO, j’ai développé le site Internet, réseau d’information sur la culture de la paix et j’ai fait des recherches pour deux livres, l’Histoire de la culture de la guerre et un roman utopique sur la manière dont le monde parviendrait à une culture de paix. Le livre s’intitule « J’ai vu la terre promise ». Il imagine qu’après un krach économique mondial, il existe une fenêtre d’opportunité pour changer le système de gouvernance mondiale. Les Nations Unies sont réformés afin que le Conseil de sécurité soit géré par des représentants des maires du monde. Leur politique serait culture de la paix plutôt que la culture de guerre des États-nations.

J’ai contacté de nombreux éditeurs de livres, mais ils m’ont dit qu’ils n’étaient pas intéressés. La paix ne se vendrait pas.

Cependant, tous ces documents, actant d’une prise de conscience du lien entre la culture de la paix et l’avenir de l’Humanité, restent les outils essentiels à la construction d’un nouveau monde. Il appartient aux nouvelles generations de s’en saisir pour cette tache.

Si ces quatre “documents-outils” sont appropriés et réactualisés par la nouvelle generation, ils peuvent changer le monde.

Les documents sont disponibles en ligne. Voici les liens où vous pouvez les lire.

Manifeste de Seville sur la Violence

Déclaration et Programme d’Action sur une Culture de la Paix

Manifeste 2000:

J’ai vu la terre promise

Voir aussi le Culture of Peace News Network

NO PEACE WITH THE CULTURE OF WAR

Featured

(Une version française suit en dessous)

The culture of war seems stronger than ever. Illustrating this, one day preceding the International Day of Peace, the opening of the United Nations was given to Ukraine president Zelensky to call for all-out war against Russia, even at the risk of launching a Third World War.

And the mass media, dominated and infiltrated by the culture of war, are constantly beating the drums of war.

This year there were more actions than ever to mark the International Day of Peace, but there was a profound weakness in most of them. Most failed to struggle explicitly against the culture of war. For example, a virtual conference for peace education headlined culture of peace veterans Federico Mayor and Anwarul Chowdhury, but the culture of war was hardly mentioned during the conference. Instead, the podium was given to the aging Indian guru Prem Rewat and his claims that peace comes from being happy with oneself.

It was surprising that there were many actions for Peace Day in Russia and Ukraine, especially in schools and universities despite the war and the fact that half of the schools of the Ukraine are closed. It was not surprising that they failed to condemn the culture of war since even the mention of the word “war” in Russia is punished with fines and imprisonment. In order to get around this, as shown on our website, two Russian websites dared to publish cartoons condemning the culture of war.

A few actions for Peace Day elsewhere in the world stand out for their explicit struggle against the culture of war. From the Vatican, the Saint Egidio held a public event entitled “Italy repudiates war” They said, “The main concern is that the war in Ukraine will continue indefinitely, losing prominence in the news, while the conflict takes a high toll in human lives and generates suffering among civilians. This includes forced conscription, persecution of deserters, conscientious objectors and war opponents, as well as the disruption of food supplies, which leads to famine on a global scale. The event in Rome is part of an initiative in continuity with the Europe for Peace coalition platform, which aims to mobilize international efforts to bring peace back to Ukraine.

From the Basque region of Spain, Euskal Herria announced that they will carry out a signature campaign against the war. They denounced the attitude of governments that are escalating and prolonging the conflict and said that that “this war, like all wars, is a business where people suffer death and big capital amasses fortunes with the military or energy industries.”

In Portland, Oregon, the Peace Day event invited people to “Join CODEPINK and other anti-war, anti-imperialist and peace organizations in marking International Peace Day! Hear from anti-war speakers and performers, talk with like-minded peace-wagers and build connections for future organizing.

The United Nations held its annual high-level forum on the culture of peace on August 31, but again almost no mention of the culture of war. And this year most of the civil society was excluded from the forum, leading Anwarul Chowdhury to say that is part of a more general rejection of the culture of peace by the current United Nations administration. Neither of the two general agendas for action – “Our Common Agenda” (OCA), and “New Agenda for Peace” (NAP) – mention “culture of peace” at all, and they certainly do not address the culture of war.

Why? Because the United Nations is dominated by a Security Council whose members are fully engaged in the culture of war.

Even the mention of this is taboo. That is why the Declaration and Program of Action on a Culture of Peace, adopted in 1999, does not mention the culture of war. The original document sent by UNESCO to the United Nations was quite clear that all of the eight program areas for a culture of peace are alternatives to the principal eight characteristics of the culture of war. But all mention of the culture of war was removed from the document on the insistence of the European Union who stated that “there is no culture of war in the world.”

With a United Nations and the mass media dominated by the culture of war, what hope do we have?

When the UN was dragged into supporting the invasion of Iraq in 2003, millions of people took to the streets to protest ! Where are the protests now? A few have taken to the streets against the failure to take action against global warming, but that is not enough.

I used to say I was pessimistic Monday and Tuesday, optimistic Wednesday and Thursday, leaving the weekend open to either. But now I am lucky to find cause for optimism on a single day in the week.

Dear reader, can you give me reason to hope?


* * * * *

PAS DE PAIX AVEC LA CULTURE DE GUERRE

La culture de la guerre semble plus forte que jamais. Pour illustrer cela, un jour avant la Journée internationale de la paix, l’ouverture des Nations Unies a été donnée au président ukrainien Zelensky pour appeler à une guerre totale contre la Russie, même au risque de déclencher une Troisième Guerre mondiale.

Et les médias, dominés et infiltrés par la culture de la guerre, battent constamment le tambour de la guerre.

Cette année, les actions ont été plus nombreuses que jamais pour marquer la Journée internationale de la paix, mais la plupart d’entre elles présentaient une profonde faiblesse. La plupart n’ont pas réussi à lutter explicitement contre la culture de la guerre. Par exemple, une conférence virtuelle sur l’éducation à la paix avait pour titre des vétérans de culture de la paix Federico Mayor et Anwarul Chowdhury, mais la culture de la guerre n’a pratiquement pas été évoquée lors de la conférence. Au lieu de cela, la tribune a été donnée au gourou indien vieillissant Prem Rewat et à ses affirmations selon lesquelles la paix vient du fait d’être heureux avec soi-même.

Il est surprenant qu’il y ait eu de nombreuses actions pour la Journée de la Paix en Russie et en Ukraine, en particulier dans les écoles et les universités, malgré la guerre et le fait que la moitié des écoles d’Ukraine soient fermées. Il n’est pas surprenant que la culture de la guerre ne soit pas condamnée puisque même la mention du mot « guerre » en Russie est punie d’amendes et d’emprisonnement. Pour contourner ce problème, comme le montre notre site Internet, deux sites Internet russes ont osé publier des caricatures condamnant la culture de guerre.

Quelques actions pour la Journée de la Paix ailleurs dans le monde se distinguent par leur lutte explicite contre la culture de guerre. Depuis le Vatican, Saint Egidio a organisé un événement public intitulé « L’Italie rejette la guerre ». Ils ont déclaré : « La principale préoccupation est que la guerre en Ukraine se poursuivra indéfiniment, perdant de l’importance dans l’actualité, tandis que le conflit aura un lourd tribut en Ukraine en vies humaines et en souffrances parmi les civils. Cela comprend la conscription forcée, la persécution des déserteurs, des objecteurs de conscience et des opposants à la guerre, ainsi que la perturbation des approvisionnements alimentaires, ce qui conduit à la famine à l’échelle mondiale. L’événement de Rome fait partie d’une initiative en continuité avec la plateforme de la coalition Europe pour la paix, qui vise à mobiliser les efforts internationaux pour ramener la paix en Ukraine.

Depuis la région basque côté espagnole, Euskal Herria a annoncé qu’elle mènerait une campagne de signature contre la guerre. Elle a dénoncé l’attitude des gouvernements qui intensifient et prolongent le conflit et ont déclaré que “cette guerre, comme toutes les guerres, est une affaire dans laquelle les gens souffrent de morts et où le grand capital amasse des fortunes grâce aux industries militaires ou énergétiques”.

À Portland, dans l’Oregon, l’action de la Journée de la paix a invité les gens à “Rejoindre CODEPINK et d’autres organisations anti-guerre, anti-impérialistes et pacifistes pour marquer la Journée internationale de la paix ! Écoutez des conférenciers et des artistes anti-guerre, discutez avec des parieurs de paix partageant les mêmes idées. et établir des liens pour l’organisation future.”

Les Nations Unies ont tenu leur forum annuel de haut niveau sur la culture de paix le 31 août, mais encore une fois, la culture de guerre n’est pratiquement pas mentionnée. Et cette année, la majeure partie de la société civile a été exclue du forum, ce qui a conduit Anwarul Chowdhury à dire que cela faisait partie d’un rejet plus général de la culture de la paix par l’actuelle administration des Nations Unies. Aucun des deux programmes généraux d’action – « Notre programme commun » (OCA) et « Nouvel agenda pour la paix » (NAP) – ne mentionne la « culture de la paix », et ils n’abordent certainement pas la culture de la guerre.

Pourquoi? Parce que les Nations Unies sont dominées par un Conseil de sécurité dont les membres sont pleinement engagés dans la culture de guerre.

Même le fait d’en parler est tabou. C’est pourquoi la Déclaration et le Programme d’action sur une culture de paix, adoptés en 1999, ne mentionnent pas la culture de guerre. Le document original envoyé par l’UNESCO aux Nations Unies indiquait très clairement que les huit domaines d’action pour une culture de paix sont des alternatives aux huit principales caractéristiques de la culture de guerre. Mais toute mention de la culture de guerre a été supprimée à l’époque du document sur l’insistance de l’Union européenne qui a déclaré qu’« il n’y a pas de culture de guerre dans le monde ».

Avec une ONU et des médias dominés par la culture de la guerre, quel espoir avons-nous ?

Lorsque l’ONU a été amenée à soutenir l’invasion de l’Irak en 2003, des millions de personnes sont descendues dans la rue pour protester ! Où sont les protestations maintenant ? Quelques-uns sont descendus dans la rue pour dénoncer l’incapacité à agir contre le réchauffement climatique, mais cela ne suffit pas.

Je disais que j’étais pessimiste le lundi et le mardi, optimiste le mercredi et le jeudi, laissant le week-end ouvert à l’un ou l’autre. Mais maintenant, j’ai la chance de trouver des raisons d’être optimiste sur un seul jour de la semaine.

Cher lecteur, pouvez-vous me donner des raisons d’espérer ?

THE BRICS SUMMIT

Featured

(Une version française suit en dessous)

The global divide between North and South widened this month at the summit of the BRICS countries (Brazil, Russia, India, China and South Africa) that took place in Johannesburg:

The complete BRICS Declaration, a major historic document, is published in full by media in South Africa, Brazil, China, South Africa, Russia, Azerbaijan, Nigeria, India, Nicaragua, Peru, and Colombia. But in Europe and North America, only alternative media and no major media has published the full text, as of a search in Google as of August 28.

Worse than that, the reports about the Summit by the major media of the North distorted its message with regard to the war in the Ukraine, in a way that continues to justify the actions of NATO.

Here is the paragraph of the BRICS declaration in this regard:

“9. We recall our national positions concerning the conflict in and around Ukraine as expressed at the appropriate fora, including the UNSC and UNGA. We note with appreciation relevant proposals of mediation and good offices aimed at peaceful resolution of the conflict through dialogue and diplomacy, including the African Leaders Peace Mission and the Chinese proposed path for peace.”

The BRICS approach to the war is correctly reported by media in India, Turkey and Brazil as follows:

The Print, India: BRICS countries to continue support efforts to end Russia-Ukraine conflict through dialogue: Ramaphosa

Anadolu Ajansi, Turkey: BRICS countries support mediation proposals to end Russia-Ukraine conflict

Government of Brazil: Speech by President Luiz Inácio Lula da Silva during the Brics Summit open plenary session including the following: “The war in Ukraine highlights Security Council limitations. BRICS must act as a force towards understanding and cooperation. Our willingness is expressed in the contributions of China, South Africa and my own country to the efforts to resolve the conflict in Ukraine.”

The opposite approach is taken by the major media of the North:

Putting the words “BRICS” and “Ukraine” into the Google search engine for the dates of the conference and two days after, August 22-26, we find the following articles in media of the North which concentrate on Putin’s remarks instead of the Summit declaration.

New York Times: In Speech to BRICS Nations, Putin Again Blames West for Ukraine War

BBC: Putin blames West for Ukraine war after drone attacks on Russia

Radio France International: Sommet des Brics à Johannesburg: Vladimir Poutine justifie sa guerre en Ukraine

The question of the war in the Ukraine was a only a minor issue at the BRICS summit. In addition to the paragraph quoted above, there are 94 paragraphs in the Declaration, covering most of the major political and economic issues of our times.

The Declaration places BRICS initiatives in the context of the United Nations, include a paragraph calling for its reform to to increase the representation of developing countries in the membership of the Security Council. There are also references to the SDGs (Strategic Development Goals) of the UN and to its specialized agencies, the International Monetary Fund and the World Trade Organization.

There is no mention of UNESCO, despite reference to its domains of education, science, culture and communication. For example, there is a reference to proposals made during the 10th Meeting of BRICS Ministers of Education, the BRICS Network University, the BRICS Science Technology and Innovation Steering Committee and the BRICS Working Group on Culture. Curiously, there is no reference to the communication initiative, reported recently in a CPNN article, at the Shanghai meeting of media organizations including representatives from Press TV,TeleSUR, RT and CGTN, and members of progressive media organizations such as Pan African TV, ArgMedios, and Brasil de Fato, and over 100 researchers and media professionals from China, Ghana, Zambia, South Africa, Brazil, and Russia seeking to develop an alternative to American and European dominance of the media. 

Although the Declaration places BRICS within the existing context of the United Nations System, it also makes reference to many independent parallel initiatives such as the following:

BRICS Counter-Terrorism Working Group
BRICS Working Group on security in the use of ICTs
Action Plan 2021-2024 for Agricultural Cooperation of BRICS Countries
BRICS Digital Economy Working Group
BRICS Framework for Cooperation on Trade in Service
BRICS Alliance for Green Tourism
BRICS Intellectual Property Rights cooperation mechanism
BRICS Payment Task Force
BRICS Think Tank Network for Finance
BRICS Contingent Reserve Arrangement
BRICS Virtual Vaccine Research and Development Center
BRICS High-Level Forum on the Traditional Medicine
BRICS Working Group on Nuclear Medicine
BRICS Remote Sensing Satellite Constellation agreement
BRICS Energy Research Cooperation Platform
BRICS Youth Energy Summit
BRICS Youth Summit
BRICS Business Forum
BRICS Business Council
BRICS Women’s Business Alliance
BRICS Academic Forum
BRICS Think Tanks Council
BRICS Political Parties Dialogue
BRICS Sport Cooperation Framework
the BRICS Games
BRICS Urbanisation forum

As the BRICS expands and the American/European Empire begins to crumble, what will be the relation between the many BRICS initiatives and those of the United Nations? Will the United Nations be able to reform itself so that the Global South gains equality, or will the United Nations continue to be dominated by the US and Europe to the point that a new global organization will emerge to replace it?

This tension is most evident on the questions of war, peace and the global economy The United Nations, controlled by its Security Council, is unable to resolve the questions of war and peace, most recently, in the case of the War in the Ukraine. And the World Bank is unable to help the countries of the South. Can they be reformed or must they be replaced? Already the New Development Bank of BRICS begins to replace the World Bank.

The gulf between North and South is likely to increase even more next year when six more countries join the BRICS (Argentina, Egypt, Ethiopia, Iran,Saudi Arabia and the United Arab Emirates), and the BRICS Summit is scheduled to take place in Russia.

* * * * *

LE SOMMET DES BRICS
Le fossé mondial entre le Nord et le Sud s’est élargi ce mois-ci lors du sommet des pays BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud) qui a eu lieu à Johannesburg :

La Déclaration complète des BRICS, un document historique majeur, est publiée dans son intégralité par les médias en Afrique du Sud, au Brésil, en Chine, en Afrique du Sud, en Russie, en Azerbaïdjan, au Nigeria, en Inde, au Nicaragua, au Pérou et au Colombie. Mais en Europe et en Amérique du Nord, seuls les médias alternatifs et aucun média majeur n’ont publié le texte intégral, selon une recherche effectuée sur Google le 28 août.

Pire encore, les reportages sur le Sommet par les principaux médias du Nord ont déformé son message sur la guerre en Ukraine, d’une manière qui continue de justifier les actions de l’OTAN.

Voici le paragraphe de la déclaration des BRICS à cet égard :

“9. Nous rappelons nos positions nationales concernant le conflit en Ukraine et aux alentours, telles qu’exprimées dans les contextes appropriés, notamment le Conseil de sécurité des Nations Unies et l’Assemblée générale des Nations Unies. Nous notons avec satisfaction les propositions pertinentes de médiation et de bons offices visant à une résolution pacifique du conflit par le dialogue et la diplomatie, y compris la Mission de paix des dirigeants africains et la voie de paix proposée par la Chine.”

L’approche des BRICS dans la guerre est correctement rapportée par les médias en Inde, en Turquie et au Brésil comme suit :

The Print, India: BRICS countries to continue support efforts to end Russia-Ukraine conflict through dialogue: Ramaphosa

Anadolu Ajansi, Turkey: BRICS countries support mediation proposals to end Russia-Ukraine conflict

Gouvernement du Brésil : Discours du Président Luiz Inácio Lula da Silva lors de la séance plénière ouverte du Sommet des Brics, comprenant le texte suivant : « La guerre en Ukraine met en évidence les limites du Conseil de sécurité. Les BRICS doivent agir comme une force vers la compréhension et la coopération. Notre volonté s’exprime dans le contributions de la Chine, de l’Afrique du Sud et de mon propre pays aux efforts visant à résoudre le conflit en Ukraine.

L’approche inverse est adoptée par les grands médias du Nord :

En insérant les mots « BRICS » et « Ukraine » dans le moteur de recherche Google pour les dates de la conférence et deux jours après, du 22 au 26 août, nous trouvons dans les médias du Nord les articles suivants qui se concentrent sur les remarques de Poutine au lieu du Sommet : déclaration.

New York Times: In Speech to BRICS Nations, Putin Again Blames West for Ukraine War

BBC: Putin blames West for Ukraine war after drone attacks on Russia

Radio France International: Sommet des Brics à Johannesburg: Vladimir Poutine justifie sa guerre en Ukraine

La question de la guerre en Ukraine n’a été qu’un sujet mineur lors du sommet des BRICS. Outre le paragraphe cité ci-dessus, la Déclaration compte 94 paragraphes qui couvrent la plupart des grandes questions politiques et économiques de notre époque.

