A World without the Nation-State

(Une version française suit en dessous)

The articles in CPNN this month show how the state is a culture of war. In this case the state is the United States and their culture of war is shown in their role in the overthrow of President Morales of Bolivia (precisely because he was promoting a culture of peace) and their threat to punish Julian Assange (precisely because he revealed the secrets of their culture of war.) Not to mention that the states of the world are unable to seriously attack the problem of global warming, and the United States is the worst in this regard.

This is the latest evidence that the conclusion of my History of the Culture of War is correct: the state has come to monopolize the culture of war and cannot be separated from it.

The only solution if we are to survive must be a world in which the state has disappeared or has been relegated to a ceremonial role, much as monarchies were abolished or relegated to ceremonial roles in an earlier period of history.

When I say this, I receive the argument that one cannot imagine a world without the nation-state.

Well, let us try imagine such a world.

Imagine that there were no longer the frontiers of states. No visas. People would be free to travel anywhere without restriction!

No more wars or war preparations. After all, in most cases, it is the state that prepares for and makes war. And in most of the other cases, it is groups that are trying to take over the state.

This is where I part company with Marx and Engels. They thought that peace would come about once the communists seized the power of the state. But they were wrong. The communists seized power in almost half of the world during the 20th century, and what they produced were socialist cultures of war instead of a capitalist cultures of war. The role of the state was stronger than the dreams of the communists. The only difference was that the capitalist cultures of war were more adept at exploitation and were able to defeat the socialist cultures of war (Soviet Union and its allies) or convert them to capitalism (China).

But what about all of the roles now played by the state? Who would manage these roles? Obviously, we would not miss the states’ military budgets, military contracts, military preparation, secret budgets like that of the CIA, etc. But what about the useful roles played by the state?

By controlling the movement of peoples, the rich states ensure that the poor people from poor countries and countries victimized by war do not migrate into their states. You may think this is a good and necessary function. In fact, most populist and fascist politicians want this function strengthened. But what has happened in the course of history is that this has served as a mask to hide the continually growing inequality of the world caused by capitalist exploitation. This mask has enabled the people of the North to avoid confronting the problem. Although official statistics claim that foreign aid compensates for foreign exploitation, the truth is that these statistics are misleading. The illegal and hence secret movement of capital from the global south to the global north far exceeds foreign aid as shown in the study “Aid in reverse: how poor countries develop rich countries”.

Abolition or reduction in power of the state would require that we confront and solve the problem of inequality. We could no longer hide behind national borders. Let us come back to this challenge later in the blog.

Imagine that the United Nations were controlled by representatives of the mayors of the world instead of the states of the world, and that its agencies were to be reinforced so that they could operate universally, much as UN agencies already serve for the universal regulation of postal service, airport coordination, etc. Let us compare a list of these agencies (or potential agencies) to the major functions served by a typical national budget, in this case we take the example of France for 2019 according to www.statista.com.

French budget item in millions of eurosUN Agency to replace it (existing or potential)
1. Education 72,7United Nations Educational, Scientific and Cultural Organization (UNESCO) working with local authorities much as it already does throughout Africa.
2. Defense 44,3Put to use by a new UN commission to confront the need for transportation, communication, food and shelter for the people in migration (see below).
3. Financial commitments 42.4World Bank and International Monetary Fund working with banks around the world
4. Research and higher education 28.1United Nations Educational, Scientific and Cultural Organization (UNESCO) working directly with universities and research organizations
5. Security 20.1Interpol working with local police forces
6. Solidarity re-adaptation and equal opportunities 23,9(served by 8 & 9 below)
7. Territories cohesion 16,4(a bureaucracy no longer needed)
8. Work and employment 12,5New: A new global organization that would work with private industry for economic development and full employment. Based on World Trade Organization?
9. Environment and sustainable development and mobilities 12,6United Nations Environmental Program working with local authorities
10. Public finances and human resources management 10,4(a bureaucracy no longer needed)
11. Justice 9.1World court expanded to work with local judiciaries
12. Pension and social plans 6.3Privatization of pension and social plans in coordination with a new global monitoring unit
13. Relations with local and regional authorities 3.4(a bureaucracy no longer needed)
14. Agriculture, fishing, food, forests and rural affairs 2.9The Food and Agriculture Organization of the United Nations (FAO) working directly with local aouthoritiesL’
15. Foreign action 2.8(a bureaucracy and interference no longer needed)
16. Culture 2.9United Nations Educational, Scientific and Cultural Organization (UNESCO) working with local authorities much as it already does for the World Heritage Sites
17. General and territorial state administration 2.8(a bureaucracy no longer needed)
18. Public development aid 3.1(served by 8 & 9 above)
19. Veterans, memory and links with the nation 2.3Privatization of pension and social plans in coordination with the new global monitoring unit in 12 above
20. Overseas 2.6(a bureaucracy no longer needed)
21. Economy 1.9( served by 8 & 9 above)
22. Government action supervision 1.3(a bureaucracy no longer needed)
23. Immigration, asylum and integration 1.7(See comments below concerning migration)
24. Health 1.4World Health Organization working with local authorities

