The crash of the American empire

(Une version française suit en dessous)

The American empire is crashing. What will it be like. Let us look at recent precedents.

The last empire to crash was the Soviet empire 30 years ago. At the time it was led by Mikhail Gorbachev, a man of peace and harmony, its population was not seriously divided or heavily armed, and the army stayed in their barracks. As a result, there was very little physical violence when the empire collapsed, although in the ensuing years there was great economic suffering because of the devaluation of the ruble (by a factor of almost 10,000) and in subsequent years, there were armed conflicts with the Ukraine and Georgia. In the end, the oligarchs (Russian mafia, etc.) and the secret police (Putin had been head of the KGB) consolidated their power.

The American empire is dying in the hands of Donald Trump, and the situation is completely different.

In recent months, we have said that to survive the United States needs the resignation of Trump and a non-violent revolution, but that does not seem to be coming soon. Many city administrations are progressive and progressive Congressional candidates are being nominated, and some elected. However, that, by itself, will not change a system where the electoral process is mostly in the hands of big money. Progressive mayors and Congressional candidates would have to be supported by mass movements in city halls, town meetings and on the streets if the military priorities of American society can be transformed into a new national unity that puts the priorities on racial and economic equality and full employment.

What seems more likely in the short term is a risk of civil war, as discussed in this article in The Nation and this Youtube video. Here’s why this must be taken seriously.

Trump’s campaign was formally endorsed recently (July 16) by the National Rifle Association, which claims over 5 million members, and they are armed, not just with hunting rifles, but often with military-grade weapons designed to kill efficiently large numbers of people. They are mostly white males without higher education, a group that supports Trump according to the polls. I suppose it is safe to assume that they live more in rural areas than in the big cities. With increasing unemployment and impoverishment they are angy against the bankers of New York and the entrepreneurs of Silicon Valley who are gaining enormous wealth during this crisis, but they take out their anger on women, Blacks and Hispanics who are more accessible.

The American military, on the other hand, has not agreed with Trump’s attempts to engage it in his support. It is perhaps relevant that the proportion of active military personnel that is Black and Hispanic has been growing, and as of 2017 it was already 43%, not to mention a growing proportion of women. Their families are more urban than rural.

The Trump presidency has made racism a major tactic in its campaign strategy for re-election. And while Trump is trailing in the polls, there are serious suggestions circulating that he and his supporters may refuse to accept an election result that is not in his favor.

Meanwhile, the rate of unemployment and families being thrown into poverty has reached proportions in the United States not seen since the 1930’s, and it seems likely to grow further, given the continued need for shutdowns to counter the coronavirus epidemic.

When the Soviet Union collapsed, it reverted to its constituent republics where there were relatively unified cultures, nurtured over the decades by Soviet support for cultural development. There is no such history of culturally uniform states and regions in the United States. One suggestion, that of Johan Galtung, is that there will be an East-West divide with the West Coast linking to Asia and the East Coast linking to Europe. But Galtung does not consider what will happen with the rest of the country, the South and the Middle West. It is there that we may expect the greatest risk of violence, rural versus urban.

A civil war would be bloody, but hopefully not to the extent of the first American Civil War in the 1860’s when tens of thousands were slaughtered in terrible battles between two distinct armies.

Perhaps more relevant that the crash of the Soviet Empire was the crash of Syria. When a revolt broke out against the government, the Syrian military split with some supporting the government and some going to the opposition. The civil war was especially bloody because of external interventions. The opposition received major support, though covert, from the United States and several Arab States, while the government received support from the Lebanese Hezbollah, Iran and Russia.

Unlike Syria, it seems less likely that an American civil war at this moment will receive much external intervention, and it is more likely that it will be decided by the balance of forces in the US. The need for a nonviolent revolution would then become more evident than ever.

What would be the effects in the rest of the world in the face of an American civil war? Would it reinforce the idea and make possible the reformation of the United Nations into a force for the culture of peace? Or would it look more like the 1930’s with the rise of fascist governments and the threat of another World War? We are at a turning point in human history!

* * * * *

Le crash de l’empire américain

L’empire américain s’écroule. A quoi cela ressemblera-t-il?

Le dernier empire à s’effondrer était l’empire soviétique il y a 30 ans. À l’époque il était dirigé par Mikhail Gorbatchev, un homme de paix et d’harmonie, sa population n’était pas sérieusement divisée ou lourdement armée, et l’armée restait dans ses casernes. En conséquence, il y a eu très peu de violence physique lorsque l’empire s’est effondré, bien que dans les années qui ont suivi, il y ait eu de grandes souffrances économiques en raison de la dévaluation du rouble (par un facteur de près de 10000) et les années suivantes, il y a eu des conflits armés avec l’Ukraine et la Géorgie. Finalement, les oligarques (mafia russe, etc.) et la police secrète (Poutine avait été à la tête du KGB) ont consolidé leur pouvoir.