La Déclaration place les initiatives des BRICS dans le contexte des Nations Unies et comprend un paragraphe appelant à sa réforme afin d’augmenter la représentation des pays en développement parmi les membres du Conseil de sécurité. On y trouve également des références aux ODD (Objectifs stratégiques de développement) de l’ONU et à ses agences spécialisées, le Fonds monétaire international et l’Organisation mondiale du commerce.

Il n’y a aucune mention de l’UNESCO, malgré la référence à ses domaines de l’éducation, de la science, de la culture et de la communication. Par exemple, il y a une référence aux propositions faites lors de la 10e réunion des ministres de l’Éducation des BRICS, de l’université du réseau BRICS, du comité directeur de la science, de la technologie et de l’innovation des BRICS et du groupe de travail des BRICS sur la culture. Curieusement, il n’y a aucune référence à l’initiative de communication, rapportée récemment dans un article du CPNN, lors de la réunion de Shanghai des organisations médiatiques, y compris des représentants de Press TV, TeleSUR, RT et CGTN, et des membres d’organisations médiatiques progressistes telles que Pan African TV,  ArgMedios, et Brasil de Fato, ainsi que plus de 100 chercheurs et professionnels des médias de Chine, du Ghana, de Zambie, d’Afrique du Sud, du Brésil et de Russie cherchant à développer une alternative à la domination américaine et européenne des médias.

Bien que la Déclaration place les BRICS dans le contexte existant du système des Nations Unies, elle fait également référence à de nombreuses initiatives parallèles et indépendantes telles que les suivantes :

– Groupe de travail antiterroriste des BRICS
– Groupe de travail des BRICS sur la sécurité dans l’utilisation des TIC
– Plan d’action 2021-2024 pour la coopération agricole des pays BRICS
– Groupe de travail sur l’économie numérique des BRICS
– Cadre de coopération des BRICS sur le commerce des services
– Alliance BRICS pour le tourisme vert
– Mécanisme de coopération des BRICS en matière de droits de propriété intellectuelle
– Groupe de travail sur les paiements des BRICS
– Réseau de groupes de réflexion des BRICS pour la finance
– Arrangement de réserve contingente des BRICS
– Centre virtuel de recherche et de développement de vaccins des BRICS
– Forum de haut niveau des BRICS sur la médecine traditionnelle
– Groupe de travail des BRICS sur la médecine nucléaire
– Accord sur la constellation de satellites de télédétection BRICS
– Plateforme de coopération en matière de recherche énergétique des BRICS
– Sommet des jeunes sur l’énergie des BRICS
– Sommet de la jeunesse des BRICS
– Forum des affaires des BRICS
– Conseil des affaires des BRICS
– Alliance des femmes d’affaires des BRICS
– Forum académique des BRICS
– Conseil des groupes de réflexion des BRICS
– Dialogue des partis politiques des BRICS
– Cadre de coopération sportive des BRICS
– Les jeux BRICS
– Forum sur l’urbanisation des BRICS

Alors que les BRICS s’étendent et que l’empire américano-européen commence à s’effondrer, quelle sera la relation entre les nombreuses initiatives des BRICS et celles des Nations Unies ? Les Nations Unies seront-elles capables de se réformer pour que les pays du Sud obtiennent l’égalité, ou les Nations Unies continueront-elles à être dominées par les États-Unis et l’Europe au point qu’une nouvelle organisation mondiale émergera pour la remplacer ?

Cette tension est plus évidente sur les questions de guerre, de paix et d’économie mondiale. Les Nations Unies, contrôlées par leur Conseil de sécurité, sont incapables de résoudre les questions de guerre et de paix, plus récemment dans le cas de la guerre en Ukraine. Et la Banque mondiale est incapable d’aider les pays du Sud. Peuvent-ils être réformés ou doivent-ils être remplacés ? La nouvelle banque de développement des BRICS commence déjà à remplacer la Banque mondiale.

Le fossé entre le Nord et le Sud risque de se creuser encore davantage l’année prochaine lorsque six pays supplémentaires rejoindront les BRICS (l’Argentine, l’Égypte, l’Éthiopie, l’Iran, l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis) et que le sommet des BRICS aura lieu en Russie. .

CAN THE UKRAINE WAR BE STOPPED?

Featured

(Une version française suit en dessous)

As discussed in this month’s CPNN bulletin, there is a rising chorus of demands that the Ukraine War must be stopped.

Conferences in Hiroshima and Nagasaki, recalling their nuclear destruction, pointed to the increasing danger that the Ukraine War could develop into a nuclear war. Their warning is now joined by coordinated editorials in medical journals around the world.

The list of potential peacemakers for the conflict continues to grow, with Saudi Arabia joining China, the Vatican and the countries of Africa.

Unfortunately, the governments of Russia, Ukraine and NATO show no signs of being ready to negotiate a peace agreement.

As for public opinion in the United States, support for the war has been aided until now by military contracts with universities, NGO’s and media information sources as described in CPNN on June 29. However, it seems that it is beginning to change. The latest CNN poll indicates that 71% of Republlcans now oppose new funding for Ukraine.

US government policy could change as a result of next year’s election campaign. According to some sources, such as CBC, “Republicans in the U.S. Congress have grown impatient with the expensive transfers of weapons. Donald Trump, who has shown friendliness toward Russia in the past and is again running for president in 2024 shares similar views. Next year’s presidential and congressional elections in the U.S. could fundamentally alter the West’s support for Ukraine’s defence.”

As for public opinion in Russia, Sergey Alexashenko, shows how opinion polls in Russia produce results remarkably similar to those of the United States during the Vietnam War. At this point, there is still support for the war, but as the number of dead and wounded soldiers rise, Russians, will also eventually come to oppose the war as was the case for Americans about Vietnam,

The key factor, according to military analyst Scott Ritter is the “hundreds of thousands of body bags.” Ritter says that the Ukraine has lost nearly half of the 60,000 troops and a third of the equipment that were committed to its unsucessful counter-offensive this summer..

Both Ukraine and Russia have already lost much of their talent who have fled to other countries. UNHCR estimates that over 6 million people have emigrated from the Ukraine, which is almost 15% of the population. And a conservative estimate of those who have fled Russia is 700,00, which includes thousands of scientists, artists and intellectuals who have opposed the war.

Resistance is growing against military conscription in Ukraine and Russia. In Ukraine, all regional officials in charge of military conscription have been removed and more than 30 people face criminal charges, for taking cash and cryptocurrency bribes or helping people eligible to be called up to fight to leave Ukraine. In Russia, military recruitment centers are being attacked and burned.

And one must consider the terrible toll that the war has taken on Ukrainian families. UNICEF says that the percentage of children living in poverty has almost doubled from 43 per cent to 82 per cent. The situation is especially acute for the 5.9 million people who are currently displaced within Ukraine.The war is also having a devastating impact on the mental health and well-being of children. An estimated 1.5 million children are at risk of depression, anxiety, post-traumatic stress disorder and other mental health issues, with potential long-term effects and implications. Children and families’ access to basic services have been devastated. More than 800 health facilities are reported to have been damaged or destroyed by shelling and airstrikes, with such attacks killing and causing serious injuries to patients – including children.”

“Children need an end to this war and sustained peace to regain their childhoods, return to normalcy and begin to heal and recover,” said UNICEF.

When they are finally ready to negotiate, there are many peacemakers ready to help, as mentioned above. Let us hope that this does not come too late.

* * * * *

LA GUERRE D’UKRAINE PEUT-ELLE ÊTRE ARRÊTÉE ?

Comme nous avons abordé dans le bulletin CPNN de ce mois-ci, il y a un chœur croissant de demandes pour que la guerre en Ukraine soit arrêtée.

Les conférences d’Hiroshima et de Nagasaki, rappelant leur destruction nucléaire, ont souligné le danger croissant que la guerre d’Ukraine puisse se transformer en guerre nucléaire. Leur avertissement est rejoint par des éditoriaux dans des revues médicales du monde entier.

La liste des artisans potentiels de paix pour le conflit continue de s’allonger: l’Arabie saoudite rejoignant la Chine, le Vatican et les pays d’ Afrique.

Malheureusement, les gouvernements de la Russie, de l’Ukraine et de l’OTAN ne montrent aucun signe pour négocier un accord de paix.

L’opinion publique en Russie continue de soutenir la guerre. Comme l’a décrit en détail Sergey Alexashenko, les sondages d’opinion en Russie produisent des résultats remarquablement similaires à ceux des États-Unis pendant la guerre du Vietnam.

Quant à l’opinion publique aux États-Unis, le soutien à la guerre a été jusqu’ici aidé par des contrats militaires avec des universités, des ONG et des sources d’information médiatiques comme décrit dans CPNN le 29 juin. Cependant, il semble que cela commence à changer. Le dernier sondage CNN indique que 71% des républicains s’opposent désormais à un nouveau financement pour l’Ukraine.

La politique du gouvernement américain pourrait changer à la suite de la campagne électorale de l’année prochaine. Selon certaines sources, telles que CBC,, “les républicains du Congrès américain sont devenus impatients face aux transferts d’armes coûteux. Donald Trump, qui a fait preuve d’amitié envers la Russie dans le passé et qui se présente à nouveau à la présidence en 2024, partage des opinions similaires. Selon les résultats des élections présidentielles et législatives de l’année, États-Unis pourraient modifier fondamentalement le soutien de l’Occident à la défense de l’Ukraine.”

Quant à l’opinion publique en Russie, Sergey Alexashenko montre comment les sondages d’opinion en Russie produisent des résultats remarquablement similaires à ceux des États-Unis pendant la guerre du Vietnam. À ce stade, il existe toujours un soutien en faveur de la guerre, mais à mesure que le nombre de soldats morts et blessés augmente, les Russes manifestent pour s’opposer à la guerre, comme ce fut le cas pour les Américains à propos du Vietnam.

Le facteur clé, selon l’analyste militaire Scott Ritter, ce sont les « centaines de milliers de housses mortuaires ». Ritter affirme que l’Ukraine a perdu près de la moitié des 60 000 soldats et un tiers du matériel engagés dans sa contre-offensive infructueuse cet été.

L’Ukraine et la Russie ont déjà perdu une grande partie de leurs talents qui ont fui vers d’autres pays. Le HCR estime que plus de 6 millions de personnes ont émigré d’Ukraine, ce qui représente près de 15 % de la population. Et une estimation prudente du nombre de ceux qui ont fui la Russie est de 700 000, dont des milliers de scientifiques, d’artistes et d’intellectuels opposés à la guerre.

La résistance contre la conscription militaire grandit en Ukraine et en Russie. En Ukraine, tous les responsables régionaux chargés de la conscription militaire ont été démis de leurs fonctions et plus de 30 personnes font face à des accusations criminelles, pour avoir accepté des pots-de-vin en espèces et en cryptomonnaie ou pour avoir aidé des personnes éligibles à être appelées pour se battre pour quitter l’Ukraine. En Russie, les centres de recrutement militaire sont attaqués et incendiés.

Et il faut considérer le terrible bilan que la guerre a fait peser sur les familles ukrainiennes. Selon l’UNICEF, le pourcentage d’enfants vivant dans la pauvreté a presque doublé, passant de 43 % à 82 %. La situation est particulièrement grave pour les 5,9 millions de personnes actuellement déplacées à l’intérieur de l’Ukraine. La guerre a également un impact dévastateur sur la santé mentale et le bien-être des enfants. On estime que 1,5 million d’enfants sont à risque de dépression, d’anxiété, de trouble de stress post-traumatique et d’autres problèmes de santé mentale, avec des effets et des implications potentiels à long terme. L’accès des enfants et des familles aux services de base a été dévasté. Plus de 800 établissements de santé auraient été endommagés ou détruits par des bombardements et des frappes aériennes, ces attaques tuant et blessant gravement des patients, y compris des enfants. »

« Les enfants ont besoin de la fin de cette guerre et d’une paix durable pour retrouver leur enfance, revenir à la normale et commencer à guérir et à se rétablir », a déclaré l’UNICEF.

Lorsqu’ils sont enfin prêts à négocier, de nombreux artisans de la paix sont prêts à aider, comme mentionné ci-dessus. Espérons que cela n’arrive pas trop tard.

THE DIALECTICS OF HISTORY: AGGRESSION PRODUCES A REACTION OF SOLIDARITY

Featured

(Une version française suit en dessous)

History is dialectical, as described by Hegel, Marx and Engels.

We see this in our times as three policies of aggression have led to the increased solidarity of those who have been attacked.

1. The commercial media is full of stories about the first case: Russia’s invasion of the Ukraine, ostensibly to stop the extension of NATO has led to the opposite, a rapid extension of NATO countries around its borders.

2. The commercial media has denied space to the second case: American aggression in the form of economic sanctions has led to an extraordinary solidarity of the Global South to demand a new economic order.

Here is an excerpt from the statement made on behalf of the Group of 77 and China by H.E. Mr. Alejandro Gil Fernández, Deputy Prime Minister and Minister of Economy and Planning of the Republic of Cuba, at the general debate of the high-level segment of the High-level Political Forum on Sustainable Development under the auspices of ECOSOC in New York on 17 July 2023:

“Since its inception, the G77 and China has been advocating for a new international economic order. Now it´s more evident than ever that these transformations cannot wait any longer. The UN Secretary General recently recognized that the Global Financial System is biased, morally bankrupt and skewed to benefit wealthy countries. This is no longer a plea only from developing countries. The reform of the international financial architecture, especially of IMF and the World Bank, cannot continue to wait. We need to strengthen the participation of developing countries in international economic decision-making, norm-setting and global economic governance, so as in order to adapt to changes in the global economy.”

We have reprinted the statement in full in the Culture of Peace News Network (CPNN).

As shown in the map reproduced in CPNN, the Group of 77 includes 134 countries, almost all of the Global South.

As we have discussed in other recent blogs, a new economic order is already under construction.

The dynamics of this new world order are clearly explained here by Rick Wolff, an economist who was my friend and fellow activist during the 1960’s. Seeking to maximize profits, the capitalists of the Global North abandoned workers in their home countries and invested in the Global South. As as result, it is the BRICS countries of the Global South that have become more powerful economically (Brazil, Russia, India, China and South Africa).

As described in my blog this May: “The New Development Bank is a concrete example of the increasing independence of the Global South from the economic dominance of the American Empire. Related to this is the long list of countries that have indicated they want to be associated with BRICS, including Argentina, Algeria, Iran, Indonesia, Saudi Arabia, Turkey, Egypt, Nigeria, and Mexico. Already, without the inclusion of these other countries, the BRICS now represents 31.5 percent of the global economy, while the G7 share has fallen to 30 percent.”

3. The third case continues to develop, although not yet to the extent of the others described above: Israeli aggression against the Palestinian people continues to produce condemnations at a high level and the development of an international campaign patterned after the campaign that ended South African Apartheid.

This is documented this month in the bulletin of CPNN that is entitled, “News from the Palestine Israel Conflict”

THE DIALECTICS OF HISTORY: NOT NECESSARILY PROGRESSIVE !

1b. In the case of the solidarity of NATO in the face of Russian aggression in Ukraine, we see that it is accompanied by the increased strength of the extreme right in European elections. Is this leading to a return to the 1930’s rise of fascism? Time will tell.

2b. In the case of the solidarity of the Global South against American sanctions, much depends upon the future behavior of China. Does China promote a culture of peace?

On the political level, this question is raised in CPNN with regard to the recent report on the 11th World Peace Forum held in Beijing, which claims that “China will unswervingly advocate, build and uphold world peace.” In this regard, we return to the question posed in the conclusion of the blog in June: (On the political level, for example with regard to the war in Ukraine), “among the peacemakers are the Chinese to some extent. We can only hope that this aspect of Chinese policy will dominate in the coming turbulent period of history. Will the Chinese be able to resist peacefully the provocations of the American Empire such as those connected with Taiwan? Faced with such provocations in the Ukraine, the Russians fell into the trap of war: we must hope that the Chinese will not do so in Taiwan.”

On the economic level, will China really promote a culture of peace in their economic relations with other countries, or will they end up exploiting them?. We concluded last month’s blog with the following: “we have discussed how the New Development Bank, established this year in China by the BRICS countries, may help countries of the South to escape from economic sanctions. And trade with China has now outstripped trade with Europe and North America for the countries of South America. Will these new trade relations independent of Europe and North America enable the countries of the South to escape from exploitation? We hope so, but only time will tell.”

Economist Wolff responds this question by writing: “When Chinese entities invest in Africa, of course their investments are structured to help both donors and recipients. Whether the relationship between them is imperialist or not depends on the specifics of the relationship, and its balance of net gains.” It seems that he also thinks that “only time will tell.”

3b. And finally, with regard to the growing solidarity against Israeli apartheid, much depends on the future nature of the Palestinian struggle. Will the nonviolent approach prevail? Or will the struggle turn violent? If it turns violent, there is the danger that a subsequent state will be a culture of war, as was so often the case with revolutions in the 20th Century. The South African revolution was an exception thanks to the leadership of Nelson Mandela, but one man alone cannot determine the course of history and South Africa since the leadership of Mandela is far from a culture of peace.

* * * * *

LA DIALECTIQUE DE L’HISTOIRE : L’AGRESSION PRODUIT UNE RÉACTION DE SOLIDARITÉ

L’histoire est dialectique, comme l’ont décrit Hegel, Marx et Engels.

Nous le voyons à notre époque alors que trois politiques d’agression ont conduit à une solidarité accrue de ceux qui ont été attaqués.

1. Les médias commerciaux regorgent d’histoires sur le premier cas : l’invasion de l’Ukraine par la Russie, ostensiblement pour arrêter l’extension de l’OTAN a conduit au contraire, une extension rapide des pays de l’OTAN autour de ses frontières.

2. Les médias commerciaux ont refusé toute place au second cas : l’agression américaine sous forme de sanctions économiques a conduit à une extraordinaire solidarité des pays du Sud pour exiger un nouvel ordre économique.

Voici un extrait de la déclaration faite au nom du Groupe des 77 et de la Chine par S.E. M. Alejandro Gil Fernández, vice-premier ministre et ministre de l’économie et de la planification de la République de Cuba, lors du débat général du Forum politique de haut niveau sur le développement durable sous les auspices de l’ECOSOC à New York le 17 juillet 2023 :

“Depuis sa création, le G77 et la Chine plaident en faveur d’un nouvel ordre économique international. Il est maintenant plus évident que jamais que ces transformations ne peuvent plus attendre. Le Secrétaire général de l’ONU a récemment reconnu que le système financier mondial est injust, moralement en faillite et biaisé au profit des pays riches. Ce n’est plus seulement un plaidoyer des pays en développement. La réforme de l’architecture financière internationale, en particulier du FMI et de la Banque mondiale, ne peut pas continuer à attendre. Nous devons renforcer la participation des pays en développement dans la prise de décision économique internationale, l’établissement de normes et la gouvernance économique mondiale, afin de s’adapter aux changements de l’économie mondiale.”