It is interesting that the United Nations agency in the best position to assume new powers is UNESCO where I worked for 10 years. During that time I met very talented people at UNESCO who would have been capable of undertaking the expanded roles required by the above.

I anticipate that readers will have many questions/objections at this point. Let me try to list and respond to some of them.

1. The transition to a world without states cannot come about because the state structures are strong and will resist change.

Yes, that is true at the present moment of history. But imagine that the global economy crashes. Would it not be followed by a global political crash and dismemberment such as what happened to the Soviet Union after 1989? At such a moment, the United Nations, which has already been abandoned by the Great Powers for their priority functions, might now be completely abandoned and the role of the nation-state at the UN could be replaced by representatives of the cities of the world.

2. What will become of the militaries of the world? Won’t they resist and revolt?

In addition to the migration from South to North mentioned above, there has been an enormous internal migration during the past few centuries from the countryside to the city, the process of urbanization. But if there is a global economic crash, the cities may become unlivable, and we may see the most dramatic migration of human history, from the cities back to the countryside as people seek something to eat. After all, most food in the city comes by truck and is sold in supermarkets. If, in a crisis, there is a shortage of fuel for the trucks, there will be no food deliveries and it will take only a day or two to empty the supermarkets by hoarding and riots. There may be great suffering.

Copying with these migrations could be another use to which the militaries of the world could be put to use if they were under the command of a reformed United Nations. Who is best equipped with the transportation and communication systems and the reserves of food and shelter that will be needed? The militaries of the world. Under orders from a reformed United Nations they could set aside their weapons and serve as the source of resources needed to survive the crisis.

3. Who will pay for all this?

With regard to item 3 above, the World Bank and International Monetary Fund, they could take on a key role of the nation state – the collection of taxes. This will be essential in order to support the greatly increased expenses of the reformed United Nations. These taxes could be based on the proposals and experiments already in place for financial transaction taxes In effect they would be Robin Hood taxes that begin to reverse one of the most difficult and dangerous tendancies of recent history, the growing inequality of the world, as mentioned above. In other words, inequality would be reduced, not by directly giving money from the rich to the poor, but by taking money from the rich to deliver services (education, health care, full employment), to everyone, including the poor.

4. What will happen to law and order once the state’s power is reduced? Won’t there be violence and chaos?

Yes, people need law and order. Fortunately, in recent years, as we have tried to document in CPNN, there are growing movements of mediation, restorative justice and nonviolent peace forces that provide alternatives to police and internal military intervention. In this regard it is interesting to recall that during the Great Depression there was a decrease in armed theft and interpersonal violence, presumably because there was an increase in solidarity in the face of the common threat. It is this solidarity, coupled with existing initiatives, that could be the key.

5. Where is the precedent for item 8, a new global organization that would work with private industry for economic development and full employment?

Such an organization could take lessons from the Chinese who are developing a global system of transportation and trade, their “One belt, one road” plan. There are some who say that the Chinese will take over the world if the American empire collapses. This variant suggests that the Chinese may show us the way to sustain the world in that case. It seems that the Chinese, in this new project, are able to bypass state structures and make trade agreements directly with capitalist enterprises that already have production/employment structures at local, regional and international levels. This could serve as model for a new global economic organization that would work with private industry at local, regional and international levels in the absence of state involvement.

