How history moves: Economic change precedes; political change follows

(pour la version française, voir en dessous)

When I visited and worked in the Soviet Union and later in Russia I was able to see how history moves. I watched from within as an empire crashed.

The crash of the Soviet empire, foreseen a decade before by Johan Galtung, was first an economic crash, and then secondarily to that, a political crash. The empire crashed economically because it lost the arms race to the West. The West, led by the United States which devoted something like 40% of its budget to the military, forced the Soviet empire to match them, soldier by soldier, boot by boot, rocket by rocket, military scientist by military scientist. But since the Soviet empire had only half the size of the West’s economy, it had to double the percentage of their economy devoted to the arms race.

Hence, it went bankrupt first and the West won.

Once the Soviet economy crashed, the political system crashed on top of it. The people stayed home, the soldiers stayed in their barracks, and the oligarchs, aided by CIA economic advisors, finished the economic collapse by drastically devaluating the ruble. The people stayed home because they were totally alienated from the system. They used to say you could find truth anywhere except in Pravda (which means truth in Russian) and the news anywhere except in Izvestia (which means news in Russian).

In this month’s CPNN bulletin, we see once again how political change lags behind. Here it concerns the solution to the problem of global warming. We have known for many years that to halt the global warming, we need to change from fossil fuels to renewable energy. But politically, we could not make the change. Last year’s global summit of the world’s nations failed to address the challenge of abandoning fossil fuels.

It’s the economic factors that are making the change. Renewable solar energy has become so cheap and readily available that it is more and more replacing energy from fossil fuels. And the faster we change over to renewable energy for economic reasons, the faster the political change will follow.

The first great sociologist, Karl Marx, understood this dynamic when he developed his theory of historical change. Here’s what he wrote in his Preface to A Contribution to the Critique of Political Economy:

The totality of these relations of production constitutes the economic structure of society, the real foundation, on which arises a legal and political superstructure and to which correspond definite forms of social consciousness. The mode of production of material life conditions the general process of social, political and intellectual life. It is not the consciousness of men that determines their existence, but their social existence that determines their consciousness. At a certain stage of development, the material productive forces of society come into conflict with the existing relations of production or — this merely expresses the same thing in legal terms — with the property relations within the framework of which they have operated hitherto. From forms of development of the productive forces these relations turn into their fetters. Then begins an era of social revolution. The changes in the economic foundation lead sooner or later to the transformation of the whole immense superstructure.

How does this apply the great historical change that we have yet to make: the transition from the culture of war to a culture of peace?

There is a growing psychological and political consciousness around the world that this transition is necessary. The movement for a culture of peace has been inspired by the movement for sustainable development which has been the greatest political movement of the past half century.

But as we are seeing, the movement for sustainable development can only become effective as a sequel to economic changes which make sustainable development possible and profitable.

The sequence of economic change first, political change second, applies equally to the transition towards a culture of peace. A culture of peace will become politically possible after the economy of the culture of war has crashed. When will that come? Too soon, because we are not ready for it!!!

The same economic fate that destroyed the Soviet empire is already far advanced towards the destruction of the American empire – and for the same reason – devotion of the greatest part of the economy to armaments and wars. Johan Galtung predicted in 2004 that the crash would come by the year 2020. The economic crash will be followed by a political crash; Americans and European are already as alienated from their political system as the Russians were in 1989. As evidence, just look at the abstention from voting in national elections.

When the American empire crashes, the rest of the world will crash with it, just as Eastern Europe crashed when the Soviet Union crashed.

At that moment, there will be a window of opportunity to establish a culture of peace – but that can happen only if we are prepared with institutional frameworks that can replace the nation states. If we are not prepared, we risk the replacement of the present system by a fascist system – just as happened after the crash of 1929 in Europe (and almost in the United States as well).

Whereas the question of global warming and changes of energy sources are matters of many decades, the question of the collapse of the economy of the culture of war is a matter of only a few years. Like the collapse of the Soviet Union, it threatens to catch us by surprise.

I work with cities in the hopes that they will be able to provide an institutional framework to replace the role of the nation states as the basis for the United Nations Security Council (See blog of June 1), but the work is painstakingly slow. Too slow. History is moving faster than us!

      • Comment bouge l’histoire: Les changements economiques passent avant le politique !

        Durant les années où j’ai voyagé et travaillé en URSS, puis plus tard en Russie, j’ai vu comment l’Histoire bouge. Je regardais de l’intérieur pourquoi et comment s’écrase un empire.

        Le crash de l’empire soviétique, prévu une dizaine d’années auparavant par Johan Galtung, fut d’abord un crash économique, puis ensuite seulement, un crash politique. L’empire s’est écrasé économiquement parce qu’il a perdu la course aux armements à l’Ouest. L’Occident, dirigé par les Etats-Unis, qui consacrait environ 40% de son budget à l’armée, força l’empire soviétique à les égaler, soldat contre soldat, botte contre botte, fusée contre fusée, scientifique militaire contre scientifique militaire ! L’empire soviétique ayant seulement la moitié de la taille de l’économie de l’Ouest, il a dû consacrer le double à la course aux armements et a donc fait une ponction enorme dans son économie.