Nous avons reproduit la déclaration dans son intégralité dans le Culture of Peace News Network (CPNN).

Comme le montre la carte reproduite dans CPNN, le Groupe des 77 comprend 134 pays, presque tous du Sud global.

Comme nous l’avons évoqué dans d’autres blogs récents, un nouvel ordre économique est en construction.

La dynamique de ce nouvel ordre mondial est clairement expliquée ici par Rick Wolff, un économiste qui fut mon ami et camarade militant dans les années 1960. Cherchant à maximiser les profits, les capitalistes du Nord ont abandonné les travailleurs dans leur pays d’origine et ont investi dans le Sud. En conséquence, ce sont les pays BRICS du Sud qui sont devenus plus puissants économiquement (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud).

Comme décrit dans mon blog de mai  : “La nouvelle banque de développement est un exemple concret de l’indépendance croissante des pays du Sud vis-à-vis de la domination économique de l’empire américain. À cela s’ajoute la longue liste de pays qui ont indiqué qu’ils souhaitent être associés aux BRICS, notamment l’Argentine, l’Algérie, l’Iran, l’Indonésie, l’Arabie saoudite, la Turquie, l’Égypte, le Nigeria et le Mexique. Déjà, sans l’inclusion de ces autres pays, les BRICS représentent désormais 31,5 % de l’économie mondiale, tandis que la part du G7 est tombée à 30 %.

3. Le troisième cas continue de se développer, bien que pas encore à l’ampleur des autres cas décrits ci-dessus : l’agression israélienne contre le peuple palestinien continue de produire des condamnations à un niveau élevé et le développement d’une campagne internationale calquée sur celle qui a mis fin à la apartheid africain.

Ceci est documenté ce mois-ci dans le bulletin de CPNN qui s’intitule “Nouvelles du Conflit Palestine Israël”

LA DIALECTIQUE DE L’HISTOIRE: PAS NÉCESSAIREMENT PROGRESSISTE !

1b. Dans le cas de la solidarité de l’OTAN face à l’agression russe en Ukraine, on voit qu’elle s’accompagne d’une montée en puissance de l’extrême droite aux élections européennes. Cela conduit-il à un retour à la montée du fascisme des années 1930 ? Le temps nous le dira.

2b. Dans le cas de la solidarité des pays du Sud contre les sanctions américaines, tout dépend du comportement futur de la Chine. La Chine promeut-elle une culture de la paix ?

Sur le plan politique, cette question est soulevée dans CPNN à propos du récent rapport sur le 11e Forum mondial de la paix tenu à Pékin, qui affirme que “la Chine défendra, construira et maintiendra sans relâche la paix mondiale”. A cet égard, nous revenons à la question posée en conclusion du blog en juin : (Sur le plan politique, par exemple à propos de la guerre en Ukraine), « parmi les pacificateurs sont les Chinois dans une certaine mesure. Nous ne pouvons qu’espérer que cet aspect de la politique chinoise dominera dans la période mouvementée de l’histoire à venir. Les Chinois pourront-ils résister pacifiquement aux provocations de l’Empire américain comme celles liées à Taïwan ? Face à de telles provocations en Ukraine, les Russes sont tombés dans le piège de la guerre : il faut espérer que les Chinois ne le feront pas à Taïwan.”

Sur le plan économique, la Chine va-t-elle vraiment promouvoir une culture de la paix dans ses relations économiques avec les autres pays, ou finira-t-elle par les exploiter ?. Nous concluons le blog du mois dernier par ceci : « nous avons discuté de la manière dont la Nouvelle Banque de Développement, créée cette année en Chine par les pays BRICS, peut aider les pays du Sud à échapper aux sanctions économiques. Et le commerce avec la Chine a maintenant dépassé le commerce avec l’Europe et l’Amérique du Nord pour les pays d’Amérique du Sud. Ces nouvelles relations commerciales indépendantes de l’Europe et de l’Amérique du Nord permettront-elles aux pays du Sud d’échapper à l’exploitation ? Nous l’espérons, mais seul le temps nous le dira.

L’économiste Wolff répond à cette question en écrivant : “Lorsque des entités chinoises investissent en Afrique, leurs investissements sont bien sûr structurés pour aider à la fois les donateurs et les bénéficiaires. Que la relation entre eux soit impérialiste ou non dépend des spécificités de la relation et de son équilibre des gains nets”. Il semble que Wolff pense aussi que “seul le temps nous le dira”.

3b. Et enfin, en ce qui concerne la solidarité croissante contre l’apartheid israélien, beaucoup dépend de la nature future de la lutte palestinienne. L’approche non violente prévaudra-t-elle ? Ou la lutte sera-t-elle violente ? S’il devient violent, il y a le danger qu’un État ultérieur soit une culture de guerre, comme ce fut si souvent le cas avec les révolutions du XXe siècle. La révolution sud-africaine a été une exception grâce au leadership de Nelson Mandela, mais un homme seul ne peut pas déterminer le cours de l’histoire, et l’Afrique du Sud depuis le leadership de Mandela est loin d’avoir une culture de la paix.

THE FACTS ABOUT NEO-COLONIALISM

Featured

(Une version française suit en dessous)

Among the comments concerning the previous blog, some readers have questioned the following statement:

“In our times simple colonialism has been replaced by neo-colonialism. . . . economic sanctions and unbridled exploitation carried out by Europe and North America against the countries of the Global South.”

The question of sanctions was dealt with in the blog published the preceding month : “The Hypocrisy of Economic Sanctions”.

This month I will deal with the question of “unbridled exploitation.”

You are probably aware of the fact that the mineral and agricultural resources of the countries of Africa and Latin America are exploited by big corporations based in Europe and North America. You may believe that the profits extracted from the South are balanced by humanitarian aid that is given to these countries by the North.

In fact, if we look only at the public and legal transactions, this may be the case.

But what about secret and illegal transactions carried out the the big corporations based in the North?

We quote here from a 2017 article in The Guardian based on data from the US-based Global Financial Integrity (GFI) and the Centre for Applied Research at the Norwegian School of Economics. If we include secret and illegal transactions, “in 2012, the last year of recorded data, developing countries received a total of $1.3tn, including all aid, investment, and income from abroad. But that same year some $3.3tn flowed out of them.”

“What do these large outflows consist of? Well, some of it is payments on debt. Developing countries have forked out over $4.2tn in interest payments alone since 1980 – a direct cash transfer to big banks in New York and London, on a scale that dwarfs the aid that they received during the same period. Another big contributor is the income that foreigners make on their investments in developing countries and then repatriate back home. Think of all the profits that BP extracts from Nigeria’s oil reserves, for example, or that Anglo-American pulls out of South Africa’s gold mines.

“But by far the biggest chunk of outflows has to do with unrecorded – and usually illicit – capital flight. GFI calculates that developing countries have lost a total of $13.4tn through unrecorded capital flight since 1980.

“Most of these unrecorded outflows take place through the international trade system. Basically, corporations – foreign and domestic alike – report false prices on their trade invoices in order to spirit money out of developing countries directly into tax havens and secrecy jurisdictions, a practice known as “trade misinvoicing”. Usually the goal is to evade taxes, but sometimes this practice is used to launder money or circumvent capital controls. In 2012, developing countries lost $700bn through trade misinvoicing, which outstripped aid receipts that year by a factor of five.

“Multinational companies also steal money from developing countries through “same-invoice faking”, shifting profits illegally between their own subsidiaries by mutually faking trade invoice prices on both sides. For example, a subsidiary in Nigeria might dodge local taxes by shifting money to a related subsidiary in the British Virgin Islands, where the tax rate is effectively zero and where stolen funds can’t be traced.

“GFI doesn’t include same-invoice faking in its headline figures because it is very difficult to detect, but they estimate that it amounts to another $700bn per year. And these figures only cover theft through trade in goods. If we add theft through trade in services to the mix, it brings total net resource outflows to about $3tn per year.

“That’s 24 times more than the aid budget . . .

“. . . illegal capital flight wouldn’t be possible without the tax havens. And when it comes to tax havens, the culprits are not hard to identify: there are more than 60 in the world, and the vast majority of them are controlled by a handful of western countries. There are European tax havens such as Luxembourg and Belgium, and US tax havens like Delaware and Manhattan. But by far the biggest network of tax havens is centered around the City of London, which controls secrecy jurisdictions throughout the British Crown Dependencies and Overseas Territories.

“In other words, some of the very countries that so love to tout their foreign aid contributions are the ones enabling mass theft from developing countries.”

In another recent blog, we discussed how the New Development Bank, established this year in China by the BRICS countries, may help countries of the South to escape from economic sanctions. And trade with China has now outstripped trade with Europe and North America for the countries of South America.

Will these new trade relations independent of Europe and North America enable the countries of the South to escape from exploitation? We hope so, but only time will tell.

* * * * *

LES FAITS SUR LE NÉO-COLONIALISME

Parmi les commentaires reçus à propos du blog en dessous, certains lecteurs ont remis en question la déclaration suivante :

“De nos jours, le simple colonialisme a été remplacé par le néo-colonialisme . . . par des sanctions économiques et de l’exploitation effrénée menée par l’Europe et l’Amérique du Nord contre les pays du Sud Global”

La question des sanctions a été traitée dans le blog publié le mois dernier : « L’HYPOCRISIE DES SANCTIONS ÉCONOMIQUES ».

Ce mois-ci, je traiterai de la question de “l’exploitation effrénée”.

Vous savez probablement que les ressources minérales et agricoles des pays d’Afrique et d’Amérique latine sont exploitées par de grandes sociétés basées en Europe et en Amérique du Nord. Nous pourrions croire que les profits extraits du Sud sont contrebalancés par l’aide humanitaire qui est donnée à ces pays par le Nord.

En fait, si nous ne regardons que les transactions publiques et légales, cela peut être le cas.

Mais que trouverons-nous si nous incluons les transactions secrètes et illégales réalisées par les grandes entreprises basées au Nord ?

Nous citons ici un article de 2017 dans The Guardian basé sur des données de la société américaine Global Financial Integrity (GFI) et du Center for Applied Research de la Norwegian School of Economics. Si nous incluons les transactions secrètes et illégales, “en 2012, la dernière année de données enregistrées, les pays en développement ont reçu un total de 1,3 milliard de dollars, y compris l’ensemble de l’aide, des investissements et des revenus de l’étranger. Mais cette même année, quelque 3,3 milliards de dollars en sont sortis.

« En quoi consistent ces importantes sorties ? Eh bien, il s’agit en partie de paiements sur la dette. Les pays en développement ont déboursé plus de 4,2 milliards de dollars en paiements d’intérêts depuis 1980 – un transfert direct en espèces vers les grandes banques de New York et de Londres, à une échelle qui éclipse l’aide qu’ils ont reçue au cours de la même période. Un autre grand contributeur est le revenu que les étrangers tirent de leurs investissements dans les pays en développement et qu’ils rapatrient ensuite chez eux. Pensez à tous les profits que BP extrait des réserves de pétrole du Nigeria, par exemple, ou qu’Anglo-American retire des mines d’or d’Afrique du Sud.

“Mais la plus grande partie des sorties de capitaux est liée à la fuite de capitaux non enregistrée – et généralement illicite. GFI calcule que les pays en développement ont perdu un total de 13,4 milliards de dollars à cause de la fuite de capitaux non enregistrée depuis 1980.

“La plupart de ces sorties non enregistrées se font par le biais du système commercial international. Fondamentalement, les entreprises – étrangères et nationales – trichent sur leurs factures commerciales afin de faire sortir l’argent des pays en développement directement dans les paradis fiscaux et les juridictions secrètes, une pratique connue. comme “fausse facturation commerciale”. Habituellement, l’objectif est d’échapper à l’impôt, mais parfois cette pratique est utilisée pour blanchir de l’argent ou contourner les contrôles de capitaux. En 2012, les pays en développement ont perdu 700 milliards de dollars à cause de la fausse facturation commerciale, qui a dépassé de 5 fois les recettes d’aide cette année.

“Les entreprises multinationales volent également de l’argent aux pays en développement par le biais de la “falsification de la même facture”, transférant illégalement des bénéfices entre leurs propres filiales en falsifiant mutuellement les prix des factures commerciales des deux côtés. Par exemple, une filiale au Nigéria pourrait esquiver les impôts locaux en transférant de l’argent à sa filiale dans les îles Vierges britanniques, où le taux d’imposition est effectivement nul et où les fonds volés ne peuvent être retrouvés.

“GFI n’inclut pas la contrefaçon de même facture dans ses chiffres car elle est très difficile à détecter, mais ils estiment qu’elle s’élève à 700 milliards de dollars supplémentaires par an. Et ces chiffres ne couvrent que le vol par le biais du commerce de marchandises. Si nous ajoutons le vol grâce au commerce des services, cela porte le total des sorties nettes de ressources à environ 3 milliards de dollars par an.

“C’est 24 fois plus que le budget de l’aide…

“… la fuite illégale des capitaux ne serait pas possible sans les paradis fiscaux. Et quand il s’agit de paradis fiscaux, les coupables ne sont pas difficiles à identifier : il y en a plus de 60 dans le monde, et la grande majorité d’entre eux sont contrôlés par une poignée de pays occidentaux. Il existe des paradis fiscaux européens comme le Luxembourg et la Belgique, et des paradis fiscaux américains comme le Delaware et Manhattan. Mais de loin le plus grand réseau de paradis fiscaux est centré autour de la City de Londres, qui contrôle les juridictions secrètes dans tout le Dépendances de la Couronne britannique et territoires d’outre-mer.

“En d’autres termes, certains des pays mêmes qui aiment tant vanter leurs contributions à l’aide étrangère sont ceux qui permettent le vol massif des pays en développement.”

Dans un autre blog récent, nous avons discuté de la manière dont la nouvelle banque de développement, créée cette année en Chine à l’initiative de la BRICS, peut aider les pays du Sud à échapper aux sanctions économiques. Et le commerce avec la Chine a maintenant dépassé le commerce avec l’Europe et l’Amérique du Nord pour les pays d’Amérique du Sud.

Ces nouvelles relations commerciales indépendantes de l’Europe et de l’Amérique du Nord permettront-elles aux pays du Sud d’échapper à l’exploitation? Nous l’espérons, mais seul le temps nous le dira.

WHY IS EUROPE THE EPICENTER OF WORLD WARS?

Featured

(Une version française suit en dessous)


Europe was the epicenter of World Wars I and II, and now it threatens, with its war in the Ukraine, to kindle World War III.

As usual in history, overt warfare is the fruit of a constant, underlying culture of war. And in the case of Europe, it was the culture of war developed over many centuries to maintain the profits of colonialism.

To understand this, let us first turn to that old critic, Vladimir Lenin.

In his essay War and Revolution of May, 1917, Lenin wrote, “Peace reigned in Europe, but this was because domination over hundreds of millions of people in the colonies by the European nations was sustained only through constant, incessant, interminable wars, which we Europeans do not regard as wars at all, since all too often they resembled, not wars, but brutal massacres, the wholesale slaughter of unarmed peoples.”

Yes, in the centuries preceding that of the World Wars, Europe was already engaged in a world war that we know as colonialism. Make no mistake about it, the countries of the Global South did not invite Europe to exploit them as colonies; instead, colonialism was imposed at the barrel of a gun, as well as by the old method of “divide and conquer.”

Europe’s “baby”, the United States, was later to take up colonialism, at the end of the 19th century in Cuba, Philippines, and later the whole of South and Central America, having already completed a war to exterminate the indigenous peoples of North America.

In our times simple colonialism has been replaced by neo-colonialism.

My blogs of the last two months unmask this process, as for the first time there is now a counterforce that opposes the neo-colonialism of economic sanctions and unbridled exploitation carried out by Europe and North America against the countries of the Global South. Since the end of World War II, it has been the World Bank based in Washington that served as the economic lever to support the exploitation of the Global South. The new counterforce, based in China, includes the New Development Bank that provides an alternative to the World Bank. The list of countries lined up to work with the New Development Bank is a listing of the countries of the Global South: Argentina, Algeria, Iran, Indonesia, Saudi Arabia, Egypt, Nigeria, Mexico.

By its exploitation and impoverization, as well as its support for wars against Korea, Vietnam, Iraq, Afghanistan, Libya and Syria, the countries of the North have produced the flood of refugees coming from the exploited and war-torn countries of the Global South. See, for example, the comment of the Mexican President how economic sanctions on Latin America are a cause of the flood of refugees to the United States. And this flood of refugees, in turn, is being used by fascist forces to claim political power in Europe and the United States, similar to the political forces that unleashed World War II.

Why, you may ask, has this all come to a head in the unlucky country of the Ukraine?

The war in Ukraine is a renewal of the Cold War that existed between Russia and the West from the end of World War II until the collapse of the Soviet Union at the end of the 1980’s. As I described in an earlier blog, already in 1997, I reported back to UNESCO Paris from my mission to Moscow that if NATO continued to expand towards Russia, it will provoke a war. Ukraine, with American support for the Maidan Revolution in 2014, became the central theatre of this cold-war renewal.

The other wars since World War II, as listed above, could not develop into World Wars because the victims of these wars were not equipped to fight back. Instead, as Lenin, wrote, they were simply brutal massacres. But Ukraine is different because the war is between countries equipped with great military power,

The War in Ukraine is considered by the Americans as an inter-imperial war, not only against Russia, but in the eyes of American military strategists, it is a warm-up for war with China. In this sense it is like World Wars I and II; they were not wars between the North and the South but wars between the colonial powers of the North, inter-imperial wars.

The Americans consider the Chinese-led development of the South to be an empire in competition with the American Empire, referring to the Belt and Road Initiative and now the New Development Bank. Of course, there is some truth to this, but so far, the Chinese Empire is only economic empire and does not match the hundreds of foreign military bases of the American Empire.

And if this leads to World War III, this time the Global South is likely to be a party to the war, as it is developing ever stronger ties with China and Russia. If so, one can say that the old colonies will be taking their revenge.

Are we sleep-walking to Armageddon, as some have predicted? Or will the forces for peace be able to end the Ukraine War? Among the peacemakers are the Chinese to some extent. We can only hope that this aspect of Chinese policy will dominate in the coming turbulent period of history. Will the Chinese be able to resist peacefully the provocations of the American Empire such as those connected with Taiwan? Faced with such provocations in the Ukraine, the Russians fell into the trap of war: we must hope that the Chinese will not do so in Taiwan.

