Why the bloated military budget threatens to bring down the American empire

(Une version française suit en dessous)

The continued, unchecked, expansion of the American military budget, as described in this month’s CPNN bulletin reminds me of what happened to the Soviet empire in the 1980’s.

In the beginning of the 1980’s there were three things that foreshadowed the end of the Soviet empire:

1. The arms race of the Cold War which destroyed the Soviet empire, not by war itself, but by bankrupting their economy (see note). By matching the West’s military budgets ruble for dollar, but based on an economy only half as great, the Soviet Union was forced to divert almost all of its resources to the military. For example, in the West about 40% of scientists and engineers were engaged directly or indirectly with the military, but in the Soviet Union it was closer to 90%. There was nothing left for economic development or for the needs of the people.

2. The prediction of Johan Galtung in 1980 that the Soviet Empire would collapse in 10 years.

3. I experienced this when working in a scientific lab doing brain research in Moscow. When I couldn’t get decent electronics or a good electronics engineer, I asked a Russian colleague doing cardiovascular research how he got his good equipment. “I have friends in the military,” he replied. Yes, there were lines at the stores for meat, but the longest lines I saw were to buy gold or diamonds because people feared that the ruble would crash.

They were correct, Galtung and the people buying gold. Only instead of 10 years, it took 9 years before the ruble crashed and the empire crashed as a result..

As was the case in the Soviet Union, the continued expansion of the American military budget leaves little for economic development or for the needs of the American people. But most important, as was the case for the Soviet Union, it destroys confidence in the US dollar.

The American military budget is not paid from the profits of American exports. In fact the US regularly imports more than it exports and runs a deficit which for the year 2019 was more than $1 trillion dollars. As we have seen the military budget accounts for almost 75% of this.

The deficit is covered primarily by the sale of US treasury bills, notes and bonds, much of which are bought by other countries, the most important being Japan and China. As of October 2019, Japan held $1.27 trillion in US debt and China held $1.10 trillion.

Normally it is assumed that Japan, China and other countries will continue to buy American debt because they will lose their investment if the dollar crashes. Traditionally the dollar has been considered a “safe haven” for investments.

But there are signs that this is changing. In particular it can be seen in the movement of gold from West to East. Since 2005, Russia, China, Turkey and India have bought about 80% of the world’s gold production (36,000 tons) , and recently Japan has been buying gold as well. They pay for the gold in dollars and, at least in the case of Russia, it is stated that it is a process of “de-dollarization.” This was made explicit in remarks by the Russian Minister of Foreign Affairs this January 15.

During this time the US, in contrast has been selling its gold. It still claims to have 8,000 tons, but there are suspicions that this is exaggerated.

According to The Economist on January 18, the more that the US imposes financial sanctions on other countries (a favorite tactic of the Trump administration), the more countries will follow the suit of Russia and de-dollarize their economies.

According to The Economist article, in the past when there was economic turmoil countries bought dollars as a “safe haven”. But during the most recent crisis between the US and Iran, there were signs that this has changed. The Financial Times revealed on January 10 that this time there was no increased buying of the dollar.

Here are some quotes from the Financial Times:

“A more profound change to the dollar’s safe-haven status may be taking place, however, according to Zach Pandl, head of global foreign exchange strategy at Goldman Sachs. He pointed to efforts from Russia, which is expanding the use of euros and roubles for settling energy transactions, in an attempt to reduce its reliance on the US currency. . . . Mr Pandl said other countries could follow suit if geopolitical tensions persist. ‘If the tensions last just a few weeks or months, it will not be enough to get a large scale de-dollarisation effort under way,’ he said. ‘But if it were to last a longer period or to broaden in some way, it could affect aspects of the dollar’s global role.’”

Once the ruble crashed after 1989, it was all down-hill. Eventually, aided by CIA advisors sent to “advise” President Yeltsin, the ruble was devalued by 10,000 times. Imagine what will happen to the American empire and the global economy if the dollar loses its global role and has to be devalued!

* * * * * *

Pourquoi le budget militaire gonflé menace de faire tomber l’empire américain

L’expansion continue et incontrôlée du budget militaire américain, décrite dans le bulletin CPNN de ce mois-ci, me rappelle ce qui est arrivé à l’empire soviétique dans les années 80.

Au début des années 80, trois choses préfiguraient la fin de l’empire soviétique:

1. La course aux armements de la guerre froide qui a détruit l’empire soviétique, non pas par la guerre elle-même, mais en forçant la faillite de leur économie ( (voir note). En faisant correspondre les budgets militaires de l’Occident au rouble pour un dollar, mais sur la base d’une économie moitié moins grande, l’Union soviétique a été obligée de détourner la quasi-totalité de ses ressources vers les forces armées. Par exemple, en Occident, environ 40% des scientifiques et ingénieurs étaient engagés directement ou indirectement dans l’armée, mais en Union soviétique, ils étaient plus proches de 90%. Il ne restait plus rien pour le développement économique ou pour les besoins de la population.

2. La prédiction de Johan Galtung en 1980 que l’Empire soviétique s’effondrerait dans 10 ans.

3. J’ai vécu cela en travaillant dans un laboratoire scientifique lors de mes recherches sur le cerveau à Moscou. Quand je ne pouvais pas obtenir d’appareils électroniques ni un bon ingénieur en électronique, je demandais à un collègue russe effectuant des recherches cardiovasculaires comment il avait obtenu son bon équipement. “J’ai des amis dans l’armée”, a-t-il répondu. Oui, il y avait des files d’attente devant les magasins pour la viande, mais les plus longues que j’ai vues étaient pour acheter de l’or ou des diamants parce que les gens craignaient que le rouble ne s’effondre.