6. What will happen to national identity and patriotism?

For this it will be very important to expand the function that is far down on the list at number 16: culture. It will be useful to greatly expand the support of the reformed United Nations (in particular, UNESCO) to local and regional activities that express and develop the unique heritage of the thousands of national identities that exist throughout the world, often extending beyond traditional state borders.

7. You envisage abolition of the state, but you don’t envisage abolition of militaries or capitalism. Why?

As mentioned above, we will need the resources and organization of militaries in order to cope with the suffering associated with mass migrations. And we will need the production/employment structures of capitalist enterprises to maintain economic development and employment. This the logic that I followed a few years ago in developing my utopian novel that imagines the transition to a culture of peace. What will happen to capitalism and militaries in 50 or 100 years is difficult to predict, but the present scenario concerns years and decades, not centuries.

All of these crises may arrive at the same time: international migration, migration from city to countryside and the economic and political crises that cause them. Are we ready to cope with this?

No.

But how can we begin to prepare?

We need to be constructing an alternative global governance structure in preparation. Instead of depending on the nation-state to save us, we need to be developing city and regional peace commissions that deal with all of these problems as they develop, and which can serve as the basis for a new global structure centered on a United Nations managed by the people rather than the states, for example by representatives of the mayors of the world. Over the years, we have given priority to news of development of culture of peace at the city and regional level.

What can each citizen do? Each citizen can work for peace and justice at the local and regional level and develop structures such as city and regional peace commissions. For example, asked for advice by Mouvement de la Paix in France, I have recently proposed that those who initiated actions to mark the International Day of Peace in more than 60 cities and towns in France should now approach their city councils to establish a continuing action for peace and sustainable development in their communities and regions. In this way, we can prepare the basis for a new global governance structure when the present system collapses.

And in my opinion, and that of some others who have a good grasp of history, this collapse could come very soon.

  •   *   *   *   *   *

Un Monde Sans État-nation

Les articles du CPNN de ce mois-ci montrent à quel point l’État est une culture de guerre. Dans ce cas, l’État est les États-Unis et leur culture de guerre se manifeste dans leur rôle dans le renversement du président Morales de Bolivie (précisément parce qu’il promouvait une culture de la paix) et leur menace de punir Julian Assange (précisément parce qu’il a révélé les secrets de leur culture de guerre.)

C’est la dernière preuve que la conclusion de mon histoire de la culture de la guerre est correcte: l’État en est venu à monopoliser la culture de la guerre et ne peut en être séparé de cette culture.

La solution? Un monde dans lequel l’État a disparu ou a été relégué à un rôle cérémoniel, tout comme les monarchies ont été abolies ou reléguées à des rôles cérémoniels dans une période antérieure de l’histoire.

Quand je dis cela, je reçois l’argument selon lequel on ne peut pas imaginer un monde sans l’État-nation.

Quand même,, essayons d’imaginer un tel monde !

Imaginez qu’il n’y ait plus de frontières d’Etats. Pas de visas. Les gens seraient libres de voyager n’importe où sans restriction!

Plus de guerres ou de préparatifs de guerre. Après tout, dans la plupart des cas, c’est l’État qui prépare et fait la guerre. Et dans la plupart des autres cas, ce sont des groupes qui tentent de prendre le contrôle de l’État.

C’est là que je me sépare de Marx et Engels. Ils pensaient que la paix arriverait une fois que les communistes auraient pris le pouvoir de l’État. Mais ils avaient tort. Les communistes ont pris le pouvoir dans près de la moitié du monde au cours du XXe siècle et ils ont produit des cultures de guerre socialistes au lieu de cultures de guerre capitalistes. Le rôle de l’État était plus fort que les rêves des communistes. La seule différence était que les cultures de guerre capitalistes étaient plus aptes à l’exploitation et pouvaient vaincre les cultures de guerre socialistes (Union soviétique et ses alliés) ou les convertir au capitalisme (Chine).

Mais qu’en est-il de tous les rôles maintenant joués par l’État? Qui gérerait ces rôles? Évidemment, nous ne manquerions pas les budgets militaires des États, les contrats militaires, la préparation militaire, les budgets secrets comme celui de la CIA, etc. Mais qu’en est-il des rôles utiles joués par l’État?