As Daniel Ellsberg often warned us before he passed away last month, our world hangs in the balance.

* * * * *

POURQUOI L’EUROPE EST-ELLE L’EPICENTRE DES GUERRES MONDIALES ?

L’Europe était l’épicentre des guerres mondiales I et II, et maintenant elle menace, avec sa guerre en Ukraine, de déclencher la troisième guerre mondiale.

Comme d’habitude dans l’histoire, la guerre ouverte est le fruit d’une culture de guerre constante et sous-jacente. Et dans le cas de l’Europe, c’est la culture de la guerre qui s’est développée au fil des siècles pour maintenir les profits du colonialisme.

Pour comprendre cela, tournons-nous d’abord vers ce vieux contestataire, Vladimir Lénine.

Dans son essai Guerre et révolution de mai 1917, Lénine écrivait : « La paix régnait en Europe, mais c’était parce que la domination sur des centaines de millions de personnes dans les colonies par les nations européennes n’était soutenue que par des guerres constantes, incessantes et interminables, qui nous, Européens, ne considérons pas du tout comme des guerres, car trop souvent elles ressemblaient, non pas à des guerres, mais à des massacres brutaux, le massacre en masse de peuples désarmés.”

Oui, dans les siècles qui ont précédé celui des guerres mondiales, l’Europe était déjà engagée dans une guerre mondiale que nous connaissons sous le nom de colonialisme. Ne vous y trompez pas, les pays du Sud n’ont jamais invité l’Europe à les exploiter comme colonies ; au lieu de cela, le colonialisme a été imposé par le canon d’un fusil, ainsi que par l’ancienne méthode du « diviser pour régner ».

Le “bébé” de l’Europe, les États-Unis, devait plus tard s’emparer du colonialisme, à la fin du XIXe siècle à Cuba, aux Philippines, puis dans toute l’Amérique du Sud et centrale, après avoir déjà mené à bien une guerre d’extermination des peuples indigènes du Nord Amérique.

De nos jours, le simple colonialisme a été remplacé par le néo-colonialisme.

Mes blogs des deux derniers mois démasquent ce processus, car pour la première fois il y a maintenant une contre-force qui s’oppose au néo-colonialisme des sanctions économiques et de l’exploitation effrénée menée par l’Europe et l’Amérique du Nord contre les pays du Sud Global. Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, c’est la Banque mondiale basée à Washington qui a servi de levier économique pour soutenir l’exploitation des pays du Sud. La nouvelle contre-force, basée en Chine, comprend la Nouvelle Banque de développement qui offre une alternative à la Banque mondiale. La liste des pays alignés pour travailler avec la Nouvelle Banque de Développement est une liste des pays du Sud Global : Argentine, Algérie, Iran, Indonésie, Arabie Saoudite, Egypte, Nigeria, Mexique.

Par son exploitation et son appauvrissement, ainsi que par leur soutien aux guerres contre la Corée, le Vietnam, l’Irak, l’Afghanistan, la Libye et la Syrie, les pays du Nord ont produit le flot de réfugiés en provenance des pays exploités et déchirés par la guerre du Sud Global . Voir, par exemple, le commentaire du président mexicain sur la façon dont les sanctions économiques contre l’Amérique latine sont une cause de l’afflux de réfugiés aux États-Unis. Et ce flot de réfugiés, à son tour, est utilisé par les forces fascistes pour revendiquer le pouvoir politique en Europe et aux États-Unis, à l’instar des forces politiques qui ont déclenché la Seconde Guerre mondiale.

Pourquoi, vous demanderez-vous peut-être, tout cela a-t-il atteint son paroxysme dans le pays malchanceux de l’Ukraine ?

La guerre en Ukraine est un renouvellement de la guerre froide qui a existé entre la Russie et l’Occident depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale jusqu’à l’effondrement de l’Union soviétique à la fin des années 1980. Comme je l’ai décrit dans un blog précédent, déjà en 1997, j’ai rapporté à l’UNESCO Paris de ma mission à Moscou, que si l’OTAN continuait à s’étendre vers la Russie, cela provoquerait une guerre. L’Ukraine, avec le soutien américain à la révolution du Maïdan en 2014, est devenue le théâtre central de ce renouveau de la guerre froide.

Les autres guerres depuis la Seconde Guerre mondiale, telles qu’énumérées ci-dessus, n’ont pas pu se transformer en guerres mondiales parce que les victimes de ces guerres n’étaient pas équipées pour riposter. Au lieu de cela, comme Lénine l’a écrit, il s’agissait simplement de massacres brutaux. Mais l’Ukraine est différente car elle se situe entre des pays dotés d’une grande puissance militaire,

La guerre en Ukraine est considérée par les Américains comme une guerre inter-impériale, non seulement contre la Russie, mais aux yeux des stratèges militaires américains, c’est un échauffement pour la guerre avec la Chine. En ce sens, c’est comme les guerres mondiales I et II ; ce n’étaient pas des guerres entre le Nord et le Sud mais des guerres entre les puissances coloniales du Nord, des guerres inter-impériales.

Les Américains considèrent le développement du Sud mené par les Chinois comme un empire en concurrence avec l’Empire américain, en référence à la Belt and Road Initiative et maintenant à la New Development Bank. Bien sûr, il y a du vrai là-dedans, mais jusqu’à présent, l’Empire chinois n’est qu’un empire économique et ne correspond pas aux centaines de bases militaires étrangères de l’Empire américain.

Et si cela conduit à la Troisième Guerre mondiale, cette fois, le Sud global sera probablement partie prenante à la guerre, car il développe des liens de plus en plus forts avec la Chine et la Russie. Si c’est le cas, on peut dire que les anciennes colonies vont prendre leur revanche.

Sommes-nous somnambules jusqu’à l’Armageddon, comme certains l’ont prédit ? Ou les forces de paix pourront-elles mettre fin à la guerre d’Ukraine ? Parmi les artisans de la paix se trouvent, dans une certaine mesure, les Chinois. Nous ne pouvons qu’espérer que cet aspect de la politique chinoise dominera dans la prochaine période mouvementée de l’histoire. Les Chinois pourront-ils résister pacifiquement aux provocations de l’Empire américain comme celles liées à Taïwan ? Face à de telles provocations en Ukraine, les Russes sont tombés dans le piège de la guerre : il faut espérer que les Chinois n’en feront pas autant à Taïwan.

Comme Daniel Ellsberg nous l’a souvent écrit avant son décès le mois dernier, notre monde est en jeu.

THE HYPOCRISY OF ECONOMIC SANCTIONS

Featured

(Une version française suit en dessous)


Are economic sanctions a violation of human rights?

Here are some quotes from CPNN articles that raise this question.

2017: (We are) “convinced that ending the Korean War officially is an urgent, essential step for the establishment of enduring peace and mutual respect between the U.S. and the DPRK, as well as for the North Korean people’s full enjoyment of their basic human rights to life, peace and development – ending their long sufferings from the harsh economic sanctions imposed on them by the U.S. Government since 1950.”

2019: “Alfred de Zayas, the first UN special rapporteur to visit Venezuela in 21 years, told the Independent(1/26/19) that US, Canadian and European Union “economic warfare” has killed Venezuelans, noting that the sanctions fall most heavily on the poorest people and demonstrably cause death through food and medicine shortages, lead to violations of human rights and are aimed at coercing economic change in a “sister democracy.”

2019: “On 3 August 2018, the U.N.’s General Assembly received the report from the U.N.s Independent Expert on the Promotion of a Democratic and Equitable International Order, concerning his mission to Venezuela and Ecuador. . . . The effects of sanctions imposed by Presidents Obama and Trump and unilateral measures by Canada and the European Union have directly and indirectly aggravated the shortages in medicines such as insulin and anti-retroviral drugs. To the extent that economic sanctions have caused delays in distribution and thus contributed to many deaths, sanctions contravene the human rights obligations of the countries imposing them.Moreover, sanctions can amount to crimes against humanity under Article 7 of the Rome Statute of the International Criminal Court.”

2020: Nobel Peace Laureate Mairead Maguire: “The USA should lift sanctions placed on Iran, North Korea, Cuba, etc., and all 54 countries where these sanctions bring death and destruction to citizens, leaving their governments with no money for medicine and food or to help them cope with the coronavirus.”

2020: The People’s Coalition on Food Sovereignty : “International sanctions that include food and agriculture trade are war crimes. Moreover, blanket economic sanctions decimate nation’s livelihoods and developing countries’ international trade relations. Countries like Sudan, Zimbabwe, Iran, Syria, the Democratic People’s Republic of Korea are suffering from sanctions initiated and backed by US and its G20 allies – severely limiting their policy options in facing a pandemic like the coronavirus. In Venezuela and Bolivia, the US tried to put into power political allies using sanctions that created shortages and economic restrictions that the population suffered through within the script of the Hybrid War. The economic and financial embargo imposed by the US against Cuba has impeded export of goods and services, procurement of resources, and trade since 1958. In particular, food trade, access to medicine and medical supplies, and exchange of scientific knowledge were greatly restricted, impacting the Cuban peoples for many decades.”

2021: “The UN Special Rapporteur on unilateral coercive measures and human rights, Alena Douhan, today [12 February] urged the United States, European Union and other States to drop unilateral sanctions imposed against Venezuela. At the end of a two-week visit to Venezuela, Douhan said the sanctions have exacerbated pre-existing calamities. They have resulted in the economic, humanitarian and development crisis, with a devastating effect on the whole population of Venezuela, especially but not only those in extreme poverty, women, children, medical workers, people with disabilities or life-threatening or chronic diseases, and the indigenous populations.”

2022: “The United Nations special rapporteur said the “outrageous” sanctions the West has imposed on Syria are “suffocating” millions of civilians and “may constitute crimes against humanity.” The country’s economy contracted 90%. Nine out of 10 Syrians live in poverty.”

2023“Mexican president Andrés Manuel López Obrador, said he had personally urged Biden to attack the root causes of migration to the US southern border, namely the “poverty and abandonment” endemic to those countries — and which US sanctions have unquestionably played a major role in causing.”

The sanctions against Cuba are universally condemned by the United Nations and Human Rights organizations. Quoting Wikipedia, “The United Nations General Assembly has passed a resolution every year since 1992 demanding the end of the U.S. economic embargo on Cuba, with the U.S. and Israel being the only nations to consistently vote against the resolutions. . . . Human-rights groups including Amnesty International,[2] Human Rights Watch,[18] and the Inter-American Commission on Human Rights[19] have also been critical of the embargo. . . . In 1997, the American Association for World Health stated that the embargo contributed to malnutrition, poor water access, lack of access to medicine and other medical supplies and concluded that “a humanitarian catastrophe has been averted only because the Cuban government has maintained a high level of budgetary support for a health care system designed to deliver primary and preventative medicine to all its citizens.”

Should sanctions be considered as terrorism? Keep in mind that the definition of terrorism, according to Oxford Dictionary is “the unlawful use of violence and intimidation, especially against civilians, in the pursuit of political aims.”

When the American Empire wants to justify its designation of enemies, such as China and Russia at this moment of history, what are its accusations? Violations of human rights and acts of terrorism. Such hypocrisy!

Fortunately, as described in last month’s blog, for the first time there will be now be an alternative source for development financing that can allow countries to avoid both the damage and the risk of American sanctions: the New Development Bank of the BRICS Association.

* * * * *

L’HYPOCRISIE DES SANCTIONS ÉCONOMIQUES

Les sanctions économiques sont-elles une violation des droits de l’Homme ?

Voici quelques citations d’articles de CPNN qui soulèvent cette question.

2017: (Nous sommes) « convaincus que la fin officielle de la guerre de Corée est une étape urgente et essentielle pour l’établissement d’une paix durable et d’un respect mutuel entre les États-Unis et la RPDC, ainsi que pour la pleine jouissance par le peuple nord-coréen de sa vie humaine fondamentale. droits à la vie, à la paix et au développement – mettant fin à leurs longues souffrances dues aux dures sanctions économiques imposées par le gouvernement américain depuis 1950. »

2019: “Alfred de Zayas, le premier rapporteur spécial des Nations Unies à se rendre au Venezuela en 21 ans, a déclaré à l’Indépendant (26/01/19) que la “guerre économique” des États-Unis, du Canada et de l’Union européenne a tué des Vénézuéliens, notant que les sanctions tombent le plus lourdement sur les personnes les plus pauvres et causent manifestement la mort par des pénuries de nourriture et de médicaments, conduisent à des violations des droits de l’Homme et visent à contraindre le changement économique dans une «démocratie sœur».

2019: « Le 3 août 2018, l’Assemblée générale des Nations Unies a reçu le rapport de l’Expert indépendant des Nations Unies sur la promotion d’un ordre international démocratique et équitable, concernant sa mission au Venezuela et en Équateur. . . . Les effets des sanctions imposées par les présidents Obama et Trump et les mesures unilatérales du Canada et de l’Union européenne ont directement et indirectement aggravé les pénuries de médicaments comme l’insuline et les antirétroviraux. Dans la mesure où les sanctions économiques ont causé des retards dans la distribution et ont ainsi contribué à de nombreux décès, les sanctions contreviennent aux obligations des pays qui les imposent en matière de droits humains. De plus, les sanctions peuvent constituer des crimes contre l’humanité au sens de l’article 7 du Statut de Rome de la Cour pénale internationale.

2020: La lauréate du prix Nobel de la paix Mairead Maguire : « Les États-Unis devraient lever les sanctions imposées à l’Iran, à la Corée du Nord, à Cuba, etc., et aux 54 pays où ces sanctions entraînent la mort et la destruction de citoyens, laissant leurs gouvernements sans argent pour les médicaments et la nourriture ou pour les aider à faire face au coronavirus.

2020: The People’s Coalition on Food Sovereignty : « Les sanctions internationales qui incluent le commerce alimentaire et agricole sont des crimes de guerre. De plus, les sanctions économiques générales déciment les moyens de subsistance des nations et les relations commerciales internationales des pays en développement. Des pays comme le Soudan, le Zimbabwe, l’Iran, la Syrie, la République populaire démocratique de Corée souffrent de sanctions initiées et soutenues par les États-Unis et leurs alliés du G20 – limitant considérablement leurs options politiques face à une pandémie comme le coronavirus. Au Venezuela et en Bolivie, les États-Unis ont tenté de mettre au pouvoir des alliés politiques en utilisant des sanctions qui ont créé des pénuries et des restrictions économiques que la population a subies dans le cadre du scénario de la guerre hybride. L’embargo économique et financier imposé par les États-Unis contre Cuba a entravé l’exportation de biens et de services, l’approvisionnement en ressources et le commerce depuis 1958. En particulier, le commerce alimentaire, l’accès aux médicaments et aux fournitures médicales et l’échange de connaissances scientifiques ont été considérablement restreints, impact sur les peuples cubains depuis de nombreuses décennies.

2021: « La Rapporteuse spéciale des Nations Unies sur les mesures coercitives unilatérales et les droits de l’Homme, Alena Douhan, a exhorté aujourd’hui [12 février] les États-Unis, l’Union européenne et d’autres États à abandonner les sanctions unilatérales imposées contre le Venezuela. Au terme d’une visite de deux semaines au Venezuela, Douhan a déclaré que les sanctions avaient exacerbé les calamités préexistantes. Ils ont entraîné la crise économique, humanitaire et de développement, avec un effet dévastateur sur l’ensemble de la population du Venezuela, en particulier mais pas seulement sur les personnes en situation d’extrême pauvreté, les femmes, les enfants, le personnel médical, les personnes handicapées ou souffrant de maladies mortelles ou chroniques, et les populations indigènes.

2022: « Le rapporteur spécial des Nations Unies a déclaré que les sanctions « scandaleuses » que l’Occident a imposées à la Syrie « étouffent » des millions de civils et « peuvent constituer des crimes contre l’humanité ». L’économie du pays s’est contractée de 90 %. Neuf Syriens sur 10 vivent dans la pauvreté.

2023“Le président mexicain Andrés Manuel López Obrador, a déclaré qu’il avait personnellement exhorté Biden à s’attaquer aux causes profondes de la migration vers la frontière sud des États-Unis, à savoir la” pauvreté et l’abandon “endémiques à ces pays – et dont les sanctions américaines ont incontestablement joué un rôle majeur rôle dans la cause.

Les sanctions contre Cuba sont universellement condamnées par les Nations Unies et les organisations des droits de l’Homme. Citant Wikipedia, ” à l’Assemblée générale des Nations unies, de nombreuses résolutions proposant aux États-Unis de cesser leur embargo sur Cuba ont été votées, à une très large majorité. En juin 2021, seuls deux États, les États-Unis et Israël, sur plus de 190 ont voté contre la résolution demandant la fin totale de l’embargo.” Et citant la version anglaise de Wikipedia, “Des groupes de défense des droits de l’Homme, dont Amnesty International, Human Rights Watch et la Commission interaméricaine des droits de l’Homme ont également critiqué l’embargo. . . . En 1997, l’Association américaine pour la santé mondiale a déclaré que l’embargo contribuait à la malnutrition, au manque d’accès à l’eau, au manque d’accès aux médicaments et autres fournitures médicales et a conclu qu’« une catastrophe humanitaire n’a été évitée que parce que le gouvernement cubain a maintenu un niveau élevé d’un soutien budgétaire à un système de soins de santé conçu pour fournir une médecine primaire et préventive à tous ses citoyens et cityoyennes.”

Les sanctions doivent-elles être considérées comme du terrorisme ? Gardez à l’esprit que la définition du terrorisme, selon Oxford Dictionary est “l’utilisation illégale de la violence et de l’intimidation , en particulier contre des civils, dans la poursuite d’objectifs politiques ».

Quand l’Empire américain veut justifier sa désignation d’ennemis, comme la Chine et la Russie à ce moment de l’histoire, quelles sont ses accusations ? Violations des droits de l’Homme et actes de terrorisme. Quelle hypocrisie !

Heureusement, comme décrit dans le blog du mois dernier, il y aura désormais pour la première fois une source alternative de financement du développement qui peut permettre aux pays d’éviter à la fois les dégâts et le risque de sanctions américaines : la New Development Bank de l’association BRICS.

UPDATES ON THE ECONOMIC WAR AND THE POLITICAL CRISIS

Featured

(Une version française suit en dessous)

Recent events have profound effects on the subjects of my recent blogs: NEWS FROM THE FRONT OF THE ECONOMIC WAR and THE ANALYSIS IS SIMPLE; IT IS ECONOMIC.

First, THE ECONOMIC WAR.

The trip to China this month by Brazilian President Lula was marked by the installation of his friend and former President of Brazil, Dilma Rousseff, to preside over a new bank, the New Development Bank (NDB) of the BRICS association (Brazil, Russia, India, China, South Africa).

