History is moving dialectically

The CPNN bulletins for August 1 and September 1 illustrate how history is moving dialectically.  Two opposing tendencies exist and interact simultaneously, the culture of war and the culture of peace.  At the same time the culture of war advances towards self-destruction, the culture of peace is slowly growing.  While the commercial media drowns us with news about the culture of war (Ukraine, Iraq, Syria, Libya, Afghanistan, Israel/Palestine, etc.), they have nothing to say about the growth of the culture of peace.   Fortunately, however, we are able to show on CPNN that there is progress in the various domains of the culture of peace, most recently in terms of participatory budgeting and restorative justice.

The more that Israel carries out terrible attacks on Gaza, the more the calls for peace are mounting, even with Israel itself as we have seen this month.  As described in the blog for July, progress comes out of conflict.  Increasingly there are international calls for divestment similar to the campaign that finally led to the end of South African apartheid.  And the more that NATO provokes Russia in the Ukraine, the more the demand that NATO should be abolished.

The confrontation in the Ukraine between the US and NATO on one side and Russia on the other side may or may not end up causing such massive destruction and suffering as we have seen, for example, in Syria (and hopefully, no use of nuclear weapons!), but it is certain to have serious consequences on the economies of both sides.  The world economy is already weakened and vulnerable as a result of excessive speculation, government austerity and military spending, and in this context the curtailing of trade between Russia and the West may turn out to be an economic disaster for all concerned.  It may, in fact, hasten the collapse of the American empire, as predicted by Johan Galtung and quoted in a CPNN discussion..

We may expect even more dramatic changes in the near future, if we keep in mind the principles of dialectics that were first developed by the German philosopher Hegel and subsequently elaborated by the major revolutionary figures:

–   all aspects of historical events and changes are closely and indissolubly connected

–   history moves in spirals, not in a straight line;

–  history moves by leaps, catastrophes, and revolutions with breaks in continuity;

– quantitative changes eventually change into qualitative changes, that is to say that small imperceptible changes can accumulate over time to the point that they explode into dramatic changes.

Yes, we may expect dramatic changes, but once again, we return to our perennial question:  Is the culture of peace advancing rapidly enough to be in a position to replace the culture of war when it next crashes?

L’histoire se déplace dialectiquement

 Nos bulletins de Septembre et d’août illustrent comment l’histoire se déplace dialectiquement.

Deux tendances opposées existent et interagissent simultanément : le principe de guerre et le principe  de paix.  En même temps que la culture de guerre nous entraîne vers l’autodestruction, la culture de paix grandit lentement .

Alors que  nous sommes surinformés et noyés par l’actualités concernant la culture de guerre (Ukraine, Irak, Syrie, Libye, Afghanistan, Israël/Palestine, etc.), les mêmes médias sont dans un grand mutisme à propos de la croissance de la culture de paix.

Mais fort heureusement, grâce à de petits médias non commerciaux, dont CPNN, nous pouvons montrer qu’il y a du progrès dans les divers domaines de la culture de paix, par exemple, dans le celle des prévisions budgétaires participatives et plus récemment, de la justice restauratrice.

Plus Israël attaque la bande de Gaza,  plus il y a des manifestations pour la paix, même dans les rues d’Israël.  Comme nous l’avons souligné dans le blog du mois de Juillet, le progrès vient du conflit.  De plus en plus de demandes se font entendre pour le désinvestissement de sociétés qui soutiennent les militaires d’Israël ; c’est le même phénomène qui a finalement renversé l’apartheid en Afrique du Sud.  Plus l’OTAN provoque la Russie, plus de voix s’élèvent pour l’abolition de OTAN.

La confrontation en Ukraine entre, d’un côté, les EU et l’OTAN et de l’autre, la Russie, peut, ou pas, finir par un conflit utilisant les armes de destruction entraînant des souffrances comme nous l’avons vu en Syrie (même s’il ne s’agissait pas de l’arme nucléaire).

Mais c’est certain qu’il y aura des conséquences sérieuses sur les économies des deux belligérants .

L’économie mondiale est déjà grandement affaiblie et vulnérabilisée par  la spéculation excessive, l’austérité gouvernementale et les dépenses militaires. Une réelle baisse des échanges commerciaux entre la Russie et l’Ouest peut se révéler un désastre économique pour toutes les parties concernées.  Il peut, en fait même presser l’écroulement de l’empire américain.

Nous pouvons nous attendre à des changements spectaculaires dans un avenir proche, tout en  gardant à l’esprit les principes de la dialectique, développés d’abord par le philosophe allemand Hegel et élaborés ensuite par les grands révolutionnaires.

– Tous les aspects des événements historiques et leurs changements sont étroitement liés et connectés de façon indissoluble.

– L’histoire se déplace par spirales, et non sur une ligne droite;

– L’histoire  avance par des sauts,  des catastrophes et des révolutions de façon discontinue.

– Elle passe finalement, de changements quantitatifs à des changements qualitatifs (il s’agit de petits changement qui s’accumulent au fils du temps, jusqu’au moment où ils ‘explosent dans un changement plus radical).

Oui, il y aura des changements spectaculaires, mais encore une fois, nous revenons à notre éternelle question  : la culture de paix progresse-t-elle assez rapidement pour être dans une position forte et remplacer la culture de guerre quand celle–ci va s’effondrer?

 

Comments are closed.