En contrôlant le mouvement des peuples, les États riches veillent à ce que les peuples des pays pauvres et des pays victimes de la guerre ne migrent pas dans leurs États. Vous pensez peut-être que c’est une fonction bonne et nécessaire. En fait, la plupart des politiciens populistes et fascistes souhaitent que cette fonction soit renforcée. Mais ce qui s’est produit au cours de l’histoire, c’est que cela a servi de masque pour cacher l’inégalité croissante du monde causée par l’exploitation capitaliste. Ce masque a permis aux habitants du Nord d’éviter de faire face au problème. Bien que les statistiques officielles prétendent que l’aide étrangère compense l’exploitation étrangère, la vérité est que ces statistiques sont trompeuses. Le transfert illégal et donc secret de capitaux du Sud au Nord du monde dépasse de loin l’aide donnée, comme le montre l’étude ” Aide en sens inverse: comment pays pauvres développent pays riches .

L’abolition ou la réduction du pouvoir de l’État exigerait que nous affrontions et résolvions le problème des inégalités. Nous ne pouvions plus nous cacher derrière les frontières nationales. Revenons à ce défi plus tard dans le blog.

Imaginez que les Nations Unies soient contrôlées par des représentants des maires du monde au lieu des États du monde, et que ses agences devaient soient renforcées afin qu’elles puissent fonctionner universellement, tout comme les agences des Nations Unies servent déjà à la réglementation universelle des postes service (union postale universelle), coordination aéroportuaire, etc. Comparons une liste de ces agences (ou agences potentielles) aux principales fonctions assumées par un budget national. Dans ce cas prenons l’exemple de la France pour 2019 selon www.statista.com.

Poste budgétaire français en millions d'eurosAgence des Nations Unies (existante ou potentielle)
1. Enseignement scolaire 72,7L'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO) en travail avec les autorités locales comme elle le fait déjà dans toute l'Afrique.
2. Defense 44,3Mis à profit par une nouvelle commission des Nations Unies pour faire face au besoin de transport, de communication, de nourriture et d'abri pour les personnes en migration (voir ci-dessous).
3. Engagements financiers de l’État 42.4La Banque mondiale et le Fonds monétaire international travaillent avec des banques du monde entier
4. Recherche et enseignement supérieur 28.1Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO) travaillant directement avec les universités et les organismes de recherche
5. Sécurités 20.1Interpol collaborant avec les forces de police locales
6. Solidarité, insertion et égalité des chances 23,9 (servi par 8 et 9 ci-dessous)
7. Cohésion des territoires16,4(une bureaucratie qui ne sera plus nécessaire)
8. Travail et emploi 12,5Besoin: Une nouvelle organisation mondiale qui travaillerait avec l'industrie privée pour le développement économique et le plein emploi. Basé sur l'Organisation mondiale du commerce?
9. Écologie, développement et mobilité durable 12,6Le Programme des Nations Unies pour l'environnement travaillant avec les autorités locales
10. Gestion des finances publiques et des ressources humaines 10,4(une bureaucratie qui ne sera plus nécessaire)
11. Justice 9.1Le tribunal mondial élargi pour travailler avec les autorités judiciaires locales
12. Régimes sociaux et de retraite 6.3Privatisation des régimes de retraite et sociaux en coordination avec une nouvelle unité de surveillance mondiale
13. Relations avec les collectivités territoriales 3.4(une bureaucratie qui ne sera plus nécessaire)
14. Agriculture, alimentation, forêt et affaires rurales 2.9L’Organisation pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) en travail avec les autorités locales
15. Action extérieure de l'État 2.8(une bureaucratie qui ne sera plus nécessaire)
16. Culture 2.9Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO) travaillant avec les autorités locales comme elle le fait déjà pour les sites du patrimoine mondial
17. Administration générale et territoriale de l'État 2.8(une bureaucratie qui ne sera plus nécessaire)
18. Aide publique au développement 3.1(servi par 8 et 9 ci-dessous)
19. Anciens combattants, mémoire et liens avec la nation 2.3Privatisation des régimes de retraite et des régimes sociaux en coordination avec une nouvelle unité de surveillance mondiale en 12 ci-dessus
20. Outre-mer 2.6(une bureaucratie qui ne sera plus nécessaire)
21. Économie 1.9(servi par 8 et 9 ci-dessous)
22. Direction de l'action du Gouvernement 1.3 (une bureaucratie qui ne sera plus nécessaire)
23. Immigration, asile et intégration 1.7  (Voir les commentaires ci-dessous concernant la migration)
24. Santé 1.4L'Organisation mondiale de la santé en travail avec les autorités locales