It is important that the NDB is based in Beijing. It is seen as an alternative to the World Bank that is located in Washington where it is dominated by the United States.

As Rousseff explained in an interview, the NDB will support the development priorities of the BRICS countries and the Global South for sustainable development, social inclusion and development of infrastructure. As she says “30% of our loans will be financed in the currencies of our member countries,” unlike the World Bank where all loans are in dollars. She explains that “That will be extremely important to help our countries avoid exchange rate risks.” As discussed in the blog on THE ECONOMIC WAR, one of these risks is the sanctions imposed by the United States which is made possible by their control of the dollar.

The NDB is a concrete example of the increasing independence of the Global South from the economic dominance of the American Empire. Related to this is the long list of countries that have indicated they want to be associated with BRICS, including Argentina, Algeria, Iran, Indonesia, Saudi Arabia, Turkey, Egypt, Nigeria, and Mexico. Already, without the inclusion of these other countries, the BRICS now represents 31.5 percent of the global economy, while the G7 share has fallen to 30 percent.

In the economic war, the American sanctions are becoming a two-edged sword. While sanctions enable the U.S. to punish countries, now they may drive more and more countries into the orbit of BRICS.

To quote again from Bob Dylan, “the times they are a-changin.”

Now for THE POLITICAL CRISIS which is caused by the increasing inequality between the rich and the poor, not only between countries, but also within countries, including those that rule the world.

At the end of the February blog on this subject, it was stated that “Without profound and universal taxation of the rich, we are headed for what Stiglitz calls “a chaos far greater than what we saw in Washington, D.C. and Brasilia”.

Recent events reveal another important side to the dynamics, the renaissance of trade unions as a political force that works to reduce economic inequality,. This was not considered in the February blog, as this renaissance has gathered force only recently.

Elections such as those of Trump and Bolsonaro, and the rise of right-wing, even fascist political forces elsewhere in the world, have expressed the anger of voters against rising inequality and capitalist exploitation. That is why the blog stated that the correct political analysis is economic.

However, when trade unions become a political force, they provide a very different political alternative.

A recent example is the election of Lula as President of Brazil. Lula has always been associated with the trade union movement of Brazil and his new government reflects that association.

In the United States, a important recent election saw the voters of Chicago choose a trade unionist as mayor rather than his right-wing opponent. The mayor, a teacher, had the backing of the teachers union. Although the traditional American labor movement was decimated by the loss of manufacturing industry, it is beginning to regain force in service industries such as teachers, workers at Starbucks and Amazon, etc.

Elsewhere, trade union movements have organized important mobilizations to oppose government policies that favour capitalist exploitation and growing inequality.

In France, all of the major trade unions have come together to oppose President Macron’s un-democratic imposition of retirement reform. Millions of people have been mobilized in demonstrations and strikes and union membership has begun to increase.

In Germany, nationwide strikes, among the greatest in decades, caused huge disruption at the country’s airports, on public transport and at its largest port. The walkouts were called by two major transport unions in Europe’s biggest economy, involving more than 400,000 transport workers demanding a 10.5% pay raise for its members, citing rising energy and food costs.

And in South Africa, the National Education, Health and Allied Workers’ Union ended a strike launched earlier this month over concerns about salaries and inflation. The announcement came as the government agreed to revisit the salary increase for the current year and signaled it was willing to reconsider its approach to collective bargaining with the union

A particularly interesting development has taken place in Korea where the two Koreas are a classic example in economic inequality, both between the countries and within each country. Despite the opposition of the South Korean government, trade unions of North and South Korea have established a dialogue for peace, In January the government raided union offices and union leaders were charged under the anti-communist National Security Law, accused of being spies for North Korea.

So far, Brazil is the exceptional case, but if trade union movements elsewhere in the world are able to provide progressive electoral alternatives to capitalist-dominated governments, perhaps we can avoid the chaos foreseen by Stiglitz and achieve progress in democracy and economic equality.

* * * * *

MISES À JOUR SUR LA GUERRE ÉCONOMIQUE ET LA CRISE POLITIQUE

Les événements récents ont des effets profonds sur les sujets de mes blogs précedents : NOUVELLES DU FRONT DE LA GUERRE ÉCONOMIQUE et L’ANALYSE EST SIMPLE ; C’EST ECONOMIQUE.

Premièrement, LA GUERRE ÉCONOMIQUE.

Le voyage en Chine ce mois-ci du président brésilien Lula a été marqué par l’installation de son amie et ancienne présidente du Brésil, Dilma Rousseff, à la tête d’une nouvelle banque, la New Development Bank (NDB) de l’association BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud).

Il est important que la NDB soit basée à Pékin. Elle est considérée comme une alternative à la Banque mondiale qui est située à Washington où elle est dominée par les États-Unis.

Comme Rousseff l’a expliqué dans une interview, la NDB soutiendra les priorités de développement des pays BRICS et du Sud global pour le développement durable, l’inclusion sociale et le développement des infrastructures. Comme elle le dit « 30 % de nos prêts seront financés dans les devises de nos pays membres », contrairement à la Banque mondiale où tous les prêts sont en dollars. Elle explique que “cela sera extrêmement important pour aider nos pays à éviter les risques de change”. Comme discuté dans le blog sur LA GUERRE ÉCONOMIQUE, l’un de ces risques est les sanctions imposées par les États-Unis qui sont rendues possibles par leur contrôle du dollar.

La NDB est un exemple concret de l’indépendance croissante des pays du Sud vis-à-vis de la domination économique de l’empire américain avec des pays alliés. À cela s’ajoute la longue liste de pays qui ont indiqué qu’ils souhaitaient être associés aux BRICS, notamment l’Argentine, l’Algérie, l’Iran, l’Indonésie, l’Arabie saoudite, la Turquie, l’Égypte, le Nigéria et le Mexique. Déjà, sans l’inclusion de ces autres pays, les BRICS représentent désormais 31,5 % de l’économie mondiale, tandis que la part du G7 est tombée à 30 %.

Dans la guerre économique, les sanctions américaines deviennent une arme à double tranchant. Alors que les sanctions permettent aux États-Unis de punir les pays, elles peuvent maintenant conduire de plus en plus de pays dans l’orbite des BRICS.

Pour citer à nouveau Bob Dylan,”les temps, ils sont en train de changer”

Passons maintenant à LA CRISE POLITIQUE qui est causée par l’inégalité croissante entre les riches et les pauvres, non seulement entre les pays, mais aussi à l’intérieur des pays, y compris ceux qui gouvernent le monde.

À la fin du blog de février sur ce sujet, il était déclaré que « sans taxation profonde et universelle des riches, nous nous dirigeons vers ce que Stiglitz appelle « un chaos bien plus grand que ce que nous avons vu à Washington D.C. et à Brasilia ».

Les événements récents révèlent un autre aspect important de la dynamique, la renaissance des syndicats en tant que force politique qui travaille à réduire les inégalités économiques. Cela n’a pas été pris en compte dans le blog de février, car cette renaissance n’a pris de l’ampleur que récemment.

Des élections comme celles de Trump et de Bolsonaro, et la montée des forces politiques de droite, voire fascistes ailleurs dans le monde, ont exprimé la colère des électeurs contre la montée des inégalités et l’exploitation capitaliste. C’est pourquoi le blog a déclaré que l’analyse politique correcte est économique.

Cependant, lorsque les syndicats deviennent une force politique, ils offrent une alternative politique très différente.

Un exemple récent est l’élection de Lula à la présidence du Brésil. Lula a toujours été associé au mouvement syndical du Brésil et son nouveau gouvernement reflète cette association.

Aux États-Unis, une importante élection récente a vu les électeurs de Chicago choisir un syndicaliste comme maire plutôt que son adversaire de droite. Le maire, un enseignant, avait le soutien du syndicat des enseignants. Bien que le mouvement ouvrier américain traditionnel ait été décimé par la perte de l’industrie manufacturière, il commence à reprendre de la force dans les industries de services telles que les enseignants, les travailleurs de Starbucks et d’Amazon, etc.

Ailleurs, les mouvements syndicaux ont organisé d’importantes mobilisations pour s’opposer aux politiques gouvernementales qui favorisent l’exploitation capitaliste et les inégalités croissantes.

En France, tous les principaux syndicats se sont réunis pour s’opposer à l’imposition non démocratique de la réforme des retraites par le président Macron. Des millions de personnes ont été mobilisées dans des manifestations et des grèves et l’affiliation syndicale a commencé à augmenter.

En Allemagne, des grèves nationales, parmi les plus importantes depuis des décennies, ont causé d’énormes perturbations dans les aéroports du pays, dans les transports publics et dans son plus grand port. Les débrayages ont été appelés par deux grands syndicats des transports de la plus grande économie d’Europe, impliquant plus de 400 000 travailleurs et travailleuses des transports exigeant une augmentation de salaire de 10,5% pour ses membres, invoquant la hausse des coûts de l’énergie et des aliments.

Et en Afrique du Sud, le National Education, Health and Allied Workers’ Union a mis fin à une grève lancée plus tôt ce mois-ci en raison de préoccupations concernant les salaires et l’inflation. L’annonce est intervenue alors que le gouvernement acceptait de revoir l’augmentation de salaire pour l’année en cours et signalait qu’il était prêt à reconsidérer son approche de la négociation collective avec le syndicat.

Un développement particulièrement intéressant a eu lieu en Corée où les deux Corées sont un exemple classique d’inégalité économique, à la fois entre les pays et à l’intérieur de chaque pays. Malgré l’opposition du gouvernement sud-coréen. les syndicats de Corée du Nord et du Sud ont établi un dialogue pour la paix. En janvier, le gouvernement a fait une descente dans les bureaux des syndicats et les dirigeants syndicaux ont été inculpés en vertu de la loi anticommuniste sur la sécurité nationale. Ils ont été accusés d’être des espions pour la Corée du Nord.

Jusqu’à présent, le Brésil est un cas exceptionnel, mais si les mouvements syndicaux ailleurs dans le monde sont en mesure de fournir des alternatives électorales progressistes aux gouvernements dominés par le capitalisme, nous pourrons peut-être éviter le chaos prévu par Stiglitz et réaliser des progrès en matière de démocratie et d’égalité économique.

NEWS FROM THE FRONT OF THE ECONOMIC WAR

Featured

(Une version française suit en dessous)

In last month’s blog, I discussed news about the Ukraine War, how it is being sustained not only on one side by Russia, but also, on the other side, by the American Empire, the US, Europe (NATO) and their allies such as Canada, Japan and Australia, while the rest of the world refuses to take sides.

The American support and escalation of the Ukraine War is central to the politics of the Biden administration and its NEOCON strategists who are trying to maintain American hegemony over the entire world. Ukraine is a pawn in the strategy of attacking Russia who is considered the principal enemies of that hegemony along with China. This strategy is not new but was central to the Obama administration and its Secretary of State Hillary Clinton, as well as the Bush and Clinton administrations that preceded Biden.

This month, I wish to discuss the news from the deeper war, the Economic War of the American Empire against the rest of the world.

The Economic War goes back to 1962 when the US imposed economic sanctions against Cuba because Fidel sided with the American enemy that was Russia.

Since then economic sanctions have been imposed on many other countries. As of a recent listing, at least 40 countries face these sanctions.

We quote the Venezuelan ambassador to the United Nations, Samuel Moncada, speaking to the XVIII Summit of the Non-Aligned Movement held in Baku, Azerbaijan, Oct. 26, 2019. Addressing the 120 countries represented, he denounced the imposition of arbitrary measures, called “sanctions” by the U.S., as “economic terrorism, which affects a third of humanity with more than 8,000 measures. This terrorism,” he said, “constitutes a “threat to the entire system of international relations and is the greatest violation of human rights in the world.”

Cuba and Venezuela, along with Iran, Zimbabwe, Nicaragua and Syria, are among the countries where the people have been greatly hurt by sanctions.

And now the Americans and their NATO allies continue to increase economic sanctions against Russia. The Russian people suffer doubly: from the sanctions; and from the diversion of government resources to the Ukraine War.

But, as in any war, there is another side which is bolstering its defense.

The central actor on the other side is the BRICS Coalition of Brazil, Russia, India, China and South Africa. Argentina and Iran have recently requested to join the Coalition.

What is the lates news from the front of this Economic War?

The recent decision of Iran and Saudi Arabia to re-establish diplomatic relations was brokered by China, and it resonates with news that Saudi Arabia, like Iran, is interested to join the BRICS Coalition. Also interested, it seems, are Turkey and Egypt.

The recent announcement by Brazil and Argentina to establish a monetary system independent of the US dollar resonates with their BRICS involvement. Also, over the past two decades, China has become the biggest trading partner, overcoming the United States, in nine Latin American countries  (Cuba, Paraguay, Argentina, Chile, Brazil, Uruguay, Peru, Bolivia and Venezuela).

As for the sanctions imposed against Russia, they are forcing the Russians to increase their trade with the BRICS countries, especially China and India, and with the potential BRICS countries of Iran and Saudi Arabia.

One of the results of the Russian sanctions, as we noted in last month’s CPNN bulletin, is that the IMF growth projections place the BRICS countries ahead with India at 6.8%, China at 4.5% and Russia, despite the sanctions, at 2.1%, On the other hand, the projections for the American Empire are less: 1.6% for the 27 countries in Europe, 1.0% for the United States and 0.9% for Japan.

Looking further into the future, the Chinese now lead the world’s investment in most of the scientific and technological research areas necessary for development. This includes drones, machine learning, electric batteries, nuclear energy, photovoltaics, quantum sensors and critical minerals extraction. China’s dominance in some fields is so entrenched that all of the world’s top 10 leading research institutions for certain technologies are located in the country, according to a study by the Australian Strategic Policy Institute.

The recent news of the SVB bank failure in the United States and its repercussions in American trading partners could contribute to an economic recession in these countries, which would increase further the gap between them and the BRICS countries.

Also related to these news is that the United States is planning the greatest military budget in history. It would take more than half of the discretionary spending of the US government, putting further pressure on the lack of services for education, and healthcare in the United States which has contributed to political discontent, as expressed in the support for Donald Trump and the January 6 attack on the American capitol.

As we described in the blog of February this year, the continued growth of the gap between rich and poor in the American Empire has led some analysts to say that the political discontent may be followed by “a chaos far greater” than the January 6 attack. For the moment that discontent has not led to civil war but has been channeled instead into political power, since the Republican Party managed to take control of the lower house of the Congress in last fall’s election and hopes to be attain full power in the 2024 election. But the underlying discontent shows no sign of diminishing.

A key indicator of the Economic War is the place of the US dollar in the global economy. In this regard, this January at the Davos meetings of world capitalists, Saudi Arabia announced that it is open to discussing oil trade settlements in currencies other than the U.S. dollar.

According to analysts on some sources, such as the website zerohedge, the Saudi announcement is “the beginning of the end of the dollar, (since) the dollar’s world reserve status is largely dependent on its petro-status . . . The consequences of the loss of reserve status will be devastating to the US economy. . . This dynamic is already in play, as foreign holders of US debt and dollars have been dumping them at record pace since 2017.. The effects of the decline of the dollar may not be immediately felt, or become obvious for another year or two. What will happen is consistent inflation on top of the high prices we are already dealing with.”

This blog last June predicted the collapse of the US dollar. For the time being, despite the Saudi announcement. the US dollar is holding up. But how long can this last? In any case, as the blog quoted Bob Dylan, “the times they are a-changin’”

* * * * *

NOUVELLES DU FRONT DE LA GUERRE ECONOMIQUE

Dans le blog du mois dernier, j’ai discuté des nouvelles de la guerre d’Ukraine, comment elle est soutenue non seulement d’un côté par la Russie, mais aussi, de l’autre côté, par l’Empire américain, les États-Unis, l’Europe (OTAN) et leurs alliés tels que le Canada, Japon et Australie, tandis que le reste du monde refuse de prendre parti.

Le soutien américain et l’escalade de la guerre d’Ukraine sont au cœur de la politique de l’administration Biden et de ses stratèges NEOCON qui tentent de maintenir l’hégémonie américaine sur le monde entier. L’Ukraine est un pion dans la stratégie d’attaque contre la Russie considérée comme le principal ennemi de cette hégémonie avec la Chine. Cette stratégie n’est pas nouvelle mais était au cœur de l’administration Obama et de sa secrétaire d’État Hillary Clinton, ainsi que des administrations Bush et Clinton qui ont précédé Biden.

Ce mois-ci, je souhaite discuter des nouvelles de la guerre plus profonde, la guerre économique de l’Empire américain contre le reste du monde.

La guerre économique remonte à 1962, lorsque les États-Unis ont imposé des sanctions économiques contre Cuba parce que Fidel Castro s’était rangé du côté de l’ennemi américain qu’était la Russie.

Depuis lors, des sanctions économiques ont été imposées à de nombreux autres pays. Selon une liste récente, au moins 40 pays font face à ces sanctions.

Nous citons l’ambassadeur du Venezuela auprès des Nations Unies, Samuel Moncada, s’exprimant lors du XVIIIe Sommet du Mouvement des non-alignés tenu à Bakou, en Azerbaïdjan, le 26 octobre 2019. S’adressant aux 120 pays représentés, il a dénoncé l’imposition de mesures arbitraires, appelées “sanctions” par les États-Unis, comme “le terrorisme économique, qui touche un tiers de l’humanité avec plus de 8 000 mesures”. Ce terrorisme”, a-t-il dit, “constitue une “menace pour l’ensemble du système des relations internationales et est la plus grande violation des droits de l’Homme dans le monde”.

Cuba et le Venezuela, ainsi que l’Iran, le Zimbabwe, le Nicaragua et la Syrie, font partie des pays où les populations ont été durement touchées par les sanctions.

Et maintenant, les Américains et leurs alliés de l’OTAN continuent d’augmenter les sanctions économiques contre la Russie. Le peuple russe souffre doublement : des sanctions ; et du détournement des ressources gouvernementales vers la guerre d’Ukraine.

Mais, comme dans toute guerre, il y a un autre camp qui renforce sa défense.

L’acteur central de l’autre camp est la coalition BRICS du Brésil, de la Russie, de l’Inde, de la Chine et de l’Afrique du Sud. L’Argentine et l’Iran ont récemment demandé à rejoindre la Coalition.

Quelles sont les dernières nouvelles du front de cette guerre économique ?

La récente décision de l’Iran et de l’Arabie saoudite de rétablir des relations diplomatiques a été négociée par la Chine, et elle résonne avec des nouvelles selon lesquelles l’Arabie saoudite, comme l’Iran, est intéressée à rejoindre la coalition BRICS. Sont également intéressés, semble-t-il, la Turquie et l’Egypte.