        Par conséquent, il a fait faillite et l’Occident a gagné !

        Une fois que l’économie soviétique est tombée, le système politique s’est écrasé à son tour. Les citoyens sont restés chez eux, les soldats sont restés dans leurs casernes, et les oligarques, aidés par des conseillers économiques de la CIA, ont terminé l’effondrement économique en dévaluant le rouble. Les citoyens sont restés chez eux parce qu’ils étaient totalement aliénés au système et qu’ils n’avaient plus confiance en lui. Je les ai même entendu dire que l’on pouvait trouver la vérité partout, sauf dans Pravda (qui signifie la vérité en russe) et les nouvelles partout sauf dans l’Izvestia (ce qui veut dire nouvelles en russe)

        Revenons à l’actualité, dans le bulletin de CPNN ce mois-ci, nous voyons une fois de plus que les changements politiques sont à la traine en ce qui concerne le problème du réchauffement climatique. Nous savons depuis de nombreuses années que pour arrêter le réchauffement de la planète, nous devons quitter les combustibles fossiles et développer les énergies renouvelables. Hélas, politiquement, nous ne pouvons pas faire de changement. Le sommet mondial des nations du monde de l’an dernier n’a pas réussi à relever le défi d’abandonner les combustibles fossiles.

        Ce sont les facteurs économiques qui mènent la danse . L’énergie solaire renouvelable est devenue si peu chère et si facilement disponible qu’elle commence à remplacer l’énergie des combustibles fossiles. Plus vite nous passerons à l’énergie renouvelable pour des raisons économiques, plus vite le changement politique suivra.

        Le premier grand sociologue, Karl Marx, a bien compris cette dynamique quand il a développé sa théorie du changement historique. Voici ce qu’il a écrit dans sa préface à la “Critique de l’économie politique.”

        “L’ensemble de ces rapports de production constitue la structure économique de la société, la base concrète sur laquelle s’élève une superstructure juridique et politique et à la­quel­le correspondent des formes de conscience sociales déterminées. Le mode de production de la vie matérielle conditionne le processus de vie sociale, politique et intellectuel en général. Ce n’est pas la conscience des Hommes qui détermine leur être; c’est inversement leur être social qui détermine leur conscience. À un certain stade de leur développement, les forces productives matérielles de la société entrent en contradiction avec les rapports de production existants, ou, ce qui n’en est que l’expression juridique, avec les rapports de propriété au sein desquels elles s’étaient mues jusqu’alors. De formes de développement des forces productives qu’ils étaient ces rapports en deviennent des entraves. Alors s’ouvre une époque de révolution sociale. Le changement dans la base économique bouleverse plus ou moins rapidement toute l’énorme superstructure.”

        Comment cela s’appliquera t-il au grand changement historique que nous avons encore à faire: le passage de la culture de la guerre à une culture de la paix?

        Une conscience psychologique et politique croissante apparait dans le monde entier sur la necessité de cette transition. Le mouvement pour une culture de la paix a été inspiré par le mouvement pour le développement durable qui a été le plus grand mouvement politique du dernier demi-siècle.

        Mais comme nous le voyons, le mouvement pour le développement durable n’a pu devenir effectif que suite aux changements économiques qui rendent le développement durable possible et rentable.

        Les séquences “changement économique d’abord, changement politique après” s’appliquent également à la transition vers une culture de paix. La culture de paix va devenir politiquement possible qu’après l’implosion de l’économie de la culture de la guerre.

        Le même sort économique qui a détruit l’empire soviétique est déjà bien avancé vers la destruction de l’empire américain – et pour la même raison – l’attribution de la plus grande partie de l’économie à l’armement et aux guerres. Johan Galtung a prédit en 2005 que l’accident viendrait avant l’an 2020. Le crash économique sera suivie d’un crash politique. Les Americains et les européens sont déjà autant aliénés à leur système politique que les Russes l’étaient en 1989. Comme preuve, il suffit de regarder le taux d’abstention aux élections nationales.

        Lorsque l’empire américain s’écroulera, le reste du monde va suivre, tout comme l’Europe de l’Est s’est écroulée lorsque l’Union soviétique est tombée.

        À ce moment-là, il y aura une fenêtre d’opportunité pour établir une culture de la paix – mais cela ne peut se produire que si nous sommes prêts avec les cadres institutionnels qui peuvent remplacer les Etats-nations. Si nous ne sommes pas prêts, nous risquons le remplacement du système actuel par un système fasciste – tout comme cela est arrivé après le crash de 1929 en Europe (et presque aux États-Unis également).

        Alors que l’affaire du réchauffement planétaire et des changements de sources d’énergie sont les questions sur plusieurs décennies, l’effondrement de l’économie de la culture de guerre est une affaire de seulement quelques années. Comme l’a fait l’effondrement de l’Union soviétique, il menace de nous surprendre.

        Je travaille avec les villes dans l’espoir qu’elles seront en mesure de fournir un cadre institutionnel pour remplacer le rôle des Etats-nations comme base pour le Conseil de sécurité des Nations Unies (Voir le blog de 1 juin), mais le travail est très lent. Trop lent. Histoire se déplace beaucoup plus vite que nous!

  • Comments are closed.