Ils avaient raison, Galtung et les gens qui achetaient de l’or. Seulement au lieu de 10 ans, il a fallu 9 ans avant que le rouble ne s’effondre et que l’empire tombe juste après.

Comme ce fut le cas en Union soviétique, l’expansion continue du budget militaire laisse peu de place au développement économique ou aux besoins du peuple américain. Mais le plus important, comme ce fut le cas pour l’Union soviétique, elle détruit la confiance dans le dollar américain.

Le budget militaire américain n’est pas payé par les bénéfices des exportations américaines. En fait, les États-Unis importent régulièrement plus qu’ils n’exportent et accusent un déficit qui, pour l’année 2019, était supérieur à un billion de dollars. Comme nous l’avons vu, le budget militaire en représente près de 75%.

Le déficit est principalement couvert par la vente de bons, de billets et d’obligations du Trésor américain, dont une grande partie est achetée par d’autres pays, les plus importants étant le Japon et la Chine. En octobre 2019, le Japon détenait 1,27 billion de dollars de la dette américaine et la Chine, 1,10 billion de dollars.

Normalement, on considère que le Japon, la Chine et d’autres pays continueront à acheter de la dette américaine car ils perdront leur investissement si le dollar s’effondre. Traditionnellement, le dollar a été considéré comme un “refuge” pour les investissements.

Mais il y a des signes de changement. En particulier, on peut le voir dans le mouvement de l’or d’Ouest en Est. Depuis 2005, la Russie, la Chine, la Turquie et l’Inde ont acheté environ 80% de la production mondiale d’or (36 000 tonnes), et récemment le Japon a également acheté de l’or. Ils échangent l’or en dollars et, du moins dans le cas de la Russie, il est indiqué qu’il s’agit d’un processus de «dé-dollarisation». Cela a été rendu explicite dans les remarques du ministre russe des Affaires étrangères ce 15 janvier.

Pendant ces années, les États-Unis, en revanche, ont vendu leur or. Ils prétendent toujours en avoir encore 8 000 tonnes, mais on soupçonne que cela est exagéré.

Selon The Economist du 18 janvier, plus les États-Unis imposent de sanctions financières à d’autres pays (une tactique préférée de l’administration Trump), plus les pays suivront le mouvement de la Russie et dé-dollariseront leurs économies.

Selon l’article de The Ecoomist, dans le passé, lorsque leurs pays étaient en proie à des bouleversements économiques, ils achetaient des dollars comme “refuge”. Mais lors de la dernière crise entre les États-Unis et l’Iran, il y avait des signes que cela avait changé. Le Financial Times a révélé le 10 janvier que cette fois il n’y avait pas d’augmentation des achats de dollars.

Voici quelques citations du Financial Times:

“Un changement plus profond du statut de valeur refuge du dollar pourrait toutefois avoir lieu, selon Zach Pandl, responsable de la stratégie de change mondiale chez Goldman Sachs. Il a souligné les efforts de la Russie, qui étend l’utilisation des euros et des roubles. pour le règlement des transactions énergétiques, afin de réduire sa dépendance à l’égard de la devise américaine … M. Pandl a déclaré que d’autres pays pourraient emboîter le pas si les tensions géopolitiques persistent. ‘Si les tensions ne durent que quelques semaines ou quelques mois, ce ne sera pas suffisant pour lancer un effort de dé-dollarisation à grande échelle,’ a-t-il dit. ‘Mais s’il devait durer plus longtemps ou s’élargir d’une manière ou d’une autre, il pourrait affecter certains aspects du rôle mondial du dollar.'”

Une fois que le rouble s’est écrasé après 1989, tout était en descente. Finalement, aidé par des conseillers de la CIA envoyés pour “conseiller” le président Eltsine, le rouble a été dévalué de 10 000 fois. Imaginez ce qui arrivera à l’empire américain et à l’économie mondiale si le dollar perd son rôle mondial et doit être dévalué!

* * * * * *

Note: An earlier version of this blog stated that the bankruptcy of the Soviet Union because of the arms race was a deliberate policy of the CIA. It turns out that I was wrong about this. According to interviews with CIA agents who were responsible for Russian policy in the 1980’s, they did not dare to make this prediction because the US government and military-industrial-congressional complex needed to justify their own military budget by considering the Soviet Union to be a powerful enemy.

For more details on why the Soviet Union went bankrupt, see my own article written in 1991.

* * * * * *

Note: Une version antérieure de ce blog a déclaré que la faillite de l’Union soviétique en raison de la course aux armements était une politique délibérée de la CIA. Il s’avère que j’avais tort à ce sujet. Selon des entretiens avec des agents de la CIA qui étaient responsables de la politique russe dans les années 1980, ils n’ont pas osé faire cette prédiction parce que le gouvernement américain et le complexe militaro-industriel-du Congrès devaient justifier leur propre budget militaire en considérant l’Union soviétique comme un ennemi puissant.

Pour plus de détails sur les raisons de la faillite de l’Union soviétique, voir mon propre article écrit en 1991.