L’annonce récente du Brésil et de l’Argentine d’établir un système monétaire indépendant du dollar américain fait écho à leur implication dans les BRICS. De plus, au cours des deux dernières décennies, la Chine est devenue le plus grand partenaire commercial, dépassant les États-Unis, dans neuf pays d’Amérique latine (Cuba, Paraguay, Argentine, Chili, Brésil, Uruguay, Pérou, Bolivie et Venezuela).

Quant aux sanctions imposées à la Russie, elles obligent les Russes à accroître leurs échanges avec les pays BRICS, en particulier la Chine et l’Inde, et avec les pays BRICS potentiels que sont l’Iran et l’Arabie saoudite.

L’un des résultats des sanctions russes, comme nous l’avons noté dans le bulletin CPNN du mois dernier, est que les projections de croissance du FMI placent les pays BRICS en tête avec l’Inde à 6,8 %, la Chine à 4,5 % et la Russie, malgré les sanctions, à 2,1 %, En revanche, les projections pour l’Empire américain sont moindres : 1,6 % pour les 27 pays d’Europe, 1,0 % pour les États-Unis et 0,9 % pour le Japon.

En se projetant plus loin dans l’avenir, les Chinois sont désormais en tête des investissements mondiaux dans la plupart des domaines de recherche scientifique et technologique nécessaires au développement. Cela comprend les drones, l’apprentissage automatique, les batteries électriques, l’énergie nucléaire, le photovoltaïque, les capteurs quantiques et l’extraction de minéraux critiques. La domination de la Chine dans certains domaines est tellement ancrée que les 10 principaux instituts de recherche mondiaux pour certaines technologies sont situés dans le pays, selonune étude de l’Australian Strategic Policy Institute.

La récente nouvelle de la faillite de la banque SVB aux États-Unis et ses répercussions sur les partenaires commerciaux américains pourraient contribuer à une récession économique dans ces pays, ce qui creuserait encore l’écart entre eux et les pays BRICS.

Également lié à ces nouvelles, les États-Unis prévoient le plus gros budget militaire de l’Histoire. Cela prendrait plus de la moitié des dépenses discrétionnaires du gouvernement américain, diminuant les services d’éducation et de santé, qui a contribué au mécontentement politique, exprimé dans le soutien à Donald Trump et le janvier 6 attaque contre la capitale américaine.

Comme nous l’avons décrit dans le blog de février de cette année, la croissance de l’écart entre les riches et les pauvres dans l’Empire américain a conduit certains analystes à dire que le mécontentement politique pourrait être suivi d’un “chaos bien plus grand” que l’attaque du 6 janvier. . Pour le moment, ce mécontentement n’a pas conduit à la guerre civile mais a été canalisé vers le pouvoir politique, puisque le Parti républicain a réussi à prendre le contrôle de la chambre basse du Congrès lors des élections de l’automne dernier et espère atteindre le plein pouvoir lors des élections de 2024. . Mais le mécontentement sous-jacent ne montre aucun signe de diminution.

Un indicateur clé de la guerre économique est la place du dollar américain dans l’économie mondiale. À cet égard, en janvier dernier, lors des réunions de Davos des capitalistes mondiaux, l’Arabie saoudite a annoncé qu’elle était disposée à discuter de règlements commerciaux pétroliers dans des devises autres que le dollar américain.

Selon des analystes de certaines sources, comme le site web zerohedge, l’annonce saoudienne est “le début de la fin du dollar, (puisque) le statut de réserve mondiale du dollar dépend largement de son statut de pétro-dollar… Les conséquences de la la perte du statut de réserve sera dévastatrice pour l’économie américaine… Cette dynamique est déjà en jeu, car les détenteurs étrangers de la dette américaine et des dollars les ont vidangés à un rythme record depuis 2017. Les effets de la baisse du dollar pourraient ne pas être immédiatement ressenti, ou devenir évident pendant encore un an ou deux. Ce qui va se passer, c’est une inflation constante en plus des prix élevés auxquels nous sommes déjà confrontés.”

En juin dernier, j’ai consacré ce blog à l’effondrement du dollar américain. Pour l’instant, malgré l’annonce saoudienne. le dollar américain se maintient. Mais combien de temps cela peut-il durer ? En tout cas, comme le blog citait Bob Dylan,”les temps, ils sont en train de changer”

SLEEPWALKING TO ARMAGEDDON : WORLD DIVIDES OVER THE UKRAINE WAR

Featured

(Une version française suit en dessous)

As the US, NATO and Russia escalate the war in the Ukraine, the risk increases for a global nuclear war that could destroy most life on the planet, corresponding to the mythical battle of Armageddon mentioned in the Bible as marking the end of the world.

Our world is at risk, and it is urgent to seek a solution. For this reason, this month we have devoted not one, but two bulletins of CPNN to the issue: Sleepwalking to Armageddon and the World Divides over the Ukraine War
.

The phrase “Sleepwalking to Armageddon” is the title of a recent book by Helen Caldicott, and the word “sleepwalking” reappears in the comments of the Portuguese authority Boaventura de Sousa Santos : “One hundred years after World War I, Europe’s leaders are sleepwalking toward a new, all-out war” and in the comments of UN Secretary-General Antonio Guterres: “The chances of further escalation and bloodshed keep growing. I fear the world is not sleepwalking into a wider war. I fear it is doing so with its eyes wide open.” 

Sp far the major mass media of Europe, North America and their allies in Japan and Australia have been “obedient” to the escalation politics of their governments and have applauded the arms shipments to Ukraine, pouring gasoline on the fire. Meanwhile, Russia has warned that NATO is entering the war and that the Russian nuclear arsenal is ready for use if they feel they are threatened.

Media and countries in the rest of the world, the Global South, do not obey the American line. In the second CPNN bulletin, we link to publications critical of the US/NATO escalation as well as the Russian threats, in major media of India, Indonesia, Bangladesh, Korea, Lebanon, Kuwait, United Arab Emirates, Jordan, Saudi Arabia, Egypt, Mali, Kenya, Nigeria, South Africa, Costa Rica, Argentina and Turkey. Most of them were among the 101 countries that did not yield to the pressure of the US and Europe to vote against the amendment to the UN resolution on Ukraine that would stop arms shipments to the war.

Media from Indonesia, Korea and Jordan blame the neo-conservatives and the arms industry of the United States for having provoked the war and for sabotaging peace initiatives that could end it.

Media from Bangladesh, Lebanon, United Arab Emirates, Costa Rica, Argentina and Turkey fear that Western escalation may lead to the Third World War and perhaps the destruction of all life on the planet.

Media from Egypt and India say that their countries side with Russia because they are profiting from their economic relations.

Media from Kuwait and the United Arab Emirates, say that the American escalation of the war may lead to the subjugation or destruction of Europe

Media from Kenya and Nigeria blame the escalation of the war by the West for blocking African supplies of food and fuel and for shipping arms that end up by the black market in the hands of African terrorists.

CPNN joins with media of the Global South and with the alternative media and peace movements in Europe and North America to provide an alternative to the obedient mass media of the NATO countries. We agree with the peace movement: in the US,”Peace in Ukraine – No weapons, no money for the Ukraine War” ; in the UK, “Peace talks now – Stop the war in Ukraine”; and in France, demanding all parties involved in the conflict to act decisively for a ceasefire and to take steps to negotiate a long-term peace. And we agree with the peace movement in the United States, that their country should not only stop fueling the war in Ukraine, but also should sign the Treaty on the Prohibition of Nuclear Weapons.

Hopefully, thanks to the pressure from the rest of the world and from the peace movements in Europe and North America, a ceasefire can be achieved in Ukraine and we can avoid a nuclear war. As for the Russian side of the war, we can hope that the massive opposition to the war, as we have documented in CPNN, can resist its government’s repression and put pressure on their side to end the war agains their brothers in Ukraine.

Even if we can thus avoid a Third World War, unfortunately the poor Ukraine and its people have suffered so much damage that it will take decades to recover, much like Vietnam, Iraq, Libya, Syria and Afghanistan, not to mention Yemen, Palestine and the war zones of Africa.

Our world is at risk. Let us cultivate a culture of peace!

* * * * *

SOMNAMBULES VERS ARMAGEDDON : LE MONDE SE DIVISE SUR L’UKRAINE

Alors que les États-Unis, l’OTAN et la Russie intensifient la guerre en Ukraine, le risque augmente d’une guerre nucléaire mondiale qui pourrait détruire la plupart des vies sur la planète, correspondant à la mythique bataille d’Armageddon dans la Bible qui marque la fin du monde.

Notre monde est en danger et il est urgent de chercher une solution. Pour cette raison, ce mois-ci, nous avons consacré non pas un, mais deux bulletins de CPNN à la question : SOMNAMBULES VERS ARMAGEDDON et LE MONDE SE DIVISE SUR L’UKRAINE.

L’expression “somnambules vers armageddon” est le titre d’un livre récent d’Helen Caldicott, et le mot “somnambules” réapparaît dans les propos de l’autorité portugaise, Boaventura de Sousa Santos : “Cent ans après la Première Guerre mondiale, les dirigeants européens sont somnambules vers une nouvelle, guerre totale » et dans les commentaires du secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres : « Les risques d’une nouvelle escalade et d’un bain de sang ne cessent de croître. Je crains que le monde ne soit pas somnambule dans une guerre plus large. Je crains qu’il ne le fasse les yeux grands ouverts.”

Jusqu’à présent, les principaux médias d’Europe, d’Amérique du Nord et leurs alliés au Japon et en Australie ont été “obéissants” à la politique d’escalade de leurs gouvernements et ont applaudi les livraisons d’armes à l’Ukraine, versant de l’huile sur le feu. Pendant ce temps, la Russie a averti que l’OTAN est entrée dans la guerre et que l’arsenal nucléaire russe est prêt à être utilisé s’ils se sentent menacés.

Les médias et les pays du reste du monde, le Sud Global, ne sont pas d’accord. Dans le deuxième bulletin du CPNN, nous renvoyons à des publications critiquant l’escalade US/OTAN ainsi que les menaces russes, dans les principaux médias de l’Inde, de l’Indonésie, du Bangladesh, de la Corée, du Liban, du Koweït, des Émirats arabes unis, de la Jordanie, de l’Arabie saoudite, de l’Égypte, Mali, Kenya, Nigéria, Afrique du Sud, Costa Rica, Argentine et Turquie. La plupart d’entre eux faisaient partie des 101 pays qui n’ont pas cédé à la pression des États-Unis et de l’Europe pour voter contre l’amendement à la résolution de l’ONU sur l’Ukraine qui arrêterait les livraisons d’armes à la guerre.

Les médias d’Indonésie, de Corée et de Jordanie accusent les néo-conservateurs et l’industrie de l’armement des États-Unis d’avoir provoqué la guerre et d’avoir saboté les initiatives de paix qui pourraient y mettre fin.

Les médias du Bangladesh, du Liban, des Émirats arabes unis, du Costa Rica, d’Argentine et de Turquie craignent que l’escalade occidentale ne conduise à la Troisième Guerre mondiale et peut-être à la destruction de toute vie sur la planète.

Les médias égyptiens et indiens disent que leurs pays se rangent du côté de la Russie parce qu’ils profitent de leurs relations économiques.

Les médias du Koweït et des Émirats arabes unis affirment que l’escalade américaine de la guerre pourrait conduire à l’assujettissement ou à la destruction de l’Europe

Les médias du Kenya et du Nigeria accusent l’escalade de la guerre par l’Occident de bloquer les approvisionnements africains en nourriture et en carburant et d’expédier des armes qui finissent par le marché noir entre les mains de terroristes africains.

CPNN se joint aux médias des pays du Sud Global et aux médias alternatifs et aux mouvements pacifistes d’Europe et d’Amérique du Nord pour fournir une alternative aux médias de masse qui sont obéissants des pays de l’OTAN. Nous sommes d’accord avec le mouvement pacifiste : aux États-Unis, « Paix en Ukraine – Pas d’armes, pas d’argent pour la guerre d’Ukraine » ; au Royaume-Uni, « Peace talks now – Stop the war in Ukraine » ; et en France, demandant à toutes les parties impliquées dans le conflit d’agir de manière décisive pour un cessez-le-feu et de prendre des mesures pour négocier une paix à long terme. Et nous sommes d’accord avec le mouvement pour la paix aux États-Unis, que leur pays devrait non seulement cesser d’alimenter la guerre en Ukraine, mais devrait également signer le Traité sur l’interdiction des armes nucléaires.

Avec un peu de chance, grâce à la pression du reste du monde et des mouvements pacifistes en Europe et en Amérique du Nord, un cessez-le-feu pourra être obtenu en Ukraine et nous pourrons éviter une guerre nucléaire. Quant au côté russe de la guerre, nous pouvons espérer que l’opposition massive à la guerre, comme nous l’avons documenté dans CPNN, pourra échapper à la répression de son gouvernement et faire pression sur lui pour mettre fin à la guerre contre ses frères en Ukraine.

Même si nous pouvons ainsi éviter une troisième guerre mondiale, malheureusement l’Ukraine a tellement souffert qu’il lui faudra des décennies pour s’en remettre, tout comme le Vietnam, l’Irak, la Libye, la Syrie et l’Afghanistan, sans parler du Yémen, de la Palestine et des zones de guerre d’Afrique.

Notre monde est en danger. Cultivons une culture de la paix !

THE ANALYSIS IS SIMPLE; IT IS ECONOMIC

Featured

(Une version française suit en dessous)

For a profound analysis of our political situation, the answer is simple: it is economic

I wrote the following back in my blog of May 2017:

“What is the appeal of Donald Trump and Marine Le Pen? Why have they able to get so many votes? A superficial response is easy: Voters are angry and fed up with the present political system and they will vote for whoever best shares their anger and damns the present political system. . . . But a more profound response requires that we analyze why voters are angry and fed up. One cause is their economic hardships. The average wages of a worker continue to decrease year after year. More and more families are forced to work two or three jobs just to survive. And they understand, to some extent, that the problem is due to government policies that support capitalist exploitation, enabling the rich to get richer and the poor to get poorer.”

This month two new articles were published that update and provide details for my analysis of 2017.

The first article comes from Oxfam in their presentation to the Davos World Economic Forum:

“Billionaires have seen extraordinary increases in their wealth. During the pandemic and cost-of-living crisis years since 2020, $26 trillion (63 percent) of all new wealth was captured by the richest 1 percent, while $16 trillion (37 percent) went to the rest of the world put together. A billionaire gained roughly $1.7 million for every $1 of new global wealth earned by a person in the bottom 90 percent. Billionaire fortunes have increased by $2.7 billion a day. This comes on top of a decade of historic gains —the number and wealth of billionaires having doubled over the last ten years.” (For an update about growing inequality in the United States, see this analysis). 

“At the same time, at least 1.7 billion workers now live in countries where inflation is outpacing wages, and over 820 million people —roughly one in ten people on Earth— are going hungry. Women and girls often eat least and last, and make up nearly 60 percent of the world’s hungry population. The World Bank says we are likely seeing the biggest increase in global inequality and poverty since WW2. Entire countries are facing bankruptcy, with the poorest countries now spending four times more repaying debts to rich creditors than on healthcare. Three-quarters of the world’s governments are planning austerity-driven public sector spending cuts —including on healthcare and education— by $7.8 trillion over the next five years.”

The second article is written by Nobel Laureate in Economics Joseph Stiglitz and published by CNN.

After citing the attacks on democracy in Washington two years ago and Brasilia a few weeks ago, Stiglitz writes, “Over half the world’s population lives under authoritarian regimes, and movements that clearly call individual and public freedoms into question and foster xenophobia persist at the ballot box. There are many reasons for this, but among them is a near-universal sense of grievance. So many citizens around the world suffer from economic hardship while a sliver of the population — the wealthy and the corporations they own and control — is doing extremely well . . .

“politicians have systematically cut virtually every tax that fell on the wealthy, from high-end income taxes and investment taxes, to estate and corporate taxes, to inheritance taxes, claiming the whole economy would benefit. You know the rest: Inequality in the US and countries around the world soared, working-class wages stagnated, working conditions deteriorated, and debts ballooned. As for the richest, they have done amazingly well, but they are the only ones. The same pattern has been repeated all over the world, with political consequences we are seeing in action.”

Both Oxfam and Stiglitz, in their articles, demand a big increase in taxes on the rich. Stiglitz concludes that “To refuse this solution is to force states to institute austerity programs, cutting public services and retirement benefits. This is a recipe for a chaos far greater than what we saw in Washington, D.C. and Brasilia. And that is a price too steep for the world to pay.”

It is good that the Oxfam analysis was presented to Davos where the rich were gathered for their annual meeting, and it is good that the Stiglitz analysis was published by CNN which reaches a wide audience. But that is not enough. Without profound and universal taxation of the rich, we are headed for what Stiglitz calls “a chaos far greater than what we saw in Washington, D.C. and Brasilia”.

It’s not clear what form this chaos will take, if we will survive it and if we will be able to find the way to a more humane world. But at least we should understand, with Oxfam and Stiglitz, its profound cause which is economic.

* * * * *

L’ANALYSE EST SIMPLE ; C’EST ECONOMIQUE
Pour une analyse approfondie de notre situation politique, la réponse est simple : c’est économique.

J’ai écrit ce qui suit dans mon blog de mai 2017 :

“Quel est l’attrait de Donald Trump et de Marine Le Pen ? Pourquoi ont-ils pu obtenir autant de voix ? Une réponse superficielle est facile : les électeurs sont en colère et en ont assez du système politique actuel, et ils voteront pour celui qui partage le mieux leur colère. et damne le système politique actuel. . . . Mais une réponse plus profonde exige que nous analysions pourquoi les électeurs sont en colère et en ont assez. L’une des causes est leurs difficultés économiques. Le salaire moyen d’un travailleur continue de baisser d’année en année. De plus en plus les familles sont obligées de travailler dans deux ou trois emplois juste pour survivre. Et elles comprennent, dans une certaine mesure, que le problème est dû aux politiques gouvernementales qui soutiennent l’exploitation capitaliste, permettant aux riches de s’enrichir et aux pauvres de s’appauvrir.”

Ce mois-ci, deux nouveaux articles ont été publiés qui mettent à jour et fournissent des détails completant mon analyse de 2017.