L’empire américain est en train de tomber entre les mains de Donald Trump, et la situation est complètement différente.

Dans les derniers mois, nous avions dit que pour survivre, les États-Unis avaient besoin de la démission de Trump et d’une révolution non violente, mais cela ne semble pas près d’arriver. Il y a beaucoup de conseils municipaux, ainsi que quelques membres au Congrés National et des candidates pour les elections de novembre qui sont progressistes. Cependant, cela ne changera pas un système où le processus électoral est principalement entre les mains des super-riches. Les maires progressistes et les candidats au Congrès devraient être soutenus par des mouvements de masse dans les mairies, dans les assemblées municipales et dans les rues pour que les priorités militaires de la société américaine puissent d’être transformées en une nouvelle forme d’unité nationale qui placerait les priorités sur l’égalité raciale et économique et le plein emploi .

Ce qui semble plus probable à court terme est un risque de guerre civile, comme cela est abordé dans cet article dans The Nation et cette video Youtube. Voici pourquoi cela doit être pris au sérieux.

La campagne de Trump a été officiellement approuvée récemment (16 juillet) par la National Rifle Association, qui revendique plus de 5 millions de membres, et ils sont armés, non seulement de fusils de chasse, mais souvent d’armes de qualité militaire conçues pour tuer efficacement un grand nombre de personnes. Ce sont pour la plupart des hommes blancs sans études supérieures, un groupe qui soutient Trump selon les sondages. Je suppose qu’on peut assumer qu’ils vivent davantage dans les zones rurales que dans les grandes villes. Avec l’augmentation du chômage et de l’appauvrissement, ils sont en colère contre les banquiers de New York et les entrepreneurs de la Silicon Valley qui gagnent énormément de richesse pendant cette crise, mais ils tournent cette colère contre les femmes, les Noirs et les Hispaniques les groupes les plus accessibles.

L’armée américaine, en revanche, n’a pas approuvé les tentatives de Trump de l’engager dans son soutien. Il est peut-être pertinent que la proportion du personnel militaire actif qui est noir et hispanique ait augmenté et qu’en 2017, elle était déjà de 43%, sans parler d’une proportion croissante de femmes. Leurs familles sont plus urbaines que rurales.

Le président Trump a fait du racisme une tactique majeure dans sa stratégie de campagne de réélection. Et bien que Trump perde dans les sondages, il y a de sérieuses suggestions qui circulent selon lesquelles lui et ses partisans pourraient refuser d’accepter un résultat électoral qui n’est pas en sa faveur.

Pendant ce temps, le taux de chômage et de familles jetées dans la pauvreté a atteint des proportions jamais vues aux États-Unis depuis les années 1930, et il semble susceptible de continuer à augmenter, étant donné le besoin continu de fermetures pour contrer l’épidémie de coronavirus.

Lorsque l’Union soviétique s’est effondrée, elle est revenue à ses républiques constituantes où il y avait des cultures relativement unifiées, nourries au fil des décennies par le soutien soviétique au développement culturel. Il n’existe pas d’états et de régions culturellement uniformes aux États-Unis. Une suggestion, celle de Johan Galtung, est qu’il y aura une division Est-Ouest avec la côte ouest reliant l’Asie et la côte Est reliant l’Europe. Mais Galtung ne considère pas ce qui va se passer avec le reste du pays, le Sud et le Moyen-Ouest. C’est là que l’on peut s’attendre au plus grand risque de violence, rurale versus urban.

Une guerre civile serait sanglante, mais, espérons-le, pas à la mesure de la première guerre civile américaine dans les années 1860, lorsque des dizaines de milliers de personnes ont été massacrées lors de terribles batailles entre deux armées distinctes.

Peut-être plus pertinent que le crash de l’Empire soviétique était le crash de la Syrie. Lorsqu’une révolte a éclaté contre le gouvernement, l’armée syrienne s’est séparée, certains soutenant le gouvernement et certains allant à l’opposition. La guerre civile a été particulièrement sanglante à cause des interventions extérieures. L’opposition a reçu un soutien majeur, bien que secret, des États-Unis et de plusieurs États arabes, tandis que le gouvernement a reçu le soutien du Hezbollah libanais, de l’Iran et de la Russie.

Contrairement à la Syrie, il semble moins probable qu’une guerre civile américaine en ce moment recevra beaucoup d’intervention extérieure, et il est plus probable qu’elle sera décidée par l’équilibre des forces aux États-Unis. La nécessité d’une révolution non-violente deviendrait alors plus évidente que jamais.

Quels seraient les effets dans le reste du monde face à une guerre civile américaine? Est-ce que cela renforcerait l’idée et rendrait possible la réforme de l’ONU en une force de culture de la paix? Ou est-ce que cela ressemblerait davantage aux années 1930 avec la montée des gouvernements fascistes et la menace d’une nouvelle guerre mondiale? Nous sommes à un point tournant de l’histoire humaine!

1 thought on “The crash of the American empire

Comments are closed.