Il est intéressant de noter que l’agence des Nations Unies la mieux placée pour assumer de nouveaux pouvoirs est l’UNESCO où j’ai travaillé pendant 10 ans. Pendant ce temps, j’ai rencontré à l’UNESCO des personnes très talentueuses qui auraient été capables d’assumer les rôles élargis requis par ce projet.

Je prévois que les lecteurs auront de nombreuses questions / objections à ce stade. Permettez-moi d’essayer d’énumérer et de répondre à certains d’entre eux.

1. La transition vers un monde sans États ne peut se faire parce que les structures étatiques sont fortes et résisteront au changement.

Oui, c’est vrai au moment actuel de l’histoire. Mais imaginez que l’économie mondiale s’effondre. Ne serait-il pas suivi d’un krach politique mondial et d’un démembrement comme ce qui est arrivé à l’Union soviétique après 1989? À un tel moment, les Nations Unies, qui ont déjà été abandonnées par les grandes puissances pour leurs fonctions prioritaires, pourraient maintenant être complètement abandonnées et le rôle de l’État-nation à l’ONU pourrait être remplacé par des représentants des villes du monde ou par autres représentants proches du peuple.

2. Que deviendront les forces armées du monde? Ne résisteront-ils pas et ne se révolteront-ils pas?

En plus de la migration du Sud vers le Nord mentionnée ci-dessus, il y a eu une énorme migration interne au cours des derniers siècles de la campagne à la ville, le processus d’urbanisation. Mais s’il y a un crash économique mondial, les villes peuvent devenir invivables, et nous pouvons voir la migration la plus spectaculaire de l’histoire humaine, des villes vers la campagne alors que les gens cherchent quelque chose à manger. Après tout, la plupart des aliments de la ville viennent par camion et sont vendus dans les supermarchés. Si, en cas de crise, il y a une pénurie de carburant pour les camions, il n’y aura pas de livraison de nourriture et il ne faudra qu’un jour ou deux pour vider les supermarchés par thésaurisation et émeutes. Il peut y avoir de grandes souffrances.

En face de ces migrations il y a un autre usage auquel les forces armées du monde pourraient être mises à l’emploi si elles étaient sous le commandement d’une Organisation des Nations Unies réformée. Qui est le mieux équipé des systèmes de transport et de communication et des réserves de nourriture et d’abris qui seront nécessaires? Les militaires du monde. Sous les ordres d’une ONU réformée, ils pouvaient mettre de côté leurs armes et servir de source de ressources nécessaires pour survivre à la crise.

3. Qui paiera tout cela?

En ce qui concerne le point 3 ci-dessus, la Banque mondiale et le Fonds monétaire international, ils pourraient jouer un rôle clé de l’État-nation – la collecte des impôts. Cela sera essentiel pour payer les dépenses considérablement accrues des Nations Unies réformées. Ces taxes pourraient être basées sur les propositions et les expériences déjà en place pour les taxes sur les transactions financières. En effet, elles seraient Robin Hood taxes qui commencent à inverser l’une des tendances les plus difficiles et dangereuses de l’histoire récente, l’inégalité croissante du monde, comme mentionné ci-dessus. En d’autres termes, l’inégalité serait réduite, non pas en donnant directement de l’argent des riches aux pauvres, mais en prenant de l’argent des riches pour fournir des services (éducation, soins de santé, plein emploi), à tout le monde, y compris aux pauvres.

4. Qu’adviendra-t-il de la loi et de l’ordre une fois que le pouvoir de l’État sera réduit? N’y aura-t-il pas beaucouop de violence et chaos?