Le premier article vient d’Oxfam dans sa présentation au Forum économique mondial de Davos :

“Les milliardaires ont vu leur richesse augmenter de manière extraordinaire. Pendant les années de pandémie et de crise du coût de la vie depuis 2020, 26 000 milliards de dollars (63 %) de toutes les nouvelles richesses ont été capturés par les 1 % les plus riches, tandis que 16 000 milliards de dollars (37 %) sont allés au reste du monde réuni. Un milliardaire a gagné environ 1,7 million de dollars pour chaque dollar de nouvelle richesse mondiale gagné par une personne appartenant aux 90 % les plus pauvres. Les fortunes des milliardaires ont augmenté de 2,7 milliards de dollars par jour. Cela s’ajoute à une décennie de gains historiques — le nombre et la richesse des milliardaires ayant doublé au cours des dix dernières années.” Pour une mise à jour sur les inégalités croissantes aux États-Unis, voir cette analyse.)

“Dans le même temps, au moins 1,7 milliard de travailleurs vivent désormais dans des pays où l’inflation dépasse les salaires, et plus de 820 millions de personnes – soit environ une personne sur dix sur Terre – ont faim. Les femmes et les filles mangent souvent moins et en dernier, et elles sont près de 60 % de la population mondiale souffrant de la faim. La Banque mondiale affirme que nous assistons probablement à la plus forte augmentation des inégalités et de la pauvreté dans le monde depuis la Seconde Guerre mondiale. Des pays entiers sont menacés de faillite, les pays les plus pauvres dépensant désormais quatre fois plus pour rembourser leurs dettes aux riches créanciers que sur les soins de santé. Les trois quarts des gouvernements du monde prévoient des réductions des dépenses du secteur public motivées par l’austérité – y compris dans les soins de santé et l’éducation – de 7,8 billions de dollars au cours des cinq prochaines années.”

Le deuxième article vient du lauréat du prix Nobel d’économie Joseph Stiglitz qui a été publié par CNN.

Après avoir cité les attaques contre la démocratie à Washington il y a deux ans et à Brasilia il y a quelques semaines, Stiglitz écrit : “Plus de la moitié de la population mondiale vit sous des régimes autoritaires, et des mouvements qui remettent clairement en question les libertés individuelles et publiques et encouragent la xénophobie persistent au scrutin encadré. Il y a de nombreuses raisons à cela, mais parmi elles se trouve un sentiment de grief quasi universel. Tant de citoyens à travers le monde souffrent de difficultés économiques tandis qu’une fraction de la population – les riches et les sociétés qu’ils possèdent et contrôlent – vivement extrêmement bien . . .

“Les politiciens ont systématiquement réduit pratiquement tous les impôts qui pesaient sur les riches, des impôts sur le revenu haut de gamme et des impôts sur l’investissement, aux impôts sur les successions et les sociétés, en passant par les droits de succession, affirmant que l’ensemble de l’économie en bénéficierait. Vous connaissez la suite : l’inégalité aux États-Unis et les pays du monde entier ont grimpé en flèche, les salaires de la classe ouvrière ont stagné, les conditions de travail se sont détériorées et les dettes ont explosé. Quant aux plus riches, ils ont étonnamment bien réussi, mais ils sont les seuls. Le même schéma s’est répété partout dans le monde, avec les conséquences politiques que nous voyons en action.”

Oxfam et Stiglitz, dans leurs articles, exigent une forte augmentation des impôts sur les riches. Stiglitz conclut que “Refuser cette solution, c’est obliger les États à instituer des programmes d’austérité, réduisant les services publics et les prestations de retraite. C’est la recette d’un chaos bien plus grand que ce que nous avons vu à Washington, D.C. et Brasilia. Et c’est un prix trop raide pour le monde à payer.”

C’est bien que l’analyse d’Oxfam ait été présentée à Davos où les riches étaient réunis pour leur réunion annuelle, et c’est bien que l’analyse Stiglitz ait été publiée par CNN qui touche un large public. Mais ce n’est pas assez. Sans taxation profonde et universelle des riches, nous nous dirigeons vers ce que Stiglitz appelle “un chaos bien plus grand que ce que nous avons vu à Washington, D.C. et Brasilia”

On ne sait pas quelle forme pourrait prendre ce chaos, si nous y survivrions et si nous pourrons trouver la voie vers un monde plus humain. Mais au moins faut-il comprendre, avec Oxfam et Stiglitz, sa cause profonde de notre situation qui est économique.

LULA AND THE CULTURE OF PEACE

Featured

(Une version française suit en dessous)

Editor’s note: In the blogs of last August and September , the hope was expressed that Lula de Silva would be elected and that Brazil would take a leadership role for the culture of peace. Following his victory in the October elections, I asked the CPNN representative in Brazil, Herbert Lima, to comment on this. Here is his assessment.

The first and second terms of President Luiz Inácio Lula da Silva (Lula) in Brazil, from 2002 to 2010, were marked by a strong campaign to build a culture of peace in the country. Lula and his Workers’ Party (PT) defended the idea that building a more just and egalitarian society would be fundamental for building a culture of peace.

During his term, Lula implemented policies aimed at reducing poverty and social inequality, such as the Bolsa Família program and raising the minimum wage. These measures had a significant impact on improving the living conditions of millions of Brazilians, contributing to the construction of a fairer and more balanced society.

In addition, Lula also stood out on the international level, seeking to build relations of cooperation and dialogue with countries in Latin America and the world. This posture contributed to the reduction of international tensions and to the promotion of a culture of peace.

Since the end of Lula’s term in 2010, the culture of peace in Brazil has faced difficulty. The subsequent government of Bolsonaro did not prioritize policies aimed at reducing poverty and social inequality, which contributed to increased social tensions and increased violence. In addition, there was an increase in hate speech and intolerance, which threaten the construction of a fairer and more inclusive society.

There was also a change in the country’s international posture, with a distancing from relations of cooperation and dialogue with other countries in Latin America and the world, which may have contributed to the increase in international tensions.

However, it is important to highlight that building a culture of peace is a continuous and challenging process, which requires the action of different sectors of society, and does not depend only on the government. Civil society plays a fundamental role in building a culture of peace, through campaigns and actions aimed at promoting tolerance, solidarity and inclusion, and during this period it did its part, opposing the Bolsonaro government and its policies of dismantling of the institutions of the Lula government.

It is still difficult to accurately predict how the future of the culture of peace in Brazil will be in the coming years, as there is a clear division and political polarization in the current congress. However, it is possible to evaluate the proposals and speeches of the Workers’ Party (PT) and Lula to assess expectations about the culture of peace in the country. (See CPNN article of January 9.)

In general, it is expected that, if Lula has political capital in Congress, he and the PT will again prioritize policies aimed at reducing poverty and social inequality, such as the Bolsa Família program and raising the minimum wage. These measures have the potential to improve the living conditions of the most vulnerable Brazilians and, thus, contribute to building a fairer and more balanced society, fundamental to a culture of peace.

In addition, Lula and the PT are expected to seek to strengthen cooperation and dialogue relations with other countries in Latin America and the world, which may contribute to the reduction of international tensions and to the promotion of a culture of peace. (See CPNN article of January 7.)

However, it is important to remember that building a culture of peace is a complex and challenging process, and that government action is just one of the many pieces of this puzzle. Civil society also plays a fundamental role in this process, through campaigns and actions aimed at promoting tolerance, solidarity and inclusion.

* * * * *

LULA ET LA CULTURE DE LA PAIX

Note de l’éditeur : Dans les blogs d’août et de septembre derniers, nous exprimions l’espoir que Lula de Silva serait élu et que le Brésil assumerait un rôle de leadership pour la culture de la paix. Après sa victoire aux élections d’octobre, j’ai demandé au représentant du CPNN au Brésil, Herbert Lima, de commenter cela. Voici son évaluation.

Les premier et deuxième mandats du président Luiz Inácio Lula da Silva (Lula) au Brésil, de 2002 à 2010, ont été marqués par une forte campagne pour construire une culture de la paix dans le pays. Lula et son Parti des travailleurs (PT) ont défendu l’idée que la construction d’une société plus juste et égalitaire serait fondamentale pour construire une culture de la paix.

Pendant son mandat, Lula a mis en œuvre des politiques visant à réduire la pauvreté et les inégalités sociales, telles que le programme Bolsa Família et l’augmentation du salaire minimum. Ces mesures ont eu un impact significatif sur l’amélioration des conditions de vie de millions de Brésiliens, contribuant à la construction d’une société plus juste et plus équilibrée.

En outre, Lula s’est également distingué au niveau international, cherchant à établir des relations de coopération et de dialogue avec les pays d’Amérique latine et du monde. Cette posture a contribué à la réduction des tensions internationales et à la promotion d’une culture de la paix.

Depuis la fin du mandat de Lula en 2010, la culture de la paix au Brésil est en difficulté. Le gouvernement Bolsonaro qui a suivi n’a pas donné la priorité aux politiques visant à réduire la pauvreté et les inégalités sociales, ce qui a contribué à accroître les tensions sociales et l’augmentation de la violence. De plus, il y a eu une augmentation des discours de haine et d’intolérance, qui menacent la construction d’une société plus juste et plus inclusive.

Il y a également eu un changement dans la posture internationale du pays, avec un éloignement des relations de coopération et de dialogue avec les autres pays d’Amérique latine et du monde, ce qui a pu contribuer à l’augmentation des tensions internationales.

Cependant, il est important de souligner que la construction d’une culture de la paix est un processus continu et difficile, qui nécessite l’action de différents secteurs de la société et ne dépend pas uniquement du gouvernement. La société civile joue un rôle fondamental dans la construction d’une culture de la paix, à travers des campagnes et des actions visant à promouvoir la tolérance, la solidarité et l’inclusion, et pendant cette période, elle a fait sa part, s’opposant au gouvernement Bolsonaro et à ses politiques de démantèlement des institutions de gouvernement de Lula.

Il est encore difficile de prédire avec précision comment sera l’avenir de la culture de la paix au Brésil dans les années à venir, car il existe une division et une polarisation politiques au sein du congrès actuel. Cependant, il est possible d’évaluer les propositions et les discours du Parti des travailleurs (PT) et de Lula pour évaluer les attentes concernant la culture de la paix dans le pays. (Voir article CPNN du 9 janvier.)

En général, on s’attend à ce que, si Lula a un capital politique au Congrès, lui et le PT donneront à nouveau la priorité aux politiques visant à réduire la pauvreté et les inégalités sociales, telles que le programme Bolsa Família et l’augmentation du salaire minimum. Ces mesures ont le potentiel d’améliorer les conditions de vie des Brésiliens les plus vulnérables et, ainsi, de contribuer à la construction d’une société plus juste et plus équilibrée, fondamentale pour une culture de la paix.

En outre, Lula et le PT devraient chercher à renforcer les relations de coopération et de dialogue avec d’autres pays d’Amérique latine et du monde, ce qui peut contribuer à la réduction des tensions internationales et à la promotion d’une culture de paix. (Voir article CPNN du 7 janvier.)

Cependant, il est important de se rappeler que la construction d’une culture de la paix est un processus complexe et difficile, et que l’action gouvernementale n’est qu’une des nombreuses pièces de ce puzzle. La société civile joue également un rôle fondamental dans ce processus, à travers des campagnes et des actions visant à promouvoir la tolérance, la solidarité et l’inclusion.

LOOKING FORWARD TO 2023

Featured

(Une version française suit en dessous)

Before looking forward to 2023, let’s look back at 2022 from the perspective of the culture of peace.

In general, we must admit that the culture of war was more dominant than ever. The trap set by the American Empire, including NATO, in the Ukraine was a “success” for the Neocons. They drew Putin’s Russia into the trap and began a covert war with Russia, using the poor Ukraine as bait. And now they are fighting Russia “to the last Ukrainian.”

I realize that this analysis is the opposite of what you will find in the American and European mass media, so I recommend, if you have not done so, to recall the following blogs that I wrote last year providing the historical background necessary to understand the Ukraine War.

DID THE U.S. AND NATO PROMISE NOT TO THREATEN RUSSIA BY MOVING THE MILITARY FORCES OF NATO TO ITS BORDERS?

HOW THE UNITED STATES CREATED VLADIMIR PUTIN

THE UKRAINE WAR COULD HAVE BEEN AVOIDED

WE CAN FIND THE TRUTH, BUT WHERE CAN WE FIND HOPE?

HUMAN RIGHTS HYPOCRISY

While being fixed on the Ukraine War, we should not forget the more than one hundred armed conflicts elsewhere in the world, many of which are armed by the American Empire and NATO.

In general, it seems that the culture of peace was losing last year.

But let us not ignore the peace movement. Last year the North American and European peace movements mobilized against the war in the Ukraine and other wars, as we described in the December bulletin of CPNN.

In Latin America and Africa the culture of peace continued to be promoted as we describe in this month’s CPNN bulletin. While the peace movements of North America and Europe are minority movements in opposition to the state’s culture of war, the culture of peace in Latin Ameica is promoted by cities, towns and regions and and in Africa by the African Union. In these continents, it is a movement that represents the majority of citizens, often in harmony with the politics of the state.
`
And we should not ignore the few eloquent voices for peace in the Ukraine, and the miliions of Russians who publicly opposed the Ukraine War before they were suppressed by the Putin administration.

Under the present circumstances, it does not seem likely that the peace movements, North or South, can succeed in the task of transformation from the culture of war to the culture of peace in 2023. The movements of Europe and North America remain a small minority. And as for Latin America and Africa, these continents are more victims than actors on the world stage.

But the present circumstances are not permanent, and 2023 could mark a turning point in world history. One thing is sure: history proceeds by surprising and abrupt changes, even revolutionary changes.

As I insisted in last month’s blog, PREPARE FOR A NEW WORLD ORDER, the engine of historical change is economic. Since the economy becomes more globalized every year, that means that an economic crash can no longer be localized. If there is an economic crash, it will effect all the economies of the world.

2023 could be the year that we see the COLLAPSE OF THE US DOLLAR? The fact that the Americans continue to pour most of their government money into military instead of civilian production makes it more and more likely. In this regard, nothing has changed since I wrote BAD NEWS FOR 2021

When there is an economic crash, its is followed by a political crash. That is how Marx described the dynamics of history, and that is what I witnessed in the old Soviet Union at the end of the 1980’s.

Already, we see political cracks developing in the American Empire: from the inside, as I described here last year in the blog, WAR ABROAD, WAR AT HOME.

If we are to profit from a global economic and political crash to move from the culture of war to a culture of peace, we must prepare in advance. Otherwise, the opportunity may be lost!

Of course, there is another possible crash, one that is so terrible that we usually avoid thinking about it: the possibility of a World War III that involves nuclear weapons, a possibility that has been threatened more than ever by the war in the Ukraine. Such a war could even mark the end of human civilization. For this reason, it is ever more important to arrive at peace in the Ukraine (see my blog, LET THE CHILDREN MAKE PEACE) and to develop a GLOBAL MOVEMENT FOR NUCLEAR DISARMAMENT.

Whether or not 2023 is the year of the crash of the dollar, we have much work to do!

* * * * *

DANS L’ATTENTE DE 2023

Avant d’envisager 2023, regardons 2022 du point de vue de la culture de la paix.

En général, il semble que la culture de la guerre ait été plus dominante que jamais. Le piège tendu par l’Empire américain, y compris l’OTAN, à l’Ukraine a été un “succès” pour les néocons. Ils ont attiré la Russie de Poutine dans le piège et ont commencé une guerre cachée avec la Russie, utilisant la pauvre Ukraine comme appât. Et maintenant, ils combattent la Russie “jusqu’au dernier Ukrainien”.

Je me rends compte que cette analyse est à l’opposé de ce que vous trouverez dans les médias de masse américains et européens. Pour cela, je vous recommande, si vous ne l’avez pas encore fait, de lire les blogs suivants que j’ai écrits l’année dernière et qui fournissent le contexte historique nécessaire pour comprendre la guerre d’Ukraine.

LES ÉTATS-UNIS ET L’OTAN ONT-ILS PROMIS DE NE PAS MENACER LA RUSSIE EN DÉPLACEANT LES FORCES MILITAIRES DE L’OTAN VERS SES FRONTIÈRES ?

COMMENT LES ÉTATS-UNIS ONT CRÉÉ VLADIMIR POUTINE

LA GUERRE D’UKRAINE AURAIT PU ÊTRE ÉVITÉE

NOUS POUVONS TROUVER LA VÉRITÉ, MAIS OÙ POUVONS-NOUS TROUVER L’ESPOIR ?

HYPOCRISIE À PROPOS DES DROITS HUMAINS

Tout en étant fixé sur la guerre d’Ukraine, nous ne devons pas oublier le plus d’une centaine de conflits armés ailleurs dans le monde, dont beaucoup sont armés par l’Empire américain et l’OTAN.

En général, il semble que la culture de la paix ait perdu l’année dernière.

Mais n’ignorons pas le mouvement pour la paix. L’année dernière, les mouvements pacifistes nord-américains et européens se sont mobilisés contre la guerre de Ukraine et d’autres guerres, comme nous l’avons décrit dans le bulletin de décembre du CPNN.

En Amérique latine et en Afrique, la culture de la paix a continué à être promue, comme nous le décrivons dans le bulletin CPNN de ce mois. Alors que les mouvements pacifistes d’Amérique du Nord et d’Europe sont des mouvements minoritaires opposés à la culture de guerre de l’État, la culture de la paix en L’Amérique latine se reprend par les villes, villages et les régions et en Afrique par l’Union Africaine. Dans ces continents, c’est un mouvement qui représente la majorité des citoyens, souvent en harmonie avec la politique de l’État.
`
Et nous ne devons pas ignorer les quelques voix éloquentes pour la paix en Ukraine, et les millions de Russes qui se sont publiquement opposés à la guerre d’Ukraine avant qu’ils ne soient réprimés par l’administration Poutine.

Dans les circonstances actuelles, il semble peu probable que les mouvements pacifistes, du Nord ou du Sud, puissent réussir la tâche de transformation de la culture de guerre à la culture de paix en 2023. Les mouvements d’Europe et d’Amérique du Nord restent une petite minorité . Et en ce qui concerne l’Amérique latine et l’Afrique, ces continents sont plus victimes qu’acteurs sur la scène mondiale.

Mais les circonstances actuelles ne sont pas permanentes, et 2023 pourrait marquer un tournant dans l’histoire mondiale. Une chose est sûre : l’histoire procède par changements surprenants et brusques, voire révolutionnaires.

Comme j’ai insisté dans le blog du mois dernier, PRÉPARONS-NOUS POUR UN NOUVEL ORDRE MONDIAL, le moteur du changement historique est économique. Étant donné que l’économie se mondialise de plus en plus chaque année, cela signifie qu’un krach économique ne peut plus être localisé. S’il y a un crash économique, cela affectera toutes les économies du monde.

2023 pourrait être l’année où l’on verra l’EFFONDREMENT DU DOLLAR AMÉRICAIN ? Le fait que le gouvernement Américain continue de consacrer la majeure partie de l’argent de leur gouvernement à la production militaire plutôt qu’à la production civile rend cela de plus en plus probable. À cet égard, rien n’a changé depuis que j’ai écrit MAUVAISES NOUVELLES POUR 2021

Quand il y a un krach économique, il est suivi d’un krach politique. C’est ainsi que Marx a décrit la dynamique de l’histoire, et c’est ce que j’ai vu dans l’ancienne Union soviétique à la fin des années 1980.

Déjà, on voit se développer des fissures politiques dans l’Empire américain : comme je l’ai décrit l’année dernière dans le blog, GUERRE À L’ÉTRANGER, GUERRE DANS LA MÉTROPOLE.

Si nous voulons profiter d’un krach économique et politique mondial pour passer de la culture de guerre à une culture de paix, nous devons nous préparer à l’avance. Sinon, l’occasion peut être perdue!

Bien sûr, il y a un autre crash possible, si terrible qu’on évite généralement d’y penser : la possibilité d’une troisième guerre mondiale impliquant des armes nucléaires, une possibilité plus que jamais menacée par la guerre en Ukraine. Une telle guerre pourrait même marquer la fin de la civilisation humaine. Pour cette raison, il est d’autant plus important d’arriver à la paix en Ukraine (voir mon blog, LAISSEZ LES ENFANTS FAIRE LA PAIX) et de développer un MOUVEMENT MONDIAL POUR LE DÉSARMEMENT NUCLÉAIRE .

Que 2023 soit ou non l’année du krach du dollar, nous avons beaucoup de travail à faire !

PREPARE FOR A NEW WORLD ORDER

Featured

(Une version française suit en dessous)

(Note: The following is adapted from my remarks to the National Congress of Mouvement de la Paix.)

This month’s CPNN is dedicated to the developments of peace movements in Europe and North America. This reflects a growing consciousness around the world that we must move from the culture of war to a culture of peace. We see this growing peace consciousness each year with the celebration of the International Day of Peace, and we saw it during the International Year for the Culture of Peace when 75 million people signed the Manifesto 2000 promising to work for a culture of peace.

But consciousness is not enough by itself. The culture of war is so firmly established, especially in the modern state, that it will take a revolutionary change in global governance if we are to move towards a culture of peace.

To understand the nature of revolutionary change, I turn to that old expert, Karl Marx.

In his brief analysis of the dynamics of history, Marx says that social revolution doesn’t begin until contradictions in the economic relations of production become so great that the entire economic foundation is transformed. It is at this point that consciousness becomes key. To quote Marx, at this point the people become conscious of the conflict and fight it out to establish a new order.

We saw how this works at the end of the 1980’s when the Soviet economy collapsed. As a result, then the entire political structure collapsed as well. At UNESCO we took advantage of this to launch programs for a culture of peace and to draft the United Nations Declaration and Programme of Action on a Culture of Peace with its eight action areas that provides us with a framework for the actions to be done.

At that point in the 1990’s, NATO should have been abolished, but the military-industrial complex of the United States continued to support it and Europe agreed. At UNESCO, the United States and Europe failed to support the culture of peace programs. The UN Declaration and Programme of Action was adopted despite their opposition. The world was not yet ready for a culture of peace.

Why did the Soviet economy collapse? The reason is simple. While the West put half of its resources into the military, the Soviet Union put 80 or 90% of its economy into the military in order to match the West. That left almost nothing for the needs of the people. Marx could have been talking about military spending when he said “The impact of war is self-evident, since economically it is exactly the same as if the nation were to drop a part of its capital into the ocean.”

i believe that we are approaching another such economic collapse, providing us with another window of opportunity for radical change (See blogs on Collapse of the US dollar and on Bad News for 2021. The United States government is putting most of its resources into the military, leaving little for the needs of its people. Now half of America has no medical insurance and the government does not support education, leaving the burden on cities and towns that are going bankrupt. Half of the United States is ready to launch a civil war.

Will we be prepared to establish a new world order when the American empire collapses?

Can the anti-war consciousness that has been developing over the years be harnessed into effective action? Can this be accomplished before the historic window of opportunity closes and new culture of war empires arise?

Can we reform the United Nations to become an effective agency for peace?

For example, we will need a United Nations Security Council that is no longer run by the nuclear powers. We should begin now to plan for this? Why not plan for a Security Council run by the mayors of the world who have no interest in the culture of war? Already Mayors for Peace includes thousands of cities around the world that demand nuclear disarmament. I have asked them to establish a group of mayors to issue regular press releases saying what they would be doing if they were in charge.

Consciousness is important, but it needs to be prepared for concrete actions when the window of opportunity arrives. We need specific goals to achieve when the time is ripe.

* * * * *

PRÉPARONS-NOUS POUR UN NOUVEL ORDRE MONDIAL

(Note : Ce qui suit est issu de mes remarques au Congrès national du Mouvement de la paix.)

Le CPNN de ce mois-ci est consacré aux développements des mouvements pacifistes en Europe et en Amérique du Nord. Cela reflète une prise de conscience croissante dans le monde afin de passer d’une culture de guerre à une culture de paix. Nous avons vu cette prise de conscience croissante de la paix chaque année avec la célébration de la Journée internationale de la paix, et nous l’avons vu lors de l’Année internationale de la culture de la paix lorsque 75 millions de personnes ont signé le Manifesto 2000 promettant de travailler pour une culture de la paix.

Mais la conscience ne suffit pas à elle-même. La culture de la guerre est si fermement établie, en particulier dans l’État moderne, qu’une culture de la paix ne peut être achèvée qu’avec un changement radical dans la gouvernance mondiale.

Pour comprendre la nature du changement radical, je me tourne vers ce vieil expert, Karl Marx.

Dans sa brève analyse de la dynamique de l’Histoire, Marx dit que la révolution sociale ne commence que lorsque les contradictions dans les rapports économiques de production deviennent si grandes que la base économique est complètement transformée. C’est à ce stade que la conscience devient la clé. Pour citer Marx, à ce stade, le peuple prend conscience du conflit et le combat pour établir un nouvel ordre.

Nous avons vu comment cela fonctionnait à la fin des années 1980 lorsque l’économie soviétique s’est effondrée. En conséquence, toute la structure politique s’est également effondrée. A l’UNESCO, nous avons profité de cette fenêtre d’opportunité pour lancer des programmes en faveur d’une culture de la paix et pour rédiger la Déclaration et le Programme d’action des Nations Unies sur une culture de la paix avec ses huit domaines d’action qui nous donne un cadre pour les actions à entreprendre comme utilise toujours le Mouvement de la Paix.

Avec le crash de l’empire soviétique, l’OTAN aurait dû être abolie, mais le complexe militaro-industriel des États-Unis a continué à la soutenir et l’Europe l’a accepté. Aussi à l’UNESCO, les États-Unis et l’Europe n’ont pas soutenu les programmes de culture de la paix. La Déclaration et le Programme d’action des Nations Unies ont été adoptées malgré leur opposition. Le monde n’était pas encore prêt pour une culture de la paix.

Pourquoi l’économie soviétique s’est-elle effondrée ? La raison est simple. Alors que l’Occident a mis la moitié de ses ressources dans les militaires, l’Union soviétique a mis 80 ou 90% de son économie dans les militaires afin d’égaler l’Occident. Cela ne laissait presque rien pour les besoins du peuple. Marx aurait pu parler de dépenses militaires lorsqu’il a dit : « L’impact de la guerre est évident, puisque économiquement c’est exactement la même chose que si la nation lançait une partie de son capital dans l’océan.

Je crois que nous approchons d’un autre effondrement économique qui va nous offrir une nouvelle fenêtre d’opportunité pour un changement radical. Il s’agit de l’empire Americain. (Voir les blogs Effondrement du Dollar Américain et Mauvaises Nouvelles pour 2021. Le gouvernement des États-Unis met la plupart de ses ressources dans le budget militaire, laissant peu de place aux besoins de son peuple. Aujourd’hui, la moitié de l’Amérique n’a pas d’assurance médicale et le gouvernement ne soutient pas l’éducation, laissant le fardeau aux villes et villages qui sont obligés d’imposer des lourds impôts à leurs citoyens.. En colère et équipé d’armes militaires, la moitié des États-Unis est prête à déclencher une guerre civile.

Serons-nous prêts à établir un nouvel ordre mondial lorsque l’empire américain s’effondrera ?

La conscience anti-guerre qui s’est développée au fil des années peut-elle être mise au service d’une action efficace avant que la fenêtre d’opportunité historique se ferme et qu’un nouvel empire de culture de guerre apparaisse ?

Pouvons-nous réformer l’ONU pour qu’elle devienne une agence efficace pour la paix ?

Pour être concret,, nous aurions besoin d’un Conseil de sécurité des Nations unies qui ne soit plus dirigé par les puissances nucléaires. Nous devrions commencer maintenant à planifier cela ! Pourquoi ne pas prévoir un Conseil de sécurité dirigé par des représentants des maires du monde qui n’ont aucun intérêt dans la culture de guerre ?

Étant donné que l’organisation Maires pour la Paix comprend déjà des milliers de villes à travers le monde demandant le désarmement nucléaire, je leur ai demandé de créer un groupe de maires pour publier des communiqués de presse réguliers indiquant ce qu’ils feraient s’ils étaient aux commandes.

Dans cette façon, nous pourions développer la conscience qu’un Conseil de sécurité complètement différent soit possible.

La conscience anti-guerre est importante, mais elle doit être préparée à des actions concrètes lorsque la fenêtre d’opportunité se présente. Nous avons besoin d’objectifs précis à atteindre quand le moment arrive.

Travaillons ensemble à cette tâche, en comprenant qu’un autre monde est possible.

HUMAN RIGHTS HYPOCRISY

Featured

(Une version française suit en dessous)

The Universal Declaration of Human Rights is one of the great documents of history.

With that in mind, it is especially ironic and unfortunate when human rights is used by the culture of war as part of its weaponry.

During the Cold War from the 1950’s through the 1980’s, the United States and its allies used accusations of their human rights violations as a way to justify labelling the Soviet Union as the enemy.

After all; the culture of war cannot function without an enemy. It is not enough to claim that the enemy is arming in order to attack us, but it is necessary to add that the enemy is barbaric and against our values such as the values of human rights. This requires government control of information which has become the principal arm of the culture of war.

Of course, the Soviet Union was not innocent of human rights violations. They were abundantly documented by writers such as Solzhenitsyn. But the West’s accusations were hypocritical. There were political prisoners in the USA as well as the Soviet Union. The West’s exploitation and intervenions in Africa and Latin America were, if anything, worse than the exploitation and interventions by the Soviet Union in its allied countries.

Ironically, the Soviet Union ratified the economic and social part of the Universal Declaration of Human Rights, guaranteeing housing, employment and medical care to its citizens, whereas the United States has never ratified this, and continues to have high levels of homelessness, unemployment and millions of people without medical care.

The Nobel Peace Prize this year returns us to the use of human rights hypocrisy as a weapon of the culture of war. It was awarded to those who accuse Russia and its allies of human rights violations, and even includes one organization funded and following the pro-war line of the American government. There is no attempt to criticise the abundant human rights violations of the West or mention the serious human rights violations of Ukraine.

Human rights hypocrisy is not confined to the new Cold War against Russia. It applies also to the the new Cold War against China. As described in this blog last year, the commercial media decries Chjnese human rights violations in camps of the Uighur people of Mongolia. But the media sources are funded by the CiA. And to add to the hypocrisy, the camps were establlshed by China in response to CIA-funded terrorist operations. When the UN Human Rights Commissioner Michelle Bachelet returned from a fact-finding mission to visit the Uighur people without documenting these claims, she was denounced by Americans and their allies.

Earlier this year, Russia was expelled from the UN Human Rights Commission, again on the demand of the US and its allies. The vote was far from unanimous, however, as it was not supported by over 70 countries of the South. Another recent UN vote provides similar results: 66 countries called for negotiations to end the war in the Ukraine, almost all of them coming from the South.

The commercial media in Europe and North America is almost unanimous in supporting the claims of the West against Russia and China and ignoring human rights violations in the West, while much of the media in the rest of the world are not following this line.

We return to the question of government control of information. To what extent is the Western media infiltrated by CIA agents? Difficult to know since CIA actions are top secret. However, we should recall the US Senate hearings after the Vietnam War which considered this question. Few people would know about these hearings were it not for an article by the reporter Carl Bernstein. Bernstein’s report was not accepted for publication by “main-line” media and he was only able to publish it in the alternative press, the Rolling Stone Magazine . The Bernstein article reveals that the Church Committee found extensive secret CIA infiltration of the mass media, including the New York Times, CBS and Time Inc. The data revealed by Bernstein and the Church Committee were only the tip of the iceberg, however. As Bernstein explains, the Committee was blocked from going further with its investigation.

The human rights hypocrisy of the Americans, Europeans and their military allies adds to the growing gulf between the North and South. As shown by the UN votes mentioned above, many countries of the South do not agree with their human rights hypocrisy. Many of them have also come under similar attacks, not to mention economic sanctions, exploitation and in some cases assassinations or military interventions. Important countries of the South such as India, South Africa, Brazil and Argentina are joining the BRICS countries looking for an alternative to the domination of the US dollar.

To quote the World Social Forum, another world is possible.

* * * * *

HYPOCRISIE À PROPOS DES DROITS HUMAINS

La Déclaration universelle des droits de l’Homme est l’un des grands documents de l’histoire.

Dans cet esprit, il est particulièrement ironique et malheureux que les droits de l’Homme soient utilisés par la culture de la guerre comme faisant partie de son armement.

Pendant la guerre froide, des années 1950 aux années 1980, les États-Unis et leurs alliés ont utilisé les accusations de violations des droits de l’Homme par l’Union sovietique pour justifier celle-ci comme l’ennemi.

Après tout; la culture de guerre ne peut fonctionner sans ennemi. Il ne suffit pas de prétendre que l’ennemi s’arme pour nous attaquer, mais il faut ajouter que l’ennemi est barbare et contre nos valeurs telles que celles des droits de l’Homme. Cela nécessite un contrôle gouvernemental de l’information qui est devenu l’arme principale de la culture de guerre.

Bien sûr, l’Union soviétique n’était pas innocente des violations des droits de l’Homme. Elles ont été abondamment documentées par des écrivains comme Soljenitsyne. Mais les accusations de l’Occident étaient hypocrites. Il y avait des prisonniers politiques aux États-Unis comme en Union soviétique. L’exploitation et les interventions de l’Occident en Afrique et en Amérique latine étaient, en tout cas, pires que l’exploitation et les interventions de l’Union soviétique dans ses pays alliés.

Ironiquement, l’Union soviétique a ratifié la partie économique et sociale de la Déclaration universelle des droits de l’Homme, garantissant le logement, l’emploi et les soins médicaux à ses citoyens, alors que les États-Unis ne l’ont jamais ratifiée et continuent d’avoir des niveaux élevés de sans-abris, de chômage et de des millions de personnes sans soins médicaux.

Le prix Nobel de la paix de cette année nous ramène à l’utilisation de l’hypocrisie des droits de l’Homme comme arme de la culture de guerre. Il a été décerné à ceux qui accusent la Russie et ses alliés de violations des droits de l’Homme, et comprend même une organisation financée par le gouvernement américain pour suivre une ligne pro-guerre. Il n’y a aucune tentative à critiquer les nombreuses violations des droits de l’Homme de l’Occident ou de mentionner les graves violations des droits de l’Homme de l’Ukraine.

L’hypocrisie des droits de l’homme ne se limite pas à la nouvelle guerre froide contre la Russie. Cela s’applique également à la nouvelle guerre froide contre la Chine. Comme décrit dans ce blog l’année dernière, les médias commerciaux dénoncent les violations des droits de l’Homme en Chine dans les camps du peuple Ouïghour de Mongolie. Mais les sources médiatiques sont financées par la CiA. Et pour ajouter à l’hypocrisie, les camps ont été établis par la Chine en réponse aux opérations terroristes financées par la CIA. Lorsque la commissaire de Droits de l’Homme de l’ONU, Michelle Bachelet, est revenue d’une mission d’enquête pour visiter le peuple Ouïghour sans documenter ces allégations, elle a été dénoncée par les Américains et leurs alliés.

Plus tôt cette année, la Russie a été expulsée de la Commission des droits de l’Homme de l’ONU, toujours à la demande des États-Unis et de ses alliés. Le vote était cependant loin d’être unanime, car il n’était pas soutenu par plus de 70 pays du Sud. Un autre vote récent de l’ONU donne des résultats similaires : 66 pays ont appelé à des négociations pour mettre fin à la guerre en Ukraine, presque tous venant du Sud.

Les médias commerciaux d’Europe et d’Amérique du Nord sont presque unanimes à soutenir les revendications de l’Occident contre la Russie et la Chine et à ignorer les violations des droits de l’Homme en Occident, alors que la plupart des médias du reste du monde ne suivent pas cette ligne.

Nous revenons à la question du contrôle gouvernemental de l’information. Dans quelle mesure les médias occidentaux sont-ils infiltrés par des agents de la CIA ? Difficile à savoir puisque les actions de la CIA sont top secrètes. Cependant, rappelons-nous les audiences du Sénat américain après la guerre du Vietnam qui ont examiné cette question. Peu de gens seraient au courant de ces audiences sans un article du journaliste Carl Bernstein. Le rapport de Bernstein n’a pas été accepté pour publication par les médias « principaux » et il n’a pu le publier que dans la presse alternative, le Rolling Stone Magazine. L’article de Bernstein révèle que le comité du Sénat a découvert une vaste infiltration secrète de la CIA dans les médias de masse, y compris le New York Times, CBS et Time Inc. Les données révélées par Bernstein et le comité du Sénat n’étaient cependant que la pointe de l’iceberg. Comme l’explique Bernstein, le Comité a été empêché d’aller plus loin dans son enquête.

L’hypocrisie des droits de l’Homme des Américains, des Européens et de leurs alliés militaires ajoute au fossé grandissant entre le Nord et le Sud. Comme le montrent les votes de l’ONU mentionnés ci-dessus, de nombreux pays du Sud ne sont pas d’accord avec leur hypocrisie en matière de droits de l’Homme. Beaucoup d’entre eux ont également subi des attaques similaires, sans parler des sanctions économiques, de l’exploitation et, dans certains cas, des assassinats ou des interventions militaires.

Etant donné que d’importants pays du Sud tels que l’Inde, l’Afrique du Sud, le Brésil et l’Argentine rejoignent le groupe des a href=”https://decade-culture-of-peace.org/blog/?p=1448″pays BRICS à la recherche d’une alternative à la domination du dollar américain, le fossé entre Nord et Sud devient non seulement politique, mais aussi économique. Pour citer le Forum social mondial, un autre monde est possible.