Oui, les gens ont besoin de loi et d’ordre. Heureusement, ces dernières années, comme nous avons essayé de documenter dans le CPNN, il y a des mouvements croissants de médiation, de justice réparatrice et de forces de paix non violentes qui offrent des alternatives à la police et à l’intervention militaire interne. À cet égard, il est intéressant de rappeler que pendant la Grande Dépression, il y a eu une diminution des vols armés et des violences interpersonnelles, probablement parce qu’il y a eu une augmentation de la solidarité face à la menace commune. C’est cette solidarité, couplée aux initiatives existantes, qui pourrait être la clé.

5. Où est le précédent pour le point 8, une nouvelle organisation mondiale qui travaillerait avec l’industrie privée pour le développement économique et le plein emploi?

Une telle organisation pourrait tirer les leçons des Chinois qui développent un système mondial de transport et de commerce, leur plan «Une ceinture, une route». Il y en a qui disent que les Chinois prendront le contrôle du monde si l’empire américain s’effondre. Cette variante suggère que les Chinois pourraient nous montrer le moyen de soutenir le monde dans ce cas. Il semble que les Chinois, dans ce nouveau projet, soient capables de contourner les structures étatiques et de conclure des accords commerciaux directement avec des entreprises capitalistes qui ont déjà des structures de production / emploi aux niveaux local, régional et international. Cela pourrait servir de modèle à une nouvelle organisation économique mondiale qui travaillerait avec l’industrie privée aux niveaux local, régional et international en l’absence de participation de l’État.

6. Qu’adviendra-t-il de l’identité nationale et du patriotisme?

Pour cela, il sera très important d’élargir la fonction qui est loin dans la liste au numéro 16: la culture. Il sera utile d’étendre considérablement le soutien des Nations Unies réformées (en particulier, l’UNESCO) aux activités locales et régionales qui expriment et développent le patrimoine unique des milliers d’identités nationales qui existent dans le monde, s’étendant souvent au-delà des frontières traditionnelles des États. .

7. Vous envisagez l’abolition de l’État, mais vous n’envisagez pas l’abolition des forces armées ou du capitalisme. Pourquoi?

Comme mentionné ci-dessus, nous aurons besoin des ressources et de l’organisation des forces armées pour faire face aux souffrances liées aux migrations massives. Et nous aurons besoin des structures de production / emploi des entreprises capitalistes pour maintenir le développement économique et l’emploi. C’est la logique que j’ai suivie il y a quelques années en développant mon roman utopique qui imagine la transition vers une culture de la paix. Ce qui arrivera au capitalisme et aux militaires dans 50 ou 100 ans est difficile à prévoir, mais le scénario actuel concerne des années et des décennies, pas des siècles.

Toutes ces crises peuvent arriver en même temps: migrations internationales, migrations des villes vers les campagnes et crises économiques et politiques qui les provoquent. Sommes-nous prêts à faire face à cela? Non.

Mais comment pouvons-nous commencer à nous préparer?

Nous devons construire une structure de gouvernance mondiale alternative en préparation. Au lieu de dépendre de l’État-nation pour nous sauver, nous devons développer des commissions de paix municipales et régionales qui traitent tous ces problèmes à mesure qu’ils se développent et qui peuvent servir de base à une nouvelle structure mondiale centrée sur une Organisation des Nations Unies. géré par le peuple plutôt que par les États, par exemple par des représentants des maires du monde. Dans CPNN, au fil des années, nous avons privilégié l’actualité du développement de la culture de la paix au niveau de la ville et de la région, même si il reste beaucoup moins de ce dont nous avons besoin..

Que peut faire chaque citoyen? Chaque citoyen peut travailler pour la paix et la justice aux niveaux local et régional et développer des structures telles que les commissions de paix de la ville et de la région. Par exemple, sollicités l’avis du Mouvement de la Paix en France, j’ai récemment proposé que ceux qui ont initié des actions pour marquer la Journée Internationale de la Paix dans plus de 60 villes et villages en France devraient désormais s’adresser à leur conseil municipal pour mettre en place une action continue pour la paix et le développement durable dans leurs communautés et région. De cette façon, nous pouvons préparer la base d’une nouvelle structure de gouvernance mondiale prêt à prendre le pouvoir lorsque le système actuel s’effondre.

Et à mon avis, et celui de certains autres qui ont une bonne compréhension de l’histoire, cet effondrement pourrait arriver très bientôt.

Comments are closed.